Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
LCI/Paris Première : la décision du CSA fait grand bruit

3 août 2014

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | LCI/Paris Première : la décision du CSA fait grand bruit

LCI/Paris Première : la décision du CSA fait grand bruit

Après des semaines de pressions et d’intenses tensions, le CSA a décidé de ne pas faire passer sur la TNT gratuite les chaînes LCI (groupe TF1), Paris Première (groupe M6) et Planète + (groupe Canal +).

« Les con­di­tions ne sont pas, à la date à laque­lle il se prononce, réu­nies pour autoris­er le pas­sage en gra­tu­it des deman­deurs », a écrit le CSA mar­di dans sa déci­sion, jugeant qu’a­jouter trois nou­velles chaînes gra­tu­ites serait sus­cep­ti­ble de déséquili­br­er un marché déjà en pleine crise pub­lic­i­taire. Des chaînes, « notam­ment celles qui ne sont pas adossées à un grand groupe », comme L’Équipe 21 ou encore Numéro 23, auraient pu se retrou­ver net­te­ment pénal­isées. Sans par­ler de la présence, avec LCI, de trois chaînes con­sacrées à l’in­for­ma­tion en con­tinu (qui parta­gent toutes, qui plus est, la même ligne édi­to­ri­ale…).

Pour Olivi­er Schrameck, patron du CSA, cette déci­sion « démon­tre l’indépen­dance » du Con­seil. En effet, dans les semaines qui ont précédé, une intense pres­sion à été mise sur les épaules des Sages de la part des dif­férents acteurs audio­vi­suels con­cernés. Chan­tage et con­tre-chan­tage se sont suc­cédé.

Tout a com­mencé lorsque Nonce Pao­lili, patron du groupe TF1, a annon­cé qu’il serait con­traint de fer­mer LCI dans le cas où le CSA venait à refuser son pas­sage en gra­tu­it. Actuelle­ment sur la TNT payante, LCI perd en effet env­i­ron 5 mil­lions d’euros par an et n’est acces­si­ble que par 2 mil­lions de téléspec­ta­teurs quand les deux chaînes de la TNT gra­tu­ite, I‑Télé et BFMTV, sont cap­tées par 30 mil­lions de Français.

Pour con­tr­er ce chan­tage, BFMTV et I‑Télé sont allées jusqu’à pro­pos­er de repren­dre, en cas de fer­me­ture, les deux tiers des salariés de LCI. Une manière de ras­sur­er le CSA au cas où celui-ci hésit­erait pour des ques­tions sociales. Quelques jours plus tard, c’est le groupe Le Monde qui jouait le rôle de bon samar­i­tain en pro­posant directe­ment de racheter LCI.

« Les action­naires majori­taires du Monde mènent cette réflex­ion depuis quelques semaines dans l’hypothèse où le CSA déciderait de laiss­er LCI en payant. Puisque les action­naires de cette chaîne ont déclaré publique­ment leur inten­tion de fer­mer LCI, les action­naires du Monde pour­raient le cas échéant for­malis­er une offre de reprise dans un délai court », avait expliqué au Figaro Louis Drey­fus, le prési­dent du direc­toire du groupe Le Monde.

Face à cette con­tre-offen­sive, Nonce Paoli­ni avait évo­qué une « ten­ta­tive inac­cept­able dont le seul but est de trou­bler la sérénité du CSA au moment de sa prise de déci­sion ». Et le patron de TF1 de pré­cis­er que LCI n’é­tait pas à ven­dre, dénonçant des « manip­u­la­tions détesta­bles » et soulig­nant les liens qu’en­tre­ti­en­nent Alain Weill, patron de Nex­tRa­dioTV (BFMTV) et Xavier Niel (action­naire du Monde) autour de la société Ili­ad…

Mal­gré toutes ces ten­sions, le CSA a ren­du sa déci­sion : pour LCI, Paris Pre­mière et Planète +, c’est non. Du moins, pour le moment. « Si les con­di­tions économiques vien­nent à chang­er, nous pour­rons recon­sid­ér­er les deman­des », a con­fié Schrameck au Figaro. Pas de quoi apais­er les ten­sions, plus que jamais ravivées par ce refus.

