Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Global Media Congress : le Sud organise son congrès des médias à Abu Dhabi

20 novembre 2023

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Global Media Congress : le Sud organise son congrès des médias à Abu Dhabi

Global Media Congress : le Sud organise son congrès des médias à Abu Dhabi

Temps de lecture : 3 minutes

Les congrès de journalisme en France sont généralement ennuyeux. Nous n’assistons plus aux larmes de crocodile des assises du journalisme en France qui déplorent le manque de confiance dans les médias sans jamais se regarder dans une glace et se poser la question du manque de pluralisme politique de la profession. Mais quand plus de 5000 délégués du sud se réunissent en novembre 2023 autour des médias à Abu Dhabi, cela mérite une visite virtuelle.

Un moyen d’influence pour Abu Dhabi

Abu Dhabi ou Abou Dabi alias “le père de la gazelle” en arabe, c’est le plus grand des émi­rats arabes unis, 10% des réserves mon­di­ales de pét­role, 5% des réserves de gaz, moins de 3 mil­lions d’habitants dont seule­ment qua­tre cent mille nationaux, le reste venant de l’immigration, Pak­istan, Inde, Egypte, Pales­tine etc. Le troisième revenu au monde par habitant.

L’Arabie Saou­dite est plus grande et mieux armée, le Qatar pos­sède Al Jazeera et le PSG, pour exis­ter le riche émi­rat doit se dif­férenci­er. Une annexe du musée du Lou­vre (ces­sion d’usage de mar­que et prêt d’œuvres), une base mil­i­taire française, achat d’avions Rafale de préférence à l’offre améri­caine et… l’organisation de con­grès via les pétrodol­lars ou pétroeu­ros y contribuent.

Le Global Media Congress, miroir du sud

Le pre­mier GMC a eu lieu en 2022 et le deux­ième vient de se tenir du 14 au 16 novem­bre 2023 au mir­i­fique cen­tre des con­grès de la cap­i­tale. Le pro­gramme était assez clas­sique autour des thèmes :

  • Cli­mat et journalisme ;
  • Médias et sport ;
  • Inno­va­tion et technologie ;
  • Édu­ca­tion aux médias ;
  • Développe­ment durable.

N’ayant pas assisté à dis­tance aux con­férences nous n’en dirons rien, mais attar­dons-nous sur l’assistance. Le GMC, c’est le sud du jour­nal­isme et des médias qui s’organise en-dehors de l’Occident améri­cain et de l’Europe. Par­mi les ora­teurs invités on trou­vera bien quelques Améri­cains, quelques Anglais (pas de Français à notre con­nais­sance) mais surtout une immense majorité de jour­nal­istes et de respon­s­ables de médias venus des pays non alignés, qui ten­tent de sor­tir de l’influence améri­caine ou qui aimeraient la réduire : Chine, Russie, Brésil, Kenya, Nigéria, Afrique du Sud, Inde, Pak­istan, Mex­ique, Ara­bie saou­dite et bien enten­du une foul­ti­tude de représen­tants des émi­rats dont beau­coup de femmes, voilées comme non voilées.

Cer­tains représen­tants russ­es vien­nent de RT ou de Sput­nik, des médias inter­dits en France et en Europe mais qui émet­tent en anglais et en arabe. Loin d’être ostracisés comme en Europe, ils sont mis aux pre­mières loges et la représen­tante de RT Maya Man­na est offi­cielle­ment annon­cée comme « key speaker ».

Bien enten­du les moyens financiers de l’émirat per­me­t­tent le suc­cès d’une telle man­i­fes­ta­tion, mais sa tenue avec ce qui sem­ble un suc­cès est un symp­tôme. Les Européens feraient bien de regarder un peu moins leur nom­bril anglo-sax­on et d’observer avec atten­tion ce qui se passe du côté des non-alignés, y com­pris – nous allions dire surtout – dans le domaine des médias et du journalisme.

Voir aus­si : Assis­es du jour­nal­isme de Tours, mal­trai­tance médi­a­tique des quartiers pop­u­laires : clichés et clichés au carré