Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Facebook, Google, Microsoft et Twitter recréent Big Brother, vers la fin de toute liberté d’expression sur les réseaux sociaux

27 décembre 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Facebook, Google, Microsoft et Twitter recréent Big Brother, vers la fin de toute liberté d’expression sur les réseaux sociaux

Facebook, Google, Microsoft et Twitter recréent Big Brother, vers la fin de toute liberté d’expression sur les réseaux sociaux

Pre­mière dif­fu­sion le 26/09/2019

Vous connaissiez peu le Global Internet Forum to Counter Terrorism, un consortium créé en 2017. Que du beau monde, Facebook, Twitter, Microsoft et Google (via YouTube). Et que de bonnes intentions, « lutter contre le terrorisme ». Réjouissez-vous, vous allez en entendre parler (et en subir les conséquences), le consortium s’élargit avec de nouvelles ambitions et de nouveaux moyens.

Lutte contre « l’extrémisme »

Après l’attentat de Christchurch con­tre des mosquées en Nou­velle Zélande en mars 2019, la pre­mière min­istre Jacin­da Ardern, le prési­dent Emmanuel Macron avaient lancé en mai, l’appel de Christchurch pour lut­ter con­tre les « con­tenus extrémistes et vio­lents » sur inter­net. La Grande-Bre­tagne, l’Irlande, puis Twit­ter, Face­book, Microsoft et Google avaient rejoint l’appel. La phraséolo­gie était volon­taire­ment vague et pou­vait englober les sou­tiens de l’État islamique que les « extrémistes de droite ».

Mécanisme préventif

Lors de la con­férence de presse annonçant la nou­velle struc­ture, la numéro 2 de Face­book a annon­cé fière­ment que le réseau social avait sup­primé après l’attentat 1,5 mil­lions (vous lisez bien un mil­lion et demi) de vidéos dont 1,2 mil­lions n’avaient pu être vues par per­son­ne sinon les 30.000 (trente mille) censeurs de Face­book.

La char­mante Jac­in­ta a surenchéri « Nous essayons de créer un mécan­isme du genre défense civile. De la même manière que nous réagis­sons aux urgences naturelles comme les incendies et les inon­da­tions, nous devons être prêts à réa­gir à une crise comme celle que nous avons vécue ». Pour prévenir les inon­da­tions, on con­stru­it des bar­rages, pour prévenir les incendies on débrous­saille, pour prévenir l’extrémisme, on cen­sure, tout se tient.

Élargissement de la plate-forme

A l’occasion de la réu­nion de l’ONU, le 23 sep­tem­bre 2019, LinkedIn (pro­priété de Microsoft) et What­sApp (pro­priété de Face­book) ont rejoint l’organisation. Selon un com­mu­niqué repris par l’AFP, la struc­ture œuvr­era pour « déjouer les ten­ta­tives de plus en plus sophis­tiquées des ter­ror­istes et des extrémistes vio­lents pour se servir des plate­formes numériques ».

Les gou­verne­ments de six pays, France, Roy­aume-Uni, Cana­da, États-Unis, Nou­velle Zélande et Japon auront un rôle de con­sul­ta­tion ain­si que l’ONU et l’Union Européenne. On ignore encore le mon­tant des finance­ments de la nou­velle organ­i­sa­tion, dirigée par une équipe dédiée, mais il devrait être d’une dimen­sion sym­pa­thique.

Lutte contre le « suprémacisme blanc »

Dans le même temps Face­book annonce une col­lab­o­ra­tion avec les polices des deux côtés de l’Atlantique, pour « édu­quer leurs out­ils d’intelligence arti­fi­cielle ». Dés octo­bre 2019 la police de Lon­dres et le réseau social col­la­boreront pour « détecter les con­tenus et mieux les sup­primer », enten­dez par là les con­tenus « extrémistes ». Des uni­ver­si­taires spé­cial­istes de la « rad­i­cal­i­sa­tion » et des « experts du main­tien de l’ordre » apporteront (on imag­ine con­tre une hon­nête rétri­bu­tion) leur expéri­ence. On par­le de 350 con­sul­tants extérieurs pour soutenir cette noble cause, sans compter les per­son­nels des grands réseaux soci­aux.

Big brother partout

Le 17 sep­tem­bre nous vous don­nions nom­bre d’exemples des nou­velles cen­sures sur les réseaux soci­aux. D’autres se sont rajoutées. Le mag­a­zine L’Incorrect a été cen­suré sur Face­book après un entre­tien avec Maître Pierre-Vin­cent Lam­bert, l’avocat de Généra­tion Iden­ti­taire.

 

Il est pos­si­ble qu’un robot iden­ti­fie les vestes bleues des mil­i­tants de Généra­tion Iden­ti­taire ou cer­tains mots-clefs et sup­prime automa­tique­ment le post. Un procédé exacte­ment sem­blable à celui des stal­in­iens des belles années : vous n’existez plus, vous n’avez jamais existé, vous êtes mort pour la société. De quoi réfléchir à des alter­na­tives aux réseaux des géants améri­cains soutenus par six gou­verne­ments, une bonne par­tie de l’université et hélas sans doute une forte pro­por­tion de jour­nal­istes.

Vous pou­vez lire ici une revue de presse après la con­damna­tion des mil­i­tants de Généra­tion Iden­ti­taire ain­si qu’une fic­tion de France2 sur le même sujet.

Sur le même sujet

Related Posts

Derniers portraits ajoutés

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.