Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Hebdomadaires et mensuels : que lit-on à la Une des magazines (2) ?

29 janvier 2018

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | not_global | Hebdomadaires et mensuels : que lit-on à la Une des magazines (2) ?

Hebdomadaires et mensuels : que lit-on à la Une des magazines (2) ?

Après une fin d’année 2017 surchargée en actualités plus ou moins montées en épingle (porcs, écriture inclusive, harcèlement, Plenel et Tariq Ramadan, prières de rue, cigarettes et cinéma, féminisme devenu délirant, réécriture de l’Histoire…), les derniers jours de janvier 2018 semblent marquer le retour aux affaires courantes. Sur quoi titrent les magazines en cette fin janvier ?

Éléments

Une fois n’est pas cou­tume, hon­neur à ce que les médias offi­ciels appel­lent la « petite » presse, laque­lle peut en réal­ité avoir plus d’influence que les jour­naux dis­tribués gra­tu­ite­ment à l’entrée des avions. Le mag­a­zine bimestriel Élé­ments en est un très bon exem­ple, lui qui influ­ence la vie des idées poli­tiques et cul­turelles depuis qua­tre décen­nies, de façon de moins en moins souter­raine : Élé­ments revient sur l’actualité prég­nante des semaines précé­dentes, ain­si la ques­tion de l’écriture inclu­sive et de la « para­noïa » sex­uelle, inter­ro­geant la prob­a­ble con­ner­ie de la minorité rad­i­cal­isée et sec­taire ultra-fémin­iste qui aurait la pré­ten­tion de créer un être humain nou­veau, dans la plus pure tra­di­tion de la feue Union Sovié­tique, en même temps que la baisse général­isée de nos QI.

L’éditorial signé Alain de Benoist est on ne peut plus clair à ce pro­pos : « Depuis l’affaire du Barbe-Bleue de Hol­ly­wood, avec le déli­cat hash­tag « Bal­ance ton porc ! », on assiste au grand retour des pré­cieuses ridicules et des dames quak­er­ess­es, des Tris­sotines et des Torque­madettes, des mères Fouettard.e.s qui traque­nt les « déra­pages » et les com­porte­ments inap­pro­priés (à quoi ?). La police de la pen­sée est dépassée et on en est à la police des arrière-pen­sées, dont les vétilleux tri­bunaux siè­gent de jour comme de nuit ». « Délires du fémin­isme », une posi­tion que l’on retrou­vait déjà en décem­bre 2017 dans la « petite » presse, ain­si dans les men­su­els Causeur ou L’Incorrect. Une vraie presse d’opinion, ne plaquant pas ses préoc­cu­pa­tions sur celles des sondages ou de ses action­naires. En jan­vi­er 2018, L’Incorrect met­tait en Une ce qui est rede­venu la ques­tion de « Dieu ».

L’Incorrect

Un dossier inter­ro­geant la sit­u­a­tion de la société française sur le thème « Dieu et nous », et donc la place des racines judéo-chré­ti­ennes, et grec­ques, de la France, face à l’islamisation de cette société. Les Juifs, nom­breux à être oblig­és de fuir leurs quartiers, et sou­vent le pays, en savent quelque chose. Cette islami­sa­tion que décrit le rédac­teur en chef du men­su­el Jacques de Guille­bon : « Générale­ment issus d’une immi­gra­tion récente, les fidèles de la reli­gion de Mahomet récla­ment qu’on règle leurs prob­lèmes orig­i­naires ici même. Qu’ils n’aient pas le droit de manger ceci ou cela, qu’ils doivent prier à heure fixe, grand bien leur fasse et peu nous chaut. Mais il n’y a pas que ça : il est inutile de rap­pel­er que leur rap­port au féminin est intrin­sèque­ment prob­lé­ma­tique, de même que cer­taines de leurs lois, comme encourir la peine de mort pour apos­tasie, ou subir la lap­i­da­tion pour adultère, nous répug­nent infin­i­ment ». Et devraient sans aucun doute répugn­er à nom­bre d’apôtres de l’ultra-tolérance. Dans ce numéro, la con­ver­sa­tion autour de Dieu, entre Pierre Manent et Rémi Brague, est d’une rare tenue.

Causeur

La ques­tion de l’Islam, sur son ver­sant ter­ror­iste, fait aus­si l’objet de la cou­ver­ture du men­su­el Causeur dirigé par Élis­a­beth Lévy.

Le numéro de jan­vi­er revient sur l’attentat de Char­lie heb­do. Dans son édi­to­r­i­al, Élis­a­beth Lévy par­le du droit « sacré », impre­scriptible, et pour­tant forte­ment men­acé en France, de « décon­ner sur tout », y com­pris au sujet des femmes, des noirs, des blancs, des juifs, des arabes etc… Le dossier prin­ci­pal inter­roge ensuite la France qui « a tou­jours mal à Char­lie », trois ans après. Islam et islamisme ou fémin­isme occu­pent ain­si large­ment les esprits de ces médias, tout comme les pages d’un nou­veau trimestriel, dirigé par Mohamed Sifaoui, Con­tre ter­ror­isme, entière­ment con­sacré à l’analyse et au décryptage de la sit­u­a­tion ter­ror­iste sous le joug de laque­lle nous vivons.

Contre terrorisme

Mag­a­zine à l’existence ain­si légitimée par son directeur de la rédac­tion : « Pourquoi un mag­a­zine entière­ment dédié au ter­ror­isme ? D’abord parce qu’il fal­lait informer l’opinion publique sur une réal­ité, que dis-je !, une men­ace, qu’elle devra affron­ter durant – nous le déplorons tous – au moins une généra­tion ».

