Accueil | Actualités | Médias | Après BFMTV et I-Télé, le groupe Le Monde au secours de LCI
Pub­lié le 31 juillet 2014 | Éti­quettes : , , , , ,

Après BFMTV et I-Télé, le groupe Le Monde au secours de LCI

La fermeture possible de LCI suscite-t-elle un inexplicable élan de solidarité, ou a-t-on affaire à des tentatives de pression sur le CSA ?

Téléchargez l'infographie du journal Le Monde

Cliquez sur l'image pour télécharger l'infographie du journal Le Monde.

Après BFMTV et i>Télé, qui ont proposé aux Sages de reprendre deux tiers des salariés de LCI si le Conseil refusait son passage sur la TNT gratuite, c'est désormais les propriétaires du groupe Le Monde qui se manifestent.

« Les actionnaires majoritaires du Monde mènent cette réflexion depuis quelques semaines dans l’hypothèse où le CSA déciderait de laisser LCI en payant. Puisque les actionnaires de cette chaîne ont déclaré publiquement leur intention de fermer LCI, les actionnaires du Monde pourraient le cas échéant formaliser une offre de reprise dans un délai court », explique dans Le Figaro Louis Dreyfus, le président du directoire du groupe Le Monde.

Le trio Bergé-Niel-Pigasse pourrait ainsi étoffer son porte-feuille médiatique, alors qu'il détient déjà Le Monde et Le Nouvel Obs en qualité d'actionnaire majoritaire.

Pour Nonce Paolini, le patron du groupe TF1, il s'agit d'une « tentative inacceptable dont le seul but est de troubler la sérénité du CSA au moment de sa prise de décision ». Pour mettre fin à la surenchère (qu'il avait lui-même lancée ?), Nonce Paolini a affirmé que LCI n'était pas à vendre.

Et ce dernier de dénoncer des « manipulations détestables » avant de mettre en avant la connexion entre Alain Weill, patron de NextRadioTV (BFMTV) et Xaviel Niel. En effet, Weill siège au conseil d'administration d'Iliad, société fondée par... l'actionnaire du Monde.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux