Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Decodex : Le Monde financé par Google, l’effet boomerang

1 août 2017

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Dossiers | Decodex : Le Monde financé par Google, l’effet boomerang

Decodex : Le Monde financé par Google, l’effet boomerang

[Red­if­fu­sions esti­vales 2017 – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 10/02/2017]

Boomerang : « acte d’hostilité qui se retourne con­tre son auteur », Nou­veau Petit Robert, édi­tion 1993.

« Prends garde de cracher con­tre le vent » Proverbe nava­jo

Connaissez vous le Fonds pour l’Innovation Numérique de la Presse, le FINP ? Non ? C’est pourtant le fonds Google pour la France distribuant la manne à la « bonne presse ». Si vous allez sur le site de cette discrète association loi de 1901, vous saurez … et bien presque rien. Ni les rapports d’activité (le dernier remonte à 2013) ni à qui a été distribué la manne, ni qui sont les membres du conseil d’administration, tout au plus aurez vous le nom d’un obscur président. Début février 2017 la dernière actualité postée remonte à juillet 2015. On a connu Google plus réactif.

À moins que… À moins que ni Google ni les heureux béné­fi­ci­aires ne souhait­ent trop se van­ter des détails de l’aide de la multi­na­tionale améri­caine. Tout juste sait-on (mais pas à par­tir du site) qu’en 2014 le fonds a prof­ité à des « pau­vres » : Les Échos comme Le Figaro (2 mil­lions d’euros cha­cun, Arnault et Das­sault remer­cient), Le Parisien, Rue 89 et quelques autres. Et que sans doute en 2015 et/ou 2016 Le Monde a reçu une par­tie du tré­sor comme l’apprend un arti­cle du 17 novem­bre 2016 du quo­ti­di­en « Le Monde a fait par­tie des pro­jets soutenus par le FINP et la DNI pour la refonte de ses édi­tions mobiles, le développe­ment de la vidéo, le lance­ment de Snapchat Dis­cov­er, Le Monde Afrique et un futur ser­vice de démon­tage de rumeurs » (c’est nous qui soulignons). Un sou­tien de com­bi­en on ne saura pas. Mais alléluia il est né ce petit ser­vice de démon­tage, c’est Decodex.

Decodex ? Non, ce n’est pas un mar­su­pi­al aus­tralien mais un logi­ciel mai­son qui classe les sites inter­net et les médias en général. Mais atten­tion pas sur des critères poli­tiques, ouh là non ! sur des critères de FIA-BI-LI-TÉ de l’information. Vous insérez l’URL d’un média papi­er ou en ligne ou radio ou télévi­sion et mir­a­cle une petite lumière s’allume, un peu comme les vierges lumineuses à Lour­des. Petite lumière grise : Decodex pas savoir, lui pas dire. Lumière orange : atten­tion ce site peut par­fois te don­ner des infor­ma­tions exactes mais elles peu­vent aus­si être tron­quées ou utilis­er des sources non fiables voire mil­i­tantes, évite mon gars, va plutôt voir ailleurs. Lumière rouge : ça mau­vais, patron ! ça sen­tir rous­si et effluves dia­boliques, toi par­tir tout de suite sinon toi ris­quer con­t­a­m­i­na­tion. Lumière verte, une douce musique t’enveloppe, fau­teuils de cuir anglais et vins de qual­ité, des hôt­esses demi nues t’apportent des petits fours, ce site est fiable, suave, il fleure bon l’encens, lui vrai boula matari, toi bien infor­mé, toi heureux.

Quelques exem­ples ? Voyons un peu… Le Monde, celui qui pro­duit le Decodex (avec l’aimable assis­tance finan­cière de Google, reposons la ques­tion, com­bi­en au fait ?) est … est … Vert ! Vous aviez dev­iné ? Et les Inrock­upt­ibles (pro­priété du char­mant ban­quier Matthieu Pigasse co-action­naire du Monde) ? Vert aus­si ! Et L’Express, Libéra­tion (pro­priété du très aimable mil­liar­daire Drahi) ? Vert émer­aude ! Et L’Humanité ? Vert encore ! Vous aurez ensuite le choix (per­son­nel) de nuances de vert, vert pomme, vert prairie, vert galant, vert Islam, vert espoir pour tous nos amis de CNN, du Point (François Pin­ault, autre ami des arts et des let­tres) , Arte, RTL, Europe1, LObs (pro­priété de Bergé, Niel, Pigasse, action­naires du Monde, la con­fra­ter­nité n’est pas un vain mot) et pèle mêle le JDD (Lagardère) France Inter (pro­fes­sion sec­tarisme), France Cul­ture, France2, FR3, FR5, FR293 etc… tous des copains. Sur­pris ?

Mais con­tin­uons et appro­chons nous du bord du Styx, la couleur orange, un orange un peu sale et sans doute mal­odor­ant, celui des class­es dan­gereuses. Vous y trou­verez l’Ojim (hour­rah !), Bre­it­bart le site améri­cain qui n’a pas été pour rien dans le vic­toire de Trump, Boule­vard Voltaire, François de souche (qua­tre mil­lions de vis­i­teurs uniques par mois), TVL, Fakir (pau­vre François Ruf­fin son mer­veilleux film Mer­ci patron ! sur Bernard Arnault ne lui sera pas par­don­né), et un paquet de penseurs et de sites en dehors des clous des médias de pro­pa­gande sub­ven­tion­nés.

Pas­sant, perds ici tout espoir, tu t’approches des fonds de l’enfer, Charon a pris ton obole, tu es dans le rouge, un rouge pro­fond (Pro­fon­do rosso cher à Dario Argen­to pour les cinéphiles). Pas le rouge bais­er, le rouge vam­pire. Tu côtoieras un site catholique (non, pas ça, pas ça !) comme le Salon Beige, une fon­da­tion con­ser­va­trice comme Polemia, un site sion­iste et con­ser­va­teur comme Dreuz Info,et d’autres peut-être pires encore. Fuyons prudem­ment.

Tout ceci prêterait à rire si cette ini­tia­tive ne s’inscrivait pas dans un ensem­ble plus vaste. Avec Face­book qui man­i­feste des vel­léités de con­trôle de l’information il s’agit d’une ten­ta­tive d’établissement pro­gres­sif d’un Min­istère de la Vérité où le très petit Samuel Lau­rent du Monde et père du Decodex ne fait fig­ure que d’officiant de qua­trième ordre tout droit sor­ti de 1984 d’Orwell. Le Decodex n’est qu’un Index, non pas votre doigt mais celui du Con­cile de Trente (1545) repris par l’Inquisition espag­nole quelques années plus tard : ce qu’il ne faut pas lire, ce qu’on ne doit pas lire, ce qui devrait être inter­dit de lire.

Comme le note Daniel Schnei­der­mann dans Libéra­tion

«  …de quel droit, une source d’information vient-elle dire que d’autres sources d’informations con­cur­rentes sont fiables ou non ? Quelle est sa fia­bil­ité ? C’est comme si on demandait à la com­pag­nie de taxis G7 de label­lis­er Uber ou aux agences immo­bil­ières de dire si Airbnb est une appli cool. Jour­nal favor­able à la mon­di­al­i­sa­tion, le Monde classe en vert les jour­naux pro-mon­di­al­i­sa­tion et les autres en rouge. Le Monde est pure­ment et sim­ple­ment en con­flit d’intérêts. Juge et par­tie. Mort (pro­vi­soire ?) d’une belle idée. »

Résumons : une multi­na­tionale améri­caine finance les pro­grammes d’un jour­nal pos­sédé par des mil­liar­daires et déjà abon­dam­ment sub­ven­tion­né. Elle le finance pour établir la Prav­da, la Vérité avec un grand V à un moment où les médias et les jour­nal­istes sont de plus en plus dis­crédités comme le prou­ve à l’envi l’enquête annuelle de La Croix. Quel en sera le résul­tat ? Le vent des réseaux soci­aux se retourne déjà con­tre l’initiative. Feu vert, méfi­ance, ce doit être un média de l’oligarchie. Feu orange, à voir. Feu rouge, mérite le détour. De l’art de cracher con­tre le vent

Voir nos dossiers

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).