Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand les Décodeurs du Monde veulent s’en prendre à Finkielkraut… mais lui donnent finalement raison

15 février 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Quand les Décodeurs du Monde veulent s’en prendre à Finkielkraut… mais lui donnent finalement raison

Quand les Décodeurs du Monde veulent s’en prendre à Finkielkraut… mais lui donnent finalement raison

Accueil | Veille médias | Quand les Décodeurs du Monde veulent s’en prendre à Finkielkraut… mais lui donnent finalement raison

Quand les Décodeurs du Monde veulent s’en prendre à Finkielkraut… mais lui donnent finalement raison

15 février 2020

Le 3 février 2020, Alain Finkielkraut a commenté sur LCI, l’incarcération en cours de Patrick Balkany et a dénoncé un “acharnement” envers ce dernier. Il a aussi tenu ces propos : “Jamais personne n’est allé en prison pour fraude fiscale.” Déclaration qui lui a valu un article des Décodeurs du Monde, censés dénoncer les “fake news” mais eux-mêmes habitués à en diffuser. Comme l’avait prouvé leur condamnation pour diffamation, que vous pouvez retrouver ici dans un de nos articles récents.

Une pléthore d’exemples… allant dans le sens de Finkielkraut

Inti­t­ulé “Patrick Balka­ny n’est pas le seul fraudeur fis­cal en prison (même si c’est rare)”, cet arti­cle visait claire­ment à démon­tr­er les “men­songes” du philosophe. Avec un effet boomerang.

Pour cela, Le Monde cite divers­es per­son­nal­ités, toutes con­damnées pour fraude fis­cale, mais jamais incar­cérées pour cette rai­son, exacte­ment ce que dis­ait l’académicien . Le cas Cahuzac est évo­qué, “con­damné à deux ans ferme, mais qui avait béné­fi­cié d’un amé­nage­ment de peine avec un bracelet élec­tron­ique” (donc non incar­céré pour fraude fis­cale).

Vient l’évocation de Dieudon­né, “con­damné à deux ans ferme en juil­let 2019, mais demeuré libre en atten­dant son ren­dez-vous avec un juge d’application des peines” (donc non incar­céré pour fraude fis­cale).

Et enfin, celui de Willy Bernard (ancien prési­dent du club de foot­ball d’Angers), incar­céré car celui-ci a “ten­té de se sous­traire à la jus­tice française en s’établissant au Maroc” (donc incar­céré, mais pas pour fraude fis­cale).

Le quo­ti­di­en explique ensuite l’absence d’incarcération comme con­séquence logique de peines “ne dépas­sant pas un an en moyenne” et donc, aménageables.

Enfin, l’article ter­mine sur le cas Balka­ny (sans avoir cité un quel­conque exem­ple con­tre­dis­ant Finkielkraut), en expli­quant que si incar­céra­tion il y a eu, c’est par crainte de fuite des époux. Ce qui est prob­a­ble mais ne cor­re­spond aucune­ment à la réfu­ta­tion des pro­pos de Finkielkraut.

Au Monde, on préfère Cahuzac à Balkany

C’est Mar­i­anne qui a mis en avant les erre­ments des Décodeurs sur cette “affaire” dans un arti­cle du 11 févri­er 2020.

En plus des élé­ments précédem­ment cités, ils soulig­nent une sur­prenante déon­tolo­gie jour­nal­is­tique du jour­nal dans son arti­cle. Dès le pre­mier para­graphe de ce dernier, il est noté “Alain Finkielkraut, habitué des pro­pos polémiques”, une manière de le dis­qual­i­fi­er d’office.

Enfin, les ter­mes employés dans la con­clu­sion de l’article du Monde sont très sur­prenants : “Le cas des époux Balka­ny est assez unique par les mon­tants sous­traits à l’administration fis­cale (plus de 4 mil­lions d’euros).”

Unique par les mon­tants sous­traits à l’administration fis­cale” ? Dans le cas Cahuzac, ces mon­tants ont été estimés à un min­i­mum de 3,5 mil­lions d’euros, ce que Le Monde se garde bien de rap­pel­er alors qu’il revient à plusieurs repris­es sur cette affaire. Et quid du statut vrai­ment “unique” de ce dernier, “min­istre du bud­get chargé de la lutte con­tre la fraude fis­cale”, par rap­port à celui de maire pour Balka­ny ? Aucune men­tion non plus.

Pour “décoder”, il sem­blerait préférable de citer tous les élé­ments et de s’attaquer à de vraies “fake news”. A défaut d’en dif­fuser. Au fait, chers Décodeurs, c’est Google qui a financé votre créa­tion, on attend tou­jours le mon­tant de la gen­tille con­tri­bu­tion et les con­di­tions d’attribution de cette amabilité.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés