Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Guillaume Roquette

17 août 2018

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Portraits | Guillaume Roquette

Guillaume Roquette

Discrétion et courtoisie

La nomination de Guillaume Roquette à la tête de la rédaction du Figaro magazine est le couronnement d’un parcours discret mais sans faute. Elle est aussi le signe d’un durcissement de la presse de « droite » du à l’alternance, avec le passage du directeur de la rédaction de Valeurs actuelles au Figaro magazine, et du directeur du Figaro magazine (Alexis Brézet) au Figaro.

Famille et formation

Né à Lille en 1965, Guil­laume Roquette est mar­ié, père de famille et fidèle pra­ti­quant catholique de l’Église de la Trinité à Paris. Il est diplômé de l’In­sti­tut d’Études poli­tiques de Paris.

Expérience professionelle

Guil­laume Roquette a débuté sa car­rière de jour­nal­iste dans les pages saumon du Figaro (ser­vice économique), dont il devient rédac­teur en chef adjoint. Il sera ensuite nom­mé à la tête du mag­a­zine L’En­tre­prise du groupe Express-Roular­ta.

C’est en 2006 que Guil­laume Roquette prend la tête du groupe Val­monde (Valeurs actuelles, dont il est égale­ment directeur de la rédac­tion, Spec­ta­cle du monde et Jours de chas­se) avec la mis­sion de redress­er les chiffres d’un groupe en perte de vitesse. Pour ce faire, il s’appuie sur le directeur de la rédac­tion de «VA», Éric Bran­ca, auquel il laisse les mains libres pour redy­namiser la ligne édi­to­ri­ale de l’hebdomadaire. Mis­sion accom­plie avec suc­cès, puisque la dif­fu­sion de Valeurs actuelles va aug­menter de 17 % en 5 ans, ce qui représente un record unique dans un secteur en grande dif­fi­culté.

Pour relancer le men­su­el Spec­ta­cle du monde, dure­ment affaib­li par l’épisode Gon­zague Saint-Bris (2001–2003), qui avait voulu trans­former cette éli­tiste revue de com­bat en cat­a­logue pub­lic­i­taire, Roquette fait d’abord con­fi­ance à l’homme en place, Gérald Olivi­er. Sans suc­cès. En 2010, il décide de licenci­er Gérald Olivi­er et de con­fi­er le redresse­ment du men­su­el à Bran­ca, qui devient « con­seiller de la direc­tion ». Celui-ci s’appuie sur le secré­taire général de la rédac­tion, Chris­t­ian Bro­sio, qui a l’avantage de con­naître par cœur le fonc­tion­nement du men­su­el et les attentes de ses lecteurs. Roquette, Bran­ca et Bro­sio met­tent en place une for­mule gag­nante reposant sur de grands dossiers thé­ma­tiques rompant franche­ment avec le ton « libéral bon teint » et atlantiste jusqu’alors en vigueur. Très vite, Spec­ta­cle du monde aug­mente ses ventes en kiosques et redresse la barre sur les abon­nements. Bien qu’il redresse la revue, elle rep­longe à son départ. En 2014, elle n’a plus que 16.500 abon­nés en 2014 et pub­lie son dernier numéro en juil­let de cette année.

En juil­let 2012 il devient directeur de la rédac­tion du Figaro Mag­a­zine, où il rem­place Alex­is Brézet.

Il tient une chronique heb­do­madaire sur France Inter dans la mati­nale d’Audrey Pul­var, qu’il arrête de mars à sep­tem­bre 2011 devant l’avalanche de cour­ri­ers hos­tiles d’au­di­teurs, puis qu’il reprend et arrête défini­tive­ment en juin 2013.

En sep­tem­bre 2013 il rejoint l’émis­sion 28 Min­utes sur Arte, où il inter­vient tous les mer­cre­dis en com­pag­nie d’Élis­a­beth Quin et de Nadia Daam.

Depuis début 2018, il inter­vient régulière­ment sur RTL et écrit des bil­lets sur le site, en rem­place­ment d’Éric Zem­mour tout d’abord.

Parcours militant

On ne con­nait aucun passé mil­i­tant à Guil­laume Roquette. Dis­cret et cour­tois, il ne ressent pas le besoin d’ex­primer publique­ment ses con­vic­tions per­son­nelles, mais écoute atten­tive­ment celles de ses inter­locu­teurs, qu’il analyse intel­lige­ment. À Valeurs actuelles, il réus­sit l’ex­ploit de recueil­lir le respect et la con­sid­éra­tion des deux pôles de la rédac­tion : libéraux et con­ser­va­teurs, qui ne cohab­itent pour­tant pas sans heurts !

Collaborations

Guil­laume Roquette était jusqu’i­ci le vis­age de Valeurs actuelles dans les médias (avec François d’Or­ci­val, prési­dent du comité édi­to­r­i­al de Valeurs actuelles, qui com­mente égale­ment l’ac­tu­al­ité poli­tique, mais dans une moin­dre mesure). Il par­ticipe régulière­ment aux débats poli­tiques organ­isé sur Europe 1, France Inter, LCI, et aux émis­sions émis­sions d’Yves Calvi sur France 2 et France 5 : « Mots croisés » et «C dans l’Air ».

Début 2011, il ani­me chaque jeu­di une chronique régulière dans le 6h/7h d’Audrey Pul­var sur France Inter. Il annon­cera finale­ment y renon­cer, affec­té par les mails hos­tiles reçus des audi­teurs de la radio (classée claire­ment à gauche) qui jugent ses pro­pos trop à droite… Il s’ex­plique ain­si : « Il y avait un décalage entre ce que j’ex­pri­mais et l’an­tenne. C’é­tait ce que voulait Audrey [Pul­var], c’est elle qui m’a demandé de venir, mais je me sen­tais décalé par rap­port à la ten­dance poli­tique de l’an­tenne. Je rece­vais env­i­ron une dizaine de mails par chronique. J’avais des réac­tions agres­sives. Je me suis dit que si je les fai­sais réa­gir comme ça, c’est que je n’y avais pas ma place. C’est au moment de la réforme des retraites que j’ai reçu le plus de réac­tions (…) Je ne me sen­tais pas com­plète­ment à l’aise, je suis un affec­tif, j’aime énor­mé­ment Audrey [Pul­var], j’ai tra­vail­lé avec elle sur i>Télé. J’avais une lib­erté absolue, je fai­sais ce que je voulais mais je me sen­tais loin de mes bases ». Et il ajoute : « Je suis d’un naturel cour­tois. Peut être que je n’é­tais pas prêt à ça. J’ai beau­coup de mal avec l’a­gres­siv­ité, il y avait des pro­pos très déplaisants dans ces mails. Je ne le sen­tais plus, et dans la vie, il faut faire les choses qu’on sent ». (source : arretsurimages.net).

Il ani­me ensuite, en alter­nance avec Christophe Bar­bi­er, la chronique poli­tique de la mati­nale de LCI, qui com­prend un com­men­taire de l’ac­tu­al­ité et l’in­ter­view d’une per­son­nal­ité du monde poli­tique ou économique. Il a ain­si reçu l’an­cien min­istre libéral Alain Madelin, Alain Minc, l’an­cien min­istre Alain Lam­bert, ou encore Mon­seigneur Vingt-Trois.

En sep­tem­bre 2011, il reprend finale­ment sa chronique mati­nale dans le jour­nal d’Au­drey Pul­var sur France Inter.

Il fait aus­si des con­férences pour com­pléter ses revenus – il fig­ure notam­ment dans les pro­fils de Speak­ers Enter­tain­ment et de CESAM Inter­na­tion­al, deux organ­ismes qui four­nissent des con­férenciers clés en mains.

Il l’a dit

Sur les 35 heures : « [En France] per­son­ne n’a envie de tra­vailler ; il suf­fit de regarder les réac­tions face à la retraite à 62 ans. Mais la France n’est pas une île, isolée du reste du monde !», sur France Inter, en jan­vi­er 2011.

Sur le com­mu­nau­tarisme : « J’ai le sen­ti­ment que, même s’il n’ex­iste pas de mul­ti­cul­tur­al­isme au sens juridique du terme en France, il existe un com­mu­nau­tarisme de fait qui se développe de plus en plus (…) Il y a des acco­mode­ments juridiques avec les com­mu­nautés : par exem­ple à l’é­cole, des sujets d’his­toire sont dif­fi­cile­ment évo­qués (…) Si les pra­tiques sont minori­taires, il y une gêne et une cul­pa­bil­i­sa­tion de la société française par rap­port à ces pra­tiques qui se font et qui sont poten­tielle­ment dan­gereuses », au cours d ‘un débat organ­isé par le site Enquête et Débat sur le com­mu­nau­tarisme, juil­let 2011.

Sur la presse : « Je me sens dis­crim­iné, en tant que jour­nal­iste de droite. Je ren­con­tre des jour­nal­istes qui me dis­ent qu’ils sont de droite mais qui ne le dis­ent pas car cela nuirai à leur car­rière », idem.

Sur François Hol­lande : « François Hol­lande nous dit aujourd’hui qu’il con­naît la recette pour nous en sor­tir sans douleur, deux doigts (voire qua­tre ou cinq…) de hausse d’impôts et un zest de crois­sance. Qu’il y croie vrai­ment ou – hypothèse plus prob­a­ble – qu’il entre­ti­enne les Français dans l’illusion le temps d’une élec­tion lég­isla­tive, il ne rend pas ser­vice au pays. Plus cet état d’apesanteur économique et sociale dur­era, plus il sera dif­fi­cile à François Hol­lande de faire accepter une poli­tique de rigueur et de diminu­tion sub­stantielle de la dépense publique. Le précé­dent de 1981 nous apprend que les états de grâce finis­sent par se pay­er. Cash ». Valeurs actuelles, 17 mai 2012

Sur les atten­tats : « Ce que je trou­ve incroy­able, c’est qu’après chaque atten­tat, c’est le même dis­cours “On ne peut rien faire”. Depuis 6 ans, il y a eu 250 morts. On s’est soumis. On aura de nou­veau cette dis­cus­sion après le prochain atten­tat et de nou­veaux morts.», LCI, 26 mars 2018

Sur l’an­tisémitisme islamique : « Le déni de réel, c’est la dif­fi­culté de la société française à recon­naître l’existence d’une haine des juifs dans l’islam rad­i­cal, qui s’est large­ment sub­sti­tuée à l’antisémitisme d’extrême droite. […] sans doute est-il plus facile, ou plus ras­sur­ant, de qual­i­fi­er de déséquili­brés ou de loups soli­taires ceux qui attaque­nt des Français juifs. Et il ne faut pas entretenir les amal­games. Mais on ne peut pas nier non plus que l’islam rad­i­cal est por­teur d’un anti­sémitisme qui peut par­fois devenir vio­lent, voire meur­tri­er », RTL, 1er mars 2018

Voir aussi

Related Posts

None found

Censure dans les médias et sur les réseaux sociaux

L'étau se resserre chaque semaine sur la liberté d'opinion et d'expression. Pour combattre la censure il faut déjà l'identifier.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).