Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le « Décodex » du Monde : une boussole qui indique le sud

17 août 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le « Décodex » du Monde : une boussole qui indique le sud

Le « Décodex » du Monde : une boussole qui indique le sud

[Red­if­fu­sions esti­vales 2017 – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 16/02/2017]

Nous sommes revenus dernièrement, dans un dossier, sur le lancement du « Décodex » par Le Monde, une sorte d’Index moderne visant à labelliser les sites d’informations fiables (et diaboliser les autres sur des critères aussi subjectifs que douteux). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’effet constaté ne fût pas vraiment celui auquel le quotidien du soir s’attendait.

En témoigne, entre autres, les con­stata­tions de l’é­con­o­miste Jacques Sapir. Comme beau­coup d’autres, son site, « RussEu­rope », a été classé « orange », donc cat­a­logué en tant que site peu sérieux. Tout d’abord indigné, Sapir n’a pas man­qué de dénon­cer ce nou­v­el out­il qui, en plus de servir « l’au­to­pro­mo­tion » du Monde, se révèle un véri­ta­ble « out­il de tri idéologique ». Aus­si, remar­que-t-il, « on entre là dans un domaine ou joue à plein la sub­jec­tiv­ité idéologique des jour­nal­istes du Monde (…) alors qu’il est lui-même, et nul ne le lui reproche par ailleurs, un jour­nal d’opinion, un jour­nal qui défend ses idées ».

Pour l’é­con­o­miste, le lance­ment de ce pro­jet traduit une « volon­té un peu puérile et claire­ment dés­espérée de cer­tains jour­nal­istes pour se garan­tir le mono­pole de l’information ». Après avoir con­testé factuelle­ment ce qui était reproché à son site (au sujet de la crise ukraini­enne), ce dernier rétorque habile­ment que « le Monde lui-même a pub­lié aus­si de fauss­es infor­ma­tions, ou des infor­ma­tions non con­fir­mées ». Par exem­ple ? « Le Monde lui même s’était fait l’écho récem­ment du faux piratage par les Russ­es d’une cen­trale élec­trique améri­caine », avance-t-il.

Mais le plus amu­sant, fait remar­quer Sapir, c’est qu’une obser­va­tion rapi­de per­met de con­stater que « les util­isa­teurs poten­tiels de Décodex l’utilisent à l’inverse de ce que souhaitaient les jour­nal­istes du Monde ». Lui-même en a récem­ment subi les effets posi­tifs. Ain­si dans un autre bil­let, Jacques Sapir « remer­cie » le Décodex pour avoir fait sa pub­lic­ité. En effet, chiffres à l’ap­pui, l’é­con­o­miste mon­tre que depuis le lance­ment de cet out­il, le nom­bre de con­nex­ions à son site a aug­men­té de 20 % par rap­port aux 20 jours précé­dents. Pire : « rap­porté au nom­bre de notes instal­lées dans les péri­odes con­sid­érées (19 pour les 20 derniers jours de jan­vi­er, 11 pour les 11 derniers jours, et 7 pour les 11 pre­miers jours de févri­er) le nom­bre de con­nex­ions a aug­men­té de 79,7% pour la pre­mière péri­ode et de 82,4% pour la sec­onde. »

Adres­sant ses « plus chaleureux remer­ciements à l’équipe de Decodex », M. Sapir ne peut que con­stater, ironique, qu’il s’agis­sait en réal­ité « d’une opéra­tion visant à ren­forcer le plu­ral­isme de la presse en assur­ant une pro­mo­tion gra­tu­ite aux sites classés “orange” (come c’est le cas pour RussEu­rope) ou en “rouge”, comme c’est scan­daleuse­ment le cas pour le blog d’Olivier Berruy­er, Les Crises ». Con­cer­nant le blog en ques­tion, il a récem­ment été « réé­val­ué » par le Décodex, en pas­sant de rouge à orange. Mais l’é­con­o­miste Olivi­er Berruy­er n’a pas l’in­ten­tion d’en rester là et s’évertue depuis plusieurs jours non seule­ment à démon­ter les argu­ments avancés par le Décodex, mais aus­si à met­tre en avant les dés­in­for­ma­tions véhiculées par Le Monde, pour­tant un site classé « fiable » (évidem­ment). Affaire à suiv­re…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision