Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Eugénie Bastié

7 mai 2019

Temps de lecture : 8 minutes
Accueil | Portraits | Eugénie Bastié

Eugénie Bastié

Le nouveau mousquetaire de la droite

Née en novembre 1991 à Toulouse, Eugénie Bastié est journaliste au Figaro et à Causeur, rédactrice en chef de la revue Limite, et essayiste depuis peu.

Cette jeune jour­nal­iste, couram­ment qual­i­fiée de « réac­tion­naire », ou de « fille spir­ituelle » d’Éric Zem­mour, a gran­di à Pibrac, en Haute-Garonne. Son père est paysag­iste et sa mère médecin nucléaire au can­céropôle de Toulouse, elle est l’aînée de 5 enfants.

Sa plume acerbe, large­ment util­isée et relayée sur les réseaux soci­aux, se révèle au moment des débats sur le Mariage pour tous, en 2013. Elle est alors étu­di­ante à Sci­ences Po et écrit pour Causeur, la revue fondée par Élis­a­beth Lévy, avant d’effectuer un stage remar­qué au Figarovox, où elle est embauchée en 2015.

Son minois, ses yeux d’un bleu tran­chant et son sourire en coin, en font rapi­de­ment une « bonne cliente » des médias, qui s’interrogent sur le par­cours et les con­vic­tions de cette jeune fille, et mul­ti­plient invi­ta­tions en plateau et sujets sur le phénomène « réac » qu’elle incar­ne. L’insolence avec laque­lle elle répond à Jacques Attali sur le plateau de « Ce soir ou jamais », à qui elle coupe le sif­flet d’un : « le vieux monde est de retour, Mon­sieur Attali », est – pour l’instant ! — le point d’orgue des faits d’armes de cette jour­nal­iste engagée (« Ce soir ou jamais », 25 sep­tem­bre 2015 sur le thème : « Face à l’afflux de réfugiés, que faire ? Que penser ? »).

À not­er égale­ment, par­mi les faits d’arme du jeune « mous­que­taire Bastié » (« Néo-fémin­isme : le mous­que­taire Bastié fait mouche… Et porte l’estoquade », arti­cle de David Des­gouilles paru sur Causeur le 8 avril 2016), un entartage en règle par des mil­i­tants LGBT, au cours de l’enregistrement d’une émis­sion sur le fémin­isme, en novem­bre 2015.

C’est d’ailleurs par ses écrits sur la ques­tion fémin­iste qu’elle démarre une car­rière d’auteur, avec la paru­tion en 2016 d’Adieu Made­moi­selle, et en 2018 d’un sec­ond ouvrage, Le Porc émis­saire : Ter­reur ou con­tre-révo­lu­tion, sur le mou­ve­ment #Metoo.

Formation

Eugénie Bastié a passé sa sco­lar­ité dans un pen­sion­nat privé catholique. En 2009 elle entre à Sci­ences po Paris, dont elle sort diplômée en 2014. Elle est égale­ment tit­u­laire d’une licence de philoso­phie passée à l’Institut catholique de Paris.

Parcours professionnel

En par­al­lèle de ses études, Eugénie Bastié col­la­bore à Causeur à par­tir de 2013, pour lequel elle suit les débats liés au Mariage pour tous. Elle effectue ensuite un stage au Figarovox, le site « débats et opin­ions » du Figaro dirigé par Vin­cent Tré­mo­let de Villers. À l’issue de ce stage (2015) elle est embauchée par le nou­veau directeur des pub­li­ca­tions du Figaro, Alex­is Brézet. Cette col­lab­o­ra­tion se péren­nise dans le temps puisqu’elle devient en avril 2017 jour­nal­iste au ser­vice « Débats et opin­ion » du Figaro.

Elle fonde en 2015 avec Gau­ti­er Bès de Berc, Camille Dal­mas et Paul Pic­car­reta la revue Lim­ite, qui se dit d’ « écolo­gie inté­grale ». Elle en est la et rédac­trice en chef poli­tique.

Elle tient depuis 2016 une chronique dans l’émission His­torique­ment show de Patrick Buis­son sur la chaîne His­toire. Elle par­ticipe égale­ment à l’émission de LCI 24h Pujadas, et depuis jan­vi­er 2017 au Club de la Presse sur Europe.

Ce sont aus­si les nom­breux « buzz » médi­a­tiques dont elle est l’origine qui la font con­naître : sa pre­mière passe d’arme avec Jacques Attali dans Ce soir ou jamais et son entar­trage par des mil­i­tantes fémin­istes lors de l’émission Flashtalk ne sont que les pre­miers d’une longue série. Elle fait à nou­veau la une lors du mou­ve­ment #Metoo lors de l’émission de Léa Salamé sur France Inter lorsque la jour­nal­iste cite une phrase de son récent ouvrage, Le Porc émis­saire : « une main aux fess­es n’a jamais tué per­son­ne ». Mar­lene Schi­ap­pa lui adresse ses reproches sur Twit­ter dans les min­utes qui suiv­ent, de même qu’une de ses col­lègues de la revue Lim­ite. Elle rétropé­dale rapi­de­ment et déclare finale­ment « si je devais refaire le livre aujourd’hui, je n’écrirais plus cette phrase ». Quelques mois plus tard, en mars 2018, elle jus­ti­fie à l’antenne de Cnews les iné­gal­ités salar­i­ales entre hommes et femmes par le fait que ces dernières seraient « moins per­for­mantes au tra­vail » du fait de leur cycle. Le scan­dale ne se fait pas atten­dre.

Très présente sur Twit­ter, avec plus de 53 000 abon­nés en avril 2019, elle doit au réseau social un cer­tain nom­bre de « bad buzz » qui ont eux aus­si rapi­de­ment fait le tour de la toile. Elle tweete ain­si à la suite de la mort du lieu­tenant-colonel Arnaud Bel­trame lors de l’attaque ter­ror­iste du 23 mars 2018 « Ne jugeons pas trop vite cet homme en héros, il a peut-être mis des mains aux fess­es à Saint-Cyr ». Le trait d’humour, en référence à l’article de Libéra­tion de mars 2018 révélant des cas de « har­cèle­ment sex­iste » dans la célèbre école mil­i­taire (Guil­laume Lecaplain et Anaïs Moran, « Lycée Saint-Cyr : une machine à broy­er les femmes », Libéra­tion, pub­lié le 22 mars 2018) ne passe pas : la jour­nal­iste choisi de retir­er le jour même son tweet et pub­lie des excus­es le jour suiv­ant.

Parcours militant

Issue d’une famille gas­conne de la petite bour­geoisie, de ten­dance con­ser­va­trice et gaulliste, Eugénie Bastié n’a pas de par­cours mil­i­tant con­nu avant son engage­ment aux côtés de la Manif pour tous. Elle a déclaré elle-même avoir voté pour Nico­las Dupont-Aig­nan au pre­mier tour en 2012, et on peut qual­i­fi­er son envi­ron­nement poli­tique de con­ser­va­teur, sou­verain­iste et gaulliste.

Ses références intel­lectuelles sont Charles Péguy, Bernanos, ou le Pape François. Mais elle cite égale­ment Pasoli­ni, Simone Weil ou encore Mona Ozouf ou Han­nah Arendt. Elle s’érige dans son ouvrage Adieu Made­moi­selle en cri­tique de Simone de Beau­voir.

Elle répond sans ciller aux jour­nal­istes qui l’interrogent sur sa reli­gion et dit elle-même qu’elle va à la messe chaque dimanche, mais refuse d’en faire un éten­dard poli­tique en expli­quant que cela con­stituerait une forme de com­mu­nau­tarisme, ce qu’elle cri­tique.

Publications

Début 2016, Eugénie Bastié a pub­lié son pre­mier ouvrage aux édi­tions du Cerf. Adieu Made­moi­selle : la défaite des femmes est un essai cri­tique qui met en lumière les con­tra­dic­tions du néofémin­isme mod­erne, son échec et sa mis­ère. Ses cri­tiques lui reprochent de con­sacr­er un ouvrage entier à la cri­tique du fémin­isme en ne men­tion­nant la ques­tion des vio­lences faites aux femmes qu’au sujet des agres­sions de Cologne de 2016. La jour­nal­iste pointe en effet du doigt dans son ouvrage le silence des mou­ve­ments fémin­istes quant à la vio­lence nou­velle engen­drée par l’immigration de masse, mais aus­si par l’Islam rad­i­cal.

Elle pour­suit sa cri­tique du fémin­isme con­tem­po­rain avec la pub­li­ca­tion en 2018 d’un sec­ond ouvrage, Le Porc émis­saire : Ter­reur ou con­tre-révo­lu­tion, égale­ment aux édi­tions du Cerf. Il s’agit d’un essai cri­tique sur le mou­ve­ment #Metoo. Elle y dénonce le mécan­isme de déla­tion à l’origine du hash­tag et y refuse les posi­tions qu’elle estime « vic­ti­maires » des mou­ve­ments fémin­istes sur la ques­tion des vio­lences faites aux femmes et s’inquiète d’une dérive puri­taine de ces mou­ve­ments.

Collaborations

En sep­tem­bre 2015, Eugénie Bastié lance la revue Lim­ite, en col­lab­o­ra­tion avec Gau­ti­er Bès de Berc, Camille Dal­mas et Paul Pic­car­reta deux amis. Elle en est est la rédac­trice en chef poli­tique.

Selon la descrip­tion de ses fon­da­teurs, Lim­ite, trimestriel de com­bat cul­turel, est « la revue de la jeune généra­tion chré­ti­enne, écol­o­giste, antilibérale et bio­con­ser­va­trice (qui) promeut une écolo­gie inté­grale, c’est-à-dire une écolo­gie envi­ron­nemen­tale, sociale, et humaine ».

Par­mi les col­lab­o­ra­teurs de cette revue, on y trou­ve plusieurs auteurs catholiques engagés, tels que Fab­rice Had­jadj, Richard de Sèze, Paul Pic­car­reta ou Falk Van Gaver.

Elle est avec Mar­i­anne Dura­no à l’origine d’un dossier spé­cial con­sacré au fémin­isme, paru dans le 8e numéro de la revue en octo­bre 2017. Elle y réu­nit Peg­gy Sas­tre, Nathalie Heinich, Hélé Béji, Eli­ette Abé­cas­sis, Nan­cy Hus­ton, Marie Jauf­fret, Iseul Turan et Isabelle Collin. Mar­i­anne Dura­no et Eugénie Bastié prof­i­tent de ce dossier pour lancer un appel à un « fémin­isme inté­gral » sous la forme d’un man­i­feste. Les deux femmes ten­tent de créer l’évènement en organ­isant en févri­er 2018 une soirée-débat inti­t­ulée « Osez le fémin­isme inté­gral » avec Thérèse Argot et Nat­acha Polony. L’évènement reste toute­fois peu relayé au-delà des sphères catholiques et anti-fémin­istes.

L’expression n’est d’ailleurs que peu reprise dans les médias, qui préfèrent par­ler, pour les plus indul­gents, d’« alter-fémin­isme » (Lucie Dela­porte, « Entre alter­fémin­isme et antifémin­isme, la droite tâtonne », Médi­a­part, pub­lié le 12 févri­er 2018), et pour les plus sévères de « fémin­isme iden­ti­taire ». Eugénie Bastié est ain­si classée dans le « fémin­isme néo-réac ou fémin­isme iden­ti­taire » par un arti­cle de L’Obs aux côtés de Thérèse Argot, Ludi­vine de la Rochère, Madeleine de Jessey, ou encore Agnès Mar­i­on, les Antigones et les Cary­atides (Marie Vaton, « D’Olympe de Gouges aux Effronté(e)s, plongée dans la galax­ie fémin­iste », L’Obs, pub­lié le 14 jan­vi­er 2018) Quelle que soit la désig­na­tion, elle s’inscrit en effet dans un courant cri­tique du fémin­isme large­ment relayé dans les média de l’ultra-droite, avec par exem­ple une par­tic­i­pa­tion aux côtés de Bérénice Lev­et, Solange Bied-Char­reton, Nat­acha Polony, Ingrid Riocre­ux, Mar­cel­la Iacub et Mar­i­on Maréchal au dossier du numéro 166 de la revue Ele­ments « Le Con­ser­vatisme au féminin », en juin 2017.

Ce qu’elle gagne

Non ren­seigné.