Courrier International

C’est par con­tre le fémin­isme qui fait la cou­ver­ture du Cour­ri­er Inter­na­tion­al en cette fin de jan­vi­er 2018 : l’hebdo n’appartient évidem­ment pas à la « petite » presse au sens alter­natif du terme mais il est devenu plus ou moins con­fi­den­tiel. Comme à son habi­tude, Cour­ri­er Inter­na­tion­al donne la parole non pas à « la presse étrangère », comme il l’affirme depuis son orig­ine, mais à une cer­taine presse, « pro­gres­siste », « cen­triste » ou « libérale », pour expli­quer que le mou­ve­ment de lutte con­tre le har­cèle­ment ne serait pas près de s’arrêter.

Politis

Ailleurs, c’est bien une jeune femme, étrange­ment la bouteille de cham­pagne en main, en une sorte de com­ing out pro-cap­i­tal­iste, qui orne la Une de Poli­tis :

Le mag­a­zine des gauch­es dites rad­i­cales sonne la vic­toire, suite à l’abandon du pro­jet de l’aéroport de Notre Dame des Lan­des. Pour ou con­tre ce pro­jet, l’observateur ne peut que con­sid­ér­er que le gou­verne­ment cède devant une poignée de zadistes minori­taires, lesquels, la cou­ver­ture de Poli­tis l’indique, con­sid­èreront cet aban­don comme un point de départ, un signe don­né : des minorités agis­santes peu­vent impos­er les déci­sions qu’elles veu­lent à un gou­verne­ment. Peut-être la déci­sion est-elle jus­ti­fiée, peut-être non. Ce n’est pas l’essentiel. L’important réside dans la méth­ode et ce sen­ti­ment de vic­toire et d’impunité don­né à un grou­pus­cule de mar­gin­aux. La vic­toire des zadistes de NDDL, c’est d’une cer­taine façon les clés du pou­voir de la République con­fiée à l’association inter­na­tionale des punks à chiens.

Minute

C’est aus­si au sujet de NDDL que titre l’hebdomadaire Minute : avec un arti­cle mon­trant l’engrenage qui va résul­ter non de cet aban­don mais de la méth­ode dont il résulte. La France entière plus ou moins « insoumise » pense détenir son moment de référence, qui fera peut-être jurispru­dence. Cette même ques­tion de NDDL est à la Une de l’hebdomadaire Les 4 Vérités dirigé par Guil­laume de Thieul­loy, heb­do pour qui il y a un « scan­dale » à avoir aban­don­né le pro­jet d’aéroport, non en ce qu’il serait un bon pro­jet, ou pas, mais plus sim­ple­ment car : « Il n’y a plus d’autorité de l’État et plus de respect de la parole don­née ».

Les 4 Vérités

Et ailleurs ? Au-delà de la « petite » presse dont la vital­ité ne devrait nor­male­ment que réjouir les amis de la démoc­ra­tie ? Mar­i­anne et Valeurs Actuelles sont des heb­do­madaires fidèles à eux-mêmes, pointant le doigt dans des direc­tions qui font problème.

Marianne

Mar­i­anne retrou­vant goût pour son pop­ulisme orig­inel accuse 50 élus de la République de ne pas déclar­er leurs revenus, pra­tique­ment 10 % des députés en somme, autrement dit de ne pas mon­tr­er l’exemple à des con­tribuables qui pour leur part n’en peu­vent plus. 

Valeurs actuelles

Valeurs Actuelles titre quant à lui sur Notre Dame des Lan­des, le mag­a­zine étant souf­flé de la façon dont Le prési­dent de la République et son gou­verne­ment ont cédé, accep­tant de fait la pos­si­ble par­ti­tion du ter­ri­toire nation­al puisque des zadistes récla­ment que la ZAD soit déclarée ter­ri­toire pro­tégé, cer­tains évo­quant même un « traité à négoci­er avec l’État français ». Valeurs Actuelles pointe ain­si du doigt la con­fu­sion qui sem­ble s’être emparée des esprits poli­tiques, tant l’idée même d’une négo­ci­a­tion avec de vagues grou­pus­cules devrait paraître ubuesque.

Le Figaro magazine

Le Figaro mag­a­zine pose quant à lui une ques­tion d’actualité au sujet de ce même prési­dent et de son gou­verne­ment : la ques­tion porte en creux sa réponse, Emmanuel Macron ayant, de retour de Davos, cette même fin de mois de jan­vi­er, ren­du un hom­mage appuyé à François Mit­ter­rand. L’histoire qui sera écrite plus tard du macro­nisme notera com­bi­en le prési­dent Macron acte la mise en œuvre du social-libéral­isme par d’autres moyens.

L’Obs

Tout aus­si fidèles à eux-mêmes sont d’autres heb­do­madaires « réputés ». Sauf que dans leur cas, c’est de morne plaine dont il s’agit. Les cou­ver­tures se suff­isent et se passent de com­men­taires, sauf L’Obs qui soulève un sem­piter­nel mar­ronnier, néan­moins évo­ca­teur si on le met en rap­port avec la cou­ver­ture de Mar­i­anne.

La plaine est encore plus morne par ailleurs…

Alors, la « petite » presse, c’est laque­lle ? Après un tel tour d’horizon…, au sujet de la « petite » presse on a envie de titr­er comme L’Action Française  : « Vive le roi ! », mais pas celui-là : plutôt, « vive la reine ! », autrement dit la presse dite alternative !

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.