Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Jean-Pierre Pernaut

19 janvier 2021

Temps de lecture : 19 minutes
Accueil | Portraits | Jean-Pierre Pernaut

Jean-Pierre Pernaut

Au service des régions

« Les cul­tures régionales sont des richess­es infinies que le monde nous envie »

Il est le journaliste le plus détesté de la bobocratie médiatique parisienne (Les Inrocks, Libération, etc…) mais son « Journal de 13 heures » est le plus suivi du PAF (près de 7 millions de personnes quotidiennement). Populaire, héraut de la France des régions, fier de ses racines, Jean-Pierre Pernaut est né à Amiens en avril 1950 et a grandi à proximité, à Quevauvillers, village où se trouve pharmacie tenue par sa mère. Son père était industriel [ou ingénieur, suivant les entretiens] et sa mère pharmacienne (« Jean-Pierre Pernaut », Presse océan, 29/09/2013), son « grand-père fut conseiller municipal » (« Il vient d’Amiens », L’Express, 01/06/2006) de la capitale de Picardie. Son frère aîné est médecin à Amiens (« Je suis fier d’être resté le journaliste provincial d’Amiens », Le Courrier picard, 19/02/2012). Remarié depuis 2007 avec la comédienne Nathalie Marquay, ancienne Miss France (1987). Il a eu 4 enfants de deux mariages différents : : Olivier, ingénieur, Julia, gynécologue, issus de son premier mariage avec Dominique Bonnet, puis Lou et Tom, nés respectivement en 2002 et 2003. Il a été 3 fois champion de France de hockey sur gazon.

Formation

Le jeune homme échoue trois fois à l’épreuve du bac après avoir triplé sa ter­mi­nale. L’ESJ de Lille n’accepte alors les non-bache­liers que si ceux-ci ont hon­oré leur ser­vice mil­i­taire. Il effectue donc son ser­vice à Évreux avant de pass­er le con­cours d’entrée de l’école. Il sera le seul non-bache­li­er admis.

Diplômé de l’École supérieure de jour­nal­isme de Lille en 1975, il fait son pre­mier stage en jour­nal­isme dans le quo­ti­di­en région­al Le Cour­ri­er picard.

Parcours professionnel

16 juin 1972 : il entre au bureau région­al de l’ORTF d’Amiens en tant que reporter et présen­ta­teur. Il y co-présente un jour­nal des sports le lun­di matin tout en suiv­ant ses cours à l’ESJ le reste de la semaine.

1974 : Per­naut passe son stage de fin d’étude à France Inter. En novem­bre 1974, l’ORTF est déman­telé en ver­tu de la volon­té gis­car­di­enne de mod­erni­sa­tion et de dégaulli­sa­tion de l’information. Le jeune et ambitieux picard est licen­cié mais se fait embauch­er dans la foulée par Chris­t­ian Bernar­dac, ancien dirigeant de la troisième chaîne de l’ORTF devenu rédac­teur en chef de TF1. Ce dernier l’avait repéré l’été précédent.

1975 : Il signe des reportages pen­dant huit mois avant de devenir respon­s­able et présen­ta­teur du 23h de TF1.

De 1978 à 1980 : il co-présente le jour­nal de 13h avec Yves Mourousi. Plac­ardisé de son pro­pre aveu suite à la vic­toire de Mit­ter­rand (« Éti­queté gis­car­di­en, le jour­nal­iste se sent devenir “per­sona non gra­ta”. On le plac­ardise aux “infos géné”. Il par­ticipe aux Ren­dez-vous d’An­nick, une émis­sion pra­tique, puis à Bon­jour la France, avec Jean-Claude Bour­ret ») , son retour en grâce coïn­cide avec la pri­vati­sa­tion de la pre­mière chaîne en mai 1986 dont il est un chaud par­ti­san, à la dif­férence de cer­tains collègues.

1987 : il présente le 23h en alter­nance avec Joseph Poli. Devant les extrav­a­gances d’Yves Mourousi, cocaïno­mane notoire, le PDG de TF1 Patrick Le Lay songe à le rem­plac­er par son plus dis­cret confrère.

Févri­er 1988 à aujourd’hui : présen­ta­teur du Jour­nal de 13h. Selon les jour­nal­istes Raphaël Gar­ri­gos et Isabelle Roberts, auteurs du livre La bonne soupe. Com­ment le 13 heures de TF1 con­t­a­mine l’info : « Quand Bouygues prend les manettes de TF1 en 1987, il s’at­taque à deux pro­grammes : Droit de réponse de Michel Polac, qui incar­nait la télé de 1981 et qu’il a dégom­mé au pre­mier pré­texte et le 13 heures de Mourousi. Le 20 heures, déjà à l’époque, était insti­tu­tion­nel, le 13 heures était beau­coup plus per­son­nel, con­stru­it autour de Mourousi et de son car­net d’adresse, tourné vers la cul­ture au sens large, bref “les pail­lettes” comme le dit dans La bonne soupe Pierre Wiehn, une des têtes pen­santes du 13 heures de Per­naut. Touch­er au 13 heures c’é­tait sym­bol­ique, Mourousi était une vraie star, c’est quand même le type qui a posé ses fess­es sur le bureau de Mit­ter­rand ! Mourousi, c’é­tait aus­si une équipe très soudée, et qui s’é­tait élevée, au même titre que la rédac­tion de TF1, con­tre la pri­vati­sa­tion. Met­tre le 13 heures de TF1 au pas, c’é­tait aus­si met­tre la rédac­tion au pas. Mourousi sem­blait indéboulonnable, s’at­ta­quer à son 13 heures, pour l’équipe Bouygues c’é­tait dire : nous l’in­touch­able, on peut y touch­er ; nous les jour­nal­istes, la rédac­tion, on peut y touch­er, il n’y a plus de tabou. À la place, l’équipe Bouygues a mis l’an­ti-Mourousi : Jean-Pierre Per­naut. C’est-à-dire un jour­nal­iste anti-star qui devait servir de passe-plat entre les reportages qui devaient être plus nom­breux et tournés vers les “vrais gens”. En des­ti­tu­ant Mourousi, TF1 a fait pass­er un mes­sage à l’in­térieur et à l’ex­térieur de la chaîne : Le choix de Per­naut est à la fois idéologique – “c’est pas les jour­nal­istes qui font la loi sur TF1” — et indus­triel. » (premiere.fr)

