Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
2050Now : avec son nouveau média, le groupe Les Échos — Le Parisien veut jouer l’éco-responsabilité

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

18 avril 2024

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | 2050Now : avec son nouveau média, le groupe Les Échos – Le Parisien veut jouer l’éco-responsabilité

2050Now : avec son nouveau média, le groupe Les Échos — Le Parisien veut jouer l’éco-responsabilité

Temps de lecture : 4 minutes

On ne présente plus l’empire de LVMH de Bernard Arnault régnant sur le luxe, le champagne et la mode. Mais l’empire est aussi médiatique (voir l’infographie infra) avec le navire amiral Le Parisien Les Échos qui essaie de se verdir.

Un projet amorcé en 2020

En 2020, le groupe Les Échos — Le Parisien con­créti­sait son engage­ment en faveur du développe­ment durable en devenant action­naire majori­taire de ChangeNOW, une société qui organ­ise des som­mets réguliers « pour faire émerg­er des solu­tions pos­i­tives, et aider à les dévelop­per à grande échelle » d’après Les Échos. À cette occa­sion, le jour­nal s’était doté d’un « mag­a­zine dig­i­tal » Les Échos Planète, qui sem­ble actuelle­ment relégué au poste de sous-caté­gorie du site web. Aujourd’hui, le groupe passe à la vitesse supérieure avec un pro­jet de plus grande ampleur : le média écol­o­giste 2050Now.

2050Now

Se voulant à la fois proche des jeunes, du grand pub­lic et des entre­pris­es, le nou­veau-né du secteur médias du groupe LVMH prévoit même une plate­forme de recherche d’emploi. Dans un pre­mier temps, la pub­li­ca­tion de con­tenu en ligne qui a déjà débuté sur Insta­gram, Tik­Tok et Twit­ter per­me­t­tra d’asseoir la pop­u­lar­ité de 2050Now à tra­vers des vidéos et textes courts, abor­d­ables et var­iés, disponibles gra­tu­ite­ment et sans pub­lic­ité. D’ici un an, le média prévoit égale­ment un éven­tail de newslet­ters et for­ma­tions cour­tes en ligne. Cer­taines, à des­ti­na­tion des entre­pris­es inter­na­tionales, fer­ont par­tie de l’offre payante. Enfin, le pro­jet « La Mai­son », autre pili­er du pro­jet con­sis­tera en un obser­va­toire com­plet à des­ti­na­tion des entre­pris­es, créé pour faciliter la tran­si­tion écologique.

Les objectifs de Pierre Louette

Face aux dif­férents risques liés au change­ment cli­ma­tique « l’ur­gence est déclarée, on doit con­tribuer à cette intel­li­gence col­lec­tive. » pour Pierre Lou­ette, PDG du groupe Les Échos — Le Parisien par­mi des pro­pos recueil­lis par Les Échos. L’enjeu pour le média sera de con­cili­er dans sa ligne édi­to­ri­ale les deux franges cibles de son audi­toire : la jeunesse écolo,progressiste et les pro­fes­sion­nels libéraux. Réus­sir ce pari présen­terait un avan­tage cer­tain : « Cette cible pour­rait aus­si raje­u­nir l’au­di­ence des médias du groupe. » selon l’article pub­lié dans Les Échos. Face au délaisse­ment des jour­naux tra­di­tion­nels pour des for­mats plus courts et inter­ac­t­ifs, la pub­li­ca­tion de con­tenu sur les réseaux soci­aux s’an­nonce comme le moyen de s’approprier ou se réap­pro­prier un nou­veau pub­lic plus jeune.

C’est en effet pré­cisé­ment là que se situe l’auditoire présent et en devenir du média : « On par­le à […] 14 mil­lions de Français qui se méfient autant du green­wash­ing que du cat­a­strophisme » a déclaré Vin­cent Giret, cocréa­teur de 2050Now lors de la con­férence de lance­ment offi­cielle par­tielle­ment retran­scrite sur Insta­gram.

Dans un arti­cle accordé au Figaro, Pierre Lou­ette en est convaincu :

« 2050NOW sera un média engagé, mais pas mil­i­tant, qui a la con­vic­tion que le développe­ment économique et la crois­sance peu­vent être com­pat­i­bles avec les lim­ites plané­taires ».

Centrisme libéral et soutien à la croissance

À tra­vers les lignes des autres jour­naux du groupe, le nou­veau média laisse devine un cen­trisme libéral (et un tan­ti­net lib­er­taire) comme ori­en­ta­tion glob­ale de sa ligne édi­to­ri­ale. Con­va­in­cu que les entre­pris­es peu­vent apporter une réponse au réchauf­fe­ment cli­ma­tique, l’ambition prévis­i­ble est de se faire le porte-éten­dard de la souten­abil­ité de la crois­sance. Comme en témoigne la courte vidéo sur ce chef d’entreprise dit éco-respon­s­able pub­liée sur le compte Insta­gram de 2050Now.

L’appartenance du média au groupe LVMH lui assur­era sans doute aucun de ne pas tomber dans l’anticapitalisme. Par ailleurs, l’inclusion de 2050Now dans le groupe LVMH, pour­ra servir de guide aux autres entre­pris­es de Bernard Arnault qui dévelop­pent leur stratégie de Respon­s­abil­ité Sociale et Envi­ron­nemen­tale, la fameuse RSE dev­enue un pont aux ânes obligé.

Voir aus­si : LVMH, info­gra­phie