Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
FactCheckEU : Les Décodeurs du Monde s’allient avec 18 médias pour « contrôler les élections européennes »

25 mars 2019

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | FactCheckEU : Les Décodeurs du Monde s’allient avec 18 médias pour « contrôler les élections européennes »

FactCheckEU : Les Décodeurs du Monde s’allient avec 18 médias pour « contrôler les élections européennes »

La désinformation professionnelle demande du doigté et des moyens. Nous avions informé nos lecteurs des errements du Decodex du Monde sur le fameux Pacte de Marrakech, voté en catimini et qui nous engagera en cas de révision constitutionnelle par exemple. Mais comme le dit naïvement un article du quotidien du soir (19 mars 2019) « la désinformation ne s’arrête pas aux frontières des États ». Pourquoi ne pas l’organiser franchement à l’échelle européenne ? Et sous couvert de vérification des informations bien entendu. C’est le projet de FactCheckEU en franglais dans le texte.

Un système de contrôle européen libéral libertaire

Il fal­lait bien une cou­ver­ture idéologique au pro­jet. Celle-ci demeure tou­jours la même, le pare-feu con­tre les infox/fake news qui ont per­ver­ti le bon peu­ple con­tre le camp du Bien et ont con­duit au Brex­it, à l’élection de Trump ou de Salvi­ni. La cam­pagne des élec­tions européennes sera la pre­mière phase d’une nou­velle bataille non pour informer – il y a belle lurette que le Decodex y a renon­cé – mais pour réé­du­quer l’opinion publique européenne.

FactCheckEU

La plate-forme est lancée depuis le 18 mars 2019 à tra­vers une organ­i­sa­tion inter­na­tionale l’IFCN. Une dizaines de langues sont pro­posées : français, anglais, alle­mand, croate, ital­ien, espag­nol, por­tu­gais, danois, sué­dois, litu­anien. Sous cou­vert d’impartialité, l’objectif est d’échanger entre les dif­férentes rédac­tions au moment des cam­pagnes des élec­tions européennes dans les dif­férents pays.

Financements : Google + Soros

La plate-forme sem­ble avoir été dévelop­pée par Libéra­tion. Nul ne sera sur­pris par les finance­ments : Google News Ini­tia­tive (Google avait déjà financé le Decodex du Monde pour une somme restée incon­nue) et l’Open Soci­ety de George Soros qui vient de racheter des radios en Pologne. En toute indépen­dance et dans le respect de la loy­auté de l’information, c’est promis.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision