Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | SFR presse de Patrick Drahi s’enfonce, plus de 24M€ de pertes pour Libération et L’Express en 2018
SFR presse de Patrick Drahi s’enfonce, plus de 24M€ de pertes pour Libération et L’Express en 2018

25 janvier 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | SFR presse de Patrick Drahi s’enfonce, plus de 24M€ de pertes pour Libération et L’Express en 2018

SFR presse de Patrick Drahi s’enfonce, plus de 24M€ de pertes pour Libération et L’Express en 2018

SFR presse de Patrick Drahi s’enfonce, plus de 24M€ de pertes pour Libération et L’Express en 2018

Dès son arrivée en 2016 à la tête de SFR médias Alain Weill avait laissé entendre que son attachement à la formule papier n’était pas éternel. En mars 2018, il avait mis les points sur les i en annonçant la priorité absolue au digital. Les mauvais résultats financiers de Libération et L’Express en 2018 pourraient signifier l’abandon du papier pour les deux titres.

Libération : gloups, gloups

Le quo­ti­di­en libéral lib­er­taire se décer­nait un brevet d’auto-satisfaction début 2019 en val­orisant son ser­vice Check news. Il sem­blerait que le lecteur ait un avis dif­férent et con­tin­ue d’abandonner le titre (source Let­tre A du 23 jan­vi­er 2019). La dif­fu­sion totale (dont sans doute une bonne pro­por­tion de « ventes au tiers » hôtels, cafés, sociétés de trans­port, qui se font à pertes) est autour de 70.000 exem­plaires et le kiosque est en retrait de 20% avec 16.000 exem­plaires quo­ti­di­ens. Comme la pub­lic­ité va de plus en plus vers le dig­i­tal, les pertes avoisineront les 9M€ en 2018.

L’Express : gloups, gloups, gloups

C’est pire à l’hebdomadaire où la vente au numéro est autour de seule­ment 22.000 exem­plaires (-19%). La dif­fu­sion France en retrait de 14% se situe aux envi­rons de 260.000 exem­plaires ventes aux tiers inclus­es. Moins de dif­fu­sion égale moins de recettes de ventes mais aus­si moins de pub­lic­ité, résul­tat : 15M€ de pertes bon poids.

Vers deux PSE et le digital

Plan de sauve­g­arde de l’emploi (PSE), c’est l’étrange euphémisme qui définit un plan de licen­ciements. Les deux titres con­nais­sent la douloureuse for­mule. L’Express a per­du une cen­taine de salariés lors du dernier PSE. Cer­taines rustines peu­vent encore être posées : diminu­tion du nom­bre de pages (économie de papi­er), mutu­al­i­sa­tion par­tielle des rédac­tions. Mais le tout dig­i­tal pour­rait être la solu­tion la plus rad­i­cale : trans­former les deux titres en newslet­ters sociales lib­er­taires haut de gamme, ven­dues cher avec des rédac­tions réduites. Moins de jour­nal­istes, fin de l’imprimerie et des prob­lèmes de dis­tri­b­u­tion de Presstal­is, Alain Weill pour­ra se con­sacr­er à BFM

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.