Juil­let 1991 à juin 2010 : présen­ta­teur de l’émission « Com­bi­en ça coûte » sur TF1

Jan­vi­er 1992 : A la suite de l’entretien truqué du prési­dent cubain Fidel Cas­tro par le présen­ta­teur du « 20 heures » de TF1, Patrick Poivre d’Arvor, Per­naut signe une péti­tion lancée par la direc­tion de la chaîne con­tre « une for­mi­da­ble cam­pagne de dén­i­gre­ment con­tre cer­tains jour­nal­istes émi­nents de la chaîne. Cette cam­pagne relayée par cer­tains organes de presse écrite a notam­ment pris pour cible le présen­ta­teur du jour­nal de 20 heures, Patrick Poivre d’Ar­vor, qui est par la nature de sa fonc­tion l’une des fig­ures emblé­ma­tiques de TF1. Toute attaque con­tre lui atteint donc l’ensem­ble de l’équipe. Les respon­s­ables sous­signés assurent Patrick Poivre d’Ar­vor de leur sou­tien total et de leur sol­i­dar­ité active, ils con­tin­ueront à ses côtés d’as­sur­er dans un cli­mat d’ami­tié leur mis­sion d’in­for­ma­tion au ser­vice des téléspec­ta­teurs. Ils expri­ment leur répro­ba­tion à l’é­gard de procès d’in­ten­tions poli­tiques, de méth­odes nauséabon­des et de com­porte­ment dou­teux util­isés à son encon­tre. Désor­mais les sig­nataires ne lais­seront rien pass­er sans réa­gir avec la plus grande vivac­ité dans l’in­térêt même de notre pro­fes­sion », « La polémique sur l’en­tre­tien truqué avec Fidel Cas­tro, TF 1 prend la défense de Patrick Poivre d’Ar­vor », Le Monde, 28/01/1992

Directeur adjoint de l’Information et Admin­is­tra­teur du groupe TF1. Il siège au con­seil d’ad­min­is­tra­tion de TF1 en tant que représen­tant CFTC des cadres et des journalistes.

Cinq fois récom­pen­sé par un Sept d’or pour sa présen­ta­tion du Jour­nal de 13h. Il a égale­ment reçu en 1999, le prix Roland Dorgelès qui hon­ore les pro­fes­sion­nels de l’audiovisuel qui respectent le mieux la langue française.

En sep­tem­bre 2018, il annonce sur son compte Twit­ter qu’il avait été opéré d’un can­cer de la prostate. Une annonce aus­si motivée par la volon­té de met­tre fin aux rumeurs sur sa san­té alors qu’il a quit­té le JT de 13 heures à par­tir du 24 sep­tem­bre, rem­placé par Jacques Legros. Il revient à son poste le 12 novem­bre 2018.

Autres émissions :

« Aimer vivre en France » série d’émis­sions de reportage sur les régions.

« 2006 : les images qui ont mar­qué les Français » co-présen­té avec Car­ole Rousseau.

« Les 60 images qui ont mar­qué les Français » co-présen­té avec Car­ole Rousseau.

« Le Monde à l’en­vers » d’abord co-présen­té avec Églan­tine Éméyé puis avec Émi­lie Mazoyer.

« Paroles de Français » : inter­view du Prési­dent de la République Nico­las Sarkozy par des Français de tous âges et de toutes con­di­tions, sur TF1. Pre­mière émis­sion le 25 jan­vi­er 2010, Nico­las Sarkozy inter­viewé par 11 Français ; deux­ième émis­sion le 10 févri­er 2011, inter­viewé par 9 Français.

« En direct de L’Élysée : face à la crise » le 27 octo­bre 2011, il inter­viewe, avec Yves Calvi, le prési­dent de la République Nico­las Sarkozy sur TF1 et France 2.

Le 12 avril 2018 il inter­viewe en direct de l’Élysée le prési­dent de la République Emmanuel Macron – cet inter­view se fait con­tre l’avis de son con­seiller média Bruno Roger-Petit et témoigne de la mar­gin­al­i­sa­tion crois­sante de ce dernier.

Lors du pre­mier con­fine­ment de mars 2020, son emploi du temps est mod­i­fié en con­séquence et lui donne l’occasion de recon­sid­ér­er son avenir télévi­suel : « Pen­dant cette péri­ode, jai beau­coup réfléchi. Le fait d’être con­finé, de rester éloigné, d’être frag­ile à 70 ans… Devoir pren­dre un autre rythme, après les deux ou trois petits ennuis de san­té que jai eus, dont mon can­cer, ma per­mis de me pos­er la ques­tion de savoir si je serai encore à 100% dans un an, deux ans, trois ans… Étant don­né que je suis en pleine forme, et que le jour­nal est au top, je me suis dit : Cest main­tenant quil faut que jarrête » (Le Jour­nal de Saône-et-Loir). Sa déci­sion est suiv­ie d’effet le ven­dre­di 18 décem­bre 2020, date de son dernier JT sur la chaîne privée après près de 33 ans dans cet exer­ci­ce. Le jour­nal, agré­men­té d’un doc­u­men­taire sur JPP him­self, est suivi par plus de 8 mil­lions de téléspec­ta­teurs. Sans sur­prise, une femme, Marie-Sophie Lacar­rau, transfuge du JT con­cur­rent de France 2, lui suc­cède dans ce rôle.

