Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Fabrice Arfi
Mis à jour le

19 août 2018

Temps de lecture : 9 minutes

Fabrice Arfi

Investigator

« Je ne me con­sid­ère pas comme un jour­nal­iste d’investigation, je me con­sid­ère comme un jour­nal­iste. “Jour­nal­isme d’investigation” c’est un pléonasme. » Angers Mag, 01.04.15

Fabrice Arfi est né dans le 8ème arrondissement de Lyon le 4 septembre 1981. Fils d’un policier de la brigade financière et d’une enseignante militante au PS, il grandit avec « une mythologie paternelle particulière ». Après la lecture d’un livre d’Edwy Plenel, il est séduit par le « côté romantique » de la profession de journaliste.

S’en suiv­ra une car­rière dans ce que d’au­cuns appelleront le « jour­nal­isme d’in­ves­ti­ga­tion ». Arfi, lui, réfute absol­u­ment cette dénom­i­na­tion. « À par­tir du moment où vous allez chercher l’information, la véri­fiez, la con­tex­tu­alisez, la recoupez et la con­fron­tez avec les per­son­nes incrim­inées, et qu’ensuite vous la pub­liez et l’assumez, eh bien, vous faites un jour­nal­isme d’informations. Je veux bien qu’il y ait une dif­férence entre le jour­nal­isme de com­men­taires et le jour­nal­isme d’informations, mais pas plus », explique-t-il.

Quoi qu’il en soit, depuis les bureaux de Medi­a­part, site qu’il a rejoint à son lance­ment, il mul­ti­plie les révéla­tions et les affaires. Avec par­fois beau­coup de cri­tiques, mais tou­jours beau­coup de remous.

Formation

Après un bac économique, il rejoint la nou­velle école de jour­nal­isme de Lyon (ISCPA). Par­ti en stage à Lyon Figaro, il se voit aus­sitôt pro­pos­er un poste. Au final, il n’au­ra fait que trois mois d’é­tudes.

Parcours

C’est en 1999 qu’il intè­gre le ser­vice cul­ture, à la rubrique musi­cale, du quo­ti­di­en Lyon Figaro. Il voulait alors être cri­tique rock, mais en 2000, il rejoint la chronique judi­ci­aire jusqu’en 2004 après le départ en retraite d’un voisin de bureau.

En 2004, il devient reporter à 20 Min­utes pen­dant un an. En par­al­lèle, il pige pour l’AFP, rubrique police-jus­tice, pour Le Parisien, Libéra­tion, Le Monde et Le Canard Enchaîné.

En 2005, il cofonde l’heb­do Tri­bune de Lyon. Il en est limogé en 2007 pour avoir voulu y pub­li­er une enquête met­tant en cause le finance­ment occulte de l’antenne lyon­naise du PS (alors que l’ac­tion­naire de la Tri­bune de Lyon est un proche du maire).

En mars 2008, après avoir sym­pa­thisé avec Edwy Plenel, il rejoint (dès le lance­ment) le pôle enquête de Medi­a­part aux côtés de Fab­rice Lhomme. C’est ensem­ble que les deux hommes seront impliqués dans de nom­breuses révéla­tions, les plus impor­tantes étant l’af­faire Woerth/Bettencourt et l’af­faire Karachi.

Lorsque Fab­rice Lhomme par­ti­ra, en mars 2011, rejoin­dre Le Monde et Gérard Dav­et, une brouille éclat­era entre lui et Arfi.

Suiv­ront ensuite deux affaires nota­bles : celle des finance­ments libyens de Nico­las Sarkozy, et bien-sûr celle du compte en Suisse de Jérôme Cahuzac. Cette dernière affaire sera à l’origine de vives cri­tiques adressées à Arfi et à Medi­a­part, à qui cer­tains, notam­ment Jean-Michel Aphatie, ont reproché d’ac­cuser sans livr­er en par­al­lèle de « preuves irréfuta­bles ». La suite des événe­ments mon­tr­era évidem­ment que c’est Arfi qui avait rai­son.

Fab­rice Arfi fait par­tie des trois jour­nal­istes français mem­bre de l’In­ter­na­tion­al Con­sor­tium of Inves­tiga­tive Jour­nal­ists (ICIJ).

En sep­tem­bre 2015, il coécrit, avec 16 autres jour­nal­istes, un livre inti­t­ulé Informer n’est pas un délit dans lequel il décrypte et analyse « les cen­sures, les obsta­cles et les moyens de pres­sion que subis­sent les jour­nal­istes d’in­ves­ti­ga­tion lors de leurs enquêtes ».

Il est l’un des qua­tre jour­nal­istes français mem­bre du Con­sor­tium inter­na­tion­al des jour­nal­istes d’in­ves­ti­ga­tion (ICIJ), avec Karl Laske (Medi­a­part), Aurore Gorius (Les Jours) et Édouard Per­rin (Pre­mières lignes télévi­sion).

L’ICIJ traite notam­ment les doc­u­ments issus des Off­shore Leaks (2013), Lux­em­bourg Leaks (2014), Swiss Leaks (2015), Pana­ma Papers (2016), Par­adise Papers (2017), qui ont en com­mun de révéler de nom­breux mécan­ismes d’é­va­sion fis­cale. L’ICIJ est fondé en 1997 par le Cen­ter for Pub­lic Integri­ty (CPI), une organ­i­sa­tion notam­ment financée par George Soros via l’Open Soci­ety Foun­da­tions et la Sun­light Foun­da­tions, ain­si que la fon­da­tion de la famille Rock­feller.

Ce qu’il gagne

À Medi­a­part, Fab­rice Arfi gagne 4.000 € net par mois (Tech­nikart).

Publications

  • Le Con­trat. Karachi, l’af­faire que Sarkozy voudrait oubli­er, en col­lab­o­ra­tion avec Fab­rice Lhomme, Stock, 2010.
  • L’Af­faire Bet­ten­court, un scan­dale d’É­tat, en col­lab­o­ra­tion avec Fab­rice Lhomme et la rédac­tion de Medi­a­part, Don Qui­chotte, 2010.
  • L’Af­faire Cahuzac. En bloc et en détail, en col­lab­o­ra­tion avec la rédac­tion de Medi­a­part, 2013.
  • Le Sens des affaires, Cal­mann-Lévy, 2014.
  • La République sur écoute — Chroniques d’une France sous sur­veil­lance, en col­lab­o­ra­tion avec la rédac­tion de Medi­a­part, Don Qui­chotte, 2015.
  • Avec les com­pli­ments du Guide (coécrit avec Karl Laske), Fayard, 2017.

Il l’a dit

« Tout le monde nous dit : “vous nous faites chi­er depuis cinq ans, vous êtes de grands don­neurs de leçons“. C’est très juste de dire que dans la plu­part des affaires qu’on a révélées, il y a une sorte de stratégie, une stratégie de l’isolement de Medi­a­part auprès de l’opinion et des autres médias », Les Inrocks, 20 mars 2013.

« On nous fait pass­er pour des excités et non pas des jour­nal­istes. Si c’est ce qu’il faut pour gag­n­er des lecteurs… En effet oui, on aime bien avoir des lecteurs, c’est extrême­ment per­vers ça, non ? Et oui, on feuil­letonne. On est une petite bar­que et on s’attaque à un État, à des ser­vices, alors oui, il faut être malin par­fois. Si tu fais le bilan des cours­es, ça ne nous a pas desservi », ibid.

« Je revendique qu’on pro­duise de l’intranquilité, y com­pris chez les con­frères. On ne tape pas sur les médias, c’est d’abord un écosys­tème qu’on dénonce, la sit­u­a­tion cap­i­tal­is­tique des médias en France. Nous, on est un jour­nal de com­bat. La guerre, on la gagne comme ça, sans con­ces­sion. Pour moi, il n’y a pas de jour­nal­isme d’investigation. Nous sommes un site d’information », ibid.

« Je con­nais plus d’une rédac­tion où l’on aurait demandé au jour­nal­iste de s’arrêter, de se calmer ou de s’absenter. J’ai vu le moment où ils allaient réus­sir à enter­rer l’affaire, où je n’allais pas pou­voir m’en sor­tir » (à pro­pos de l’affaire Cahuzac) Tech­nikart, 2 octo­bre 2013.

« Les ‘affaires’ dont on par­le aujourd’hui – Karachi, l’affaire Takkiedine, l’affaire Kad­hafi, l’affaire Bet­ten­court et, enfin, l’affaire Cahuzac – ont d’abord été des révéla­tions jour­nal­is­tiques, sor­tis par la presse, en l’occurrence Medi­a­part, et sont ensuite dev­enues des affaires judi­ci­aires », ibid.

« Si Water­gate – con­sid­érée à juste titre comme le Graal jour­nal­is­tique –, fait tomber Nixon, c’est parce qu’un pro­cureur, et le Con­grès améri­cain, se sont emparés de l’affaire. Qu’ils n’auraient pas pu ini­ti­er si Wood­ward et Bern­stein n’avaient pas sor­ti leurs arti­cles dans le Wash­ing­ton Post avant. Sans le jour­nal, on n’aurait jamais su. Mais la con­clu­sion démoc­ra­tique de l’affaire – la démis­sion du Prési­dent – a été ren­du pos­si­ble unique­ment parce que les insti­tu­tions judi­ci­aires ont pris le relais et fait le job », ibid.

« J’étais frus­tré d’avoir à ren­dre compte de dossiers déjà bouclés. J’aurais voulu remon­ter le fil, pou­voir m’intéresser aux dossiers avant même qu’ils n’existent d’un point de vue judi­ci­aire », ibid.

« J’ai un esprit bagar­reur, un peu cour de récré, un peu canaille », ibid.

« Avec la rédac­tion, on décide qu’on ne touchera pas à la vie privée, et on fonce en enquê­tant sur la fraude fis­cale, sur les liens avec Eric Woerth » (à pro­pos de l’affaire Bet­ten­court), ibid.

« Notre enne­mi, c’est la com­mu­ni­ca­tion. Un adver­saire organ­isé, puis­sant, riche, qui est là pour bris­er l’information. Dans l’affaire Cahuzac, la com­mu­ni­ca­tion (poli­tique, celle des con­seillers du min­istre de chez Euro RSCG) a fail­li gag­n­er. C’est pour ça que jour­nal­is­tique­ment, ça a été une belle affaire, c’est la vic­toire de l’information sur la com­mu­ni­ca­tion. Et ce serait dom­mage de leur laiss­er repren­dre le dessus », ibid.

« M. Aphatie incar­ne ce que je ne voudrais jamais devenir pro­fes­sion­nelle­ment. C’est à dire quelqu’un qui a un avis sur tout, tout le temps, partout », France 5, 2013

« Je ne me con­sid­ère pas comme un jour­nal­iste d’investigation, je me con­sid­ère comme un jour­nal­iste. “Jour­nal­isme d’investigation” c’est un pléonasme », Angers Mag, 01.04.2015.

« À par­tir du moment où vous allez chercher l’information, la véri­fiez, la con­tex­tu­alisez, la recoupez et la con­fron­tez avec les per­son­nes incrim­inées, et qu’ensuite vous la pub­liez et l’assumez, eh bien, vous faites un jour­nal­isme d’informations. Je veux bien qu’il y ait une dif­férence entre le jour­nal­isme de com­men­taires et le jour­nal­isme d’informations, mais pas plus », ibid.

« Lorsque le jour­nal­iste se mobilise, ce n’est pas pour défendre son pré-car­ré, ce n’est pas un sur­saut cor­po­ratiste. Les jour­nal­istes sont des passeurs, des insti­tu­teurs. Nous sommes au ser­vice des citoyens. Notre légitim­ité, on la tire auprès de ceux qui nous lisent, nous regar­dent et nous écoutent ! » ibid.

« Je n’ai pas de posi­tion de principe sur le secret des affaires, les entre­pris­es ont besoin de se pro­téger de l’espionnage économique des états ou des con­cur­rents. Mais lorsque l’on instau­re du secret, il faut instau­r­er aus­si un con­tre pou­voir, c’est essen­tiel », ibid.

