Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Fake news et complotisme, pour quoi faire ?

9 août 2018

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Fake news et complotisme, pour quoi faire ?

Fake news et complotisme, pour quoi faire ?

Red­if­fu­sion. Pre­mière dif­fu­sion le 19 jan­vi­er 2018

Le 7 janvier 2017, Franceinfo rendait publics les résultats d’une étude selon laquelle huit français sur dix croiraient à « au moins une théorie du complot ». Il s’agit d’un sondage IFOP réalisé pour le compte de la Fondation Jean Jaurès et l’association Conspiracy watch. À quoi une telle étude peut-elle bien être utile ?

La paru­tion des résul­tats de cette étude a eu lieu qua­tre jours après l’annonce du prési­dent Macron selon laque­lle il allait légifér­er afin de lut­ter con­tre les fake news. Out­re l’évidente dif­fi­culté à déter­min­er ce qui est ou non une fake news en règle générale, beau­coup de points peu­vent inter­peller, comme par exem­ple le rôle de Face­book dans le finance­ment des grands jour­naux français pour qu’ils « lut­tent con­tre les fake news » ou le tim­ing impec­ca­ble entre les cen­sures en cours sur les prin­ci­paux réseaux soci­aux et la volon­té prési­den­tielle. Et comme le tim­ing médi­a­tique sem­ble vrai­ment très bien fait, l’étude con­cer­nant le poids du com­plo­tisme en France tombe à pic : si nous sommes à ce point men­acés par les théories du com­plot, au point que notre vision de la réal­ité en serait altérée, le prési­dent de la République ne peut que pren­dre la pos­ture de celui qui va nous pro­téger. Emmanuel, c’est papa Macron en ces affaires.

Dis papa ? C’est quoi une fake news ?

C’est quand tu ne pens­es pas la même chose que moi mon fils. Tout cela sent bon son amal­game : si un média alter­natif est con­sid­éré comme média pour­voyeur de fake news, pour cette sim­ple rai­son qu’il met en scène une vision du monde autre que la vision offi­cielle des pou­voirs en place en France et en Europe, une vision russe par exem­ple, alors la con­fu­sion savam­ment entretenue entre domaine des fake news et domaines du com­plo­tisme aura pour effet de lim­iter la lib­erté de la presse et la lib­erté d’expression, en favorisant les attaques con­tre les médias alter­nat­ifs. Le prési­dent améri­cain Don­ald Trump, que l’on nous présente sans cesse comme un imbé­cile dans les médias français offi­ciels, ce qui est à n’en pas douter une fake news per­ma­nente, ne s’y est pas trompé, annonçant pour sa part non pas une loi con­tre des fake news mais la créa­tion d’une céré­monie pour « récom­penser les médias les plus mal­hon­nêtes et cor­rom­pus de l’année », autrement dit les médias offi­ciels déver­sant des tombereaux quo­ti­di­ens de fake news à son encon­tre. Ce seront les Fake news Awards. Trump met le doigt sur un point essen­tiel : quand les médias et le pou­voir poli­tique offi­ciels par­lent de lut­ter con­tre des fake news, ils oublient automa­tique­ment qu’ils en sont chaque jour le plus gros pour­voyeur, ne serait-ce que par la quan­tité de pré­ten­dues infor­ma­tions non véri­fiées sans cesse déver­sées, « infor­ma­tions » vite mis­es au plac­ard quand elles s’avèrent fauss­es. Le pou­voir offi­ciel ne souhaite pas partager le mono­pole de la pro­pa­gande. Le phénomène n’est pas nou­veau. Per­son­ne n’a oublié la fic­tion des armes de destruc­tion mas­sive iraki­ennes, et les faux doc­u­ments présen­tés à l’ONU.

Il n’y avait pas de médias alter­nat­ifs de grande ampleur ni de réseaux soci­aux aus­si dévelop­pés que main­tenant quand télévi­sions et radios d’État évo­quaient un charnier à Timisoara ou des camps d’extermination en Yougoslavie. Pas plus quand les médias français racon­taient tout et n’importe quoi au sujet de la pre­mière Guerre du Golfe, à grands ren­forts d’images de déserts vides, ou encore lorsque ces mêmes médias par­laient de bom­barde­ments, qui n’ont jamais eu lieu, pré­ten­du­ment per­pétrés par Kad­hafi con­tre son peu­ple, bom­barde­ments imag­i­naires qui furent le pré­texte au déclenche­ment d’une guerre aux motifs prob­a­ble­ment inavouables et aujourd’hui source de bien des maux (voir à ce sujet le livre des jour­nal­istes Fab­rice Arfi et Karl Laske, Avec les com­pli­ments du guide, Fayard, 2017). Y com­pris pour l’Europe. Pour l’heure, le rôle du Guide de la Libye dans le finance­ment de la cam­pagne d’un cer­tain prési­dent et l’action guer­rière menée par ce dernier pour le faire taire est encore une fake news. Pour l’instant.

Il est une autre fake news per­ma­nente, telle­ment habituelle que plus per­son­ne ne paraît la voir dans les médias offi­ciels : l’information quo­ti­di­enne selon laque­lle il y aurait en France un par­ti « d’extrême droite » en sit­u­a­tion de pren­dre le pou­voir. Peut-être le par­ti en ques­tion le souhaite-t-il ou le veut-il, mais voir en ce FN une extrême-droite est bien plus qu’une fake news, c’est une grande farce. Il est vrai que pour une large majorité des jour­nal­istes du sys­tème, le mot « droite » réfère immé­di­ate­ment à l’histoire récente de l’Allemagne et de l’Italie : vison binaire du monde qui voit s’affronter un camp du Bien et un pré­ten­du camp du Mal. Il est caus­tique que les ten­ants de cette con­cep­tion ne perçoivent pas qu’elle est juste­ment la cause de l’existence de toutes les théories du com­plot.

La France, ça complote, ça complote ?

Il n’a échap­pé à per­son­ne que la mobil­i­sa­tion générale voulue par le pou­voir con­tre les fake news, plus ou moins avérées, et le com­plo­tisme a pour fonc­tion de con­trôler les infor­ma­tions pou­vant men­ac­er le pou­voir et sa con­cep­tion du monde. Il n’y a aucun com­plot par con­tre à imag­in­er dans le fait que la Fon­da­tion Jean Jau­rès, de laque­lle sont proches des anciens social­istes occu­pant main­tenant de hautes respon­s­abil­ités au sein de LREM, les insti­tuts de sondage, réputés proches du prési­dent, et un média d’État sor­tent une étude affir­mant que 80 % des français sont vic­times d’une épidémie de com­plo­tisme aiguë.

Un média alter­natif russe, Sput­nik, a claire­ment démon­tré le 11 jan­vi­er 2017 que la Fon­da­tion Jean Jau­rès n’a rien d’un club de pen­sée neu­tre mais tout d’une officine entière­ment sub­ven­tion­née par l’État. Comme la majeure par­tie des médias offi­ciels qui, du coup, repren­nent cette « infor­ma­tion » selon laque­lle Français nous seri­ons tous ou presque com­plo­tistes et ado­ra­teurs de Fake news God. D’après l’étude con­sid­érée, 79 % des Français croient à au moins une théorie du com­plot, dont 25 % à plus de cinq. Tous com­plo­tistes répè­tent en boucle les médias inféodés au pou­voir économique dom­i­nant, et en par­ti­c­uli­er les jeunes. Ain­si, nous sommes un peu­ple d’imbéciles incultes puisque un quart d’entre nous croient à des thès­es plus far­felues et manip­u­la­toires les unes que les autres : la Terre serait plate, le sida serait une créa­tion en lab­o­ra­toire, le gou­verne­ment et les lab­o­ra­toires phar­ma­ceu­tiques seraient de mèche (étrange­ment, pas un mot au sujet de l’écoulement pré­cip­ité de tonnes de vac­cins anti grippe avi­aire, alors jugée dan­gereuse pour l’humanité elle-même, approchant de leur date de péremp­tion, sous une min­istre dont les liens avec ladite indus­trie étaient avérés), la CIA serait impliquée dans l’assassinat de Kennedy (le fait est que même les chercheurs les plus offi­ciels recon­nais­sent que nom­bre d’hypothèses et de théories sont étu­di­a­bles puisque les com­man­di­taires de cet assas­si­nat demeurent incon­nus), des groupes islamistes auraient été créés, soutenus et manip­ulés par des gou­verne­ments occi­den­taux (ce qui est loin d’être une théorie du com­plot, le rôle des améri­cains par exem­ple auprès des groupes alors en lutte con­tre l’URSS étant un fait, tout comme par exem­ple le finance­ment par la France de groupes de « résis­tance » con­tre l’EI qui sont avant tout d’autres groupes islamistes, ou bien le finance­ment de ce même EI par l’entreprise Lafarge), un groupe secret vis­erait à établir une gou­ver­nance oli­garchique mon­di­ale, etc…

Autre infor­ma­tion, de taille celle-ci : 30 % des Français n’auraient plus con­fi­ance dans les médias offi­ciels. En par­ti­c­uli­er les jeunes. Peut-être est-ce sur cela qu’une démoc­ra­tie devrait s’interroger : pourquoi nom­bre de Français ne croient-ils plus ce qui est écrit dans les pages du Monde ou racon­té sur France 2, TF1, etc ? Il doit bien y avoir une rai­son non ? Au sein de l’OJIM, nous avons une opin­ion à ce pro­pos et… elle n’a rien de com­plo­tiste. Une autre ques­tion serait intéres­sante à pos­er : pourquoi tant de jeunes seraient-ils sen­si­bles aux théories du com­plot dans un pays qui mul­ti­plie les pro­grammes d’éducation aux médias, déverse la bonne parole en masse auprès de la jeunesse, a un mail­lage édu­catif com­plet et dépense tant d’argent pour l’éducation et la cul­ture ? Il y a un truc qui ne fonc­tionne pas ?

Crédit pho­to : vadymv­dro­bot via Enva­to Ele­ments. DR

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.