Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Alerte jaune devant le coronavirus : le Courrier Picard indigne les bien-pensants

3 février 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Alerte jaune devant le coronavirus : le Courrier Picard indigne les bien-pensants

Alerte jaune devant le coronavirus : le Courrier Picard indigne les bien-pensants

Alors que l’épidémie du Coronavirus, partie de Chine, se répand dans le monde entier, Le Courrier Picard a tenté un petit jeu de mot en titrant sa une du dimanche 26 janvier 2020, “Alerte jaune”. Il n’en fallait pas plus aux bien-pensants pour y voir un titre raciste (sic) rappelant la théorie du “péril jaune” de la fin du XIXe siècle, concept annonçant la future domination du monde par l’Asie, au détriment de l’Occident.

Une “alerte jaune” qui ne passe pas

En plus de cet inti­t­ulé de une, “Coro­n­avirus chi­nois : alerte jaune”, le Cour­ri­er Picard a titré son édi­to­r­i­al du jour, “Le péril jaune ?”.

Twit­ter, devenu l’un des prin­ci­paux lieux de l’indignation, que ce soit d’anonymes ou de col­lec­tifs lib­er­ti­cides comme les Sleep­ing Giants, a vive­ment réa­gi à la sor­tie du jour­nal. Mad­jid Mes­saoudene, élu à Saint-Denis, a twit­té en par­lant de “racisme décom­plexé”, d’autres se sont demandés si le titre n’était pas “un peu lim­ite” ou sont allés jusqu’à par­ler de “vannes racistes”. Mais cette une ne serait qu’une goutte d’eau dans le vase des réac­tions anti-asi­a­tiques qui fleuris­sent avec le Coro­n­avirus, ce qui a même entrainé la créa­tion d’un hash­tag “#JeNe­Su­is­Pa­sUn­Virus”.

Suite à cette indig­na­tion, la LICRA aurait porté plainte con­tre le jour­nal, mal­gré le mea cul­pa de ce dernier. Le ridicule ne tue plus, il cen­sure.

Le Courrier Picard utilise la “colorimétrie” (?!) pour se justifier

C’est dans un arti­cle du jour même de la une, que Le Cour­ri­er Picard a présen­té ses excus­es et s’est expliqué sur ses choix dialec­tiques.

Après la clas­sique présen­ta­tion d’excuses et l’appel à plus de vig­i­lance à l’avenir, le quo­ti­di­en a ten­té de sur­prenantes jus­ti­fi­ca­tions de ses pro­pos.

Con­cer­nant le titre de l’éditorial, ils rap­pel­lent avoir mis un point d’interrogation, pour bien soulign­er “la dis­tan­ci­a­tion avec le pro­pos”. Le terme de “péril jaune” fai­sait bien référence à celui du XIXe siè­cle, pour “rel­a­tivis­er juste­ment l’éventuelle panique irra­tionnelle pou­vant se répan­dre après l’apparition des pre­miers cas en France”, “panique irra­tionnelle” qui serait sim­i­laire à celle s’étant répan­due il y a plus d’un siè­cle. Alors que la Chine est de plus en plus puis­sante géopoli­tique­ment, l’illustration est peut-être mal choisie pour par­ler d’ir­ra­tional­ité…

Et pour ce qui est du titre de la pre­mière page, “l’alerte jaune”, ils se sont jus­ti­fiés en expli­quant qu’il faut le pren­dre au “sens col­orimétrique, à savoir dans une gra­da­tion du jaune au rouge. À l’image des alertes météo allant du vert au rouge en pas­sant par le jaune et l’orange. Et voulait, par ce biais sig­ni­fi­er qu’il ne fal­lait pas sur-réa­gir à cette épidémie.” (?!). Avec de telles expli­ca­tions, la rédac­tion pour­ra être grat­i­fiée, sans trop de con­cur­rence, de la palme de “l’ex­cuse la plus far­felue de l’année”.

Derniers portraits ajoutés

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.