Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Nicolas Dupont-Aignan et les médias : je t’aime moi non plus

29 mars 2019

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Nicolas Dupont-Aignan et les médias : je t’aime moi non plus

Nicolas Dupont-Aignan et les médias : je t’aime moi non plus

Les hommes politiques entretiennent parfois des relations tumultueuses avec les journalistes. Les altercations verbales de Jean-Luc Mélenchon et les réparties de Marine Le Pen sont encore dans les mémoires. Depuis quelques temps, Nicolas Dupont-Aignan fait parler de lui lors de certains de ses passages télévisés. Nous revenons sur différents échanges mouvementés avec des journalistes et ce qu’ils révèlent.

Le grand journal de Canal+ : à la rencontre des « éditorialistes de bazar »

Le 13 avril 2012, le can­di­dat à l’Elysée du mou­ve­ment qui s’appelait alors Debout la République est l’invité du « Grand jour­nal » de Canal+. Face à Michel Denisot, Jean-Michel Apathie et Ari­ane Massenet, Nico­las Dupont-Aig­nan (NDA) fustige les « édi­to­ri­al­istes de bazar ». Il ajoute « on va s’en débar­rass­er un jour ». Mal­gré les réac­tions indignées des ani­ma­teurs, il con­tin­ue à cri­ti­quer ce « petit milieu », « coupé des réal­ités » où tout le monde pense la même chose et qui « gagne un argent fou ». Aucun des « bons samar­i­tains » qui « don­nent des leçons à la terre entière » n’acceptera de répon­dre à la ques­tion de NDA sur le mon­tant de son salaire.

Élection présidentielle 2017 : NDA quitte subitement le plateau de TF1

Lors de la cam­pagne élec­torale de 2017, NDA est invité le 18 mars au jour­nal de 20 heures de TF1. Au lieu de répon­dre aux ques­tions de la jour­nal­iste, il annonce qu’il va quit­ter le plateau de télévi­sion pour pro­test­er con­tre les invi­ta­tions lim­itées à 5 can­di­dats au pre­mier débat télévisé de l’élection prési­den­tielle sur TF1. Cette sor­tie provo­quera un « buzz » dans les réseaux soci­aux et une audi­ence « virale » de l’extrait vidéo du jour­nal télévisé. Revenant sur cet événe­ment dans son récent livre « Résis­tance », NDA écrit : « j’avais l’impression de par­ticiper à un match truqué, dans l’indifférence des spec­ta­teurs qui bien sûr ne pou­vaient pas se ren­dre compte à quel point les dés étaient pipés. Afin de me don­ner un lot de con­so­la­tion, TF1 m’invita au jour­nal de 20h. J’en prof­i­tais pour quit­ter le plateau en plein inter­view. (…). En revenant dans ce salon feu­tré, je croi­sais les respon­s­ables de cette chaine blêmes qui ne pou­vaient imag­in­er qu’un homme poli­tique ose les défi­er ain­si. Le temps apais­era nos rela­tions, mais je sens que les cica­tri­ces demeurent ».

L’alliance de NDA avec Marine Le Pen lors du deux­ième tour de l’élection prési­den­tielle ravivera ces cica­tri­ces : la fameux « front répub­li­cain » imag­iné par François Mit­ter­rand visant à mar­gin­alis­er une par­tie de la droite, ravivé pour l’occasion, n’arrangera pas les rela­tions avec les jour­nal­istes, et cela bien au-delà des élec­tions de cette année 2017.

On n’est pas couché : les bobos parisiens piqués à vif

Le 23 juin 2018, NDA est invité par Lau­rent Ruquier à son émis­sion « On n’est pas couché ». Très vite, le débat s’emballe. C’est d’abord Lau­rent Ben­gui­gi qui se scan­dalise quand NDA affirme qu’une pri­or­ité est par­fois don­née aux migrants par rap­port aux Français dans l’attribution des loge­ments soci­aux. Ce que le gou­verne­ment qual­i­fie pour­tant en toute trans­parence dans une récente cir­cu­laire de « cap­ta­tion » de loge­ments. C’est ensuite Chris­tine Angot qui réag­it vio­lem­ment quand NDA évoque l’éventualité de l’installation d’un camp de migrants près de chez elle, « au jardin du Lux­em­bourg ». Puis NDA s’en prend col­lec­tive­ment à ses inter­locu­teurs en les qual­i­fi­ant de « petite caste ». Le « débat » tourne à l’affrontement ver­bal quand Lau­rent Ruquier assène : « vous êtes pire que Madame Le Pen » et con­clue ensuite sèche­ment « taisez-vous ! ».

C à vous : Patrick Cohen menace de partir… et se rassoit

Le 6 mars 2019, NDA est invité à l’émission « C à vous ». L’animatrice, Car­o­line Roux, intro­duit le débat en se focal­isant sur la baisse de la liste de NDA aux élec­tions européennes dans les sondages…par rap­port aux sondages précé­dents. Il aurait égale­ment été pos­si­ble de com­par­er les sondages actuels de la liste de NDA avec les résul­tats des dernières élec­tions européennes. Mais les jour­nal­istes ne sont pas là pour jouer les « cireurs de pom­pes » (sic). Tout se passe un peu vive­ment mais « nor­male­ment » jusqu’à ce qu’un débat sur la posi­tion d’Emmanuel Macron sur le CETA, le traité de libre-échange entre le Cana­da et l’Union européenne, s’engage avec Patrick Cohen. Alors que le jour­nal­iste d’Europe 1 vante les mérites de ce traité, NDA qual­i­fie les chiffres mis en avant de « pro­pa­gande », P. Cohen s’exclame « si vous com­mencez à par­ler de pro­pa­gande de chiffres offi­ciels, on ne veut pou­voir par­ler de rien du tout ». Puis le jour­nal­iste lance à NDA que ses argu­ments sur le tra­vail détaché en France sont les mêmes que ceux que l’on a don­né aux anglais avant le vote sur le Brex­it. NDA reprend son argu­men­taire : « le prob­lème d’Emmanuel Macron, c’est qu’il lance avec toute la pro­pa­gande télévi­suelle et les servi­teurs du pou­voir comme vous… » . Car­o­line Roux l’interrompt et lui lance « vous n’avez pas le droit de dire ça ». Pierre Les­cure prend à son tour la défense de P. Cohen, qui affirme que « c’est de la diffama­tion ». Car­o­line Roux veut con­clure en affir­mant « Nous ne pou­vons pas con­tin­uer cette inter­view de cette façon-là ». NDA évoque alors l’impopularité de cer­tains jour­nal­istes et les français choqués des dif­férences de traite­ment entre les par­tis poli­tiques. L’émission se ter­mine en argu­ments lancés d’un côté et de l’autre jusqu’à ce que Car­o­line Roux mette un terme à l’interview. Nous avions con­sacré un arti­cle le 11 mars 2019 à l’affaire.

Infotainment : y aller ou pas ?

Ces joutes ver­bales amè­nent à s’interroger sur les émis­sions d’ « info­tain­ment » (infor­ma­tion-diver­tisse­ment) aux­quelles les poli­tiques sont fréquem­ment invités.

Depuis les années 80, des hommes et femmes poli­tiques par­ticipent fréquem­ment à des émis­sions de diver­tisse­ment. La grande époque des émis­sions de Thier­ry Ardis­son, Christophe Decha­vanne, Philippe Gildas, etc. a en quelque sorte lancé le genre. L’objectif des poli­tiques qui y par­ticipent est d’avoir une audi­ence auprès des téléspec­ta­teurs qui ne regar­dent pas les émis­sions poli­tiques tra­di­tion­nelles. L’audimat étant devenu rapi­de­ment l’alpha et l’oméga des pro­duc­teurs, les jour­nal­istes essaient d’amener les poli­tiques à faire des con­fi­dences et à par­ler de leur vie privée. A l’approche d’élections, les sondages sur les inten­tions de vote pren­nent une impor­tance gran­dis­sante. Il s’agit sou­vent de com­menter les derniers sondages par rap­port … aux sondages plus anciens. L’écume de la vie poli­tique devient un sujet en soi. Pour gag­n­er de l’audience et sus­citer l’intérêt des téléspec­ta­teurs, les ani­ma­teurs essayent par­fois, sou­vent de façon sélec­tive, de désta­bilis­er leurs invités en les inter­rompant sys­té­ma­tique­ment. Il s’agit de les amen­er à répon­dre spon­tané­ment, voire à dérap­er, en sor­tant du cadre de la com­mu­ni­ca­tion pré­parée. Le déra­page per­me­t­tra à l’émission de gag­n­er en notoriété. Cette « spec­tac­u­lar­i­sa­tion » des émis­sions invi­tant des poli­tiques ren­voie à une ques­tion que ceux-ci se posent imman­quable­ment : y aller ou pas ?

En l’espace de 12 min­utes lors de l’émission C à vous du 6 mars 2019, Patrick Cohen porte la con­tra­dic­tion à NDA sur pas moins de 4 sujets : les tra­vailleurs détachés, le traité de libre-échange dénom­mé Ceta, le Brex­it et le Traité de Mar­rakech. Que peut-il ressor­tir d’un tel nom­bre de sujets évo­qués dans un temps si court, si ce n’est au mieux des général­ités, au pire des clichés ? En ne per­me­t­tant pas un débat un tant soit peu con­stru­it sur cha­cun de ces sujets, en inter­rompant son inter­locu­teur et en essayant de le désta­bilis­er, l’objectif n’est-il pas que l’interview dérape, au plus grand béné­fice de l’audimat ? Mais pour le poli­tique, ne pas aller dans ce type d’émission, c’est se priv­er de vis­i­bil­ité auprès d’un large pub­lic. Cru­el dilemme…

En dépit de ces échanges vifs, il n’y a pas d’inquiétude à avoir pour un cer­tain clergé médi­a­tique. Dès le lende­main de l’éviction de NDA du plateau de télévi­sion, Car­o­line Roux util­i­sait son émis­sion C dans l’air pour pren­dre la défense de P. Cohen et de ses argu­ments. Faute d’avoir pu être exposée lors de l’émission C dans l’air ou dans un droit de réponse, la posi­tion de NDA sur le CETA fig­ure …sur son blog. Un arti­cle de 2 319 mots : un roman fleuve au regard du for­mat de C à vous, une émis­sion plus habituée aux plaisan­ter­ies enten­dues et à l’entre-soi parisien qu’au débat de fond.

Comme pour con­firmer le par­ti pris de France 5, un doc­u­men­taire sur « la ten­ta­tion pop­uliste » était dif­fusé le 19 mars. S’il y avait des doutes sur le par­ti pris des jour­nal­istes de la chaine, ils sont dis­sipés : l’émission est un nou­veau mod­èle du genre dans l’édification des con­sciences. Le camp du bien, des « pro­gres­sistes », y est claire­ment iden­ti­fié, tout comme la « ten­ta­tion » pop­uliste, présen­tée comme un péril irra­tionnel et xéno­phobe. Sur le même sujet, voir notre arti­cle con­sacré à Fran­ce­In­fo.

Les qual­i­fi­cat­ifs que NDA a employés à l’égard de cer­tains jour­nal­istes (« édi­to­ri­al­istes de bazar », « bons samar­i­tains », « petite caste », « servi­teurs du pou­voir ») lors de dif­férentes émis­sions ont mené à l’affrontement ver­bal. Mais ces accu­sa­tions, même si elles coupent court aux échanges, ne trou­vent-elles pas un écho favor­able auprès d’une par­tie des téléspec­ta­teurs lassée d’un dis­cours mono­chrome sur les ondes et les écrans, pour résumer, invari­able­ment europhile, libéral-lib­er­taire et pro-immi­gra­tion ? Et si à défaut de pou­voir dis­sert­er sérieuse­ment sur les affaires publiques, il était impor­tant que de temps en temps, ces choses-là fussent dites, même de façon abrupte ?

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.

Shares