Accueil | Actualités | Médias | Zadig, un regard américain sur la France
Pub­lié le 24 mars 2019 | Éti­quettes : , ,

Zadig, un regard américain sur la France

Eric Fottorino est celui qui a lancé avec succès Le 1, un hebdomadaire libéral-libertaire pur jus, largement soutenu par le camp du Bien médiatique, les Centres de documentation des lycées (en liaison avec le CLEMI) et les médiathèques. Il a lancé plus récemment avec François Busnel présentateur de la Grande Librairie (France 5) America, un trimestriel consacré à l’Amérique. Il présente maintenant Zadig un nouveau trimestriel ayant trait à la France, sous un regard américanomorphe.

Zadig est un enfant d’America

Voltaire – auteur de Zadig en 1747 comme chacun sait – est un enfant des « States » pourrions-nous dire en franglais et « Zadig est un enfant d’America » (Le Figaro du 19 mars 2019) explique doctement Fottorino. Sur la forme précise-t-il, et sur le fond, c’est un enfant du 1. L’influence des États-Unis sur le plan culturel n’est plus à démontrer.

Depuis les Young Leaders partiellement formés aux États-Unis et sympathiques agents d’influence de l’oncle Sam en passant par Hollywood. Un entretien roboratif à ce sujet a été publié dans le numéro d’avril-mai 2019 de la revue Éléments avec Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire de la DGSE et auteur de « Hollywar. Hollywood, arme de propagande massive », une industrie qu’il qualifie de « formidable machine à fabriquer de l’ennemi ». Un ennemi démonisé alors que le pays producteur est toujours mis en valeur, directement ou indirectement.

Les éditions Zadig

Pour la cause, une maison d’édition séparée a été créée : les éditions Zadig. Sans doute pour éviter le naufrage contagieux dont avait été victime L’Ebdo où Laurent Beccaria avait perdu le contrôle des mooks XXI et Six mois logés dans la même société éditrice que le malheureux hebdomadaire alors que ce dernier avait mis la clé sous la porte après trois mois d’existence.

Alors America/Zadig, ou bien Zadig/America ? Pourquoi ne pas plutôt lire Pierre Conesa ? Hollywar. Hollywood, arme de propagande massive, Robert Laffont, 224 p, 18€.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux