Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Sibeth Ndiaye et l’instauration du Ministère de la Vérité
Sibeth Ndiaye et l’instauration du Ministère de la Vérité

6 mai 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Sibeth Ndiaye et l’instauration du Ministère de la Vérité

Sibeth Ndiaye et l’instauration du Ministère de la Vérité

Sibeth Ndiaye et l’instauration du Ministère de la Vérité

Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, a encore frappé. Cette fois, c’est par le biais d’un tweet du 30 avril 2020 où elle annonce la création d’un espace dédié à la lutte contre “la propagation des fake news” dans le cadre du coronavirus, directement sur le site du Gouvernement.

Le gouvernement dresse sa liste des médias “sûrs”

Inti­t­ulé “s’informer sur la dés­in­for­ma­tion”, l’espace du Gou­verne­ment entend recenser toutes les “sources d’informations sûres et véri­fiées” don­nant “accès aux arti­cles de médias français lut­tant, dans le cadre de la crise san­i­taire, con­tre la dés­in­for­ma­tion”.

Plus pré­cisé­ment, pour être ce média « digne de con­fi­ance » con­tre la dés­in­for­ma­tion, il faut dis­pos­er d’une rubrique de “fact check­ing” (sic) depuis au moins 2 ans et d’une équipe “fact check­ing” (re-sic) spécialisée.

Les heureux élus accrédités par le Miniv­er (sou­venir de 1984 d’Orwell) sont finale­ment au nom­bre de cinq. On retrou­ve Check­news de Libéra­tion, “Vrai ou fake” de Fran­ce­In­fo, “Fake off” de 20 Min­utes, “Le fact-check­ing” par l’AFP et Les Décodeurs du Monde. Un entre-soi char­mant et confortable.

Levée de boucliers dans le milieu médiatique et tribune pour demander la suppression immédiate de la rubrique

Face à cette ini­tia­tive, le milieu jour­nal­is­tique ne sem­ble pas faire preuve d’un grand ent­hou­si­asme. Dif­férents médias se sont élevés con­tre ce nou­v­el espace par le biais d’articles, que ce soit L’Incorrect, Valeurs Actuelles ou Le Figaro.

Même Gala a évo­qué le sujet, en par­lant des nom­breuses attaques d’internautes que l’on peut retrou­ver en réponse à son tweet, rap­pelant que c’est une “habituée des scan­dales” et men­tion­nant cette fameuse phrase pronon­cée par l’intéressée, “J’as­sume par­faite­ment de men­tir pour pro­téger le prési­dent”, qui fait encore plus grin­cer des dents avec ces nou­velles déclarations.

Du côté des jour­naux offi­cielle­ment validés et estampil­lés « Min­istère de la Vérité » par le pou­voir, les cri­tiques fleuris­sent aus­si. Lau­rent Jof­frin de Libéra­tion a regret­té cette ini­tia­tive dans un long arti­cle. Enfin, Le Monde s’est fait le prin­ci­pal relais d’une tri­bune inti­t­ulée “L’État n’est pas l’arbitre de l’information” et co-signée par les sociétés des jour­nal­istes (SDJ) et sociétés des rédac­teurs (SDR) de la qua­si-total­ité des médias français (BFMTV, Europe 1, Les Échos, L’Obs, etc.), deman­dant la sup­pres­sion sans délai de la rubrique gouvernementale.

Un temps dif­fi­cile pour le Gou­verne­ment. Au-delà de sa dérive dou­teuse vis-à-vis de l’indépendance de la presse telle que la créa­tion mort née d’un con­seil déon­tologique des médias, celui-ci est assez mal placé pour démêler le vrai du faux, quand on con­naît sa ten­dance à dif­fuser des bobards. Et le vote futur de la sin­istre et lib­er­ti­cide loi Avia n’est pas fait pour rassurer.

DERNIÈRE MINUTE

Devant les réac­tions très néga­tives, le min­istre de la Cul­ture, Franck Riester a annon­cé retir­er le pro­jet, pré­cisant que l’initiative « ne représen­tait évidem­ment pas un objec­tif de tri d’articles ou d’informations, pour autant je peux com­pren­dre les inquié­tudes qui ont été sus­citées par ce ser­vice dans les rédac­tions », ajoutant avoir « pris la déci­sion de retir­er cette page du site du gou­verne­ment ».

Voir notre dernier arti­cle sur les Décodeurs décodés.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Cyril Hanouna

PORTRAIT — Incar­na­tion de la « télé-poubelle », Cyril Hanouna truste les suc­cès et les places dans le Paysage Audio­vi­suel Français (PAF) en tant que pro­duc­teur, ani­ma­teur sur D8 avec « Touche pas à mon poste » et de radio à Europe 1 ou acteur de cinéma.

Christian Terras

PORTRAIT — C’est un homme qui appa­rait régulière­ment dans les médias quand il s’agit de faire le procès de l’Église catholique. Présen­té comme « théolo­gien », ou comme un « grand spé­cial­iste du catholi­cisme », il est con­sid­éré comme un inter­locu­teur val­able et objectif.

Mélissa Theuriau

PORTRAIT. Incar­na­tion vivante de la mix­ité heureuse et bour­geoise, cette grande prêtresse de la tolérance offi­cie depuis l’île-Saint-Louis, loin des car­cass­es de voitures brûlées et des vapeurs de haschich.

Audrey Pulvar

PORTRAIT — Audrey Pul­var est née le 21 févri­er 1972 à Fort-de-France (Mar­tinique). Son père, Marc Pul­var, est le fon­da­teur du Mou­ve­ment indépen­dan­tiste mar­tini­quais et secré­taire de la cen­trale syn­di­cale des tra­vailleurs mar­tini­quais (CSTM).

Luc Bronner

Né le 14 mai 1974 à Gap, fils de médecins général­istes, il gagne une pre­mière recon­nais­sance en dres­sant  un por­trait infor­mé et sans con­ces­sions des ban­lieues français­es, à une époque où peu de jour­nal­istes s’y risquaient.