Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Journalisme de délation : Aude Favre fait démonétiser France Soir

25 septembre 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Journalisme de délation : Aude Favre fait démonétiser France Soir

Journalisme de délation : Aude Favre fait démonétiser France Soir

Accueil | Veille médias | Journalisme de délation : Aude Favre fait démonétiser France Soir

Journalisme de délation : Aude Favre fait démonétiser France Soir

25 septembre 2021

Le site de France Soir se fait démonétiser par Google sous prétexte de désinformation. Cet évènement survient une semaine après le reportage de Complément d’enquête diffusé sur France 2 dans lequel la coréalisatrice et journaliste Aude Favre dénonce ce qu’elle appelle le « business des fake news ».

Une première victime, The Gateway Pundit

Cela fait un moment que Google a pour habi­tude de déréférencer les arti­cles de France Soir afin de ne pas lui offrir de vit­rine, le géant avait aus­si fait fer­mer la chaîne YouTube du média qui l’utilisait pour dif­fuser ses entre­tiens avec des per­son­nal­ités jugées Covi­do-scep­tique. Aude Favre, auteur de doc­u­men­taires et reporter depuis 10 ans, qui se dit spé­cial­isée dans la dénon­ci­a­tion des fake news, pré­tend com­pren­dre com­ment ce qu’elle appelle dés­in­for­ma­tion se répand et par quel moyen.

Elle avait ain­si réal­isé un reportage en inter­ro­geant Jim Hoft (mil­liar­daire améri­cain ayant fondé le média The Gate­way Pun­dit). Reportage qui l’a poussée à accuser Google de financer indi­recte­ment ce média jugé com­plo­tiste. The Gate­way Pun­dit se ver­ra finale­ment privé de tous ses revenus pub­lic­i­taires quelques jours seule­ment avant la dif­fu­sion du reportage à la télévision.

Récidive en France

Aude Favre pour­suit sur sa lancée mais cette fois-ci en France. Elle y décou­vre qu’un média non sub­ven­tion­né, France Soir, y vit de ses pro­pres revenus grâces à cer­tains con­tribu­teurs n’étant prob­a­ble­ment jamais passés par une école de jour­nal­isme, même si le média emploie égale­ment des jour­nal­istes pro­fes­sion­nels. France Soir fait par­ler de lui depuis quelques temps déjà car son nou­veau pro­prié­taire, Xavier Azal­bert, a large­ment remanié l’ancienne rédac­tion en recru­tant beau­coup de nou­veaux con­tribu­teurs depuis 2014. L’ancien grand quo­ti­di­en, racheté en ruines et désor­mais libéré de ses anciens jour­nal­istes offi­ciels, se relançait économique­ment ce qui déplaît aux médias de grand chemin. Selon Aude Favre, ce suc­cès, dont beau­coup de médias sub­ven­tion­nés ne peu­vent que rêver, reposerait sur le busi­ness des fake news.

Voir aus­si : Sleep­ing Giants ou le total­i­tarisme « soft » qui veut tuer

Mise à mort d’un journal par une journaliste

Penser dif­férem­ment serait donc un gage d’attraction de lecteurs ? Ce n’est pas la ques­tion que s’est posée la « jour­nal­iste ». Sans chercher plus loin, elle se con­tente de dénon­cer le fait qu’une infor­ma­tion non validée offi­cielle­ment par la bien-pen­sance a ten­dance à attir­er les foules aug­men­tant ain­si les revenus pub­lic­i­taires des sites vis­ités. Grâce à ce cheva­lier blanc du min­istère de la vérité, France Soir subit donc désor­mais le même sort que le média The Gate­way Pun­dit et se voit non seule­ment privé de chaine Youtube mais à présent aus­si de revenus publicitaires.

Rap­pelons que Rose­lyne Bach­e­lot avait déjà essayé en jan­vi­er 2021 de priv­er le jour­nal de sub­ven­tions publiques en le pri­vant du statut de média « d’information poli­tique et générale » (IPG). Une cam­pagne des sleep­ing giants, relayée par France Inter con­tre le média avait amené plusieurs annon­ceurs dont la MACIF à renon­cer à y pub­li­er des publicités.

Aude Favre inau­gure une nou­velle forme de jour­nal­isme, le jour­nal­isme de déla­tion. Une forme très prisée en URSS au bon vieux temps. Du stal­in­isme libéral lib­er­taire repeint en rose, devinez qui joue le rôle du kapo ?

Voir aus­si : vidéo, Sleep­ing giants, les nou­veaux inquisiteurs

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés