Accueil | Actualités | Médias | Le Monde le dit : il y a péril en la demeure culturelle et médiatique

Le Monde le dit : il y a péril en la demeure culturelle et médiatique

Le quotidien Le Monde surveille régulièrement les bonnes mœurs politiques, veillant à ce que, selon son point de vue, des idées trop différentes de celles qu’il défend ne se diffusent pas trop dans la société. Un article daté du 29 septembre 2018 et signé d’Olivier Faye et Lucie Soullier nous le rappelle.

Ce 29 septembre 2018, Le Monde est monté aux créneaux. Titre : « Néocathos et vieilles souches conservatrices, récit d’une semaine d’union réactionnaire ». Un intitulé qui ne présage d’aucune analyse partisane ou militante. Le hasard des calendriers ayant voulu qu’Éric Zemmour, Eugénie Bastié, à l’occasion de la parution de leurs essais respectifs (ce qui est assez banal fin septembre étant donné que c’est la rentrée des essais), La Manif Pour Tous, pour cause d’annonce par le pouvoir politique de la PMA pour toutes à venir, Charlotte d’Ornellas, jeune journaliste se revendiquant de droite et travaillant pour Valeurs Actuelles, et Patrick Buisson, quittant la chaîne Histoire, aient une actualité, les médias en ont rendu compte ou bien ont invité certaines des personnes citées. C’est ce qui préoccupe Le Monde : l’omniprésence de la « réaction ». Et de son « union », laquelle pourrait menacer le mode de pensée dominant à l’approche des élections européennes.

L’usage des mots dans Le Monde

Le vocabulaire utilisé par le quotidien, dès lors qu’il affiche ouvertement, en titre, et en chapeau (« D’Eric Zemmour à Ludovine de La Rochère en passant par Eugénie Bastié, Charlotte d’Ornellas ou Patrick Buisson… la droite conservatrice sature le terrain médiatique. »), un certain engagement contre les personnes qu’il évoque, est intéressant.

Décodons Le Monde :

  • « réaction »
  • « néocathos » (référence probable à néoconservateurs)
  • « droite conservatrice »
  • « polémiste préféré de la droite dure » (Zemmour)
  • « boutique très droitière » (au sujet de La Nouvelle Librairie, où Zemmour signait son récent ouvrage)
  • « Éric Zemmour n’aura finalement vu défiler que les remerciements de Perceval, Jeanne, Christine ou Hilda ». Pas de Corinne, semble-t-il.
  • « Un ancien filloniste en veste Barbour frôle un royaliste à gants de cuir ; lepénistes et maréchalistes tiennent les mêmes sacs en plastique ; une jeune fille à serre-tête patiente sagement derrière le représentant d’un groupuscule identitaire. » (Le Monde aurait-il vu des anciens membres de Vichy ou bien plus simplement de supposés proches de Marion Maréchal ? Si c’est la seconde hypothèse qui doit être retenue, force est de reconnaître que la volonté des journalistes est de dénigrer à peu de frais la jeune directrice de L’ISSEP Lyon dont les proches sont usuellement appelés « marionistes »).
  • « La webtélé préférée de l’extrême droite » (c’est au sujet de TV Libertés).
  • « Polémia, la fondation dirigée par le très identitaire ancien député européen frontiste Jean-Yves Le Gallou »
  • « Un ancien frontiste passé au parti Les Républicains qui en appelle au dialogue entre toutes les droites, extrêmes incluses »
  • « Tous voient Éric Zemmour comme un martyr de la cause "réactionnaire", une victime sacrifiée sur l’autel du "on ne peut plus rien dire"».
  • « Réaction, le mot est chargé mais il ne fait plus peur. Il devient presque un badge d’honneur… »
  • « La réaction s’insinue partout et frappe à toutes les portes… »
  • « Dix minutes durant, une conservatrice tendance catholique de 26 ans ouvre l’actualité de la semaine sur la première matinale radio de France en mitraillant le mouvement meetoo… » (il s’agit d’Eugénie Bastié, journaliste au Figaro, invitée sur France Inter pour présenter son essai Le Porc émissaire, juste paru au Cerf)
  • « Au cœur du "système médiatique" tant décrié par les extrêmes, une autre bretteuse de la droite décomplexée » (C’est Charlotte d’Ornellas).
  • « Chroniqueuse à TV Libertés et fondatrice de l’éphémère revue France avec le militant identitaire Damien Rieu, fait son nid dans les médias "traditionnels" de l’émission 28 Minutes sur Arte, à celle de Pascal Praud, sur Cnews, en passant par France Culture, la trentenaire diffuse depuis la rentrée son discours anti-PMA (tandis que Le Monde ne diffuse pas de discours pro-PMA) et d’anti-immigration (tandis que Le Monde ne diffuse pas de discours pro-immigration) sur toutes les ondes ».
  • « L’ultra droite l’adore »
  • « Certains appellent cela, avec un rien d’emphase, de la métapolitique : les idées ne s’imposent pas seulement lors du combat électoral, mais aussi dans les médias. Ou encore dans les écoles de sciences politiques, comme le répète l’ancienne députée frontiste Marion Maréchal depuis qu’elle a fondé, à Lyon, son Institut des sciences sociales économiques et politiques. »
  • Au sujet de la PMA, sont cités le mensuel L’Incorrect, La Manif Pour Tous, Ludovine de La Rochère, une « droite hors les murs » se préparant aux « batailles à venir ».
  • « L’ombre de Patrick Buisson plane une nouvelle fois sur l’automne de la droite conservatrice ».
  • « Avec Philippe de Villiers et Éric Zemmour, l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy incarne la vieille garde du mouvement, une des figures de cette sainte trinité identitaire à laquelle se réfèrent les jeunes fantassins. »
  • Buisson ? « L’ancien journaliste de l’hebdomadaire d’extrême droite Minute »
  • « La conquête des esprits »

Tout cela ? Oui, tout cela… en 125 lignes ! Pourquoi ? Le Monde craint que ce qu’il perçoit comme une ébullition ne se traduise dans les urnes lors des prochaines européennes et que son vieux monde, justement, ne s’écroule. Ainsi, Le Monde, journal pourtant réputé truffé d’intelligences de haut vol, paraît-il, n’a semble-t-il toujours pas compris que le problème des médias en France n’est pas qu’ils donnent (un peu) la parole à des intellectuels et journalistes conservateurs mais bien plutôt qu’ils aient oublié de la leur donner durant de très longues années, au mépris de la démocratie la plus élémentaire.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux