Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Alain Weill prend (fermement) L’Express en main et veut renoncer au papier

13 juin 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Alain Weill prend (fermement) L’Express en main et veut renoncer au papier

Alain Weill prend (fermement) L’Express en main et veut renoncer au papier

Tout juste arrivé à la tête de SFR Media, Alain Weill veut affirmer son indépendance et son désir de réforme.

Face à la Société des jour­nal­istes de L’Ex­press le 2 juin dernier, ce dernier a annon­cé le départ du PDG de l’heb­do­madaire, Marc Laufer, homme de la « restruc­tura­tion et non du développe­ment ». Dans Chal­lenges, le groupe Altice de Patrick Drahi, désor­mais lié à Nex­tRa­dioTV, a expliqué que « Marc Laufer, à la demande d’Alain Weill, pilotera les act­ifs presse dans SFR Média pour assur­er le développe­ment des activ­ités presse au sein du grand pro­jet de con­ver­gence au sein de SFR ». Lorsque sa mis­sion sera ter­minée, il repren­dra ses pro­jets entre­pre­neuri­aux « comme il en avait con­venu avec Patrick Drahi ».

Christophe Bar­bi­er con­servera quant à lui ses fonc­tions à la tête de L’Ex­press, mais Weill, fon­da­teur et patron de Nex­tRa­dioTV, exige qu’il aban­donne désor­mais ses inter­ven­tions récur­rentes sur i>Télé pour rejoin­dre la chaîne de son groupe, BFMTV.

Par ailleurs, Alain Weill a affir­mé qu’il ne croy­ait plus à l’avenir du papi­er, qui représente pour­tant tou­jours la plus grosse part des revenus, et qu’il espérait faire bas­culer L’Ex­press dans le tout-numérique d’i­ci jan­vi­er 2017. Ques­tion­né par Chal­lenges, celui-ci a fait machine arrière. « Je n’ai jamais annon­cé que j’en­vis­ageais d’ar­rêter le papi­er à L’Ex­press », a‑t-il corrigé.

Cepen­dant, tout laisse à penser que son inter­ven­tion caté­gorique devant la SDJ a forte­ment déplu au sein du groupe Altice, brusqué par cette déci­sion uni­latérale. Prenant de vitesse sa hiérar­chie, Alain Weill souhaite ain­si mar­quer son autorité au sein du groupe. Bien­tôt, il lancera un comité de réflex­ion con­cer­nant l’avenir de L’Ex­press et son nou­veau posi­tion­nement stratégique, alors même que la nou­velle for­mule de l’heb­do­madaire date de seule­ment 3 mois.

Voir aussi

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.