Faire un don à l'Ojim

Le prix de l’indépendance

L’Observatoire est totale­ment indépen­dant, libre de toute pub­lic­ité, de toute sub­ven­tion, de tous action­naires. Ce qui nous per­met de don­ner une voix à ceux qui sont rarement enten­dus. Votre con­tri­bu­tion, mod­este ou impor­tante, sert directe­ment à régler la par­tie tech­nique du site et à rémunér­er nos rédac­teurs. Chaque don béné­fi­cie d’un reçu fis­cal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Mer­ci de votre sou­tien.

Les plus lus

  • Médias Il, elle ou iel dans Le Monde, exa­m­en d’une série de patholo­gies

    Brieuc, vous con­nais­sez ? Pas Saint-Brieuc en Bre­tagne, mais une pau­vre chose, vague­ment bar­bue, aux cheveux vio­lets ou…

  • Médias Les tour­ments de l’École 42 de Xavier Niel, omer­ta des médias

    Xavier Niel est un entre­pre­neur à suc­cès. Créa­teur de Free qui a boulever­sé le monde des opéra­teurs télé­phoniques en Fra…

  • Médias Marche des fiertés ban­lieues : l’AFP informe mais… pas sur tous les faits

    Chaque année, l’AFP est plutôt fière du démar­rage du « mois des fiertés » et, out­re le sum­mum que représente la gay prid…

  • Médias Généra­tion iden­ti­taire pour­suivi en jus­tice et par les médias

    Le groupe poli­tique Généra­tion iden­ti­taire, attaché à la défense de la civil­i­sa­tion européenne, ses valeurs, la diver­sit…

  • Médias Éloge de la cen­sure et du crétin suisse

    Il n’y a aucune rai­son que le cré­tin­isme soit réservé à une nation. Grande nation peut pro­duire petits crétins dit un pr…

  • Médias Con­flit entre Maje­lan et Radio France

    Maje­lan avec un seul L et sans G, rien à voir avec l’explorateur. Comme nous vous en informions récem­ment, Maje­lan est l…

  • Por­traits Char­lotte d’Ornellas

    PORTRAIT — Née à Orléans en 1986, Char­lotte d’Ornellas est jour­nal­iste à Valeurs Actuelles, chroniqueuse et édi­to­ri­al­ist…

  • Médias France Inter, machine à infox con­tre les adver­saires du macro­nisme ?

    Que les médias français soient majori­taire­ment de par­ti pris sur le plan poli­tique et cul­turel, ce n’est plus à démon­tre…

  • Médias Saint-Louis des Invalides : une pro­fa­na­tion occultée par les médias

    Cachez cette pro­fa­na­tion que nous ne sauri­ons voir ! Les médias main­stream ont bril­lé par leur silence sur les événe­ment…

  • Por­traits Aude Lancelin

    PORTRAIT — Aude Lancelin est née à Tours en 1973. Philosophe de for­ma­tion, dotée d’une plume alerte et d’un joli minois…

Le Media Research Center juge les médias américains

Le Media Research Cen­ter, un obser­va­toire d’analyse des média améri­cain, libéral et con­ser­va­teur, fondé par Leo Brent Bozell, estime, dans une tri­bune libre parue sur Fox News, que Barack Oba­ma doit notam­ment sa réélec­tion à la presse et aux jour­nal­istes améri­cains.

Rich Noyes, directeur du MRC et auteur de cette tri­bune, illus­tre son pro­pos par plusieurs exem­ples :

  • la dif­férence de traite­ment entre les « gaffes » de Mitt Rom­ney et celles d’Obama, les unes étant sys­té­ma­tique­ment mise en avant, con­traire­ment aux autres ;
  • le par­ti pris des ani­ma­teurs du débat, en faveur de Barack Oba­ma, lors des ren­con­tres entre les deux can­di­dats ;
  • la large omer­ta médi­a­tique, qual­i­fiée même de « Beng­hazi Black­out », sur les défail­lances de l’administration Oba­ma dans l’attaque du con­sulat améri­cain de Beng­hazi.

Ain­si, pour le MRC, la presse améri­caine a claire­ment fait cam­pagne en faveur de Barack Oba­ma, lui assur­ant sa réélec­tion.

Une sit­u­a­tion qui n’est pas sans rap­pel­er celle de la France, où, à chaque élec­tion prési­den­tielle, dif­férents sondages, sou­vent con­testés par les intéressés, mon­trent que les jour­nal­istes votent prin­ci­pale­ment à gauche (Sondage Har­ris Inter­ac­tive de juin 2012 : 74% des jour­nal­istes sondés ont voté François Hol­lande).

Source : Fox News / MRC

Le Monde localise ses impressions

Afin d’améliorer sa dis­tri­b­u­tion en desser­vant tous les marchands de jour­naux de province dans l’après-midi et non le lende­main de sa paru­tion mais aus­si pour dimin­uer les coûts de son imprimerie fran­cili­enne (un mil­lion d’euros de pertes en 2011), Le Monde a décidé de pour­suiv­re la local­i­sa­tion d’une par­tie de l’impression de ses exem­plaires. Déjà, depuis le 24 octo­bre dernier, 37 000 exem­plaires sont imprimés chaque jour par L’Occitane d’imprimerie (La Dépêche du Midi). L’Imprimerie du midi (Midi Libre), Nan­cy Print (Ric­cobono) et le Cen­tre d’impression en Loire Atlan­tique (idem) doivent bien­tôt com­mencer à imprimer Le Monde pour, respec­tive­ment, le Sud-Est (55 000 exem­plaires), l’Est et l’Ouest. Au total, c’est un tiers de l’impression du quo­ti­di­en du soir (317 742 ex. en 2011–2012 d’après l’OJD, soit -0,3%) qui sera bien­tôt effec­tuée en province. Sur 210 salariés avant l’été, 75 ont été gardés par Le Monde à son imprimerie d’Evry tan­dis que 8 autres étaient envoyés en province. C’est un suc­cès pour Louis Drey­fus, le patron du Groupe Le Monde, qui inter­vient après 18 mois de négo­ci­a­tions avec le Syn­di­cat des imprimeries parisi­ennes (Fil­pac CGT), les édi­teurs de presse quo­ti­di­enne régionale et les imprimeurs. Il doit main­tenant s’atteler au non moins gros prob­lème de la forte baisse des ventes du Monde — que ren­con­tre aus­si Libéra­tion — depuis sep­tem­bre 2012…

Twitter ? Le tweet, c’est chic

Une pho­to, et une légende. Trois mots : “Four more years”. Tout Twit­ter est là: 140 signes max­i­mum, un for­mat plus adap­té à des chanteurs qui veu­lent entretenir le con­tact avec leurs fans qu’à la parole d’un prési­dent ? C’est pour­tant ain­si qu’Obama a annon­cé sa vic­toire, par ces trois mots (15 signes) accom­pa­g­nant les pho­tos d’un hug avec son épouse. Mes­sage qui a été retweeté 200.000 fois dans le quart d’heure qui a suivi. Une évo­lu­tion car dans l’histoire (encore récente) de Twit­ter, les vedettes sont habituelle­ment Lady Gaga ou le chanteur pour midinettes Justin Bieber (autour de 30 mil­lions de fol­low­ers cha­cun, con­tre un peu moins de 20 mil­lions pour Oba­ma).

Même si ce tweet a évidem­ment été suivi d’un dis­cours de vic­toire plus élaboré, et téléd­if­fusé, Inter­net fait main­tenant jeu égal avec la télévi­sion. En 2004, Howard Dean, can­di­dat à la pri­maire démoc­rate, fut le pre­mier à sys­té­ma­tis­er l’utilisation d’Internet pour sa cam­pagne. Oba­ma a suivi cet exem­ple en 2008, ce qui lui a per­mis de réus­sir une très large mobil­i­sa­tion de la base (en par­ti­c­uli­er des jeunes) et de gag­n­er, non seule­ment la pri­maire démoc­rate, mais la prési­den­tielle. En 2012, la vedette est un avatar d’Internet, Twit­ter, dont la crois­sance est expo­nen­tielle. Le nom­bre de fol­low­ers d’Obama, comme celui des chanteurs Lady Gaga ou Justin Bieber, a pra­tique­ment dou­blé depuis l’an dernier (avec dans tous les cas une forte pro­por­tion de faux fol­low­ers). Gageons que la prochaine élec­tion prési­den­tielle française ver­ra aus­si Twit­ter s’imposer, l’usage des nou­velles tech­nolo­gies et des réseaux soci­aux suiv­ant en France le mod­èle améri­cain, avec quelques années de retard.