L’homme ne déserte pas l’espace médi­a­tique pour autant. Il devient le héros de sa pro­pre webtélé « JPP TV », con­sacrée à la glo­ri­fi­ca­tion des patries char­nelles, qu’il présente en ces ter­mes : « Elle va regrouper tous les reportages passés et à venir con­sacrés aux régions dif­fusés dans les jour­naux de TF1, dont les mag­a­zines sur le pat­ri­moine, la cul­ture, la gas­tronomie ou larti­sanat, toutes les opéra­tions comme SOS Vil­lage ou l’élection du plus beau marché de France, mais aus­si un fil dactu­al­ité et un blog avec mes coups de cœur et mes coups de gueule. » (Le Jour­nal de Saône-et-Loire).

Il reprend du ser­vice sur LCI à par­tir du 9 jan­vi­er 2020 dans le cadre de « Jean-Pierre & Vous », une émis­sion de société où il réag­it à l’actualité en com­pag­nie de Français moyens dont il est désor­mais l’inamovible porte-voix. Il devrait égale­ment ani­mer des émis­sions spé­ciales sur la pre­mière chaîne, comme la céré­monie du 14 juillet.

Parcours militant

Son grand-père pater­nel et sa mère ont été con­seillers munic­i­paux de la ville d’Amiens. Selon Les Échos, ce « fils d’ingénieur fut un moment ten­té par la poli­tique, au point d’avoir fig­uré sur une liste munic­i­pale dans sa ville natale [Amiens] l’an­née [1983] où son invité de ce soir [Nico­las Sarkozy] se fai­sait élire maire de Neuil­ly. » Fig­u­rant sur la liste UDF-RPR, il déclare être « en posi­tion non éli­gi­ble, pour défendre le vieil Amiens. »

Admin­is­tra­teur, représen­tant du per­son­nel de TF1 depuis le 23 févri­er 1988. Il appar­tient à la Con­fédéra­tion française des tra­vailleurs chré­tiens (CFTC). ). Il siégeait au con­seil d’ad­min­is­tra­tion de TF1 en tant que représen­tant CFTC des cadres et des jour­nal­istes. Il est réélu en mars 2012 pour une péri­ode de deux ans, avec 64 % des voix, mais ne demande pas le renou­velle­ment de son man­dat en 2014.

Ce qu’il gagne

En 2006, Jean-Pierre Per­naut et sa femme Nathalie Mar­quay ont gag­né 526 000 euros, lors de 50 procès inten­tés con­tre la presse « peo­ple », Les médi­acrates, enquête sur une pro­fes­sion au-dessus de tout soupçon de Jean Nouailhac.

Le 18 décem­bre 2019, Cyril Hanouna déclare dans « Touche Pas à mon Poste » que le salaire du présen­ta­teur s’élèverait à 50 000 € par mois, somme que ni l’intéressé ni TF1 n’ont confirmée.

Publications

  • L’almanach des régions 2019, édi­tions Michel Lafon, 2018
  • L’almanach des régions 2018, édi­tions Michel Lafon, 2017
  • L’almanach des régions 2017, édi­tions Michel Lafon, 2016
  • L’almanach des régions 2016, édi­tions Michel Lafon, 2015
  • L’al­manach des régions 2015, édi­tions Michel Lafon, 2014
  • L’al­manach des régions 2014, édi­tions Michel Lafon, 2013
  • L’al­manach des régions 2013, édi­tions Michel Lafon, 2012
  • L’al­manach des régions 2012, édi­tions Michel Lafon, 2011
  • L’al­manach des régions, édi­tions Michel Lafon, 2010
  • Com­bi­en ça coûte, édi­tions Albin Michel, 2009
  • La France en fêtes, édi­tions Michel Lafon, 2008
  • La France des saveurs, édi­tions Michel Lafon, 2007
  • Au cœur de nos régions, édi­tions Michel Lafon, 2006
  • Pour tout vous dire…, édi­tions Michel Lafon, 2006
  • Les Mag­nifiques Métiers de l’ar­ti­sanat, tome 2, édi­tions Michel Lafon, 2005
  • Les Mag­nifiques Métiers de l’ar­ti­sanat, tome 1, édi­tions Michel Lafon, 2004
  • Le meilleur des per­les des assur­ances, édi­tions Michel Lafon, 2000
  • L’Ar­gent par les fenêtres, TF1 Édi­tions, 1998
  • Atten­tion arnaques, TF1 Édi­tions, 1996
  • Les 100 plus beaux pro­duits de France, TF1 Édi­tions, 1995
  • Les 100 meilleurs fro­mages de France, TF1 Édi­tions, 1995

Vidéos

  • Les jeux tra­di­tion­nels de nos régions, TF1 Édi­tions, 1994
  • Langues, dialectes et patois des pays de France, TF1 Édi­tions, 1994

Collaborations

2016 : Tou­jours avec son épouse, ils écrivant à qua­tre mains la suite de Piège à Matignon, inti­t­ulée Régime Prési­den­tiel. La tournée débute en sep­tem­bre 2017 et s’achève en juin 2019.

2012 : Coau­teur de la pièce de théâtre Piège à Matignon avec Nathalie Mar­quay-Per­naut et Jean-Claude Islert. Ce vaude­ville, joué depuis févri­er 2012, racon­te de manière humoris­tique l’im­pact des rumeurs propagées par inter­net sur la vie privée et publique d’un homme politique.

2006 : Par­ticipe au XVIIIème trophée Andros avec son fils Olivi­er, pilote con­fir­mé. À cette occa­sion « l’office du tourisme du coin, sub­ven­tion­né à hau­teur de 450 000 euros annuels par Estrosi [alors Min­istre délégué à l’Amé­nage­ment du ter­ri­toire] et son con­seil général, en a déblo­qué 150 000 pour spon­soris­er la bag­nole de Per­naut et fils. Et 50 000 de plus pour divers­es pro­mos autour de ce parte­nar­i­at », « Jean-Pierre Per­naut com­bi­en ça coûte à Estrosi », Le Canard Enchaîné, 06/12/2006. Pour le con­seiller général du Par­ti Social­iste des Alpes-Mar­itimes, Marc Con­cas, « il est apparu que les 753 600 € attribués à AURON et ISOLA 2000 cou­vraient en réal­ité les 200 000 € dépen­sés pour les loisirs de la famille PERNAUT. (…) À 4 mois d’une échéance élec­torale majeure, j’étais par­ti­c­ulière­ment choqué de con­stater le curieux sens de la déon­tolo­gie de ce jour­nal­iste, qui par­ticipe à des ral­lyes aux frais du Con­seil Général des Alpes-Mar­itimes, présidé par un mem­bre du gou­verne­ment, et bras droit du can­di­dat de l’UMP à l’élection prési­den­tielle. Le com­porte­ment de Jean-Pierre Per­naut est d’autant plus con­damnable qu’il ani­me une émis­sion télévisée dénom­mée “COMBIEN ÇA COUTE” durant laque­lle il ne cesse de dénon­cer les dépens­es incon­sid­érées et la mau­vaise util­i­sa­tion des deniers publics… Il sem­ble ain­si le plus mal placé pour don­ner des leçons. » (source).

2016 : Il coécrit avec son épouse Nathalie et l’au­teur et comé­di­en Éric Le Roch, Régime prési­den­tiel, la suite de Piège à Matignon, dans laque­lle jouent notam­ment Philippe Risoli, Nathalie Mar­quay-Per­naut et Marie lau­re Descoureaux. La tournée a débuté en sep­tem­bre 2017.

Il l’a dit

« J’ai cassé quelques codes. Pre­mier choc : j’ai sup­primé le sacro-saint direct de l’Élysée le mer­cre­di après le Con­seil des min­istres. Deuxième choc : j’ai sup­primé les invités au prof­it d’une mul­ti­pli­ca­tion des reportages.” De quoi se faire des enne­mis mor­tels. “Les jour­nal­istes poli­tiques qui venaient sou­vent n’é­taient pas très con­tents, pas plus que le ser­vice cul­ture, qui comp­tait sur le 13 Heures pour servir les artistes en pro­mo. », L’Express, 09/06/2018.

« Plus de place pour les sans-abris, mais en même temps les cen­tres pour migrants con­tin­u­ent à ouvrir », 13h, TF1, 10 novem­bre 2016.

« Va te faire foutre.» Per­naut répon­dant (mes­sage sup­primé depuis) à un tweet d’in­ter­naute iro­nisant sur le traite­ment médi­a­tique des atten­tats de Char­lie Heb­do, 8 jan­vi­er 2015.

« Elle ne m’a jamais fait rire. Elle m’a fait pass­er pour un immonde facho, ce qui a posé des prob­lèmes, à mes enfants notam­ment », le Parisien, 2015, au sujet de sa mar­i­on­nette aux Guignols

« Il ne fait pas bon être hos­tile au mariage homo­sex­uel. Un opposant qui man­i­fes­tait lors du pas­sage de François Hol­lande sur M6, dimanche soir, a été con­damné à deux mois de prison ferme. C’est une pre­mière en France. Et Frigide Bar­jot, vous savez leader de ce mou­ve­ment, est expul­sée du loge­ment de la ville de Paris qu’elle louait depuis une trentaine d’années. Tiens donc ! », Jour­nal de 13 heures, TF1, 20/06/2013.

« J’ai l’é­tat d’e­sprit d’un provin­cial, c’est pour cette rai­son qu’on m’a pro­posé de présen­ter le 13 heures. C’est un jour­nal com­plète­ment dif­férent du 20 heures, je peux me per­me­t­tre de sor­tir de l’in­sti­tu­tion­nel », « Taxé de pop­ulisme, Jean-Pierre Per­naut répond aux cri­tiques » videos.lexpress.fr, 20/03/2013

« Est-ce à une admin­is­tra­tion (CSA) de dire à des jour­nal­istes ce qu’ils ont le « droit » ou pas de dif­fuser ou de pub­li­er », « Affaire Mer­ah: Jean-Pierre Per­naut très en colère con­tre le CSA », jeanmarcmorandini.com, 11/07/2012.

« On voit leur joie immense hier soir et celle de leurs sup­port­ers (…) Et sachez que les Ital­iens, par souci de sol­i­dar­ité avec leurs com­pa­tri­otes, ont décidé de ne pas touch­er et de ne pas deman­der leur prime de match ! Il y a heureuse­ment des pays où les joueurs ont de l’é­d­u­ca­tion et du savoir-vivre. (…) Nos joueurs [équipe de France de foot­ball] à nous sont par­tis en vacances, ils doivent être fatigués, c’est vrai. Et nous toute la semaine, on va par­ler des métiers de l’été, ça leur don­nera des idées s’ils veu­lent chang­er de méti­er… marchands de glaces ou loueurs de mate­las par exem­ple », « Le jour­nal de 13 heures », TF1, 25/06/2012.

« Dire que TF1 est à la botte du gou­verne­ment, c’est insul­ter les jour­nal­istes de la chaîne. Ça a ten­dance à m’énerver. Ce sont des gens nos­tal­giques d’un loin­tain passé où le pou­voir – qu’ils espèrent acquérir – maîtri­sait totale­ment la télévi­sion. Ce passé est mort, qu’ils se le met­tent dans la tête ! La télé aujourd’hui est libre et indépen­dante ! Quand on par­le de sujets sérieux avec ces hommes poli­tiques, on les entend peu. Ils préfèrent insul­ter des con­frères… », « Jean-Pierre Per­naut : “Je ne suis pas le porte-parole du gou­verne­ment”, nicematin.com, 23/11/2010

« Une immi­gra­tion, vous le savez, liée à une délin­quance qui s’est beau­coup dévelop­pée ces dernières années », « Le jour­nal de 13 heures », TF1, 27/08/2010

« Les cul­tures régionales sont des richess­es infinies que le monde nous envie », « On est au plus près des préoc­cu­pa­tions des gens », Direct­soir, 28/05/2009

« Le 13 Heures est bien dans l’air du temps. A Paris on ne se rend pas compte de l’at­tache­ment des gens aux cul­tures régionales que l’on assim­i­le à du folk­lore alors que c’est pro­fond. Ça fait vingt ans que j’en par­le », « Per­naut : « Je suis dans l’air du temps », Le Parisien, 30/05/2008

« Il faut savoir à qui l’on s’adresse. Nous, nous visons les habi­tants des petites villes et des vil­lages. Pour cette rai­son, nous éloignons le jour­nal de l’institutionnel. Quand un gou­verne­ment annonce une aug­men­ta­tion du min­i­mum vieil­lesse, nous n’allons pas inter­view­er le min­istre, mais les per­son­nes âgées. Notre ambi­tion : la prox­im­ité », « Le 13 h selon Jean-Pierre Per­naut », Pèlerin Mag­a­zine, n° 6355, 16/09/2004.

« Le 13 heures est le jour­nal des Français, qui s’adresse en pri­or­ité aux Français et qui donne de l’in­for­ma­tion en pri­or­ité française. Vous voulez des nou­velles sur le Venezuela ? Regardez la chaîne vénézueli­enne. Sur le Soudan ? Regardez les chaînes africaines. Le jour­nal de 13 heures de TF1, c’est le jour­nal des Français », « Jean-Pierre Per­naut, la voix pop­uliste», Téléra­ma, 09/12/1998.

« Quand on pense que l’essence est en France, à cause des tax­es, la plus chère de toute l´Europe, c´est inad­mis­si­ble ! L´automobiliste est vrai­ment la vache à lait de tous les gou­verne­ments suc­ces­sifs, de droite comme de gauche. Je ne sup­porte pas que les gen­darmes se cachent ni qu´on dis­simule les radars. Le tra­vail de préven­tion est très mal fait et les lim­i­ta­tions de vitesse ne sont pas adap­tées », « Jean-Pierre Per­naut : “Trop chère, l´essence !” », Le Parisien, 13/05/1998.

« Per­naut le revendi­quait, lun­di, pen­dant son jour­nal : il promeut “une infor­ma­tion proche de la vie quo­ti­di­enne”, une sorte de télé-miroir s’adres­sant à des gens nés quelque part. Avec eux, il pense que “tout homme qui ne se retourne pas sur ses racines est un homme per­du” », « Fidèle au poste. Dix ans de Per­naut et de “pays réel” », La Croix, 18/02/1998.

« Je sais que le jour­nal de 13 heures est regardé par un grand nom­bre de per­son­nes âgées et par une clien­tèle rurale, pré­cise-t-il. Je n’emploie donc jamais le mot province, mais celui de région. Et Paris n’est qu’une région de France. Pro­scrit, égale­ment, le terme de France pro­fonde », « L’art de la séduc­tion », Le Monde, 19/07/1990.

Sa nébuleuse

Bouygues/TF1 : Fils cadet de Fran­cis Bouygues et depuis 1989 le PDG du groupe Bouygues (BTP, énergie, immo­bili­er, routes, média et télé­com­mu­ni­ca­tions), pro­prié­taire du groupe TF1 après sa pri­vati­sa­tion en 1987. Il est le témoin du sec­ond mariage de Nico­las Sarkozy, ain­si que le par­rain de son fils Louis. Il a été invité à la réu­nion du Fou­quet’s du 6 mai 2007, le soir de l’élec­tion de Nico­las Sarkozy.

Nico­las Sarkozy : « Durant les mois qui ont précédé l’élection prési­den­tielle, Nico­las Sarkozy a béné­fi­cié de relais nom­breux dans les médias. La télévi­sion lui était acquise depuis longtemps grâce à des fidèles servi­teurs comme Patrick Poivre d’Arvor, Jean-Pierre Per­naut, Claire Chaz­al et François Bachy sur TF1 (chaîne de son ami Mar­tin Bouygues) et comme Arlette Chabot et Mick­ael Dar­mon sur France‑2 », « Ces der­vich­es qui se font appel­er jour­nal­istes », bakchich.info, 14/05/2007. En octo­bre 2011, Jean-Pierre Per­naut et Yves Calvi ont inter­viewé Nico­las Sarkozy, alors prési­dent de la République pour évo­quer la crise finan­cière. Dans un tweet, le jour­nal­iste Jean-Jacques Bour­din avait dénon­cé : « il choisit les jour­nal­istes, son ami Lagardère pro­duit. A quel prix ? Inimag­in­able ailleurs ». En jan­vi­er 2010, Jean-Pierre Per­naut l’avait inter­rogé dans le cadre de l’émission « Paroles de Français » sur TF1. C’est dans le jour­nal de 13 heures que Car­la Bruni-Sarkozy annonce qua­si-offi­cielle­ment sa grossesse, « le 16 mai, (…) est invitée au jour­nal télévisé de 13 heures, sur TF1. Le présen­ta­teur, Jean-Pierre Per­nault [sic], con­tin­ue d’al­i­menter le feuil­leton en lui lançant un mys­térieux “je sais que vous détestez qu’on par­le de votre vie privée, mais j’ai envie sim­ple­ment de vous féliciter”. “Je vous félicite aus­si”, répond-elle », « Car­la Bruni, une grossesse dis­crète­ment médi­atisée », lemonde.fr, 19/10/2011

Le présen­ta­teur vole plusieurs fois au sec­ours de Sarkozy dans son jour­nal, comme le fait remar­quer le Huff­in­g­ton Post : « En févri­er 2016, le jour­nal­iste reprend à son compte les élé­ments de lan­gage des sarkozystes après la mise en exa­m­en de lancien chef de l’État pour le finance­ment résumé illé­gal de sa cam­pagne prési­den­tielle de 2012. Et en mars 2018, le présen­ta­teur du 13H reproche en direct à ses équipes davoir sélec­tionné “des images de poignées de main entre Nico­las Sarkozy et le colonel Kad­hafi” sans inté­gr­er dautres images, celles des frappes aéri­ennes français­es qui ont abouti à l’échec et à la destruc­tion du régime de Kad­hafi”, dans un sujet con­sacré à une nou­velle mise en exa­m­en de Nico­las Sarkozy pour un pré­sumé finance­ment libyen de sa cam­pagne prési­den­tielle en 2007. »

Ils ont dit

« Mal­gré ses trans­gres­sions et ses façons aimables de n’en faire qu’à sa tête, le jeune Per­naut est, il est vrai, par­faite­ment inté­gré dans son milieu, dont il est un reje­ton très à l’aise dans ses mocassins. Il a eu 18 ans au print­emps 1968, un mou­ve­ment col­lec­tif qui le laisse de mar­bre, hier comme aujour­d’hui. Il trou­ve qu’on en fait des caiss­es, et que la vraie France s’en bal­ance. “Mai 68 n’est pas venu jusqu’à Amiens !” assure-t-il en rigolant. Mai 68 n’est pas venu jusqu’à “son” Amiens. Con­tem­pler la “chien­lit” à la télé l’a remis droit dans ses bottes, il l’a déclaré un jour au Parisien : “Je suis rede­venu un homme d’ordre.” », L’Express, 09/06/2018.

Mémona Hin­ter­mann, prési­dente du groupe de tra­vail de cohé­sion sociale du CSA : « Cette télé est ultra-défor­mante. On cri­tique beau­coup le jour­nal de Per­naut (sur TF1). Bien sûr, c’est un peu la France des sabots et des forg­erons, mais il faut aus­si qu’elle soit vue », Ouest France, 06/01/2018.

Le jour­nal­iste Pierre Car­les : « Je crois que la facil­ité aurait été de s’attaquer à Jean-Pierre Per­naut, claire­ment iden­ti­fié comme un sup­pôt du pou­voir, avec ses pris­es de posi­tion pri­maires con­tre les grévistes », Pla­que­tte de présen­ta­tion du film « Fin de con­ces­sion » de Pierre Carles.

« Plus sur­prenant encore est le fait que ce patron de l’in­for­ma­tion à TF1 partage sur son compte Face­book un bil­let du site Media Presse Info… con­nu pour propager de nom­breuses théories du com­plot. Proche du grou­pus­cule inté­griste catholique Civ­i­tas, Media Presse Info relayait par exem­ple des arti­cles affir­mant «ne pas croire» à la ver­sion offi­cielle des atten­tats con­tre Char­lie Heb­do », David Per­rotin, Buz­zfeed News, 30/07/2015.

Bruno Roger-Petit : « Faut-il imput­er le temps de parole des jour­nal­istes de droite au compte de Sarkozy ? Con­venons que la ques­tion posée en titre est un brin provo­cante. Mais elle se pose après la lec­ture d’une liste parue dans “Libéra­tion”. C’est une longue liste : Jean-Pierre Elk­a­b­bach (Europe 1), Éti­enne Mougeotte (LCI, RTL), Éric Rev­el (LCI, RTL), Éric Brunet (RMC, BFMTV), Cather­ine Nay (Europe 1), Yvan Rioufol (RTL, i>Télé), Yves Thréard (i>Télé), Guil­laume Roquette (LCI, France Inter, France 2), Robert Ménard (Sud Radio, i>Télé) et Jean-Pierre Per­naut (TF1) », « Quand un élu UMP attaque Audrey Pul­var, un élu PS s’en prend aux jour­nal­istes de droite », leplus.nouvelobs.com, 30/03/2012

