Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Robert Ménard à la Une d’Arte !

1 août 2018

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Veille médias | Robert Ménard à la Une d’Arte !

Robert Ménard à la Une d’Arte !

Red­if­fu­sion. Pre­mière dif­fu­sion le 19 avril 2018

Arte se serait-elle mise enfin et réellement au pluralisme? C’est ce que l’on pourrait a priori penser : la chaîne diffuse un reportage consacré à Robert Ménard. Analyse.

Robert Ménard en prime time d’Arte (le midi) et à la même heure que le prési­dent ! De quoi jeter un œil. Arte Regards est une émis­sion quo­ti­di­enne d’Arte, pro­posant de regarder « L’Europe dans sa diver­sité en reportages quo­ti­di­ens : une plongée dans des réal­ités inédites, du lun­di au ven­dre­di à 13 heures et à tout moment sur le net ». De prime abord, l’observateur est sur­pris : le site de l’émission se présente sous l’égide de la pho­togra­phie d’une jeune femme européenne et rousse, on la soupçonne irlandaise de souche. Diantre ! Voilà qui sem­ble peu habituel, en par­ti­c­uli­er sur une chaîne qui a su habituer à moins de finesse sur cer­tains sujets. Le 3 avril 2018, l’émission pro­po­sait un reportage inti­t­ulé « Robert Ménard, pop­uliste décom­plexé ». Une jeune irlandaise, du plu­ral­isme, Ménard… le monde des médias change-t-il ? Peut-être… D’autant que la même semaine, cette émis­sion emme­nait son téléspec­ta­teur au long cours d’autres sujets prég­nants : « marcheurs con­tre VTT », « haro sur la cor­rup­tion en Ukraine », « un pro­jet de réc­on­cil­i­a­tion mul­ti­eth­nique au Koso­vo », « le big wave surf­ing au Por­tu­gal », « rire con­tre Orban »…

Regards sur Robert Ménard : le pitch de l’émission

« À Béziers, Robert Ménard avait promis une révo­lu­tion munic­i­pale. Depuis le début de son man­dat, il a com­mencé à rénover le cen­tre-ville, passé des arrêts munic­i­paux con­tre l’ouverture de restau­rants com­mu­nau­taires, imposé sa crèche de Noël et fait dou­bler les effec­tifs de sa police munic­i­pale – qu’il a aus­si armée. Pen­dant dix jours, dans sa ville, “ARTE Regards” tente de com­pren­dre ses moti­va­tions, sa vision du monde, ren­con­trant ses par­ti­sans comme ses détracteurs ».

Une accroche neu­tre. Pour­tant, comme l’on par­le de « l’extrême droite », les pre­miers mots sont mar­ti­aux, au sujet de Béziers : « La citadelle a subi bien des assauts dans son his­toire, aujourd’hui elle subit ceux inces­sants de tous les opposants à l’homme instal­lé dans son hôtel de ville » (le mot « élu » plutôt qu’ « instal­lé » eut sans doute été trop fort). Dans les doc­u­men­taires d’Arte, tout est dans les mots.

Introduction du documentaire

  • 57e sec­onde : « Il a réduit l’opposition à un rôle de fig­u­ra­tion » ; la parole est don­née à un témoin qui évoque « la méth­ode Ménard » (à l’arrière-plan, accroché au mur, le dra­peau rouge de l’URSS – véridique, et crédi­ble pour tout ce qui con­cerne « la méth­ode »).
  • Le témoin : « La méth­ode cor­re­spond à son per­son­nage, méprisant, provo­quant et qui en même temps n’écoute per­son­ne » (élar­gisse­ment du plan : on aperçoit une grande pho­to encadrée de Che Gue­vara).
  • Enchaîne­ment du com­men­ta­teur : « On l’accuse d’être raciste, il choque et déclenche des polémiques mais il pour­rait bien être réélu dans deux ans » (la musique de fond est à la fois ryth­mée et angois­sante).

Les mots du documentaire :

  • Ils sont fine­ment choi­sis d’emblée. Exem­ple : sur l’avenue prin­ci­pale de Béziers, où Ménard passe chaque same­di, « Le maire a con­traint les pro­prié­taires à ravaler les façades » (con­train­dre, pas de hasard). Pourquoi ? L’observateur ne l’apprendra pas, mais « il a dépen­sé 22 mil­lions d’euros pour embel­lir la ville », « il veut redonner du souf­fle à sa ville, et pour lui cela passe aus­si par les écoles du cen­tre-ville ».
  • Robert Ménard entre dans une école qui vient d’être refaite à neuf, dans ce même cen­tre-ville, salue l’enseignant et les enfants. À l’image ? Sont vis­i­bles 17 enfants dont trois sem­blent d’ascendance européenne. L’enseignant, jeune, est mal à l’aise mais « depuis son arrivée à la mairie, la ville a dépen­sé plus de 6 mil­lions d’euros pour ses écoles ».
  • En fait : « Le bud­get de l’école est resté sen­si­ble­ment le même que celui de la munic­i­pal­ité précé­dente. La dif­férence est que Robert Ménard, lui, a fait de l’éducation un enjeu poli­tique » (sous-enten­du, les munic­i­pal­ités précé­dentes, non). La parole à Ménard : « Quand dans cer­taines écoles, 90 % des enfants sont issus de l’immigration, cela s’appelle un ghet­to. Alors on peut être un hyp­ocrite et un faux-cul de pre­mière et ne pas regarder cela, regarder ailleurs, c’est ce que fait la France depuis 40 ans. Et puis, vous pou­vez-vous dire, est-ce que c’est bien pour ces enfants d’être dans des endroits où la majorité des mamans par­le pas bien Français ? Et sont bien inca­pables de suiv­re les études de leurs enfants ? Non, c’est pas bien pour les enfants. Voilà ce que j’ai dit » (…) « Dire la réal­ité c’est un délit ? Dire la réal­ité c’est être raciste ? Dire qu’il y a un prob­lème avec l’immigration c’est un pro­pos raciste ? Mais où on a vu cela ? ». Com­men­ta­teur : « Pour des pro­pos sim­i­laires, Robert Ménard a été con­damné à 2000 euros d’amende par le tri­bunal cor­rec­tion­nel de Paris ». Effec­tive­ment… Si « prob­lème (déf­i­ni­tion : ques­tion à résoudre qui prête à dis­cus­sion) avec l’immigration » (déf­i­ni­tion : entrée dans un pays de per­son­nes étrangères qui vien­nent pour un long séjour ou pour s’y installer) vaut con­damna­tion, la réal­ité de la lib­erté d’expression en France mérite d’être observée.
  • Saut dans l’espace, vers le quarti­er qui « con­cen­tre une bonne par­tie de la pop­u­la­tion immi­grée de Béziers. 5000 habi­tants, 20 % d’étrangers (com­pren­dre : des habi­tants n’ayant pas la nation­al­ité française, à l’opposé des autres habi­tants issus de l’immigration du quarti­er), 80 % des loge­ments sont des loge­ments soci­aux » (durant ces mots, l’image mon­tre un jeune faisant une roue arrière sur la route, avec une moto cross, et un arrêt de bus inti­t­ulé « Rue d’Alger »).

Permission de parler ?

  • Témoin, un habi­tant d’origine française vivant dans ce quarti­er depuis 30 ans qui a com­bat­tu tous les élus « depuis la défaite du dernier maire com­mu­niste de Béziers ». Les mots : « Béziers est la 4e ville de France la plus pau­vre et il y a 40 % de la pop­u­la­tion qui vit en-dessous du seuil de pau­vreté, plus de 35 % des jeunes qui sont au chô­mage ». Le maire ne s’occuperait que du cen­tre-ville (dont il n’est pas dit qu’il était à l’abandon). Scène extra­or­di­naire : le mil­i­tant com­mu­niste est inter­pel­lé par 5 jeunes, vis­i­ble­ment issus de l’immigration, qui se tien­nent devant une entrée d’immeuble : il demande alors l’autorisation de « venir » et aus­si : « On peut par­ler ? ». On n’entre pas sur un ter­ri­toire sans autori­sa­tion des autorités locales à cas­quettes. On mon­tre un immeu­ble en instance de destruc­tion, dans lequel ne reste qu’une famille, tout est cassé, dégradé et à l’abandon mais la famille a refusé deux loge­ments pro­posés par la mairie qu’elle « juge trop éloignés ». Témoin : un jeune assis der­rière une camion­nette en train de fumer la chicha. Dis­cours habituel : le social est la source de toute la délin­quance du quarti­er.
  • Robert Ménard et sa famille ont vécu dans ces quartiers, il dit : « c’était dif­férent car les femmes n’étaient pas voilées, l’Islam n’avant pas le poids qu’il a, les minorités étaient minori­taires et donc étaient mieux inté­grées ». Ménard : « Je suis pour qu’il y ait de la mix­ité dans les quartiers ».
  • Suit un débat sur France 3 entre un ancien député PS devenu LRM et Ménard. L’ancien PS indique que jamais son ancien par­ti n’a pra­tiqué le clien­télisme. Le député LRM est chargé d’une mis­sion sur la déser­ti­fi­ca­tion des cen­tres-villes, se croy­ant hors caméra il indique pourquoi il n’est pas encore allé à Béziers : « Mes copains PS et Macron me dis­ent n’y va pas, tu vas être récupéré, affiché avec le FN ». Où l’on apprend que le macro­nisme est la pour­suite du par­ti social­iste par d’autres moyens.

L’opposition malheureuse et maltraitée

  • Retour à Béziers, où « l’opposition a bien du mal à exis­ter ». But : mon­tr­er que « Ménard est un bon com­mu­ni­cant pour faire croire qu’il est un bon ges­tion­naire », « un mythe ». Deux vierges repeintes, une stat­ue de Jeanne d’Arc… L’opposition est choquée.
  • Le reportage se cen­tre ensuite sur le jour­nal munic­i­pal de Béziers, « qui se lit bien car il n’est pas fait comme un jour­nal munic­i­pal » (Ménard). Il est vrai que per­son­ne en France ne lit les jour­naux munic­i­paux. De là, décalage vers les affich­es munic­i­pales poli­tiques ayant fait polémique. L’idée est d’accuser Ménard d’utiliser sa ville à des fins poli­tiques per­son­nelles.
  • « Alors, com­ment Ménard a‑t-il pu représen­ter pen­dant 23 ans la pro­fes­sion de jour­nal­iste ? ». Réponse : « Défendre la presse n’est pas défendre la façon dont les jour­nal­istes font leur méti­er ». Le doc­u­men­taire avance alors vers le soupçon de « méga­lo­manie » qui ani­merait Ménard depuis Reporters sans fron­tières, le fon­da­teur de Médecins sans fron­tières à l’appui. Ménard appa­raît comme une sorte de « dic­ta­teur ». En toile de fond : des femmes voilées au corps en grande par­tie recou­vert.
  • Témoin suiv­ant : « Depuis Ménard, qui a ouvert la porte, il y a une libéra­tion du racisme ». La preuve, les gens ne se « cachent plus pour vot­er FN ». Musique pleine d’espoir pour mon­tr­er cette femme témoin qui nour­rit les pau­vres de Béziers, avec l’aide du pre­mier témoin, con­seiller munic­i­pal com­mu­niste. Pas un mot sur l’historique : com­ment la ville en est-elle arrivée à cette pau­vreté ? Pourquoi ? Durant quelles munic­i­pal­ités ?

Des aides maintenues mais « pas de cadeaux »

  • Ici, les mots du doc­u­men­taire résu­ment presque à eux seuls l’état des médias offi­ciels con­tem­po­rains : « Ménard ne fait pas de cadeaux aux asso­ci­a­tions (ici, celle qui « sauve » les pau­vres) qui sont en désac­cord avec lui, même s’il n’a pas réduit les aides ». Il était donc pos­si­ble de pren­dre les choses sous un autre angle et de dire par exem­ple : « La munic­i­pal­ité a main­tenu les aides aux asso­ci­a­tions venant en aide aux pau­vres de Béziers, quelle que soit leur orig­ine », puisque tel est le réel.
  • Les idées de Ménard seraient d’autant plus dan­gereuses qu’elles s’étendraient : ven­dre­di soir, il retrou­ve sa femme, Emmanuelle Ménard, députée. La volon­té du doc­u­men­tariste est de faire dire à Madame Ménard qu’elle aurait des ambi­tions nationales, bien qu’elle insiste pour dire le con­traire. Dernier mot pour­tant au doc­u­men­tariste, con­va­in­cu que Madame Ménard sera un jour can­di­date à ce des­tin nation­al. Ménard « espère bien faire des émules dans d’autres villes, pour met­tre en œuvre les idées qu’il met en œuvre à Béziers, le lab­o­ra­toire de sa poli­tique ».
  • Vient le con­seil munic­i­pal. Doc­u­men­taire : « Avec Robert Ménard le débat est rarement apaisé ». Pour­tant les images mon­trent un con­seil munic­i­pal calme, du moins jusqu’à ce qu’un con­seiller de l’opposition accuse à demi-mots, et sans doute pas pour la pre­mière fois, le maire de la ville d’utiliser l’argent pub­lic à des fins per­son­nelles. Ménard réag­it somme toute calme­ment, veil­lant au con­traire à ne pas enven­imer le débat. Pour le jour­nal­iste, ce serait pour­tant anti démoc­ra­tique. Très étrange impres­sion.

Un doc­u­men­taire vicieuse­ment à charge, il y a bien du tal­ent intel­lectuel sur Arte pour faire pass­er des vessies pour des lanternes et un Robert Ménard pour un facho. Pour Arte, Ménard sem­ble mon­tr­er qu’un « matin brun » approche. Une télévi­sion dog­ma­tique à souhait. C’est vous qui la financez.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.