Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Sibeth Ndiaye et l’instauration du Ministère de la Vérité

6 mai 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Sibeth Ndiaye et l’instauration du Ministère de la Vérité

Sibeth Ndiaye et l’instauration du Ministère de la Vérité

Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, a encore frappé. Cette fois, c’est par le biais d’un tweet du 30 avril 2020 où elle annonce la création d’un espace dédié à la lutte contre “la propagation des fake news” dans le cadre du coronavirus, directement sur le site du Gouvernement.

Le gouvernement dresse sa liste des médias “sûrs”

Inti­t­ulé “s’informer sur la dés­in­for­ma­tion”, l’espace du Gou­verne­ment entend recenser toutes les “sources d’informations sûres et véri­fiées” don­nant “accès aux arti­cles de médias français lut­tant, dans le cadre de la crise san­i­taire, con­tre la dés­in­for­ma­tion”.

Plus pré­cisé­ment, pour être ce média « digne de con­fi­ance » con­tre la dés­in­for­ma­tion, il faut dis­pos­er d’une rubrique de “fact check­ing” (sic) depuis au moins 2 ans et d’une équipe “fact check­ing” (re-sic) spé­cial­isée.

Les heureux élus accrédités par le Miniv­er (sou­venir de 1984 d’Orwell) sont finale­ment au nom­bre de cinq. On retrou­ve Check­news de Libéra­tion, “Vrai ou fake” de Fran­ce­In­fo, “Fake off” de 20 Min­utes, “Le fact-check­ing” par l’AFP et Les Décodeurs du Monde. Un entre-soi char­mant et con­fort­able.

Levée de boucliers dans le milieu médiatique et tribune pour demander la suppression immédiate de la rubrique

Face à cette ini­tia­tive, le milieu jour­nal­is­tique ne sem­ble pas faire preuve d’un grand ent­hou­si­asme. Dif­férents médias se sont élevés con­tre ce nou­v­el espace par le biais d’articles, que ce soit L’Incorrect, Valeurs Actuelles ou Le Figaro.

Même Gala a évo­qué le sujet, en par­lant des nom­breuses attaques d’internautes que l’on peut retrou­ver en réponse à son tweet, rap­pelant que c’est une “habituée des scan­dales” et men­tion­nant cette fameuse phrase pronon­cée par l’intéressée, “J’as­sume par­faite­ment de men­tir pour pro­téger le prési­dent”, qui fait encore plus grin­cer des dents avec ces nou­velles déc­la­ra­tions.

Du côté des jour­naux offi­cielle­ment validés et estampil­lés « Min­istère de la Vérité » par le pou­voir, les cri­tiques fleuris­sent aus­si. Lau­rent Jof­frin de Libéra­tion a regret­té cette ini­tia­tive dans un long arti­cle. Enfin, Le Monde s’est fait le prin­ci­pal relais d’une tri­bune inti­t­ulée “L’État n’est pas l’arbitre de l’information” et co-signée par les sociétés des jour­nal­istes (SDJ) et sociétés des rédac­teurs (SDR) de la qua­si-total­ité des médias français (BFMTV, Europe 1, Les Échos, L’Obs, etc.), deman­dant la sup­pres­sion sans délai de la rubrique gou­verne­men­tale.

Un temps dif­fi­cile pour le Gou­verne­ment. Au-delà de sa dérive dou­teuse vis-à-vis de l’indépendance de la presse telle que la créa­tion mort née d’un con­seil déon­tologique des médias, celui-ci est assez mal placé pour démêler le vrai du faux, quand on con­naît sa ten­dance à dif­fuser des bobards. Et le vote futur de la sin­istre et lib­er­ti­cide loi Avia n’est pas fait pour ras­sur­er.

DERNIÈRE MINUTE

Devant les réac­tions très néga­tives, le min­istre de la Cul­ture, Franck Riester a annon­cé retir­er le pro­jet, pré­cisant que l’initiative « ne représen­tait évidem­ment pas un objec­tif de tri d’articles ou d’informations, pour autant je peux com­pren­dre les inquié­tudes qui ont été sus­citées par ce ser­vice dans les rédac­tions », ajoutant avoir « pris la déci­sion de retir­er cette page du site du gou­verne­ment ».

Voir notre dernier arti­cle sur les Décodeurs décodés.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision