Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La revue Éléments publie un numéro sur les médias

26 mars 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La revue Éléments publie un numéro sur les médias

La revue Éléments publie un numéro sur les médias

Éléments, « Le magazine des idées », largement inspiré par Alain de Benoist, connaît un renouveau depuis le lancement de sa nouvelle formule plus riche, plus accessible, sans perdre en densité et avec de nouvelles plumes. Chaque numéro, outre des entretiens avec des personnalités du monde intellectuel (Onfray, Julliard, Gauchet, Guilly pour la dernière parution) contient un dossier. Celui du numéro 165 (avril/mai 2017) est consacré au « Parti des médias en accusation ». Décryptage.

« Encore un siè­cle de jour­nal­isme et tous les mots pueront », ces dures paroles de Niet­zsche ouvrent le numéro mais en vérité « les mots ne puent pas tant qu’ils mentent ». L’Ojim avait pub­lié un entre­tien avec Ingrid Riocre­ux lors de sa sor­tie de son livre La langue des médias. La soci­o­logue pré­cise sa pen­sée qui s’articule autour de deux axes : « destruc­tion du lan­gage et fab­ri­ca­tion du con­sen­te­ment ». La bonne con­science implicite d’une large frange des jour­nal­istes (pas tous) leur per­met d’employer de manière naturelle des con­no­ta­tions dépré­cia­tives (« phobe », euro­phobe, homo­phobe) ou lauda­tives (voir L’Obamania). Et la post-vérité ? « Si les médias dom­i­nants veu­lent désign­er par là des procédés qui con­sis­tent à tor­dre le réel pour le met­tre au ser­vice d’une thèse ou d’un dogme, alors ils devraient se recon­naître comme des maîtres post-vérité ».

Téléréalité et post-vérité

Qua­tre pages déca­pantes sur la téléréal­ité « La télé-réal­ité c’est enfer­mer des araignées dans un bocal et voir ce qui s’y passe » voisi­nent avec une analyse ser­rée des orig­ines de la « post-vérité » qui rem­place le bon vieux bobard. La post-vérité : un con­cept qui remonte curieuse­ment aux grands décon­struc­teurs Fou­cault et Der­ri­da. Dans un entre­tien cor­rosif Robert Ménard revient sur son par­cours, de fon­da­teur de Reporters Sans Fron­tières à la mairie de Béziers, et sug­gère de sup­primer les aides à la presse pour sauver les jour­nal­istes de leur entre soi.

Inter­viewé, Claude Chol­let (fon­da­teur de l’Ojim) con­state que les médias de ser­vice pub­lic (financés par la rede­vance) encensent la doxa libéral-lib­er­taire au moment où la pro­fes­sion de jour­nal­iste se pré­carise via les fer­mes de con­tenus dont la plus impor­tante en France Relax News est pos­sédée par « le jeune loup et le vieux singe », Matthieu Pigasse et Serge Das­sault.

Chers, très chers médias

Dans trois pages implaca­bles Ben­jamin Dor­mann résume son livre Ils ont acheté la presse (Picol­lec édi­teur). Alors qu’une grosse poignée de mil­liar­daires domi­nent la presse, celle-ci reçoit des mil­liards de sub­ven­tions directes et indi­rectes. Mieux, deux patrons de réseaux télé­phoniques Xavier Niel avec Free et Patrick Drahi avec SFR trans­for­ment les médias en pro­duit adja­cent d’un abon­nement télé­phonique. Ils en prof­i­tent au pas­sage pour faire cam­pagne ouverte­ment pour Emmanuel Macron, fidéi­com­mis du cap­i­tal­isme socié­tal.

Decodex, CrossCheck, dura Lex

Les deux pages les plus stim­u­lantes sont celles de l’écrivain Slo­bo­dan Despot qui démonte l’arrivée des GAFA (Google, Ama­zon, Face­book, Apple) dans l’élaboration d’un nou­v­el Index. Les géants de la Toile vont pro­duire de l’information ou la con­trôler via leurs algo­rithmes. Dans un ent­hou­si­asme naïf (pas seule­ment car Google a sub­ven­tion­né le jour­nal pour ce faire) Le Monde a lancé son Decodex qui a fait un flop reten­tis­sant. Mais les petits jour­nal­istes de Decodex n’ont pas vu que « ce développe­ment laisse entrevoir une issue bur­lesque qu’un Philip K. Dick n’eût pas reniée : le rem­place­ment des rédac­teurs par des algo­rithmes ». Le News Lab de Google dont la mis­sion « Fia­bil­ité et Véri­fi­ca­tion » doit être com­prise dans son sens orwellien « Men­songe et Con­trôle » indique où le jour­nal­isme européen offi­ciel prend ses sources : en Cal­i­fornie.

Voir aussi

Éléments, avril/mai 2017, 96p, 6,90€, en vente en kiosque

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

Claude Chollet et l’Observatoire du journalisme (OJIM) ont été mis en examen par le procureur de la République à la demande de Monsieur Ramzi Khiroun, ancien chauffeur et garde du corps de DSK et maintenant porte-parole du groupe Lagardère. La mise en examen porte sur le délit d’injures publiques, susceptible d’une amende de 12.000 € et de dommages et intérêts supplémentaires. La première audience a lieu le 7 octobre. Pour nous aider à nous défendre et à nous développer, rejoignez nos donateurs.

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.