Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le Monde le dit : il y a péril en la demeure culturelle et médiatique

1 octobre 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Le Monde le dit : il y a péril en la demeure culturelle et médiatique

Le Monde le dit : il y a péril en la demeure culturelle et médiatique

Le quotidien Le Monde surveille régulièrement les bonnes mœurs politiques, veillant à ce que, selon son point de vue, des idées trop différentes de celles qu’il défend ne se diffusent pas trop dans la société. Un article daté du 29 septembre 2018 et signé d’Olivier Faye et Lucie Soullier nous le rappelle.

Ce 29 sep­tem­bre 2018, Le Monde est mon­té aux créneaux. Titre : « Néo­cathos et vieilles souch­es con­ser­va­tri­ces, réc­it d’une semaine d’union réac­tion­naire ». Un inti­t­ulé qui ne présage d’aucune analyse par­ti­sane ou mil­i­tante. Le hasard des cal­en­dri­ers ayant voulu qu’Éric Zem­mour, Eugénie Bastié, à l’occasion de la paru­tion de leurs essais respec­tifs (ce qui est assez banal fin sep­tem­bre étant don­né que c’est la ren­trée des essais), La Manif Pour Tous, pour cause d’annonce par le pou­voir poli­tique de la PMA pour toutes à venir, Char­lotte d’Ornellas, jeune jour­nal­iste se revendi­quant de droite et tra­vail­lant pour Valeurs Actuelles, et Patrick Buis­son, quit­tant la chaîne His­toire, aient une actu­al­ité, les médias en ont ren­du compte ou bien ont invité cer­taines des per­son­nes citées. C’est ce qui préoc­cupe Le Monde : l’omniprésence de la « réac­tion ». Et de son « union », laque­lle pour­rait men­ac­er le mode de pen­sée dom­i­nant à l’approche des élec­tions européennes.

L’usage des mots dans Le Monde

Le vocab­u­laire util­isé par le quo­ti­di­en, dès lors qu’il affiche ouverte­ment, en titre, et en cha­peau (« D’Eric Zem­mour à Ludovine de La Rochère en pas­sant par Eugénie Bastié, Char­lotte d’Ornellas ou Patrick Buis­son… la droite con­ser­va­trice sat­ure le ter­rain médi­a­tique. »), un cer­tain engage­ment con­tre les per­son­nes qu’il évoque, est intéres­sant.

Décodons Le Monde :

  • « réac­tion »
  • « néo­cathos » (référence prob­a­ble à néo­con­ser­va­teurs)
  • « droite con­ser­va­trice »
  • « polémiste préféré de la droite dure » (Zem­mour)
  • « bou­tique très droitière » (au sujet de La Nou­velle Librairie, où Zem­mour sig­nait son récent ouvrage)
  • « Éric Zem­mour n’aura finale­ment vu défil­er que les remer­ciements de Perce­val, Jeanne, Chris­tine ou Hil­da ». Pas de Corinne, sem­ble-t-il.
  • « Un ancien fil­loniste en veste Bar­bour frôle un roy­al­iste à gants de cuir ; lep­énistes et maréchal­istes tien­nent les mêmes sacs en plas­tique ; une jeune fille à serre-tête patiente sage­ment der­rière le représen­tant d’un grou­pus­cule iden­ti­taire. » (Le Monde aurait-il vu des anciens mem­bres de Vichy ou bien plus sim­ple­ment de sup­posés proches de Mar­i­on Maréchal ? Si c’est la sec­onde hypothèse qui doit être retenue, force est de recon­naître que la volon­té des jour­nal­istes est de dén­i­gr­er à peu de frais la jeune direc­trice de L’ISSEP Lyon dont les proches sont usuelle­ment appelés « mar­i­on­istes »).
  • « La webtélé préférée de l’extrême droite » (c’est au sujet de TV Lib­ertés).
  • « Polémia, la fon­da­tion dirigée par le très iden­ti­taire ancien député européen fron­tiste Jean-Yves Le Gal­lou »
  • « Un ancien fron­tiste passé au par­ti Les Répub­li­cains qui en appelle au dia­logue entre toutes les droites, extrêmes inclus­es »
  • « Tous voient Éric Zem­mour comme un mar­tyr de la cause réac­tion­naire, une vic­time sac­ri­fiée sur l’autel du on ne peut plus rien dire».
  • « Réac­tion, le mot est chargé mais il ne fait plus peur. Il devient presque un badge d’honneur… »
  • « La réac­tion s’insinue partout et frappe à toutes les portes… »
  • « Dix min­utes durant, une con­ser­va­trice ten­dance catholique de 26 ans ouvre l’actualité de la semaine sur la pre­mière mati­nale radio de France en mitrail­lant le mou­ve­ment mee­too… » (il s’agit d’Eugénie Bastié, jour­nal­iste au Figaro, invitée sur France Inter pour présen­ter son essai Le Porc émis­saire, juste paru au Cerf)
  • « Au cœur du “sys­tème médi­a­tique” tant décrié par les extrêmes, une autre bret­teuse de la droite décom­plexée » (C’est Char­lotte d’Ornellas).
  • « Chroniqueuse à TV Lib­ertés et fon­da­trice de l’éphémère revue France avec le mil­i­tant iden­ti­taire Damien Rieu, fait son nid dans les médias “tra­di­tion­nels” de l’émission 28 Min­utes sur Arte, à celle de Pas­cal Praud, sur Cnews, en pas­sant par France Cul­ture, la trente­naire dif­fuse depuis la ren­trée son dis­cours anti-PMA (tan­dis que Le Monde ne dif­fuse pas de dis­cours pro-PMA) et d’anti-immigration (tan­dis que Le Monde ne dif­fuse pas de dis­cours pro-immi­gra­tion) sur toutes les ondes ».
  • « L’ultra droite l’adore »
  • « Cer­tains appel­lent cela, avec un rien d’emphase, de la métapoli­tique : les idées ne s’imposent pas seule­ment lors du com­bat élec­toral, mais aus­si dans les médias. Ou encore dans les écoles de sci­ences poli­tiques, comme le répète l’ancienne députée fron­tiste Mar­i­on Maréchal depuis qu’elle a fondé, à Lyon, son Insti­tut des sci­ences sociales économiques et poli­tiques. »
  • Au sujet de la PMA, sont cités le men­su­el L’Incorrect, La Manif Pour Tous, Ludovine de La Rochère, une « droite hors les murs » se pré­parant aux « batailles à venir ».
  • « L’ombre de Patrick Buis­son plane une nou­velle fois sur l’automne de la droite con­ser­va­trice ».
  • « Avec Philippe de Vil­liers et Éric Zem­mour, l’ancien con­seiller de Nico­las Sarkozy incar­ne la vieille garde du mou­ve­ment, une des fig­ures de cette sainte trinité iden­ti­taire à laque­lle se réfèrent les jeunes fan­tassins. »
  • Buis­son ? « L’ancien jour­nal­iste de l’hebdomadaire d’extrême droite Minute »
  • « La con­quête des esprits »

Tout cela ? Oui, tout cela… en 125 lignes ! Pourquoi ? Le Monde craint que ce qu’il perçoit comme une ébul­li­tion ne se traduise dans les urnes lors des prochaines européennes et que son vieux monde, juste­ment, ne s’écroule. Ain­si, Le Monde, jour­nal pour­tant réputé truf­fé d’intelligences de haut vol, paraît-il, n’a sem­ble-t-il tou­jours pas com­pris que le prob­lème des médias en France n’est pas qu’ils don­nent (un peu) la parole à des intel­lectuels et jour­nal­istes con­ser­va­teurs mais bien plutôt qu’ils aient oublié de la leur don­ner durant de très longues années, au mépris de la démoc­ra­tie la plus élé­men­taire.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision