Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand les Décodeurs du Monde veulent s’en prendre à Finkielkraut… mais lui donnent finalement raison

15 février 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Quand les Décodeurs du Monde veulent s’en prendre à Finkielkraut… mais lui donnent finalement raison

Quand les Décodeurs du Monde veulent s’en prendre à Finkielkraut… mais lui donnent finalement raison

Le 3 février 2020, Alain Finkielkraut a commenté sur LCI, l’incarcération en cours de Patrick Balkany et a dénoncé un “acharnement” envers ce dernier. Il a aussi tenu ces propos : “Jamais personne n’est allé en prison pour fraude fiscale.” Déclaration qui lui a valu un article des Décodeurs du Monde, censés dénoncer les “fake news” mais eux-mêmes habitués à en diffuser. Comme l’avait prouvé leur condamnation pour diffamation, que vous pouvez retrouver ici dans un de nos articles récents.

Une pléthore d’exemples… allant dans le sens de Finkielkraut

Inti­t­ulé “Patrick Balka­ny n’est pas le seul fraudeur fis­cal en prison (même si c’est rare)”, cet arti­cle visait claire­ment à démon­tr­er les “men­songes” du philosophe. Avec un effet boomerang.

Pour cela, Le Monde cite divers­es per­son­nal­ités, toutes con­damnées pour fraude fis­cale, mais jamais incar­cérées pour cette rai­son, exacte­ment ce que dis­ait l’académicien . Le cas Cahuzac est évo­qué, “con­damné à deux ans ferme, mais qui avait béné­fi­cié d’un amé­nage­ment de peine avec un bracelet élec­tron­ique” (donc non incar­céré pour fraude fis­cale).

Vient l’évocation de Dieudon­né, “con­damné à deux ans ferme en juil­let 2019, mais demeuré libre en atten­dant son ren­dez-vous avec un juge d’application des peines” (donc non incar­céré pour fraude fis­cale).

Et enfin, celui de Willy Bernard (ancien prési­dent du club de foot­ball d’Angers), incar­céré car celui-ci a “ten­té de se sous­traire à la jus­tice française en s’établissant au Maroc” (donc incar­céré, mais pas pour fraude fis­cale).

Le quo­ti­di­en explique ensuite l’absence d’incarcération comme con­séquence logique de peines “ne dépas­sant pas un an en moyenne” et donc, amé­nage­ables.

Enfin, l’article ter­mine sur le cas Balka­ny (sans avoir cité un quel­conque exem­ple con­tre­dis­ant Finkielkraut), en expli­quant que si incar­céra­tion il y a eu, c’est par crainte de fuite des époux. Ce qui est prob­a­ble mais ne cor­re­spond aucune­ment à la réfu­ta­tion des pro­pos de Finkielkraut.

Au Monde, on préfère Cahuzac à Balkany

C’est Mar­i­anne qui a mis en avant les erre­ments des Décodeurs sur cette “affaire” dans un arti­cle du 11 févri­er 2020.

En plus des élé­ments précédem­ment cités, ils soulig­nent une sur­prenante déon­tolo­gie jour­nal­is­tique du jour­nal dans son arti­cle. Dès le pre­mier para­graphe de ce dernier, il est noté “Alain Finkielkraut, habitué des pro­pos polémiques”, une manière de le dis­qual­i­fi­er d’office.

Enfin, les ter­mes employés dans la con­clu­sion de l’article du Monde sont très sur­prenants : “Le cas des époux Balka­ny est assez unique par les mon­tants sous­traits à l’administration fis­cale (plus de 4 mil­lions d’euros).”

Unique par les mon­tants sous­traits à l’administration fis­cale” ? Dans le cas Cahuzac, ces mon­tants ont été estimés à un min­i­mum de 3,5 mil­lions d’euros, ce que Le Monde se garde bien de rap­pel­er alors qu’il revient à plusieurs repris­es sur cette affaire. Et quid du statut vrai­ment “unique” de ce dernier, “min­istre du bud­get chargé de la lutte con­tre la fraude fis­cale”, par rap­port à celui de maire pour Balka­ny ? Aucune men­tion non plus.

Pour “décoder”, il sem­blerait préférable de citer tous les élé­ments et de s’attaquer à de vraies “fake news”. A défaut d’en dif­fuser. Au fait, chers Décodeurs, c’est Google qui a financé votre créa­tion, on attend tou­jours le mon­tant de la gen­tille con­tri­bu­tion et les con­di­tions d’attribution de cette ama­bil­ité.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.