Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Le Monde, champion de la perfusion d’État !

11 juillet 2024

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Le Monde, champion de la perfusion d’État !

Le Monde, champion de la perfusion d’État !

Temps de lecture : 4 minutes

Le ministère de la culture a distribué plus de 200 millions d’euros d’aides à la presse en 2023. Le journal Le Monde est l’organe le plus aidé avec près de 19 millions d’euros. Le système de soutien aux titres de presse fait la part belle à quelques titres dont ceux appartenant à des milliardaires.

Des aides diversifiées de tous côtés, 200M€ en direct

C’est « dans un objec­tif de trans­parence » que le min­istère de la Cul­ture pub­lie chaque année depuis 2012 la liste des titres de presse ayant béné­fi­cié d’aides directes et indi­rectes. Défen­dant sa démarche de sou­tien aux médias par leur con­tri­bu­tion « essen­tielle à l’information des citoyens  et à la dif­fu­sion des courants de pen­sées et d’opinions », le min­istère détaille un total d’aides directes de 204,7 mil­lions d’euros dont 22,7 au titre des six aides au plu­ral­isme. 133 mil­lions d’euros con­cer­nent les aides au trans­port et à la dif­fu­sion et 19,1 M € les aides à l’investissement en faveur de la modernisation.

Par ailleurs 30M€ ont été ver­sés dans le cadre d’une aide excep­tion­nelle visant à com­penser la hausse des coûts de pro­duc­tion, essen­tielle­ment due à l’explosion du prix du papi­er, à laque­lle la presse a dû faire face en 2023.

Et plus de 140M€ en aides indirectes

Il con­vient de rap­pel­er qu’en sus des aides à la presse, les aides indi­rectes pèseraient 84 mil­lions d’euros, c’est le cas notam­ment de la TVA à 2,1 % qui par­ticipe du sou­tien aux médias et coûterait à elle seule 60 mil­lions d’euros selon Bercy.

Evo­quant dans le choix des titres aidés « des critères objec­tifs et trans­par­ents qui sont les garants de la neu­tral­ité et de l’impartialité des déci­sions d’octroi », le min­istère se pique de plu­ral­isme et égraine les mil­lions d’aides titre par titre dans un fichi­er télécharge­able en ligne.

Champion du Monde toute catégorie !

Cumu­la­tive­ment, selon La Let­tre, le groupe Le Monde a béné­fi­cié d’un total de 18,99 mil­lions d’euros. Au côté du titre phare Le Monde, se trou­vent les revues L’Obs et Téléra­ma mais aus­si Cour­ri­er Inter­na­tion­al et La Vie. Vient ensuite le groupe Les Echos-Le Parisien (LVMH) avec 17,02 mil­lions d’euros. Le groupe Ouest France com­plète le podi­um avec 14,53 mil­lions d’euros.

En qua­trième posi­tion se trou­ve le groupe Ebra-Crédit-Mutuel (titres de presse région­al) puis Bayard Presse (La Croix) et enfin le groupe Das­sault (Le Figaro).

À lui seul, le vieux jour­nal L’Humanité perçoit la coquette somme de 6,58 mil­lions d’euros soit plus que Libéra­tion alors même que le pre­mier dif­fuse près de trois fois moins que le sec­ond.

L’inflation appar­ente de l’aide à la presse, elle, était de 110,4 mil­lions en 2022 con­tre plus de 200 mil­lions en 2023 ; elle doit cepen­dant être rel­a­tivisée puisqu’elle intè­gre désor­mais une sub­ven­tion indi­recte autre­fois non compt­abil­isée qui représente quelques 73 mil­lions d’euros : les aides « à l’exemplaire posté ». A cela s’ajoute une aide spé­ciale de 30 mil­lions d’euros mise en place en mai 2023 pour prêter main forte au secteur dans un con­texte d’explosion du coût du papier.

Les milliardaires aussi adorent les subventions !

Par­mi les grands groupes médi­a­tiques français se trou­vent plusieurs grandes for­tunes. Pour la pre­mière fois depuis 2022 Bernard Arnault (Les Echos, Le Parisien) perd la pre­mière place dans la course aux sub­ven­tions avec « seule­ment » 17M€ de picail­lons dans sa poche de pau­vre. Auquel il faudrait rajouter un morceau de l’aide à Chal­lenges dont il pos­sède 40%. Si Das­sault est bien placé avec Le Figaro et ses 10,6 mil­lions d’euros de sub­ven­tions, on retrou­ve aus­si le groupe Viven­di de Vin­cent Bol­loré, qui perçoit ain­si 6,52 mil­lions d’euros dont 1,8 mil­lions pour le JDD et un peu moins d’un mil­lion pour Paris Match pour l’aide excep­tion­nelle pour com­penser le prix du papi­er. Le mil­liar­daire tchèque Daniel Kretinsky a lui béné­fi­cié d’une enveloppe de 3,81 mil­lions pour ses médias dont 1,4 mil­lion pour le jour­nal Mar­i­anne.

Xavier Niel (NJJ hold­ing) se trou­ve à 2,85 mil­lions au titre de sa par­tic­i­pa­tion dans le groupe Le Monde. La famille Pin­ault avec Artémis et le jour­nal Le Point est à 2,65 mil­lions et enfin Rodolphe Saadé via CMA CGM 2,09 mil­lions pour La Provence et Corse-Matin.

Les aides à la presse pour­raient faire l’objet d’économies dans les années à venir. En mars 2024, la Cour des comptes pub­li­ait un rap­port inti­t­ulé : « Les crédits excep­tion­nels à la cul­ture et aux indus­tries créa­tives. Des moyens con­sid­érables, une logique de guichet, un con­trôle insat­is­faisant » dans lequel était épinglée l’importance de l’aide de l’Etat pour les médias.