« Le prob­lème du secret des affaires c’est que sa déf­i­ni­tion n’est pas claire, trop large, que ce sont les entre­pris­es elles-mêmes qui définis­sent ce qui en dépendrait ou non, qu’il n’y a pas de con­trôle de la légitim­ité. Nous sommes dans une inver­sion de la charge de la preuve, c’est-à-dire que ce sera aux jour­nal­istes de mon­tr­er le car­ac­tère d’utilité publique d’une infor­ma­tion et non pas à l’entreprise de démon­tr­er qu’elle doit être pro­tégée », ibid.

« J’ai eu la chance quitte à provo­quer un peu, de ne pas avoir fait d’études », Press­Lab, 21 mai 2015.

« Con­sid­ér­er qu’il y aurait une espèce de caste de jour­nal­isme d’investigation à qui serait dévolu cette façon de tra­vailler me paraît com­plète­ment absurde », ibid.

« Le jour­nal­isme est men­acé par une forme d’idéologie de la com­mu­ni­ca­tion. Le pire enne­mi du jour­nal­isme c’est la com­mu­ni­ca­tion. Je suis effaré de con­stater que dans cer­tains cur­sus uni­ver­si­taires, on mette l’information et la com­mu­ni­ca­tion dans le même tronc com­mun. Il n’y a pas plus antin­o­mique que l’information et la com­mu­ni­ca­tion », ibid.

« Le jour­nal­iste mer­ce­naire, seul con­tre tous, ce n’est pas, en tout cas pour moi, l’image que je me fais de ce méti­er. Pré­cisé­ment, ce qui est for­mi­da­ble dans ce tra­vail, c’est de pou­voir au sein d’une rédac­tion, créer de l’intelligence col­lec­tive », ibid.

« C’est le pro­pre du jour­nal­isme d’être indépen­dant. Un jour­nal­isme sur lequel pèse le soupçon de la dépen­dance est un jour­nal­isme en dan­ger. L’indépendance est le seul moyen de créer ce qu’il y a de plus impor­tant pour le jour­nal­isme: le lien de con­fi­ance entre un média et ses lecteurs, audi­teurs ou téléspec­ta­teurs. Le tré­sor d’un média c’est la con­fi­ance que ceux qui le con­sul­tent, met­tent dedans. L’indépendance économique, et pas seule­ment, est la mère des indépen­dances de ce point de vue là », ibid.

« Il faut une révo­lu­tion cul­turelle, lég­isla­tive, notam­ment sur le secret des sources qui est très mal pro­tégé en France, pour con­cevoir que le jour­nal­isme n’est pas un gad­get de la démoc­ra­tie », ibid.

« Certes, on ne meurt pas aujourd’hui d’être jour­nal­iste en France, on n’est pas au Con­go ou en Russie. Pour autant, ça ne doit pas empêch­er d’interroger notre sys­tème, et de con­stater que nous sommes très loin des canons démoc­ra­tiques », Téléra­ma, 30 sep­tem­bre 2015.

« Nous avons atteint un point inédit de la con­cen­tra­tion des médias en France ! A eux seuls, sept mil­liar­daires (Bernard Arnault, Vin­cent Bol­loré, Mar­tin Bouygues, Serge Das­sault, Patrick Drahi, Arnaud Lagardère et Xavier Niel) pos­sè­dent la majorité des médias. Il faut ajouter Michel Lucas, le prési­dent du Crédit Mutuel et pre­mier opéra­teur de presse quo­ti­di­enne régionale (Le Dauphiné libéré, Le Pro­grès, les DNA…) dont le pou­voir s’étend sur toute la moitié Est de la France. Nous sommes dans un écosys­tème détenu par des indus­triels dont l’activité pre­mière n’est pas la presse. Ces gens-là n’ont pas néces­saire­ment intérêt à défendre la lib­erté d’informer. Lorsqu’on vend des armes, lorsqu’on évolue dans les secteurs de la télé­phonie mobile, de la banque ou du BTP, on entre­tient des liens d’affaires avec les pou­voirs publics », ibid.

« Aujourd’hui, les attaché(e)s de presse ou les respon­s­ables de com­mu­ni­ca­tion sont devenus des sources. Ça ne devrait pas arriv­er. Aux États-Unis, il y a qua­tre com­mu­ni­cants pour un jour­nal­iste ! Les agences spé­cial­isées ont une puis­sance qua­si-insur­pass­able », ibid.

« Il faut s’inspirer de la loi belge, qui pro­tège bien mieux le secret des sources. Ce dernier ne peut être levé que si l’intégrité physique est en jeu. Cela sup­pose par exem­ple qu’un jour­nal­iste déti­enne des infor­ma­tions sur un atten­tat immi­nent ou un réseau pédophile sur le point de sévir. C’est court et pré­cis », ibid.

« Der­rière l’arrogance, l’indécence, les out­rances des Balka­ny, il y a des vic­times », RMC, 16 octo­bre 2015.

« Pour moi, il y a deux jour­nal­ismes : le jour­nal­isme d’information et le jour­nal­isme de com­men­taire », Bondy Blog, 1er avril 2017

« Ce qui est exci­tant dans notre méti­er, c’est l’intranquillité que l’on pro­cure en pub­liant des infor­ma­tions qui dérangent mais c’est aus­si l’intranquillité de notre pro­pre tra­vail qui ne com­mence jamais à la même heure et dont on ne sait jamais com­ment cela va se pass­er », ibid.

« Un jour­nal­iste doit avoir des intu­itions, des a pri­ori, c’est-à-dire qu’on doit avoir l’esprit mal tourné. Il ne faut pas avoir peur de ses pro­pres a pri­ori car quand on voit juste, ça devient une intu­ition », ibid.

« Le rôle du jour­nal­iste n’est pas de se sat­is­faire de la parole offi­cielle », ibid.

« Faire une erreur quand on est jour­nal­iste, c’est grave mais ne pas la recon­naître c’est pire », ibid.

Ils l’ont dit

« Medi­a­part et Fab­rice Arfi cherchent à impos­er une hiérar­chie du jour­nal­isme. Il y a les bons jour­nal­istes, ceux qui enquê­tent, et il y a (même s’ils ne le dis­ent pas directe­ment comme ça) ceux qui sont dans la col­lu­sion avec les puis­sants, le cul visé sur leur chaise, et qui ne font que défendre la classe sociale qui dirige. C’est assez ridicule », Jean-Michel Aphatie, France 5, 2013

« Quand j’en­tends des argu­ments de cette médi­ocrité (« il ne fait qu’aller d’un taxi à un autre ») je me dis que Fab­rice Arfi n’a pas grand chose à dire sur le jour­nal­iste. Il ne fait que des mis­es en cause per­son­nelles. Vrai­ment, c’est pas ter­ri­ble », Ibid.

« Ses enquêtes ont poussé deux min­istres à la démis­sion et ringardisé le tra­vail des con­frères », Tech­nikart, 2 octo­bre 2013

« Refu­sant de se voir taxés, lui et ses col­lègues, de “pre­miers flics de France”, et peu con­va­in­cu de la per­ti­nence du terme “jour­nal­isme d’investigation” (“Y a le jour­nal­isme d’information et le jour­nal­isme de com­men­taire, point”), Arfi lui préfère celui de “jour­nal­isme d’initiation” », ibid.

« Fab­rice Arfi, c’est un peu le Keyser Söze du jour­nal­isme d’investigation : per­son­ne l’a vu venir ! » Source anonyme, ibid.

« Bob Wood­ward des temps mod­ernes », ibid.

« Quand il est arrivé à Paris, il ne con­nais­sait per­son­ne, aucun juge, aucun mag­is­trat. Mais il avait déjà le regard et l’intelligence instinc­tive qui car­ac­térisent les bons enquê­teurs. Et aus­si le côté pit­bull du mec qui ne lâche jamais. Je lui ai présen­té mes con­tacts. J’avais envie de trans­met­tre, mais pas à n’importe qui », Fab­rice Lhomme, Teck­nikart

Crédit pho­to : DR

Voir aussi

Related Posts

None found

Coronavirus et confinement dans les médias

Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias. Comment certains essaient-ils encore d'édulcorer les faits ? Comment d'autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision