Accueil | Actualités | Médias | Fake news et complotisme, pour quoi faire ?
Pub­lié le 9 août 2018 | Éti­quettes : , , , , ,

Fake news et complotisme, pour quoi faire ?

Rediffusion. Première diffusion le 19 janvier 2018

Le 7 janvier 2017, Franceinfo rendait publics les résultats d’une étude selon laquelle huit français sur dix croiraient à « au moins une théorie du complot ». Il s’agit d’un sondage IFOP réalisé pour le compte de la Fondation Jean Jaurès et l’association Conspiracy watch. À quoi une telle étude peut-elle bien être utile ?

La parution des résultats de cette étude a eu lieu quatre jours après l’annonce du président Macron selon laquelle il allait légiférer afin de lutter contre les fake news. Outre l’évidente difficulté à déterminer ce qui est ou non une fake news en règle générale, beaucoup de points peuvent interpeller, comme par exemple le rôle de Facebook dans le financement des grands journaux français pour qu’ils « luttent contre les fake news » ou le timing impeccable entre les censures en cours sur les principaux réseaux sociaux et la volonté présidentielle. Et comme le timing médiatique semble vraiment très bien fait, l’étude concernant le poids du complotisme en France tombe à pic : si nous sommes à ce point menacés par les théories du complot, au point que notre vision de la réalité en serait altérée, le président de la République ne peut que prendre la posture de celui qui va nous protéger. Emmanuel, c’est papa Macron en ces affaires.

Dis papa ? C’est quoi une fake news ?

C’est quand tu ne penses pas la même chose que moi mon fils. Tout cela sent bon son amalgame : si un média alternatif est considéré comme média pourvoyeur de fake news, pour cette simple raison qu’il met en scène une vision du monde autre que la vision officielle des pouvoirs en place en France et en Europe, une vision russe par exemple, alors la confusion savamment entretenue entre domaine des fake news et domaines du complotisme aura pour effet de limiter la liberté de la presse et la liberté d’expression, en favorisant les attaques contre les médias alternatifs. Le président américain Donald Trump, que l’on nous présente sans cesse comme un imbécile dans les médias français officiels, ce qui est à n’en pas douter une fake news permanente, ne s’y est pas trompé, annonçant pour sa part non pas une loi contre des fake news mais la création d’une cérémonie pour « récompenser les médias les plus malhonnêtes et corrompus de l’année », autrement dit les médias officiels déversant des tombereaux quotidiens de fake news à son encontre. Ce seront les Fake news Awards. Trump met le doigt sur un point essentiel : quand les médias et le pouvoir politique officiels parlent de lutter contre des fake news, ils oublient automatiquement qu’ils en sont chaque jour le plus gros pourvoyeur, ne serait-ce que par la quantité de prétendues informations non vérifiées sans cesse déversées, « informations » vite mises au placard quand elles s’avèrent fausses. Le pouvoir officiel ne souhaite pas partager le monopole de la propagande. Le phénomène n’est pas nouveau. Personne n’a oublié la fiction des armes de destruction massive irakiennes, et les faux documents présentés à l’ONU.

Il n’y avait pas de médias alternatifs de grande ampleur ni de réseaux sociaux aussi développés que maintenant quand télévisions et radios d’État évoquaient un charnier à Timisoara ou des camps d’extermination en Yougoslavie. Pas plus quand les médias français racontaient tout et n’importe quoi au sujet de la première Guerre du Golfe, à grands renforts d’images de déserts vides, ou encore lorsque ces mêmes médias parlaient de bombardements, qui n’ont jamais eu lieu, prétendument perpétrés par Kadhafi contre son peuple, bombardements imaginaires qui furent le prétexte au déclenchement d’une guerre aux motifs probablement inavouables et aujourd’hui source de bien des maux (voir à ce sujet le livre des journalistes Fabrice Arfi et Karl Laske, Avec les compliments du guide, Fayard, 2017). Y compris pour l’Europe. Pour l’heure, le rôle du Guide de la Libye dans le financement de la campagne d’un certain président et l’action guerrière menée par ce dernier pour le faire taire est encore une fake news. Pour l’instant.

