L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Presse écrite, après L’Équipe, Le Parisien en crise

19 juin 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Presse écrite, après L’Équipe, Le Parisien en crise

Presse écrite, après L’Équipe, Le Parisien en crise

19 juin 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Les temps sont rudes pour les quotidiens nationaux, entre l’agonie de leur distributeur Presstalis, les grèves, les fermetures de points de ventes pendant le Covid ; par voie de conséquence, les mesures d’économies se multiplient .

L’Équipe au régime sec

Nous avons déjà par­lé du « Plus 10/Moins 10 » du quo­ti­di­en sportif et de ses pub­li­ca­tions adja­centes : plus 10% de jours tra­vail­lés, moins 10% de salaires, au moins tem­po­raire­ment. Sans sur­prise, les salariés se sont indignés de ces mesures. Curieuse­ment au même moment et de façon dis­tincte les pro­prié­taires du groupe, la famille Amau­ry, annonçait les nom­i­na­tions d’Aurore Amau­ry et de Jean-Éti­enne Amau­ry à la direc­tion générale. Marie-Odile Amau­ry assur­era tou­jours la prési­dence du groupe.

Le Parisien aussi

Le quo­ti­di­en à la fois local (Le Parisien et ses édi­tions départe­men­tales et locales) et nation­al (Aujourd’hui en France) appar­tient depuis 2015 à LVMH le groupe de Bernard Arnault. Ce dernier y a investi mas­sive­ment tout en étant aidé très large­ment par les biais des aides à la presse qui prof­i­tent aux groupes les plus rich­es. Mais le jour­nal, très dif­fusé sous forme papi­er est très en retard sur le dig­i­tal avec env­i­ron 35.000 abon­nés, chiffre qu’il veut porter à 200.000 en cinq ans.

Pour cela il faut faire des économies, on par­le d’une dizaine de mil­lions d’euros par an et de trente départs non con­traints de jour­nal­istes sur 435. Le PDG du groupe Les Échos Le Parisien (voir notre info­gra­phie sur Les Échos) Pierre Lou­ette par­le suave­ment de « mobil­ité » des jour­nal­istes. Ce sont les jour­nal­istes des rédac­tions départe­men­tales qui paieront les pots cassés, les-dites édi­tions locales seront réduites de 9 à 4 ou 5. Le prix de l’abonnement men­su­el dig­i­tal passerait de 8 à 10€. Une AG des salariés réu­nie le 17 juin « refuse toute sup­pres­sion de poste, pigistes y compris ».

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés