Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand les Décodeurs du Monde veulent s’en prendre à Finkielkraut… mais lui donnent finalement raison

15 février 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Quand les Décodeurs du Monde veulent s’en prendre à Finkielkraut… mais lui donnent finalement raison

Quand les Décodeurs du Monde veulent s’en prendre à Finkielkraut… mais lui donnent finalement raison

Le 3 février 2020, Alain Finkielkraut a commenté sur LCI, l’incarcération en cours de Patrick Balkany et a dénoncé un “acharnement” envers ce dernier. Il a aussi tenu ces propos : “Jamais personne n’est allé en prison pour fraude fiscale.” Déclaration qui lui a valu un article des Décodeurs du Monde, censés dénoncer les “fake news” mais eux-mêmes habitués à en diffuser. Comme l’avait prouvé leur condamnation pour diffamation, que vous pouvez retrouver ici dans un de nos articles récents.

Une pléthore d’exemples… allant dans le sens de Finkielkraut

Inti­t­ulé “Patrick Balka­ny n’est pas le seul fraudeur fis­cal en prison (même si c’est rare)”, cet arti­cle visait claire­ment à démon­tr­er les “men­songes” du philosophe. Avec un effet boomerang.

Pour cela, Le Monde cite divers­es per­son­nal­ités, toutes con­damnées pour fraude fis­cale, mais jamais incar­cérées pour cette rai­son, exacte­ment ce que dis­ait l’académicien . Le cas Cahuzac est évo­qué, “con­damné à deux ans ferme, mais qui avait béné­fi­cié d’un amé­nage­ment de peine avec un bracelet élec­tron­ique” (donc non incar­céré pour fraude fis­cale).

Vient l’évocation de Dieudon­né, “con­damné à deux ans ferme en juil­let 2019, mais demeuré libre en atten­dant son ren­dez-vous avec un juge d’application des peines” (donc non incar­céré pour fraude fis­cale).

Et enfin, celui de Willy Bernard (ancien prési­dent du club de foot­ball d’Angers), incar­céré car celui-ci a “ten­té de se sous­traire à la jus­tice française en s’établissant au Maroc” (donc incar­céré, mais pas pour fraude fis­cale).

Le quo­ti­di­en explique ensuite l’absence d’incarcération comme con­séquence logique de peines “ne dépas­sant pas un an en moyenne” et donc, amé­nage­ables.

Enfin, l’article ter­mine sur le cas Balka­ny (sans avoir cité un quel­conque exem­ple con­tre­dis­ant Finkielkraut), en expli­quant que si incar­céra­tion il y a eu, c’est par crainte de fuite des époux. Ce qui est prob­a­ble mais ne cor­re­spond aucune­ment à la réfu­ta­tion des pro­pos de Finkielkraut.

Au Monde, on préfère Cahuzac à Balkany

C’est Mar­i­anne qui a mis en avant les erre­ments des Décodeurs sur cette “affaire” dans un arti­cle du 11 févri­er 2020.

En plus des élé­ments précédem­ment cités, ils soulig­nent une sur­prenante déon­tolo­gie jour­nal­is­tique du jour­nal dans son arti­cle. Dès le pre­mier para­graphe de ce dernier, il est noté “Alain Finkielkraut, habitué des pro­pos polémiques”, une manière de le dis­qual­i­fi­er d’office.

Enfin, les ter­mes employés dans la con­clu­sion de l’article du Monde sont très sur­prenants : “Le cas des époux Balka­ny est assez unique par les mon­tants sous­traits à l’administration fis­cale (plus de 4 mil­lions d’euros).”

Unique par les mon­tants sous­traits à l’administration fis­cale” ? Dans le cas Cahuzac, ces mon­tants ont été estimés à un min­i­mum de 3,5 mil­lions d’euros, ce que Le Monde se garde bien de rap­pel­er alors qu’il revient à plusieurs repris­es sur cette affaire. Et quid du statut vrai­ment “unique” de ce dernier, “min­istre du bud­get chargé de la lutte con­tre la fraude fis­cale”, par rap­port à celui de maire pour Balka­ny ? Aucune men­tion non plus.

Pour “décoder”, il sem­blerait préférable de citer tous les élé­ments et de s’attaquer à de vraies “fake news”. A défaut d’en dif­fuser. Au fait, chers Décodeurs, c’est Google qui a financé votre créa­tion, on attend tou­jours le mon­tant de la gen­tille con­tri­bu­tion et les con­di­tions d’attribution de cette ama­bil­ité.

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

Claude Chollet et l’Observatoire du journalisme (OJIM) ont été mis en examen par le procureur de la République à la demande de Monsieur Ramzi Khiroun, ancien chauffeur et garde du corps de DSK et maintenant porte-parole du groupe Lagardère. La mise en examen porte sur le délit d’injures publiques, susceptible d’une amende de 12.000 € et de dommages et intérêts supplémentaires. La première audience a lieu le 7 octobre. Pour nous aider à nous défendre et à nous développer, rejoignez nos donateurs.

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.