Bruce Tou­s­saint : « TF1 aurait mieux fait de garder PPDA et de vir­er ce type, parce que son tra­vail, c’est 90% de non-jour­nal­isme. Le 13 Heures est devenu une sorte de reflet de la France assoupie, idéal pour com­mencer la sieste. Que Per­naut soit de droite, con­ser­va­teur et réac’, ça ne me pose pas de prob­lème. Le souci, c’est qu’il exprime ses opin­ions dans le JT. Il ferait mieux de nous expli­quer pourquoi sa femme a les dents aus­si blanch­es », Tech­nikart, sep­tem­bre 2008

Raphaël Gar­ri­gos et Isabelle Roberts : « À la base, ce jour­nal [13 heures] était inspiré de ceux de New York One, la chaîne locale new-yorkaise, mais appliqué aux régions français­es : des reportages et peu de présen­ta­tion. Même s’il ne reçoit que très peu d’in­vités, le fait que le 13 heures de Per­naut soit anti élite, anti admin­is­tra­tion, est un for­mi­da­ble moyen (au sens quan­ti­tatif, pas qual­i­tatif) de faire pass­er n’im­porte quelle cam­pagne (hausse du car­bu­rant, sécu­rité routière, insécu­rité) au sens où il est sup­posé porter la vraie parole du peu­ple. Même si c’est totale­ment faux, puisque la soi-dis­ant parole du peu­ple passe par des micro-trot­toirs aux­quels on peut faire dire n’im­porte quoi. (…) Très folk­lo, le treize heures incar­ne bizarrement une ten­dance très mod­erne du traite­ment de l’in­fo. Oui. Le jour­nal de Per­naut est un para­doxe. C’est un précurseur en matière d’in­fo puisqu’a­vant LCI, il avait impul­sé le tout en images. C’est-à-dire tout le monde tout de suite, mais à sa dimen­sion : toutes les régions tout de suite. Le JT de Per­naut est arrivé à la con­jonc­tion de deux révo­lu­tions : une révo­lu­tion tech­nologique qui a per­mis de sor­tir les caméras de Paris, alors que la grande inno­va­tion du 13 heures de Mourousi avait été de sor­tir les caméras du stu­dio. Deux­ième révo­lu­tion : la chute des idéolo­gies avec notam­ment la chute du mur de Berlin en 1989, et le repli sur des valeurs con­ser­va­tri­ces. Per­naut est l’en­fant mon­strueux de ces deux révo­lu­tions qui, con­traire­ment aux apparences, ne sont pas opposées », « La bonne soupe : com­ment le 13 heures de TF1 con­t­a­mine l’in­fo », tele.premiere.fr, 18/09/2007

Raphaël Gar­ri­gos et Isabelle Roberts : « C’est cer­tain, le présen­ta­teur du 13 heures de la Une est une valeur sûre, aux manettes de son jour­nal depuis févri­er 1988, au lende­main de la pri­vati­sa­tion de TF1. Pas mod­erniste en dia­ble certes, avec son JT en sabots crot­tés révérant les belles régions, les métiers oubliés et la maouche ardé­choise cuis­inée comme grand-maman », « L’Elysée com­mande un Per­naut », Liberation.fr, 25/01/2010

Bruno Masure : « C’est la honte de la pro­fes­sion. Il est tout sauf un jour­nal­iste. Je donne par­fois des con­férences et j’explique que pour faire un vrai JT, il suf­fit de faire exacte­ment l’inverse de Per­naut et ça sera à peu près cor­rect. Il ne traite absol­u­ment pas l’info », « Bruno Masure : “Per­naut est la honte de la pro­fes­sion” », 7sur7.be, 21/10/2011

Michel Houelle­becq : « Le 13 heures de Per­naut est un lieu où l’on par­le des petits bon­heurs de la vie, où l’on mon­tre le monde tel qu’il devrait être, où l’on évoque des joies et des plaisirs du passé, comme si tout ce qui était mod­erne était dan­gereux. En réal­ité, le JT de Per­naut n’est pas un jour­nal d’informations, mais plutôt un mag­a­zine sur la France », « Jean-Pierre Per­naut, vingt-trois ans d’une cer­taine idée de l’in­fo », rue89.com, 17/07/2011

« Entre un reportage sur les dan­gers de la tra­ver­sée de Saint-Denis-sur-Sarthon par la N12 et le por­trait d’un fab­ri­cant béar­nais de cloches à bre­bis, le diplômé de l’École de jour­nal­isme de Lille, qui débu­ta sur Picardie Actu­al­ités en cou­vrant une cat­a­stro­phe fer­rovi­aire, s’est tail­lé une répu­ta­tion de héraut de la France pro­fonde qui lui vaut d’être taxé de pou­jadisme rétro­grade par les beaux esprits parisiens », « Jean-Pierre Per­naut », Les Échos n° 20600, 25/01/2010

