Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | SFR presse de Patrick Drahi s’enfonce, plus de 24M€ de pertes pour Libération et L’Express en 2018
SFR presse de Patrick Drahi s’enfonce, plus de 24M€ de pertes pour Libération et L’Express en 2018

25 janvier 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | SFR presse de Patrick Drahi s’enfonce, plus de 24M€ de pertes pour Libération et L’Express en 2018

SFR presse de Patrick Drahi s’enfonce, plus de 24M€ de pertes pour Libération et L’Express en 2018

SFR presse de Patrick Drahi s’enfonce, plus de 24M€ de pertes pour Libération et L’Express en 2018

Dès son arrivée en 2016 à la tête de SFR médias Alain Weill avait laissé entendre que son attachement à la formule papier n’était pas éternel. En mars 2018, il avait mis les points sur les i en annonçant la priorité absolue au digital. Les mauvais résultats financiers de Libération et L’Express en 2018 pourraient signifier l’abandon du papier pour les deux titres.

Libération : gloups, gloups

Le quo­ti­di­en libéral lib­er­taire se décer­nait un brevet d’auto-satisfaction début 2019 en val­orisant son ser­vice Check news. Il sem­blerait que le lecteur ait un avis dif­férent et con­tin­ue d’abandonner le titre (source Let­tre A du 23 jan­vi­er 2019). La dif­fu­sion totale (dont sans doute une bonne pro­por­tion de « ventes au tiers » hôtels, cafés, sociétés de trans­port, qui se font à pertes) est autour de 70.000 exem­plaires et le kiosque est en retrait de 20% avec 16.000 exem­plaires quo­ti­di­ens. Comme la pub­lic­ité va de plus en plus vers le dig­i­tal, les pertes avoisineront les 9M€ en 2018.

L’Express : gloups, gloups, gloups

C’est pire à l’hebdomadaire où la vente au numéro est autour de seule­ment 22.000 exem­plaires (-19%). La dif­fu­sion France en retrait de 14% se situe aux envi­rons de 260.000 exem­plaires ventes aux tiers inclus­es. Moins de dif­fu­sion égale moins de recettes de ventes mais aus­si moins de pub­lic­ité, résul­tat : 15M€ de pertes bon poids.

Vers deux PSE et le digital

Plan de sauve­g­arde de l’emploi (PSE), c’est l’étrange euphémisme qui définit un plan de licen­ciements. Les deux titres con­nais­sent la douloureuse for­mule. L’Express a per­du une cen­taine de salariés lors du dernier PSE. Cer­taines rustines peu­vent encore être posées : diminu­tion du nom­bre de pages (économie de papi­er), mutu­al­i­sa­tion par­tielle des rédac­tions. Mais le tout dig­i­tal pour­rait être la solu­tion la plus rad­i­cale : trans­former les deux titres en newslet­ters sociales lib­er­taires haut de gamme, ven­dues cher avec des rédac­tions réduites. Moins de jour­nal­istes, fin de l’imprimerie et des prob­lèmes de dis­tri­b­u­tion de Presstal­is, Alain Weill pour­ra se con­sacr­er à BFM

Voir aussi  Déménagement et baisse des salaires à Libération ?

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Audrey Pulvar

PORTRAIT — Audrey Pul­var est née le 21 févri­er 1972 à Fort-de-France (Mar­tinique). Son père, Marc Pul­var, est le fon­da­teur du Mou­ve­ment indépen­dan­tiste mar­tini­quais et secré­taire de la cen­trale syn­di­cale des tra­vailleurs mar­tini­quais (CSTM).

Élie Guckert

Né le 25 sep­tem­bre 1992 à Lax­ou, fils et petit-fils d’ingénieurs, Élie Guck­ert est le reje­ton d’une famille engagée à gauche dans un départe­ment, la Meuse, tra­di­tion­nelle­ment ancré à droite.

Natacha Polony

PORTRAIT — Nat­acha Polony est née le 15 avril 1975. D’origine polon­aise, elle enseigne de 1999 à 2000 dans un lycée d’Epinay-sur-Seine avant d’en démis­sion­ner. Elle n’a pas accep­té les réformes de Jack Lang trans­for­mant « l’enseignement de la lit­téra­ture en une démarche utilitariste ».

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.