Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Catherine Nay

29 janvier 2020

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | Portraits | Catherine Nay

Catherine Nay

La “reine Catherine”

Famille et formation

Catherine Nay est née le 1er janvier 1943 à Tours. Elle est la fille de George Nay, ingénieur principal de la SNCF. Son frère, Jean-Gérard Nay, décédé en 1998, était délégué général de la Chambre de Commerce et d’Industrie française au Japon. Elle a étudié à l’Institut Sévigné, à Périgueux mais est seulement titulaire du Bac, puisqu’elle a échoué au concours d’entrée d’HEC Jeunes Filles et a rapidement interrompu ses études de droit à la faculyé d’Assas pour se lancer dans le journalisme.

Issue d’une famille de cinq enfants appar­tenant à la bour­geoisie catholique de Périgueux, Cather­ine Nay est dev­enue une spé­cial­iste de la vie poli­tique parisi­enne, notam­ment grâce à sa prox­im­ité avec plusieurs hommes poli­tiques : Jean-Jacques Ser­van-Schreiber, Jacques Cha­ban-Del­mas, Valéry Gis­card d’Es­taing, Jacques Chirac, Édouard Bal­ladur… Elle est mar­iée depuis 2016 avec Albin Cha­lan­don, ancien résis­tant, député UDR de la deux­ième cir­con­scrip­tion des Hauts-de-Seine (Asnières-Colombes) puis RPR, qui fut Min­istre de l’In­dus­trie dans le gou­verne­ment de Georges Pom­pi­dou en 1968, Min­istre de l’Équipement et du Loge­ment de Mau­rice Cou­ve de Murville et de Jacques Cha­ban-Del­mas et Garde des Sceaux de Jacques Chirac pen­dant la pre­mière cohab­i­ta­tion de la prési­dence Mit­ter­rand (1986). L’homme a égale­ment dirigé Elf-Aquitaine de 1977 à 1983.

Parcours professionnel

Après un pas­sage éclair au Nou­veau Can­dide, Cather­ine Nay com­mence sa car­rière à L’Ex­press dont elle intè­gre la rédac­tion en 1967, suite à un stage, obtenu par l’entremise de Monique Gilberte, qu’elle avait effec­tué l’année précé­dente au sein du ser­vice poli­tique. Elle alors chargée par Jacques Ser­van-Schreiber de suiv­re la droite. Avec Michèle Cot­ta, chargée de la gauche, les deux « Express Girls » ren­con­trent un fort suc­cès auprès des hommes poli­tiques que leur jeunesse et leurs tenues à la mode des années 60 ne lais­sent pas indif­férents. « On rame­nait des infor­ma­tions, racon­te Cather­ine Nay dans Sexus Politi­cus (Albin Michel, 2006). Envoy­er des filles pas trop bêtes et pas trop laides, ça rac­cour­cis­sait les dis­tances ». Elle quitte l’Express en jan­vi­er 1975 et rejoint la même année le ser­vice poli­tique d’Europe1, embauchée par Éti­enne Mougeotte, qui vient alors d’être nom­mé directeur de la rédac­tion de la radio. En 1988, Cather­ine Nay est nom­mée rédac­teur en chef du ser­vice poli­tique. Elle rejoint Europe 1 en 1995, en tant qu’édi­to­ri­al­iste et directeur adjoint de la rédac­tion. Depuis 2005, elle est con­seiller du prési­dent (aujour­d’hui Denis Olivennes) et tient une chronique poli­tique heb­do­madaire chaque same­di et chaque dimanche, dans laque­lle elle analyse l’ac­tu­al­ité poli­tique avec le ton mor­dant qui la car­ac­térise. Elle par­ticipe égale­ment à l’émis­sion domini­cale « Il n’y en a pas deux comme Elle », qui décrypte l’ac­tu­al­ité, la mode, les ten­dances, avec les jour­nal­istes du mag­a­zine Elle. Elle fait bien enten­du par­tie des « Grandes Voix d’Eu­rope 1 » et inter­vient dans cette émis­sion heb­do­madaire avec Michèle Cot­ta, Robert Namias, Gérard Car­rey­rou, Charles Vil­leneuve, Philippe Gildas et Pierre Les­cure.

Cather­ine Nay est Offici­er de l’Ordre Nationale du Mérite (Décret du 14 novem­bre 2006) et Cheva­lier de la Légion d’Hon­neur — déco­ra­tion qu’elle elle dit avoir finale­ment accep­té après plusieurs refus « pour faire plaisir à (sa) mère » (« Le Grand Jour­nal » de Canal+ du 9 jan­vi­er 2009).

Elle a reçu le prix Roland Dorgelès en 1998 et la Médaille de Ver­meil de la Ville de Paris la même année.

Sa nébuleuse

Cather­ine Nay est mem­bre du Siè­cle.

Elle fait par­tie de l’Asso­ci­a­tion des Jour­nal­istes par­lemen­taires.

Elle est proche de Rachi­da Dati et fut l’une des pre­mières à la vis­iter à mater­nité au moment de son accouche­ment. En effet c’est Albin Cha­lan­don et Cather­ine Nay qui ont cha­peauté la future Garde des Sceaux à ses débuts dans la vie poli­tique. « Elle a écrit à la moitié du Who’s who », dit d’elle Cather­ine Nay en évo­quant cette époque.

L’académicien et ancien min­istre de l’Éducation Nationale (2007–2009) Xavier Dar­cos est un ami d’enfance, lui aus­si périgour­din d’origine.

Collaborations

Depuis 1991, Cather­ine Nay col­la­bore au Figaro Mag­a­zine, et depuis 1993 à Valeurs Actuelles. Elle sig­nait égale­ment, à par­tir de 1980, les por­traits poli­tiques de l’hebdomadaire Jours de France, pro­priété de Mar­cel Das­sault, suc­cé­dant ain­si dans cette fonc­tion à Léon Zitrone et Patrice Duhamel.

En 2008 et 2009, elle par­ticipe régulière­ment au « Grand Jour­nal » de Canal+ présen­té par Michel Denisot, où elle apporte un éclairage poli­tique avec d’autres jour­nal­istes : Philippe Val, Alain Duhamel et Jean-Michel Apathie. Elle est égale­ment fréquem­ment invitée sur le plateau de Cdans l’air sur France 5.

Publications

  • Sur les rela­tions entre Jacques Chirac et Valéry Gis­card d’Estaing : La Dou­ble Méprise, Gras­set, 1980
  • Sur François Mit­ter­rand : Le Noir et le Rouge, ou l’Histoire d’une ambi­tion, Gras­set, 1984
  • Les Sept Mit­ter­rand, ou les Méta­mor­phoses d’un septen­nat, Gras­set, 1987
  • Sur les tandems De Gaulle – Pom­pi­dou et Chirac-Bal­ladur : Le Dauphin et le Régent, Gras­set, 1994
  • Sur Nico­las Sarkozy : Un Pou­voir nom­mé désir, Gras­set, 2007
  • L’Impétueux : tour­ments, tour­mentes, crises et tem­pêtes, Gras­set, 2012

Elle a dit

« Les lecteurs pour­ront s’étonner que dans le livre je fasse par­fois allu­sion aux con­fi­dences de cer­tains hommes poli­tiques qui me racon­taient volon­tiers leurs bonnes for­tunes féminines. Mais cela allait avec lair du temps. Je nen étais pas choquée. Je ne trou­vais pas leurs pro­pos déplacés. Je men amu­sais. Cer­tains se con­fondaient en com­pli­ments un peu lourds, oui. Dautres me pro­po­saient daller dîner, oui, et plus si affinités. Ils ten­taient leur chance, pourquoi pas. Mais sil ny avait pas adéqua­tion entre loffre et la demande, si c’était non, ils pas­saient leur chemin, sans façons. Et ensuite, rien ne changeait dans les rap­ports. C’était un jeu sans con­séquences. », Sou­venirs, sou­venirs, 2019, p.42.