Sur Twit­ter, les salariés de LCI ont aus­sitôt faire part de leur décep­tion, et surtout de leurs craintes, en met­tant en cause directe­ment le CSA. « Coucou ma fille, ton papa ET ta maman vien­nent de per­dre leur boulot. Dis mer­ci au #CSA », a pub­lié l’un d’eux. « J’e­spère que le CSA a un job pour ma femme et un pour moi parce qu’on bosse tous les deux chez @LCI et on va avoir notre 2ème enfant », ajoute un autre. Sur un autre angle, un autre inter­naute fait remar­quer : « Résumé de la déci­sion du CSA : il faut que LCI meure pour qu’i>Télé puisse espér­er faire des béné­fices un jour. »

À lire ces réac­tions, les salariés sem­blent tous soudés der­rière Nonce Paoli­ni mal­gré sa déci­sion (uni­latérale) de fer­mer la chaîne. Du côté du patron de TF1 la colère se mêle à l’in­com­préhen­sion. « On nous empêche de faire notre méti­er ! », a‑t-il lancé, jugeant la déci­sion du CSA « tout à fait inex­plic­a­ble ». « Nous sommes sous le choc, nous allons tra­vailler pour lim­iter la casse sociale », a‑t-il encore ajouté. LCI pour­rait stop­per son activ­ité dès le 31 décem­bre 2014.

Dans la classe poli­tique aus­si, le ton est mon­té. Dans l’op­po­si­tion, on dénonce une « déci­sion poli­tique scan­daleuse » (Sébastien Huygue, porte-parole de l’UMP) ou encore des « moti­va­tions politi­ci­ennes d’une insti­tu­tion très proche du pou­voir » (Éric Ciot­ti). Pour­tant, comme le souligne Le Monde, ce choix n’é­tait pas non plus du goût de la majorité et même du gou­verne­ment.

Reste pour LCI la propo­si­tion de rachat for­mulée par Le Monde via son trio d’ac­tion­naires BNP. Juste après l’an­nonce de la déci­sion du CSA, Louis Drey­fus, patron du Monde, a envoyé un SMS à Nonce Paoli­ni pour lui réaf­firmer son intérêt pour la chaîne. Mais à TF1, on digère mal que la propo­si­tion du Monde ait été faite 8 jours avant la déci­sion du CSA. Un non ferme a donc fait office de réponse. « Au-delà de leur décep­tion com­préhen­si­ble et d’un pre­mier mou­ve­ment d’humeur, l’été devrait leur per­me­t­tre d’avancer et de dis­cuter avec nous de notre pro­jet afin que les salariés de LCI puis­sent avoir à la ren­trée une autre per­spec­tive que la seule fer­me­ture », tem­père toute­fois Drey­fus.

Enfin, du côté de M6, Paris Pre­mière se dit égale­ment men­acée par cette déci­sion. « Le mod­èle économique de la chaîne se trou­ve aujour­d’hui mis en péril par cette déci­sion », a‑t-on com­men­té. Reste à Nico­las de Tav­er­nost, patron du groupe M6, à négoci­er avec les dis­trib­u­teurs (Canal­Sat, Numer­i­ca­ble…) qui pro­posent sa chaîne à leurs abon­nés dans le but de les con­va­in­cre d’aug­menter la rede­vance qu’ils versent au groupe. « Nous allons immé­di­ate­ment rené­goci­er avec les dis­trib­u­teurs pour voir s’ils font des offres économique­ment sat­is­faisantes pour main­tenir Paris Pre­mière en payant. Si ce n’est pas le cas, nous engagerons un recours con­tre la déci­sion du CSA. Et si nous n’obtenons pas sat­is­fac­tion, nous serons alors oblig­és de fer­mer la chaîne en dernier recours », a déclaré Tav­er­nost. Une lutte qui est loin d’être gag­née.

Chez LCI aus­si, on « exam­ine les voies de droit (que la chaîne) pour­rait être con­duite à engager devant les juri­dic­tions com­pé­tentes ». Pas de quoi faire trem­bler le patron du CSA. Dans son récent entre­tien au Figaro, Olivi­er Schrameck a con­fié que les Sages attendaient les recours « avec une grande sérénité »… Affaire à suiv­re.

Voir notre infographie du groupe Le Monde ainsi que notre dossier sur le CSA

Pho­to : La Tour Mirabeau, siège du CSA. Crédit : h de c via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.