Elle l’a dit

À Jacques Attali, sur le plateau de « Ce soir ou jamais », le 25 sep­tem­bre 2015 : « L’immigration, c’est pas Eras­mus. L’immigration n’est pas une chance, c’est un drame , c’est une tragédie. Aujourd’hui l’Europe qui s’est con­stru­ite sur la dilu­tion du poli­tique, c’est-à-dire : on renonce à la poli­tique, on devient juste un grand super­marché ( … ) Le vieux monde est de retour, Mon­sieur Attali »

À Renaud Camus, au cours d’un échange en vers sur tweet­er : « Oserais-je l‘avouer ? Que le dia­ble m’emporte. / J’ai pour vous la ten­dresse qu’on a pour Don Qui­chotte. »

À pro­pos de sa pro­fes­sion : « Je con­sid­ère que le jour­nal­isme n’est pas un exer­ci­ce objec­tif, mais j’essaie d’être hon­nête intel­lectuelle­ment. »

À pro­pos du fémin­isme de Simone de Beau­voir : « J’admire Beau­voir, qui avait du génie dans l’erreur, comme Marx et Niet­zsche. Elle avait une puis­sance de pen­sée qui a boulever­sé les dogmes de l’époque. Mais cela s’est payé par un cer­tain nom­bre de dérives néofémin­istes, que Le Deux­ième Sexe con­te­nait déjà en germe. » (Inter­view à Causeur, 10 avril 2016).

A pro­pos du har­cèle­ment sex­uel, lors de l’émission de Léa Salamé sur France Inter en sep­tem­bre 2018 : « une main aux fess­es n’a jamais tué per­son­ne, con­traire­ment aux bonnes inten­tions qui pavent l’en­fer des utopies », cita­tion tirée de son ouvrage alors à paraître Le Porc émis­saire : Ter­reur ou con­tre-révo­lu­tion.

Ils l’ont dit d’elle

« Eugénie Bastié, le nou­veau vis­age de la droite réac’ », selon le por­trait dressée d’elle par le Sup­plé­ment de Canal+, émis­sion du 17 avril 2016.

« Elle a un côté chip­ie, vous ne trou­vez pas ? », Élis­a­beth Lévy, répon­dant à Canal+.

« Eugénie Bastié est-elle l’étoile mon­tante de la réa­cosphère ? L’expression est aus­si laide que juste », d’après le jour­nal Libéra­tion, qui dresse son por­trait à l’acide dans son édi­tion du 18 mai 2016.

« La petite Zem­mour en pire », c’est le surnom que lui donne Jacques Attali depuis leur accrochage sur le plateau de « Ce soir ou jamais ».

Sa nébuleuse

Élis­a­beth Lévy : la rédac­trice en chef de Causeur con­stitue la pre­mière prise de con­tact d’importance d’Eugénie Bastié avec le monde médi­ati­co-poli­tique. Le style enflam­mé de cette chroniqueuse expéri­men­tée a sans aucun doute joué un rôle sur l’assurance dont a rapi­de­ment fait preuve la jeune jour­nal­iste débu­tante.

Jacques de Guille­bon : jour­nal­iste à Causeur au moment où Eugénie Bastié y entre ; il peut être con­sid­éré comme un « grand frère spir­ituel » d’Eugénie Bastié. Jour­nal­iste, essay­iste et auteur, Jacques de Guille­bon est un catholique engagé, antilibéral et de sym­pa­thie roy­al­iste. Il est, avec Fab­rice Had­jadj, le « par­rain » de la revue Lim­ite, qu’Eugénie Bastié fonde avec Paul Pic­car­reta, Gau­ti­er Bès de Berc et Camille Dal­mas. C’est Jacques de Guille­bon qui per­met à cette revue d’être éditée au Cerf, puis amène l’ouvrage d’Eugénie Bastié à ces mêmes édi­tions (« Adieu Made­moi­selle ») où il tra­vail­lait alors.

Nat­acha Polony : comme son aînée, Eugénie Bastié est jour­nal­iste au Figaro, comme elle, elle est sou­verain­iste, et invitée sur les plateaux télévi­sion pour porter une voix « réac », ce qu’elle fait avec tal­ent et aplomb. Les deux femmes se sont naturelle­ment trou­vées à la rédac­tion du Figaro, et la pre­mière peut faire fig­ure de grande sœur pour la sec­onde.

Crédit pho­to : Twit­ter@eugeniebastie

Voir aussi

Related Posts

None found

Censure dans les médias et sur les réseaux sociaux

L'étau se resserre chaque semaine sur la liberté d'opinion et d'expression. Pour combattre la censure il faut déjà l'identifier.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).