« Il (Jean-Jacques Ser­van-Schreiber, NDLR) dis­ait: il faut des femmes, il me con­voque et me jauge du regard: trop grande, pense-t-il de toute évi­dence.
— Vous con­nais­sez la poli­tique?
— Non, dis-je.
— Très bien, vous vous occu­perez des gaullistes. À droite, il n’y a que deux types intéres­sants : Gis­card et Cha­lan­don. Allez‑y ! »
, racon­te Cather­ine Nay au sujet de son embauche à L’Express dans Françoise Giroud, une ambi­tion française, Fayard 2003.

« J’avais été choquée par une déc­la­ra­tion d’Ariel Sharon pré­ten­dant que les mères pales­tini­ennes envoy­aient leurs enfants en pre­mière ligne. J’ai fait ensuite une autre chronique pour expli­quer que la for­mule “une terre sans peu­ple pour un peu­ple sans terre” était un mythe, car les ancêtres des Pales­tiniens ont été expul­sés de leurs ter­res. Je me demande si les mar­tyrs d’hi­er ne sont pas devenus les bour­reaux d’au­jour­d’hui. Après ces deux inter­ven­tions, j’ai été dénon­cée comme anti­sémite, ce qui m’a beau­coup affec­tée. J’ai décidé de ne plus écrire sur ce sujet. Même si la ques­tion me touche, je n’ai jamais été en Israël, je ne vois que les images qu’on nous mon­tre. Je con­state que les jeunes jour­nal­istes qui par­tent là-bas pro­sion­istes revi­en­nent très mobil­isés con­tre Israël », Mar­i­anne, 27 jan­vi­er 2003.

« Pour intéress­er le lecteur aujour­d’hui, pour racon­ter un homme poli­tique dans ses com­bats poli­tiques, mais aus­si dans ce qu’il a de chair – c’est de la chair, c’est une per­son­ne privée, qui a des pas­sions, des amours, et heureuse­ment… (…) Si vous faites une biogra­phie de Sarkozy et que vous ne racon­tez pas l’im­por­tance de Cécil­ia, com­ment il l’a séduite, com­ment il l’a embar­quée, com­ment elle est dev­enue son coach, sa muse, la femme avec qui il voulait arriv­er au pou­voir (…) hé bien je pas­sais à côté du sujet parce que ça l’a beau­coup mar­qué. Alors c’est peut-être Gala, mais c’est la vie », défen­dant son livre sur Nico­las Sarkozy, Un Pou­voir nom­mé Désir (Gras­set, 2007), dans l’émis­sion « On n’est pas couché » sur France 2, le 10 févri­er 2007.

Ils ont dit d’elle

« Dans un livre récent “Les ama­zones de la République”, le jour­nal­iste Renaud Rev­el racon­te com­ment, en France, nom­bre de per­son­nages poli­tiques impor­tants et jour­nal­istes femmes entre­ti­en­nent, depuis longtemps, des rela­tions très étroites. Dans le lot, il est ques­tion d’une cer­taine Cather­ine Nay, jour­nal­iste à l’Express, engagée par Françoise Giroud qui lui con­fia la rubrique poli­tique. Elle était chargée, notam­ment, de suiv­re les respon­s­ables de l’UNR de l’époque…devenu RPR puis UMP. C’est ain­si, que l’on apprend, que Madame Nay eut égale­ment des escapades avec un min­istre de 20 ans plus âgé qu’elle (ce qu’elle reproche à François Hol­lande avec Julie Gayet) qu’elle con­nut lors des Assiss­es du Par­ti gaulliste à Lille en novem­bre 1967. Albin Cha­lan­don était mar­ié et le res­ta, mal­gré sa vie com­mune avec la jour­nal­iste.
Cela s’appelle, ne pas man­quer d’air. », José Alcala, Caméra Diag­o­nale, 30 juin 2014.

