Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Retour de djihadistes en France : une annonce de la Ministre de la justice sans controverse médiatique

14 janvier 2020

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Retour de djihadistes en France : une annonce de la Ministre de la justice sans controverse médiatique

Retour de djihadistes en France : une annonce de la Ministre de la justice sans controverse médiatique

La ministre de la justice a évoqué samedi 11 janvier l’éventualité du rapatriement de djihadistes français détenus en Syrie. Cette annonce a tout du ballon d’essai lancé dans les médias, afin de prendre le pouls de l’opinion publique. Les médias français ont encore une fois été peu critiques face à cette annonce qui si elle était suivie d’effets pourrait être lourde de conséquence pour la sécurité des français.

Cartes postales politiques

Con­nais­sez-vous les « cartes postales » en poli­tique ? il ne s’agit pas de la carte en car­ton que l’on envoie avec un tim­bre de son lieu de vacances. Non, il s’agit dans le cas présent de mes­sages qu’envoient les respon­s­ables poli­tiques, par­fois pour se rap­pel­er au bon sou­venir des électeurs, par­fois pour son­der l’opinion publique et pren­dre des déci­sions en fonc­tion des réac­tions à l’annonce faite à cette occa­sion.

L’annonce qu’a faite la min­istre la jus­tice Nicole Bel­lou­bet au jour­nal Libéra­tion le 11 jan­vi­er a tout de la carte postale. On prend le pouls de l’opinion publique. Si elle n’est pas trop rétive sur le sujet sen­si­ble que l’on a annon­cé, on trans­forme l’essai et on con­cré­tise ce qui a été envis­agé.

Libération sert la soupe

C’est donc à Libéra­tion que la min­istre de la jus­tice a livré ses com­men­taires sur plusieurs « dossiers sen­si­bles ». Par­mi ces sujets, Nicole Bel­lou­bet est inter­rogée sur la sit­u­a­tion des dji­hadistes français détenus en Syrie. Le jour­nal­iste de Libéra­tion pose à la min­istre une ques­tion en enton­noir, en présen­tant une série d’arguments en faveur du rap­a­triement en France de com­bat­tants de l’État islamique. Après avoir énuméré la sit­u­a­tion préoc­cu­pante en Irak, l’impossibilité de laiss­er la Syrie juger des dji­hadistes français, le refus de l’Irak de les juger et le fait que les kur­des qui les déti­en­nent n’ont pas un État con­sti­tué en mesure de les juger, le jour­nal­iste demande à la min­istre : « le rap­a­triement n’est-il pas inéluctable ? ».

C’est ce que l’on appelle vul­gaire­ment « servir la soupe ». La min­istre n’a même pas à dévelop­per des argu­ments qui viendraient à l’appui de sa réponse. Le jour­nal­iste de Libéra­tion lui les apporte sur un plateau. La min­istre n’a plus qu’à répon­dre : « on ne peut pren­dre le risque d’une dis­per­sion dans la nature ». Puis elle cherche à tran­quil­lis­er les lecteurs : « Tout com­bat­tant qui serait rap­a­trié serait judi­cia­risé comme nous l’avons tou­jours fait ».

La couverture médiatique de la déclaration de la Ministre : entre neutralité et empathie

On pour­rait penser que cette déc­la­ra­tion provo­querait une tem­pête de réac­tions inquiètes ou indignées dans les médias ou une par­tie d’entre eux. Loin de là, à rebours de l’opinion publique, les médias de grand chemin oscil­lent dans cette annonce à peine voilée du rap­a­triement en France de guer­ri­ers de l’État islamique entre neu­tral­ité et empathie.

La neu­tral­ité se véri­fie dans l’absence dans cer­tains arti­cles de tout com­men­taire et de tout point vue autre sur la ques­tion que celui de la min­istre. Ain­si Le Point évoque factuelle­ment « Bel­lou­bet (qui) songe au rap­a­triement de dji­hadistes français en Syrie».

Plus nom­breux sont les médias à non seule­ment repren­dre les pro­pos de la min­istre, mais aus­si à don­ner la parole à un col­lec­tif qui milite pour…le rap­a­triement des dji­hadistes et de leurs proches.

C’est le cas de L’Express , du Monde , de 20 Min­utes, de RT France, du Figaro , etc., dans des arti­cles sou­vent rédigés à par­tir d’une dépêche de l’AFP. Plusieurs médias repren­nent les pro­pos d’un mem­bre du col­lec­tif « Familles unies » qui salue l’inflexion de la min­istre sur ce sujet. Le Parisien donne égale­ment la parole à un mem­bre de ce col­lec­tif et insiste sur la sit­u­a­tion des femmes et des enfants qui sont en Irak. L’avocate des familles de proches par­tis en Irak estime que « les familles attendaient depuis longtemps que le gou­verne­ment retrou­ve la rai­son ».

Des risques évidents passés sous silence

Peu de médias ont pris le temps d’apporter d’autres argu­ments que ceux de la min­istre de la jus­tice et de l’association prô­nant le retour des français par­tis pour l’État islamique. L’Opinion évoque la « désagré­ga­tion » de l’État irakien. Mais le jour­nal men­tionne égale­ment une enquête de ter­rain réal­isée par un chercheur sur les pris­ons français­es. Il en ressort que « la pro­pa­gande islamiste » s’y est large­ment dif­fusée. L’opposition de l’ancien pre­mier min­istre, Manuel Valls, au rap­a­triement en France de dji­hadistes est égale­ment men­tion­née.

A quelques excep­tions près, les dif­férents médias n’ont pris aucun recul vis-à-vis de l’argumentaire dévelop­pé par Libéra­tion. Les seules per­son­nes inter­rogées à ce sujet sont la min­istre de la jus­tice, l’association de dji­hadistes proches par­tis en Syrie et l’avocate de cette asso­ci­a­tion.

Il y a un an, fin jan­vi­er 2019, le gou­verne­ment, le Quai d’Orsay cette fois, avait déjà lancé un bal­lon d’essai en évo­quant le rap­a­triement de 130 dji­hadistes. Comme nous le rela­tions dans un arti­cle paru le 8 févri­er, le retourne­ment de doc­trine du gou­verne­ment français à ce sujet, alors qu’il a tou­jours affir­mé que les dji­hadistes doivent être jugés dans le pays de leurs méfaits, avait été relayé sans recul par de nom­breux médias français de grand chemin.

Les autres options que le rapatriement

En ce début d’année, l’histoire se répète :

- la déten­tion en Syrie de dji­hadistes est présen­tée comme plus risquée qu’en France,

- les seules per­son­nes inter­rogées sont un représen­tant du gou­verne­ment français et des proches de ceux qui sont par­tis en Syrie,

- les seuls argu­ments présen­tés mili­tent en faveur du rap­a­triement des dji­hadistes et de leurs proches.

Des questions que l’on ne pose pas

Pour­tant, plusieurs élé­ments s’opposent à ceux présen­tés par la min­istre et l’association des proches de ressor­tis­sants par­tis rejoin­dre l’Etat islamique :

- La pos­si­bil­ité de con­fi­er les dji­hadistes au pays où ils ont com­mis leurs exac­tions, la Syrie. C’est ce que pré­conise Xavier More­au, un expert en rela­tions inter­na­tionales, dans Sput­nik Inter­na­tion­al le 30 jan­vi­er 2019. « Pour pro­téger la France, il faut laiss­er Damas juger les dji­hadistes, car ils ont com­mis les crimes en Syrie. La ques­tion est que la France ne veut pas recon­naitre avoir per­du la guerre con­tre la Syrie  ». Au prix de la sécu­rité des Français ?

- La dif­fi­culté à réu­nir en France des preuves des exac­tions com­mis­es par les dji­hadistes en Syrie pour les juger et les con­damn­er. Une dif­fi­culté que soulève Xavier More­au dans son inter­view. Le directeur du cen­tre de réflex­ion sur la sécu­rité intérieure, Thibault de Mont­br­i­al, souligne dans une récente inter­view pour Causeur qu’ « une des raisons pour lesquelles les peines (des dji­hadistes con­damnés en France NDLR) était en 2018 en moyenne de sept ans et demi est le fait que la jus­tice est con­fron­tée à un prob­lème de preuves ». Rap­a­tri­er des dji­hadistes et les remet­tre en lib­erté peu après, une per­spec­tive réjouis­sante….

La déchéance de nationalité

- La pos­si­bil­ité de déchoir les dji­hadistes de leur nation­al­ité, comme le pré­con­i­sait C. Cas­tan­er en 2016 avant de con­sid­ér­er en 2019 que les dji­hadistes sont « Français avant d’être dji­hadistes ».

Pour creuser cette piste, c’est dans des médias étrangers que nous apprenons que d’autre pays européens ont pris une autre direc­tion que la France :

Ain­si, en mars 2019, les médias alle­mands (Deutsche Welle, etc.) évo­quent une solu­tion rad­i­cale mais pop­u­laire : la déchéance de la nation­al­ité pour les ressor­tis­sants alle­mands par­tis com­bat­tre dans les rangs de l’État Islamique. The local Den­mark nous apprend en novem­bre 2019 que le Dane­mark vient d’adopter une loi per­me­t­tant la déchéance de la nation­al­ité, une mesure que la jus­tice s’empresse d’appliquer dans le mois qui suit.

Le site d’information belge 7 sur 7 nous apprend le 19 décem­bre que la jus­tice belge a déchu de leur nation­al­ité trois veuves de com­bat­tants de l’État islamique. La Suisse n’est pas en reste qui vient en ce début d’année de déchoir de sa nation­al­ité une ressor­tis­sante par­tie com­bat­tre avec l’Etat islamique, nous apprend 24 heures le 3 jan­vi­er 2020.

Plus de 250 terroristes libérés dans les deux ans à venir

Dernier élé­ment : en mai 2019, la min­istre de la jus­tice annonçait au jour­nal Le Monde la libéra­tion de 254 per­son­nes détenues pour ter­ror­isme islamiste dans les trois ans (107 en 2021, 147 en 2020). Il va com­mencer à y avoir beau­coup de monde à sur­veiller… Alors que la France a un vivi­er de rad­i­cal­isés qui ne cesse de croitre, sans compter ceux, estimés à 3 000 en 2017 dans un rap­port par­lemen­taire cité par le site Polémia, qui ne sont pas passés à l’acte mais sont dans « le haut du spec­tre » et dans une logique de pré ter­ror­isme, on ne peut pas dire que les lanceur d’alerte soient nom­breux dans les médias. L’avenir nous dira si cela était jus­ti­fié…

Sur le même sujet

Related Posts

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.