« Des infor­ma­tions qui auraient fait les gros titres du 20 heures juste avant l’élec­tion dis­parurent totale­ment des écrans. Par exem­ple, en 2002, à la veille du pre­mier tour de la prési­den­tielle, TF1 et France 2 firent leurs choux gras de l’his­toire d’un sep­tu­agé­naire roué de coups, selon les ter­mes du présen­ta­teur Jean-Pierre Per­naut, par “deux voy­ous qui ten­taient de lui dérober de l’ar­gent”. La vic­time apparut devant les caméras le vis­age tumé­fié et la voix trem­blante. L’ef­fet s’avéra sai­sis­sant. Quelques mois plus tard, ce drame se répé­ta lorsqu’un retraité vul­nérable fut tabassé à mort par des jeunes à la dérive. L’his­toire ne fit même pas une brève ; ni France 2, ni TF1 ne l’évo­quèrent ! Autres temps, autres mœurs. Cela ne veut pas dire, toute­fois, que TF1 ou France 2 aient active­ment cher­ché, en 2002, à manip­uler le vote des électeurs ou à mod­i­fi­er le cours du débat démoc­ra­tique. Il est prob­a­ble, comme le sug­gèrent Hélène Riss­er ou Lau­rent Jof­frin, que ces deux chaînes se soient juste emparées, par intérêt com­mer­cial, d’un thème sécu­ri­taire for­cé­ment por­teur car situé au cen­tre du débat poli­tique. Une fois Lionel Jospin élim­iné du jeu, ce thème ces­sa d’être un enjeu de cam­pagne et donc, un sujet per­ti­nent pour la télévi­sion », Michel Desmur­get, TV lobot­o­mie la vérité sci­en­tifique sur les effets de la télévision.

« TF1 envoie son présen­ta­teur vedette recruter dans les lycées. Mais, à Orléans, les profs l’ont ren­voyé à la niche. Début novem­bre, la fon­da­tion TF1 sol­licite le lycée Jean-Zay à Orléans pour y organ­is­er une “journée de prox­im­ité”. Refus. Quelques jours plus tard, elle récidive avec le lycée Franklin, le pri­ant d’accorder l’hospitalité à son directeur du savon à barbe, Jean-Pierre Per­naut. Afin de “créer du lien avec le pub­lic” et de pro­mou­voir les bonnes œuvres de Bouygues, soucieux de “mieux inté­gr­er sociale­ment des jeunes issus de zones sen­si­bles” (…) Mais les enseignants se cabrent. Ils font savoir à Per­naut que ses “accoin­tances avec l’actuel gou­verne­ment qui sup­prime des postes dans l’Éducation nationale”, ne le qual­i­fient guère “pour par­ler de l’intégration des jeunes vivant dans les zones sen­si­bles” », « Per­naut tombe sur un os », Les nou­veaux chiens de garde, jour­nal de présen­ta­tion du film.

« Évidem­ment, le pire fait frémir. Com­ment des jour­nal­istes ont-ils pu inven­ter un per­son­nage sus­cep­ti­ble de témoign­er dans leur reportage ? Com­ment ont-ils pu, en toute con­nais­sance de cause, aller chercher ce per­son­nage par­mi les émet­teurs de l’information ? Com­ment ont-ils assumé de lui écrire un texte ou accep­té de gob­er celui qu’il pro­po­sait ? Com­ment ont-ils osé dif­fuser leur com­bine sur la chaîne de télévi­sion française la plus regardée ? Tout cela s’est pour­tant pro­duit et est passé, le 23 juin 2011, dans le JT de 13 heures de TF1 : la fausse mère de famille qui expri­mait son désar­roi à pro­pos d’absentéisme sco­laire était l’attachée de presse du prési­dent du Con­seil général des Alpes Mar­itimes. A cette hau­teur, il ne s’agit plus de manque de con­science, c’est de l’inconséquence totale. Qua­tre jours plus tard après la dif­fu­sion de ce sujet bidon­né, Jean-Pierre Per­naut a été chargé de s’excuser à l’antenne, au nom de la mai­son », Le tien du mien. Regards sur les con­flits d’intérêts dans l’information, Bertrand Verfaillie.

« Il paraît qu’à TF1, ils sont nom­breux à louch­er sur les audi­ences de Jean-Pierre Per­naut. Ils envient sa main basse sur l’Audi­mat au jour­nal de 13 heures, sa tenue de route, mâchoires ser­rées, comp­toir ouvert. Cha­cun aimerait, comme lui, être le gourou des glaiseux. En regar­dant les courbes, beau­coup rêvent de sa Mar­i­anne trouil­larde et for­matée, ne l’ap­pelez plus jamais France, et qui, les mains dans l’eau de vais­selle, demande à Mil­lon sur un air de Sar­dou: “Miroir, dis-moi que je suis la plus rus­tique ! Que j’ai pas changé ! Bien d’chez moi, et que ma peau mil­lé­naire reste blanche !” Depuis quelque temps déjà, le jour­nal de 20 heures de la chaîne, qu’il soit de Poivre, Chaz­al ou Nar­cy, a lui-même ten­dance à se “per­nautis­er”: on s’y crotte volon­tiers les yeux dans des sil­lons provin­ci­aux que n’abreuve aucun sang impur », « Après coup. Per­nauti­sa­tion », Libéra­tion, 30/10/1998.

« Jean-Pierre Per­naut est le seul présen­ta­teur en France à ne pas utilis­er de “télépromp­teur” il con­sulte de temps en temps ses notes et ne fixe ain­si pas en per­ma­nence la caméra …il impro­vise beau­coup ses lance­ments », (lien)

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo Lab’TV via Youtube

Voir aussi

Related Posts

None found

L’Observatoire prend des vacances d’hiver

Nous ne partons pas aux sports d’hiver, mais pendant une dizaine de jours, jusqu’au 3 janvier inclus, l’OJIM vous présentera les articles les plus significatifs des quatre derniers mois. Entre les censures de Radio France ou de Twitter, les délires LGBT+ ou indigénistes, les silences sur les faux mineurs migrants, les regards complaisants sur les clandestins, les vidéos interdites, la sortie de notre première brochure papier, la matière ne manque pas. Tout ceci a un coût, il vous reste 8 jours pour nous soutenir avec un reçu fiscal de 66% sur 2020, d’avance merci. Joyeux Noël à toutes et tous et à bientôt.