Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Quand l’instant M fait une liste de mal pensants
Quand l’instant M fait une liste de mal pensants

4 décembre 2019

Temps de lecture : 3 minutes

Accueil | Veille médias | Quand l’instant M fait une liste de mal pensants

Quand l’instant M fait une liste de mal pensants

Quand l’instant M fait une liste de mal pensants

Le 11 octobre 2019, Sonia Devillers invitait deux « journalistes médias » pour son émission l’instant M sur France Inter. Pour répondre à la question : « Mais comment en est-on arrivé là ? » au sujet de la participation d’Éric Zemmour à Face à l’info sur CNews, les deux invités sont Isabelle Roberts et Raphaël Garrigos. Une occasion pour le camp du bien de dresser une liste d’intellectuels déviants.

L’élément déclencheur de cette émis­sion est l’arrivée d’Éric Zem­mour sur CNews, « mal­gré une con­damna­tion en jus­tice pour des pro­pos déjà tenus dans les médias, mal­gré aus­si l’ul­tra vio­lence de son pro­pos dis­cours proféré à la Con­ven­tion de la droite ». Le décor est posé.

François Fillon en amuse-bouche

La pre­mière cible – facile – de l’Instant M – est François Fil­lon qui a récem­ment accordé une inter­view « au présen­ta­teur vedette de la télévi­sion suisse ». Les con­tra­dic­tions relevées par le jour­nal­iste de France inter entre les pro­pos de l’ancien can­di­dat à l’élection prési­den­tielle et ses actes provo­quent rires enten­dus et glousse­ments de Sonia Dev­illers. Une façon de met­tre tout le monde à l’aise et de pos­er que l’on est « entre nous ».

Puis c’est le fait que Chris­tine Kel­ly ait accep­té d’animer l’émission à laque­lle Éric Zem­mour est l’invité per­ma­nent sur CNews qui est évo­qué. Un réel sujet d’étonnement. Isabelle Roberts men­tionne ensuite qu’Éric Zem­mour a été viré précédem­ment d’i>Télé, l’ancêtre de CNews. « Faire revenir Éric Zem­mour » sur CNews serait un objec­tif non pas du directeur de CNews Serge Ned­jar mais de Vin­cent Bol­loré him­self. Cela con­stitue-t-il un fac­teur aggra­vant sur France Inter ? La ques­tion sem­ble préoc­cu­per Sonia Dev­illers puisqu’elle y revien­dra en conclusion.

Sonia Devillers fait une liste des mal pensants

Puis Sonia Dev­illers lance (17,10e min) « Vous pointez dans vos papiers, Isabelle Roberts et Raphaël Gar­ri­gos, la présence à CNews et à dif­férents lieux de débats de jour­nal­istes très très à droite voire à l’extrême droite. On peut les citer, Yvan Rioufol du Figaro, Eliz­a­beth Levy, Gilles-William Gold­nadel, Char­lotte d’Ornellas de Valeurs actuelles ou encore Gabrielle Cluzel de Boule­vard Voltaire. Qu’est-ce qui se passe à CNews ? ».

Raphaël Gar­ri­gos rebon­dit en ajoutant d’autres noms : « on peut ajouter aus­si Pas­cal Praud, Jean-Marc Moran­di­ni. Tout le monde par­le d’une fox­i­sa­tion de CNews qui se trans­formerait en Fox News française, la chaine améri­caine très répub­li­caine. Ça ressem­ble à une ligne édi­to­ri­ale ».

Sonia Dev­illers évoque alors une « schiz­o­phrénie totale » avec la présence sur Canal Plus de Mouloud Achour qui s’est présen­té à Christophe Cas­tan­er « comme musul­man, regardez j’ai une barbe », ce qui est une lib­erté de parole, une France métis­sée qui s’assume assez rarement sur la télé française ».

Et Raphaël Gar­ri­gos d’estimer que « le silence de Maxime Saa­da, le patron de Canal Plus, n’en est que plus incom­préhen­si­ble ». Sonia Dev­illers et Isabelle Roberts con­clu­ent sur le rôle prépondérant de Vin­cent Bol­loré dans le choix d’inviter Éric Zem­mour sur CNews.

Anormale pluralité

Il ressort de cette émis­sion un pro­fond malaise. Qu’une plu­ral­ité de chroniqueurs dans des chaine du groupe Canal Plus existe sem­ble une curiosité pour nos inter­venants. A les enten­dre, on peut se deman­der s’ils ne con­sid­èrent pas cette plu­ral­ité comme une anomalie.

Des pro­pos de Sonia Dev­illers, il ressort qu’il y a d’un côté un point de vue légitime, en faveur de la France métis­sée, etc. et de l’autre des inter­venants illégitimes. Le fait d’énumérer des inter­venants « très très à droite voire à l’extrême droite » sur C News provoque une étrange sen­sa­tion, comme si l’on désig­nait celles et ceux qui pensent mal. Que C News ait décidé d’inviter des per­son­nal­ités sor­tant de l’habituel con­sen­sus libéral lib­er­taire sem­ble une insulte au bon goût. A titre d’information pour Sonia Dev­illers et ses invités, à en juger les scores d’audience de Face à l’info, le pub­lic sem­ble ne pas tenir compte de l’opinion de ces directeurs de con­science. Il est vrai que la char­mante Sonia sem­ble préfér­er tourn­er en cir­cuit (très) fermé.

Rediffusion estivale

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».