« Tout a com­mencé à la fin des années soix­ante. Deux jeunes femmes fai­saient leurs débuts à L’Express. Elles étaient belles comme le jour, ces deux-là qui n’avaient pas encore trente ans. Dans un univers machiste et col­let mon­té, ces créa­tures appor­taient la grâce. C’est le fon­da­teur du mag­a­zine, Jean-Jacques Ser­van-Schreiber, qui avait eu l’idée d’affecter ces jolis minois au ser­vice poli­tique. L’homme qui voulait réformer la France souhaitait user de cette arme fatale pour ramen­er potins et con­fi­dences. Il allait, sans le vouloir, fab­ri­quer un petit milieu très homogène. Il est vrai que les bonnes manières autant que le regard de biche, mais aus­si l’intelligence du “com­man­do de charme” ser­vaient la cause du jour­nal (…) 1968. A l’Assemblée Nationale ce jour-là, Michèle Cot­ta arrive en tailleur-pan­talon rouge, Cather­ine Nay en mini­jupe plis­sée bleu marine. Pour com­pléter le tableau, la sec­onde arbore des cuis­sardes blanch­es. Je me sou­viens des talons hauts de la pre­mière qui claque­nt sur le mar­bre des couloirs. Dans la Salle des Qua­tre-Colonnes, où se croisent députés et jour­nal­istes, la sec­onde croise et décroise ses longues jambes dans les fau­teuils en velours. Les élus se frot­tent les yeux. Une jour­nal­iste moins gâtée par la nature les fusille du regard : “Allez-vous rha­biller !” Les huissiers eux-mêmes en per­dent leur flegme et entre­pren­nent de rabrouer les deux impé­trantes. Le prési­dent de l’Assemblée, Jacques Cha­ban-Del­mas, est obligé d’intervenir auprès des fonc­tion­naires sour­cilleux : “Lais­sez les tran­quilles !” Cha­ban, il est vrai, n’a jamais bais­sé les yeux devant une jolie femme ». Extrait de Sexus Politi­cus, de Christophe Deloire et Christophe Dubois, Édi­tions Albin Michel, 2006.

« Cather­ine Nay n’a jamais pré­ten­du être une idéo­logue, ou une ana­lyste his­torique, ou économique. Elle a un style de jour­nal­isme bien à elle, per­son­nel, elle a tou­jours fait ça : essay­er d’é­tudi­er la psy­cholo­gie des poli­tiques. D’ailleurs moi je trou­ve que la meilleure par­tie du livre c’est celle sur l’en­fance (de Sarkozy, NDLR) », Éric Zem­mour, dans l’émis­sion « On n’est pas couché » sur France 2, le 10 févri­er 2007, dans laque­lle Cather­ine Nay présente son livre sur Nico­las Sarkozy (Un Pou­voir nom­mé désir, Gras­set, 2007)

« Son nom évoque un instru­ment de musique arabe, mais c’est le piano famil­ial qui a forgé la sen­si­bil­ité des jeunes années de Cather­ine Nay à Périgueux. Sa mère en jouait et son père lui a com­mu­niqué sa pas­sion pour Beethoven », Olivi­er Bel­lamy, jour­nal­iste à Radio clas­sique dont l’in­vité était Cather­ine Nay le 28 juin 2011 pour son émis­sion « Pas­sion clas­sique ».

Crédit pho­to : cap­ture d’écran RTS — Radio Télévi­sion Suisse via Youtube (DR)

Voir aussi

Related Posts

None found

Censure dans les médias et sur les réseaux sociaux

L'étau se resserre chaque semaine sur la liberté d'opinion et d'expression. Pour combattre la censure il faut déjà l'identifier.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).