Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Francetv Éducation : vous reprendrez bien une goutte d’idéologie bobo ?

21 février 2017

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Francetv Éducation : vous reprendrez bien une goutte d’idéologie bobo ?

Francetv Éducation : vous reprendrez bien une goutte d’idéologie bobo ?

Francetv Éducation, média de service public dédié à l’Éducation Nationale, se présente sur son site comme « une plateforme éducative pour les élèves » qui « propose des contenus multimédias gratuits pour apprendre, réviser et comprendre le monde ». La plateforme numérique est aussi présente sous forme de chaîne Youtube où son slogan est : « Cultiver l’envie d’apprendre ». Une initiative d’État louable ? Et si on y regardait de plus près ?

Francetv Édu­ca­tion indique : « Dans le cadre de sa stratégie de développe­ment numérique et pour répon­dre à sa mis­sion de ser­vice pub­lic de ren­dre acces­si­ble gra­tu­ite­ment et au plus grand nom­bre l’ensem­ble des con­tenus édu­cat­ifs du groupe, France Télévi­sions enri­chit francetv édu­ca­tion en pro­posant une plate­forme numérique mul­ti­sup­port entière­ment dédiée à l’é­d­u­ca­tion à des­ti­na­tion des par­ents, des élèves et des enseignants ».

Une plate­forme numérique dont les pro­grammes sont fab­riqués par France Télévi­sions, mise libre­ment et gra­tu­ite­ment à la dis­po­si­tion tant des élèves que des par­ents et des enseignants. À con­som­mer sans mod­éra­tion en somme, à la mai­son, partout sur sa tablette numérique et même en classe. Les out­ils sont de plusieurs types. Il y a des jeux, des dossiers, des out­ils de révi­sion pour les exa­m­ens, des web­docs, des info­gra­phies, des pro­grammes de type « C’est pas sor­ci­er » en libre accès et surtout des vidéos spé­ci­fiques. Cour­tes (entre 2 et 6 min­utes), ces dernières con­cer­nent toutes les matières enseignées dans les étab­lisse­ments sco­laires, du cycle 1 au lycée.

Des out­ils de recherche per­for­mants per­me­t­tent d’aller directe­ment à ce que l’on cherche, tant par type de doc­u­ment que par thème ou niveau sco­laire. La plate­forme est pra­tique pour les enseignants qui peu­vent ain­si vidéo­pro­jeter directe­ment des ressources aux élèves. Un effort sig­ni­fi­catif étant fait pour coller à l’actualité avec une série de vidéos inti­t­ulées Décod’Actu (décidé­ment…), organ­isées par « saisons », et la Une du site.

Le 20 févri­er 2017, la Une pro­po­sait 4 entrées, 3 étant directe­ment liées à l’actualité : une ren­con­tre avec Ben­jamin Griveaux, porte-parole d’Emmanuel Macron (série « Pre­mière cam­pagne » dont la voca­tion est de suiv­re les pre­miers pas élec­toraux d’hommes et de femmes poli­tiques), un épisode de « Un jour, une ques­tion » con­sacré à la ques­tion : « Pourquoi Trump veut-il con­stru­ire un mur entre les États-Unis et le Mex­ique ? », et une vidéo con­sacrée au thème « Que veut dire coloni­sa­tion ? » (série « Les fon­da­men­taux – Les 12 mots de l’Histoire »).

Dis monsieur Macron, la colonisation c’est quoi ?

Le can­di­dat à la prési­dence de la République a répon­du depuis l’Algérie : « un crime con­tre l’humanité », asser­tion infondée ain­si que Jean Sevil­lia l’indiquait sur le site Figarovox. Francetv Édu­ca­tion explique le mot en 1 minute 55 sec­on­des : la coloni­sa­tion con­siste en l’exploitation de ter­res loin­taines par des pays tels que la France, dans un rap­port de pos­ses­sion. Les habi­tants des colonies étaient des « sujets ». « Et pen­dant l’essor du colo­nial­isme, ce mot n’est même pas péjo­ratif. Seule­ment, vient le moment après la 2e Guerre Mon­di­ale où les peu­ples vont se libér­er de cette dom­i­na­tion ». Le ton est bon enfant mais les choses sont claires : la coloni­sa­tion ne risque pas d’avoir pro­duit quoi que ce soit de posi­tif, étant exclu­sive­ment un rap­port de dom­i­na­tion fondé sur l’exploitation, rap­port dont les peu­ples se sont libérés. La France n’a rien apporté. Elle a beau­coup pris. C’est sans doute en ce sens que Macron entend l’expression « crime con­tre l’humanité », autrement dit en un sens moral et non pas juridique. Soft pow­er appliqué aux con­sciences. À l’instar de la vidéo de Francetv Édu­ca­tion dont le texte est avant tout moralisateur.

Les racines africaines de la civilisation européenne ?

La coloni­sa­tion est un sujet impor­tant. Plus de 40 out­ils lui sont dédiés, reliés à deux autres pages : « esclavage » et « dis­crim­i­na­tions ». Un entre­tien de près de 5 min­utes avec Georges Balandi­er traite ain­si des « pré­ten­dues jus­ti­fi­ca­tions de la coloni­sa­tion ». Les choses sont évi­dentes : nous pré­ten­dions « civilis­er » et impos­er notre civil­i­sa­tion aux « sauvages ». La France a alors besoin d’espace vital, ayant per­du en 1870, dans l’Est, des provinces qui « se dis­aient français­es ».

La cause prin­ci­pale de la coloni­sa­tion réside dans notre pré­ten­tion à une supéri­or­ité racia­lo-dar­wini­enne sur les pop­u­la­tions soumis­es. Notre cul­pa­bil­ité est indé­ni­able, d’autant qu’elle est l’œuvre d’un homme comme Jules Fer­ry pour qui « les races supérieures ont le devoir de civilis­er les races inférieures ». Com­ment n’aurions-nous pas une dette vis-à-vis des descen­dants des espaces colonisés, lesquels vivent aujourd’hui dans ces ghet­tos que sont les ban­lieues de la République ? La dette est attestée par une vidéo con­sacrée à la Traite négrière, 47 sec­on­des, très adap­tées aux enfants des écoles pri­maires, où l’on apprend ceci : « Une chose qui a sur­pris les gens c’est la pro­fondeur de l’empreinte de l’Afrique dans les cul­tures des sociétés européennes con­cernées. On con­nais­sait par exem­ple l’apport des africains à la cul­ture, à la danse, à la musique mais plus les recherch­es étaient poussées plus on se rendait compte que jusque dans la cui­sine, les tech­nolo­gies, les savoirs faire, les croy­ances, les com­porte­ments psy­chologiques, ce sont des choses qu’on ne com­prendrait pas si l’on ne fait pas le détour par la Traite négrière et par l’esclavage ».

Les Européens sont des Africains comme les autres, ce que vient appuy­er une page pro­posant 6 vidéos sur le thème « Noirs de France ». L’esclavage est du reste « un crime con­tre l’humanité », comme l’indique une autre vidéo aux argu­ments entière­ment issus de la Con­férence de Dur­ban de 2001, con­férence pour­tant aujourd’hui très cri­tiquée. Nom­breux sont les antiracistes con­séquents qui recon­nais­sent en cette con­férence le pire fias­co de l’histoire de l’antiracisme. C’est peut-être la bonne piste à suiv­re pour saisir ce que sont les ten­ants et les aboutis­sants de Francetv Éducation ?

La soft power chasse aux fachos

La piste est poli­tique. Au moment des pri­maines de la droite, le can­di­dat Sarkozy retrou­vant les bien­faits de la « ligne Buis­son » se prend à réaf­firmer que nos ancêtres sont « gaulois ». Dès le lende­main, de nom­breux secré­tari­ats des étab­lisse­ments du sec­ondaire de l’Éducation Nationale reçoivent un cour­riel com­por­tant un lien vers Francetv Édu­ca­tion, et cette vidéo : Nos ancêtres les Sar­rasins. Demande est expressé­ment faite que le lien soit com­mu­niqué aux enseignants con­cernés afin qu’ils puis­sent en faire l’usage néces­saire dans leurs class­es. C’est qu’il y a un pat­ri­moine arabo-musul­man extrême­ment impor­tant en France, apprend-on. Du coup, les auteurs de la vidéo le dis­ent : « Ce passé sar­rasin n’a pas pénétré le cadre du réc­it nation­al français, beau­coup plus pro­lixe sur les Gaulois ou les Romains, les Francs et les Nor­mands. Les temps changent comme les pop­u­la­tions, et nous faisons le pari que les Sar­rasins intéresseront un pub­lic de plus en plus nom­breux ».

Vu les moyens d’État dévelop­pés afin de met­tre en scène la fic­tion des racines immi­grées, noires et musul­manes de la France, il est mal­heureuse­ment fort pos­si­ble que ce pari soit gag­nant. D’autant que Francetv Édu­ca­tion se pro­pose de com­bat­tre ceux qui penseraient autrement. C’est l’objet d’une vidéo « décod’actu » pub­liée sur le site fin jan­vi­er 2016 et inti­t­ulée « La fachos­phère », con­cept tout droit issu d’un livre pub­lié en 2016 par des jour­nal­istes de Libéra­tion et des Inrock­upt­ibles. 3 min­utes, la durée est idéale pour con­va­in­cre les ado­les­cents d’aujourd’hui. De quoi s’agit-il ? D’attirer l’attention sur les dan­gers des sites de l’extrême-droite « anti­sémite ou islam­o­phobe, tra­di­tion­nal­iste ou com­plo­tiste ». Le choix du con­necteur « ou » est savoureux. La vidéo liste nom­i­na­tive­ment les sites les plus dan­gereux pour les têtes blondes sco­lar­isées : « Égalite & Réc­on­cil­i­a­tion, FdeS­ouche, Le Salon Beige, Novo­press ou encore Riposte Laïque ». L’heure est grave car ces sites cumu­lent « plusieurs mil­lions de vis­i­teurs tous les mois ». Pire : selon un classe­ment établi en 2016, « sur les 10 pre­miers sites poli­tiques, 7 appar­ti­en­nent à l’extrême-droite », leurs idées « com­plo­tistes » se dif­fusent via les réseaux soci­aux et impactent le quo­ti­di­en poli­tique comme on a pu le voir avec l’affaire « Ali Jup­pé » ou « l’annulation du con­cert de Black M qui devait se tenir pour le cen­te­naire de la bataille de Ver­dun ». Évidem­ment, « Le FN l’a bien com­pris et il a sur­fé à plusieurs repris­es sur les polémiques de la fachos­phère ».

N’aurions-nous pas affaire ici à un dis­cret out­il de for­matage des con­sciences dès le plus jeune âge ? La ques­tion mérite sérieuse­ment d’être posée pour un out­il d’État lié à l’école et financé par l’impôt.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Claude Askolovitch

PORTRAIT — Claude Askolovitch débute sa car­rière à Sci­ences et Vie Économie puis entre à RFO avant d’être engagé au Matin de Paris. Fin 1987, il rejoint Europe 1 puis devient reporter à l’EDJ et à Marianne.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.