Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Toujours plus de régulation (censure) pour Laurent Solly, DG de Facebook France

28 juillet 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Toujours plus de régulation (censure) pour Laurent Solly, DG de Facebook France

Toujours plus de régulation (censure) pour Laurent Solly, DG de Facebook France

[Pre­mière dif­fu­sion le 27 févri­er 2020]

Le 24 février 2020, Laurent Solly, directeur général de Facebook France depuis 2013 et ancien collaborateur ministériel de Sarkozy ainsi que directeur adjoint de sa campagne présidentielle en 2007, était au micro de France Info. Il était interrogé sur les moyens mis en oeuvre par la plateforme aux 37 millions d’utilisateurs en France, pour contrôler toujours plus ce qui y est publié par les internautes.

Traquer les “fausses informations”

Sol­ly a rap­pelé sa farouche volon­té de “lut­ter con­tre les fauss­es infor­ma­tions”, en par­ti­c­uli­er dans le con­texte du coro­n­avirus. Face­book, grâce à ses équipes de “fact check­ing” (sic), met tout en œuvre pour sup­primer les fauss­es infor­ma­tions pou­vant met­tre en dan­ger ses util­isa­teurs comme cela a par exem­ple été le cas avec des pub­li­ca­tions relayant l’idée que boire un verre de jav­el per­me­t­tait de lut­ter con­tre le virus (sic). L’idée est aus­si d’aider “la bonne infor­ma­tion à cir­culer” comme en relayant sur le réseau, les gestes de préven­tion utiles face au virus.

Sol­ly est aus­si revenu sur le sujet plus épineux des accu­sa­tions améri­caines faites aux russ­es d’avoir manip­ulé le réseau social. Nou­velle obses­sion, que ce soit dans le cadre des élec­tions ou désor­mais par rap­port au coro­n­avirus. Le directeur général est resté mod­éré sur le sujet en expli­quant sim­ple­ment que “L’an dernier, au cours des neuf pre­miers mois, nous avons sup­primé 5,4 mil­liards de ten­ta­tives de créa­tions de fauss­es pages et de faux pro­fils.”. Était-ce des pages russ­es, ou peut être améri­caines, ou peut être même pas “fauss­es” comme celle de l’OJIM ? On ne le saura pas.

Réguler internet contre la « haine » par plus de censure

Inter­rogé par la suite sur l’affaire Griveaux, il a rap­pelé que la vidéo “n’a pas été vue, ni sur Face­book, ni sur Insta­gram” et que le “le blocage [des liens ren­voy­ant vers la vidéo] a été extrême­ment rapi­de”. “Beau­coup de pro­grès ont été faits pour lut­ter con­tre ces con­tenus nuis­i­bles, de haine, nous avons investi con­sid­érable­ment au cours des deux dernières années, plusieurs mil­liards de dol­lars.” Ajoute‑t’il, ce qui n’a tout de même pas empêché leur algo­rithme de cen­sur­er une une de Téléra­ma très récem­ment. On apprend aus­si par la même occa­sion qu’il y a 35 000 per­son­nes dans le monde, tra­vail­lant 24h sur 24, à la “mod­éra­tion” de Face­book. 35000 per­son­nes physiques aidées par l’intelligence arti­fi­cielle, un peu moins que la NSA améri­caine à laque­lle Face­book four­nit régulière­ment des informations.

Inter­rogé sur la loi Avia et le délai de 24h accordé au plate­formes pour retir­er des con­tenus illicites, il est allé jusqu’à évo­quer que cette durée n’était pas “le meilleur indi­ca­teur” et espér­er plus de rapid­ité pour faire dis­paraître ces vilains con­tenus. Il s’est tout de même inquiété du risque “de sup­primer trop de mes­sages, met­tant en cause la lib­erté d’expression ». Au, vu les actions de son entre­prise, cela ressem­ble surtout à de belles paroles lénifi­antes, comme dis­ait Jacques Chirac, les promess­es n’engagent que ceux qui les entendent.

Finale­ment, il sem­ble espér­er encore d’autres lois dans la suite d’Avia. “Il est néces­saire de mod­erniser et d’améliorer la régu­la­tion d’internet et des grandes plate­formes. Nous faisons des efforts mais nous ne pou­vons pas être seuls (…) Nous avons besoin du lég­is­la­teur. Seul, Face­book ne peut pas édicter toutes les règles.” Un avenir radieux s’annonce pour la cen­sure privée comme pour la cen­sure éta­tique. Mer­ci Lau­rent Sol­ly, mer­ci Face­book, mer­ci la loi Avia. Et mer­ci au lecteur qui nous a sig­nalé cette intervention.

Derniers portraits ajoutés

Claude Askolovitch

PORTRAIT — Claude Askolovitch débute sa car­rière à Sci­ences et Vie Économie puis entre à RFO avant d’être engagé au Matin de Paris. Fin 1987, il rejoint Europe 1 puis devient reporter à l’EDJ et à Marianne.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.