Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Křetínský revend à Niel ses parts dans le groupe Le Monde

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

27 septembre 2023

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Křetínský revend à Niel ses parts dans le groupe Le Monde

Křetínský revend à Niel ses parts dans le groupe Le Monde

Temps de lecture : 2 minutes

Les nouvelles configurations dans les médias dans la perspective de l’élection présidentielle de 2027 prennent forme. Le Tchèque Daniel Křetínský qui va être bientôt propriétaire d’Editis (alors que Bolloré va reprendre Hachette) sort du groupe Le Monde au bénéfice de Xavier Niel, fort proche des milieux soutenant le président de la République et plus qu’à l’écoute pour lui trouver un successeur dans la même veine, un peu ripolinée.

La mauvaise affaire de Křetínský en 2018

Lorsque le tchèque s’est intéressé au groupe du Monde (le quo­ti­di­en mais aus­si Téléra­ma, La Vie, Cour­ri­er inter­na­tion­al etc), il souhaitait repren­dre la total­ité des actions de Matthieu Pigasse. En sim­pli­fi­ant, dans la con­fig­u­ra­tion de l’époque, ce dernier lui cédait 25% des actions du groupe et le poste de co-gérant partagé avec Xavier Niel. Fureur de ce dernier, mécon­tente­ment de la direc­tion et de la rédac­tion du jour­nal qui s’y opposent. Pigasse ne cèdera que moins de la moitié de ses actions à Křetín­ský. Ce dernier se retrou­ve minori­taire dans une struc­ture elle-même minori­taire avec une influ­ence égale à zéro sur le groupe et sans poste de gérant. Les sommes en jeu n’ont jamais été pub­liées de manière offi­cielle mais entre verse­ment cash et prêt pour Pigasse alors en dif­fi­culté avec les ban­ques, on par­le d’un mon­tant entre 40M€ et 60M€. Un strapon­tin qui coûte cher.

Niel rachète et promet de transférer les actions

C’est une somme (non offi­cielle) équiv­a­lente que Niel verserait à Křetín­ský pour le rachat de ses actions, autour de 50M€. Les actions rachetées ain­si que celles de Pigasse seraient trans­férées au Fonds pour l’Indépendance de la presse con­sti­tué en 2021. À terme, ce fonds détiendrait la majorité des actions con­trôlant la hold­ing du groupe. Le grand vain­queur est Xavier Niel, Křetín­ský s’en tire bien et récupère des liq­uid­ités pour dévelop­per son pôle médias (Mar­i­anne, Elle, Franc-tireur) et ses autres activ­ités. Matthieu Pigasse est plutôt du côté des per­dants mais pour­ra se con­sacr­er à son groupe de presse Com­bat (Les Inrocks, Radio Nova) en piteux état. Les grandes manœu­vres pour 2027 bat­tent leur plein, atten­dons les prochains développe­ments en par­ti­c­uli­er du côté de la télévision.

Voir aus­si : groupe Le Monde, info­gra­phie (avant rachat)