Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’algorithme grossophobe de Facebook censure Télérama

13 février 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’algorithme grossophobe de Facebook censure Télérama

L’algorithme grossophobe de Facebook censure Télérama

Télérama, désormais habitué aux diatribes politiquement correctes contre les hommes ou Zemmour, a souhaité s’en prendre cette fois, à la “grossophie”, dans son dernier numéro du 8 février au 14 février 2020. Titrée “Pourquoi on rejette les gros ?”, la une du magazine présentait Leslie Barbara Butch (féministe, homosexuelle militante et “grosse”) dénudée.

La dénom­mée Butch, après l’avoir partagée sur son Insta­gram (pro­priété de Face­book), a vu son compte être cen­suré, rap­pelant les heures les plus som­bres de la grosso­pho­bie.

Facebook et Instagram, habitués aux censures en tout genre

Adepte de la cen­sure dans dif­férents con­textes, Face­book sem­ble aus­si se démar­quer et être à l’avant-garde lorsqu’il s’agit de “nudité”.

Ces stan­dards très stricts avaient déjà indignés en 2011, lorsque Face­book avait dés­ac­tivé le compte d’un pro­fesseur ayant partagé le tableau “L’Origine du monde”de Gus­tave Courbet.

Le Figaro nous apprend même que le hash­tag #grosse a par le passé été cen­suré sur Insta­gram car “les pub­li­ca­tions con­tenant les mots ou les tags que vous recherchez encour­a­gent sou­vent un com­porte­ment pou­vant nuire ou con­duire au décès”(sic).

Dans ce con­texte, l’algorithme d’Instagram a assez logique­ment cen­suré de manière automa­tique la pub­li­ca­tion sur ce dernier de cette une.

S’en prendre aux gros, la censure de trop

Mal­gré l’absence de “sexe” ou “téton” sur la une, le compte de Butch a été automa­tique­ment dés­ac­tivé après son partage. Con­séquence prob­a­ble de la présence évi­dente de “beau­coup de peau” et l’absence de prise en con­sid­éra­tion de la cor­pu­lence du sujet par l’algorithme (encore une IA qui dis­crim­ine !). Il a depuis été réac­tivé et le réseau social a même présen­té ses excus­es : “Nous souhaitons qu’In­sta­gram soit un endroit inclusif où tout le monde se sente assez à l’aise pour être lui-même. Le con­tenu a été retiré par erreur et nous en sommes désolés.” Vocab­u­laire lénifi­ant et semi-excus­es à l’appui.

Mais cela n’a pas empêché les cyber-mil­i­tants de l’indignation d’inciter les inter­nautes à utilis­er en réac­tion, deux hash­tags, #bar­barabutchchal­lenge et #nique­la­grosse­cen­sure, et de relay­er mas­sive­ment la une.

Butch la mil­i­tante, quant à elle, s’est dite “invis­i­bil­isée” (lan­gage clas­sique de “minorité opprimée”) et à même regret­té que “ce genre de cen­sure n’arrive que pour les gros” (la cen­sure par Face­book, entre autres, de l’OJIM, est donc cer­taine­ment une inven­tion). Elle aurait même été “à deux doigts de tout envoy­er balad­er, mais [veut] con­tin­uer à [se] bat­tre pour celleux (sic) qui ne peu­vent pas ou qui n’en ont pas / plus la force”. Nous voilà ras­surés, l’algorithme grosso­phobe des GAFA n’aura quand même pas eu rai­son de la fougue mil­i­tante de nos pau­vres minorités opprimées. Vous me répéterez sept fois : gros gras grand grain d’orge, quand te dégros gras grand grain d’org­eras-tu?

Je me dé-gros-gras-grand-grain-d’org­eris­erai quand tous les gros gras grands grains d’orge se seront dé-gros-gras-grand-grain-d’org­erisés.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).