Crédit pho­to : Twitter@BarackObama

Julien Assange : aucune différence entre Obama et Romney

Une voie dis­cor­dante dans le con­cert des louanges qui entoure la réélec­tion de Barack Oba­ma. Julian Assange, fon­da­teur de Wik­ileaks et tou­jours réfugié à l’ambassade d’Equateur à Lon­dres, a con­fié à l’AFP qu’il ne fait aucune dif­férence entre Oba­ma et Rom­ney, qual­i­fi­ant même le prési­dent améri­cain de « loup déguisé en agneau ».

Pour le fon­da­teur de Wik­ileaks, si l’administration Oba­ma est respon­s­able de l’ensemble des pour­suites qu’il subit, une admin­is­tra­tion Rom­ney n’aurait rien changé au sort de Bradley Man­ning, accusé par le gou­verne­ment améri­cain d’être le prin­ci­pal four­nisseur d’information classées défense sur les guer­res d’Irak et d’Afghanistan à Wik­ileaks.

Source : Le Figaro / AFP

Crédit pho­to : biatch0r via Flickr (cc)

Enfin un repreneur pour Sud Radio ?

Selon LeMonde.fr, Sud Radio serait sur le point d’être ven­due par le groupe du même nom (anci­en­nement Start). Son prési­dent, Jean-Eric Val­li, serait entré en négo­ci­a­tions exclu­sives avec Marc Laufer, l’ancien directeur général de Nex­tRa­dio TV soutenu dans son pro­jet par la Finan­cière de l’Echiquier. Leur objec­tif ? « Trans­former la sta­tion en une radio à des­ti­na­tion des entre­pris­es, notam­ment des PME », selon une source proche du dossier. Jean-Eric Val­li n’a ni con­fir­mé ni souhaité com­menter l’information tan­dis que le CSA expli­quait n’avoir pas été saisi, à ce state, d’un éventuel rachat.

Sud Radio avait vu son audi­ence dimin­uer forte­ment après une refonte des pro­grammes ratée (et quelques polémiques) en août 2011, mal­gré une fréquence parisi­enne et l’ambition de devenir la « qua­trième radio général­iste » de France grâce à son for­mat « talk » et l’embauche de per­son­nal­ités (Robert Ménard, Pas­cal Bataille, etc.). Le manque de moyens, le mépris de la direc­tion pour les racines régionales de la radio et une cer­taine fébril­ité — Sud Radio Groupe étant davan­tage habituée à gér­er des musi­cales comme Ado FM ou Volt­age — ain­si que des départs toni­tru­ants (Les cheva­liers du Fiel) y avaient mis un terme. La Let­tre de l’Expansion du 21 mai dernier avait révélé l’intention de Val­li de s’en sépar­er. Le même mois, un man­dat de vente avait été don­né dans ce but à la banque Messier Maris & Asso­ciés.

Identitaires, déontologie et accueil des journalistes

Après l’occupation d’un chantier de mosquée en con­struc­tion à Poitiers par le groupe « Généra­tion Iden­ti­taire », les médias étaient nom­breux à Orange pour la 3ème Con­ven­tion Iden­ti­taire les 3 et 4 novem­bre. Cette réu­nion où l’Ojim avait été con­viée fut mar­quée par un inci­dent avec l’AFP, l’envoyé de l’agence se voy­ant refuser l’entrée par les organ­isa­teurs le dimanche matin. Déroulé des évène­ments.

Com­plé­ment d’enquête (France 2), i>télé, Vau­cluse Matin, Le Monde, L’Humanité, les médias ne man­quaient pas dans l’immonde « Palais des Princes » ver­rue archi­tec­turale et legs de la précé­dente munic­i­pal­ité de la ville d’Orange (Vau­cluse). Et bien enten­du l’AFP qui four­nit en infor­ma­tions toute la PQR (presse quo­ti­di­enne régionale), les mag­a­zines, les radios, les télévi­sions et une bonne par­tie de la presse quo­ti­di­enne nationale. Exa­m­en des faits.

Le same­di une pre­mière dépêche AFP (reprise par France Télévi­sions, voir notre site) indique que « Chris­t­ian Vanneste ex député UMP s’est décom­mandé ». Mais Chris­t­ian Vanneste est bien là comme l’attestent de nom­breuses pho­tos. Une erreur est tou­jours pos­si­ble mais alors il faut cor­riger le tir. Aucun rec­ti­fi­catif ne vien­dra ni du représen­tant de l’AFP Andrea Bam­bi­no ni de France Télévi­sions.

Une deux­ième dépêche dans la même journée insiste sur l’intervention – il est vrai très « flok­lorique » — du député européen ital­ien de la Ligue du Nord Mario Borghezio oubliant les inter­ven­tions autrement mesurées et plus longues de deux jour­nal­istes transalpins. Plus loin les tour­nures de phras­es sont assez claire­ment péjo­ra­tives. Le maire d’Orange Jacques Bom­pard « s’est con­tenté » d’un mes­sage de sou­tien, Paul-Marie Couteaux du SIEL (un petit par­ti allié au FN) a envoyé « un très court » mes­sage de sym­pa­thie. Comme l’ensemble de la presse repren­dra la dépêche AFP (1) son représen­tant aurait pu tourn­er sa plume dans l’encrier, sans compter le rec­ti­fi­catif jamais arrivé.

Con­séquence les organ­isa­teurs retirent son accrédi­ta­tion à Andrea Bam­bi­no, Abel Mestre (voir son por­trait sur notre site) du Monde se sol­i­darise par twit­ter (« j’me barre aussi#Solidarité ») ain­si que le représen­tant de Golias. L’organisation était-elle dans son droit en refu­sant son accrédi­ta­tion ? Remar­quons que la procé­dure – fort déplaisante – est courante dans les par­tis poli­tiques, sou­vent de manière plus feu­trée, on « fait savoir » que untel ou unetelle n’est plus per­sona gra­ta et « qu’il serait préférable » de choisir quelqu’un d’autre.

Au total, une constatation et une question

Une con­stata­tion : tout le monde est per­dant. L’AFP n’a pu tra­vailler. Les organ­isa­teurs se privent d’une caisse de réso­nance majeure et l’incident devient le point focal de leur réu­nion. Une ques­tion : si l’envoyé de l’AFP avait eu un ton moins mil­i­tant et un angle plus neu­tre toute cette affaire aurait-elle eu lieu ?

(1) Par­mi les médias qui repren­nent la dépêche de l’AFP en tout ou en par­tie Le Berry répub­li­cain, Le Pop­u­laire du cen­tre, la chaîne par­lemen­taire LCP, La Croix, 2O min­utes, Europe1, La République du cen­tre etc, cette liste n’est pas exhaus­tive.

NB : L’Ojim utilise toute tri­bune démoc­ra­tique qui lui est pro­posée. Comme indiqué à la tri­bune l’Ojim se ren­dra à toute invi­ta­tion citoyenne qu’elle émane du PS, de l’UMP, du NPA etc. Ce qui n’implique pas bien enten­du que l’Observatoire approu­ve tout ou par­tie de leur pro­gramme.

Crédit pho­to : Bloc iden­ti­taire

Italie : Bepe Grillo contre la télévision

Le récent vain­queur des élec­tions par­tielles en Sicile, le Mou­ve­ment des Cinq étoiles (« Cinque Stelle ») du comique entré en poli­tique Beppe Gril­lo, se déclare con­tre les par­tic­i­pa­tions de son mou­ve­ment aux « talks shows » con­sid­érés comme un spec­ta­cle anti-poli­tique et dégradant.

Alors que la classe poli­tique ital­i­enne trem­ble à l’idée que le par­ti des Cinq étoiles devi­enne le pre­mier par­ti ital­ien lors des prochaines élec­tions générales, son meneur Beppe Gril­lo prend de plus en plus de dis­tances avec la télévi­sion. Si les entre­tiens pour expli­quer la poli­tique du par­ti sont autorisés, toute activ­ité « politi­co-ludique » est exclue.

Les jour­nal­istes du ser­vice pub­lic (la Rai) ou privé (Medi­aset) sont con­sid­érés comme les « nou­velles fées dont la tâche est de trans­former les gour­des en hommes d’État et qui sont là comme des pré­to­riens du sys­tème poli­tique pour pro­téger leur porte­feuille ».

Source : Cor­riere del­la Sera

Le CRIF envoie des étudiants en journalisme en Israël

L’affaire est révélée par Rue89 : dans une semaine, une soix­an­taine de jour­nal­istes de l’ESJ de Lille s’envoleront pour neuf jours en Israël, une par­tie de leurs frais étant prise en charge par leur école et une autre par le CRIF.

Objec­tif du CRIF : faire enten­dre « tous les sons de cloche », don­ner une image plus favor­able du pays que celle qui pré­vaut générale­ment, le CRIF dénonçant le « prisme » pro-pales­tinien des médias français en général et de France Télévi­sions en par­ti­c­uli­er.

L’ESJ de son côté, qui paye tout de même une par­tie du voy­age, a organ­isé des ren­con­tres des­tinées à équili­br­er le point de vue pro-israélien défendu par le CRIF, notam­ment une ren­con­tre avec le jour­nal­iste Charles Ender­lin, de France Télévi­sions.

Ce n’est pas la pre­mière fois qu’une école de jour­nal­isme prof­ite de la générosité intéressée d’un pays qui cherche à amélior­er son image. En 2009, les étu­di­ants du CFJ avaient pu prof­iter d’un voy­age lux­ueux financé par Taïwan. Enfin, cela fait longtemps que les États-Unis organ­isent des séjours d’étude pour les Young Lead­ers et autres bour­siers Ful­bright. La seule dif­férence dans le cas qui nous occupe étant que cette diplo­matie de l’influence en faveur d’Israël s’exerce par l’intermédiaire du CRIF, une insti­tu­tion française et non pas israéli­enne.

Source : Rue89

Maroc Hebdo raciste ?

L’hebdomadaire maro­cain Maroc Heb­do a sus­cité quelque émo­tion avec la cou­ver­ture de sa dernière livrai­son sur « le péril noir ». Cette Une a entraîné la colère de cer­tains inter­nautes qui ont dénon­cé le « racisme » de l’hebdomadaire maro­cain, tan­dis que d’autres soute­naient le jour­nal en pré­cisant qu’il « n’y a pas de sujets tabous ».

Maroc Heb­do a présen­té en cou­ver­ture un vis­age noir avec l’intitulé « le péril noir », dénonçant la sit­u­a­tion des jeunes immi­grés clan­des­tins sub­sa­hariens. Le mag­a­zine souligne que ces clan­des­tins « vivent de men­dic­ité et s’adonnant à la drogue et la pros­ti­tu­tion », ajoutant « qu’ils posent un prob­lème humain et sécu­ri­taire pour le pays ». L’article insiste autant sur la mis­érable con­di­tion de ces immi­grés que sur le dan­ger qu’ils représen­tent pour les Maro­cains de souche.

La Une de Maroc Heb­do a créé une cer­taine émo­tion dans les médias et par­mi quelques inter­nautes qui ont dénon­cé « le racisme véhiculé par le jour­nal », se deman­dant où sont les valeurs de la presse et le respect de l’autre. Cer­tains sont allés même jusqu’à appel­er à boy­cotter le jour­nal maro­cain. Étrange­ment, les prob­lèmes sus­cités par les clan­des­tins sus­ci­tent les mêmes réac­tions en Afrique, aux États-Unis et en Europe…

Source : emmarkech.info

Vol des kiosquiers, nouveau créneau

Dans la région parisi­enne ce sont plus de 60 kiosques qui ont été déval­isés en deux mois. Un réseau de roumains emploie de très jeunes gens assez minces pour s’introduire dans les trappes d’accès après effrac­tion. Le butin peut être intéres­sant : la caisse (générale­ment entre 200 et 400 euros de mon­naie et petites coupures), les cartes de télé­phones pré-payées (plus intéres­santes; un kiosque peut en avoir pour 600/1200 euros, reven­dues à moitié prix) et les « con­som­ma­bles » (chew­ing-gums, bois­sons, bri­quets etc.). Les jour­naux, peu « liq­uides », ne sont pas touchés. Le vol d’un kiosque peut rap­porter jusqu’à 2 000 euros avec peu de risques.

L’OJIM présen­tera dans le courant du mois un reportage avec un kiosquier du cen­tre de Paris.

Obama/Romney : des médias US orientés

Selon le Pew Research Cen­ter, depuis leurs con­ven­tions respec­tives, Barack Oba­ma et Mitt Rom­ney ont tous deux vu les médias par­ler d’eux plus néga­tive­ment que pos­i­tive­ment, même si le pre­mier a été moins mal traité que le sec­ond. Ain­si, du 27 août au 21 octo­bre, la tonal­ité médi­a­tique a été pos­i­tive à 19% pour le Prési­dent sor­tant tan­dis qu’elle l’était à 15% pour l’ancien Gou­verneur du Mass­a­chu­setts. Elle fut mit­igée à 51% pour Barack Oba­ma, à 47% pour Mitt Rom­ney et néga­tive à 30% pour le pre­mier, à 38% pour le sec­ond.

Toute­fois, si l’on regarde dans le détail, le traite­ment médi­a­tique des can­di­dats a évolué après le pre­mier débat prési­den­tiel qui a vu le Répub­li­cain l’emporter sur le Démoc­rate : Rom­ney est alors passé de 11% de traite­ment posi­tif à 20%, Oba­ma de 22% à 13% et les retombées néga­tives sur le pre­mier ont évolué de 44% à 30% tan­dis que celles sur le sec­ond pas­saient de 27% à 36%.

Plus éton­nant, il s’avère que les réseaux soci­aux ne rééquili­brent pas tou­jours la bal­ance : le can­di­dat répub­li­cain n’obtient que 16% de traite­ment posi­tif et 58% de traite­ment négatif sur Twit­ter (respec­tive­ment 15% et 38% dans les médias main­stream) con­tre 25% et 45% pour le can­di­dat démoc­rate (19% et 30%). Face­book (24% de traite­ment posi­tif et 53% de traite­ment négatif pour Oba­ma, 23% de traite­ment posi­tif et 62% de traite­ment négatif pour Mitt Rom­ney) et surtout les blogs (19% de traite­ment posi­tif et 44% de traite­ment négatif pour Oba­ma, 18% de traite­ment posi­tif et 46% de traite­ment négatif pour Mitt Rom­ney) sont plus équili­brés.

Selon le Pew Research Cen­ter, deux chaînes du cable à la pro­gram­ma­tion idéologique­ment mar­quée se démar­quent par un traite­ment par­tial : 46% du traite­ments de la cam­pagne d’Obama par Fox News a été négatif, 6% posi­tif, soit un rap­port de 1 à 8. MSNBC établit quand à elle le record de 71% de traite­ment négatif à l’égard de Rom­ney pour seule­ment 3% de traite­ment posi­tif, soit un rap­port de 1 à 23%. CNN n’est pas beau­coup plus impar­tiale avec 36% de traite­ment négatif con­cer­nant Rom­ney con­tre 11% de traite­ment posi­tif.

Page 356 sur 364

Qui a dit…

« Nous sommes tous des tox­i­co­manes numériques. La tech­nolo­gie nous per­met de faire des choses incroy­ables, mais elle a aus­si provo­qué une accéléra­tion dans nos vies qui n’est pas ten­able. Nous sommes sous le con­trôle de ces objets alors que c’est nous qui devri­ons les con­trôler. »

Pour le découvrir, cliquez ici