L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Google contre France-Soir

5 juillet 2022

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Google contre France-Soir

Google contre France-Soir

5 juillet 2022

Temps de lecture : < 1 minute

C’est un procès en appel pas comme les autres qui s’est tenu le 16 juin 2022, celui de David contre Goliath, du Petit Poucet contre l’ogre, de France-Soir contre Google.

Journalisme de délation

Aude Favre, jour­nal­iste spé­cial­isée dans la déla­tion, avait d’abord sévi aux États-Unis, obtenant de Google qu’il prive un média, The Gate­way Pun­dit, de ses revenus pub­lic­i­taires. A la suite de ses arti­cles con­tre France-Soir — que l’on peut aimer ou détester c’est selon mais la lib­erté d’expression ne se coupe pas en ron­delles — elle a obtenu début 2021 la sup­pres­sion de la chaîne YouTube du jour­nal (près de 280.000 abon­nés) mais aus­si la désin­dex­a­tion des arti­cles du journal.

Saisie du tribunal de commerce

Le directeur de la pub­li­ca­tion du jour­nal, Xavier Azal­bert avait saisi le tri­bunal de com­merce en avril 2021, s’appuyant sur la mise en dan­ger du titre et deman­dant la ré-index­a­tion des con­tenus au nom de la lib­erté d’expression.

Débouté début juin 2021, France-Soir avait fait appel, audi­ence qui s’est tenue le 16 juin 2022 au milieu du silence des chers con­frères. Les avo­cats de Google se sont appuyés sur les fan­taisies de Con­spir­a­cy Watch, sur le Decodex du Monde, sur l’AFP, sur News­Guard, tous défenseurs du monde libéral lib­er­taire, pour fustiger France-Soir, pro­duc­teur d’infox. Mais que dire de l’AFP qui pub­lie volon­taire­ment une fausse nou­velle con­cer­nant Éric Zem­mour, du Decodex du Monde financé par… Google, de News­guard, instru­ment du soft-pow­er améri­cain ? Sinon qu’ils font par­tie d’un sys­tème et se rangent dans le camp des censeurs et des enne­mis de la lib­erté d’expression. Juge­ment remis à mi-octo­bre 2022.

Voir aus­si : Con­spir­a­cy Watch : obser­va­toire objec­tif du com­plo­tisme ou bras armé du gauchisme ?

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés