Accueil | Actualités | Médias | Google : nouvelles sanctions européennes
Pub­lié le 24 mars 2019 | Éti­quettes : ,

Google : nouvelles sanctions européennes

La passe de trois contre Google pour la Commissaire à la concurrence, la danoise Margrethe Vestager. Le total des amendes (non encore payées) pour le géant américain va se monter à 7 milliards d’euros avec une toute nouvelle sanction proche d’un milliard et demis d’euros.

Deux amendes en 2017/2018

Google est partout : moteur de recherches, système Android sur les téléphones portables, publicité via Adsense (voir infra), comparateur de prix, réservation d’avions, médical, enceintes etc. A l’été 2017 Google s’était vu infliger une première amende un peu supérieure à 2,4 milliards d’euros pour « abus de position dominante » sur son comparateur de prix Google shopping.

Google s’était de nouveau fait prendre par la patrouille un an plus tard en juillet 2018. Une condamnation plus sévère concernant le système d’exploitation Android. Depuis 2011 la société américaine consolidait sa position dominante en imposant des restrictions illégales aux fabricants de téléphones. A la clé la modique somme de 4.34 milliards d’euros à payer.

Adsense dans le collimateur

La publicité contextuelle qu’est ce que c’est ? A partir de centres d’intérêt du consommateur, faciliter un univers publicitaire qui lui sera propre et l’incitera à acheter un produit ou un service. Des données fournies gracieusement par chacun de nous, signalons-le au passage. Vous tapez voyage en Italie et vous avez immédiatement trois publicités d’agences de voyage. Mieux vous pourrez retrouver ces publicités ailleurs et sur des sujets qui n’ont rien à voir ni avec le voyage ni avec l’Italie. Adsense for search vous a repéré et en consultant un site d’information générale par exemple vous verrez surgir avec surprise une offre pour un séjour de rêve à Capri. Au même moment le site qui abrite la publicité et Google perçoivent une redevance.

Cette fois Google écope de 1,49 milliards d’euros d’amende pour avoir imposé des exclusivités dans ses contrats à certains sites (éliminant la concurrence) et aussi pour exiger un minimum de liens publicitaires ou des emplacements privilégiés. Résultat : une part de marché proche de 80%.

Google a interjeté appel auprès de la Cour de justice pour les deux premières amendes et le fera sans doute aussi pour la troisième. On murmure que Margrethe Vestager, auréolée de ces condamnations, pourrait postuler à succéder à Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission Européenne. Libérale convaincue, c’est elle qui s’est opposée à la fusion Alstom Siemens dans le ferroviaire, marquant cette fois un but contre son camps à la joie du concurrent chinois en pleine expansion.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This