Il est une autre fake news permanente, tellement habituelle que plus personne ne paraît la voir dans les médias officiels : l’information quotidienne selon laquelle il y aurait en France un parti « d’extrême droite » en situation de prendre le pouvoir. Peut-être le parti en question le souhaite-t-il ou le veut-il, mais voir en ce FN une extrême-droite est bien plus qu’une fake news, c’est une grande farce. Il est vrai que pour une large majorité des journalistes du système, le mot « droite » réfère immédiatement à l’histoire récente de l’Allemagne et de l’Italie : vison binaire du monde qui voit s’affronter un camp du Bien et un prétendu camp du Mal. Il est caustique que les tenants de cette conception ne perçoivent pas qu’elle est justement la cause de l’existence de toutes les théories du complot.

La France, ça complote, ça complote ?

Il n’a échappé à personne que la mobilisation générale voulue par le pouvoir contre les fake news, plus ou moins avérées, et le complotisme a pour fonction de contrôler les informations pouvant menacer le pouvoir et sa conception du monde. Il n’y a aucun complot par contre à imaginer dans le fait que la Fondation Jean Jaurès, de laquelle sont proches des anciens socialistes occupant maintenant de hautes responsabilités au sein de LREM, les instituts de sondage, réputés proches du président, et un média d’État sortent une étude affirmant que 80 % des français sont victimes d’une épidémie de complotisme aiguë.

Un média alternatif russe, Sputnik, a clairement démontré le 11 janvier 2017 que la Fondation Jean Jaurès n’a rien d’un club de pensée neutre mais tout d’une officine entièrement subventionnée par l’État. Comme la majeure partie des médias officiels qui, du coup, reprennent cette « information » selon laquelle Français nous serions tous ou presque complotistes et adorateurs de Fake news God. D’après l’étude considérée, 79 % des Français croient à au moins une théorie du complot, dont 25 % à plus de cinq. Tous complotistes répètent en boucle les médias inféodés au pouvoir économique dominant, et en particulier les jeunes. Ainsi, nous sommes un peuple d’imbéciles incultes puisque un quart d’entre nous croient à des thèses plus farfelues et manipulatoires les unes que les autres : la Terre serait plate, le sida serait une création en laboratoire, le gouvernement et les laboratoires pharmaceutiques seraient de mèche (étrangement, pas un mot au sujet de l’écoulement précipité de tonnes de vaccins anti grippe aviaire, alors jugée dangereuse pour l’humanité elle-même, approchant de leur date de péremption, sous une ministre dont les liens avec ladite industrie étaient avérés), la CIA serait impliquée dans l’assassinat de Kennedy (le fait est que même les chercheurs les plus officiels reconnaissent que nombre d’hypothèses et de théories sont étudiables puisque les commanditaires de cet assassinat demeurent inconnus), des groupes islamistes auraient été créés, soutenus et manipulés par des gouvernements occidentaux (ce qui est loin d’être une théorie du complot, le rôle des américains par exemple auprès des groupes alors en lutte contre l’URSS étant un fait, tout comme par exemple le financement par la France de groupes de « résistance » contre l’EI qui sont avant tout d’autres groupes islamistes, ou bien le financement de ce même EI par l’entreprise Lafarge), un groupe secret viserait à établir une gouvernance oligarchique mondiale, etc…

Autre information, de taille celle-ci : 30 % des Français n’auraient plus confiance dans les médias officiels. En particulier les jeunes. Peut-être est-ce sur cela qu’une démocratie devrait s’interroger : pourquoi nombre de Français ne croient-ils plus ce qui est écrit dans les pages du Monde ou raconté sur France 2, TF1, etc ? Il doit bien y avoir une raison non ? Au sein de l’OJIM, nous avons une opinion à ce propos et… elle n’a rien de complotiste. Une autre question serait intéressante à poser : pourquoi tant de jeunes seraient-ils sensibles aux théories du complot dans un pays qui multiplie les programmes d’éducation aux médias, déverse la bonne parole en masse auprès de la jeunesse, a un maillage éducatif complet et dépense tant d’argent pour l’éducation et la culture ? Il y a un truc qui ne fonctionne pas ?

Crédit photo : vadymvdrobot via Envato Elements. DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

71% récolté
Nous avons récolté 1.420€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store