Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Michel Onfray lance une nouvelle revue, Front Populaire

16 avril 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Michel Onfray lance une nouvelle revue, Front Populaire

Michel Onfray lance une nouvelle revue, Front Populaire

Présentée sous la forme de « mook », hybridation entre livre, revue et magazine, le premier numéro de cette publication trimestrielle est prévu pour juin 2020.

Dimanche 12 avril, le philosophe nor­mand a annon­cé sur les réseaux soci­aux le lance­ment de Front Pop­u­laire, qu’il présente lui-même comme « une nou­velle revue pour les jours d’après ». Souhai­tant s’affranchir des finance­ments pub­lic­i­taires pour con­serv­er son indépen­dance, ce lance­ment s’accompagne d’une forme de finance­ment par­tic­i­patif avec divers­es for­mules d’abonnement (papi­er ou numérique) et des priv­ilèges accordés aux pre­miers souscrip­teurs (dédi­caces, remer­ciements nom­i­nat­ifs ou encore invi­ta­tion au dîn­er de lance­ment de la revue avec Michel Onfray). En plus des abon­nements, cette pub­li­ca­tion qui a voca­tion d’être acces­si­ble au plus grand nom­bre sera disponible dans les librairies et les maisons de la presse, sur l’ensemble du ter­ri­toire.

« Mener le combat des idées pour retrouver notre souveraineté »

L’objectif de Front Pop­u­laire est de pro­pos­er une réflex­ion intel­lectuelle sur les thèmes de prédilec­tion du philosophe qu’il énumère dans sa présen­ta­tion : « sauvagerie de la mon­di­al­i­sa­tion, dévoiement de l’Europe, arro­gance des gou­ver­nants, appau­vrisse­ment des class­es pop­u­laires, col­lu­sion des médias et du pou­voir, casse de l’hôpital pub­lic, séces­sion des ter­ri­toires per­dus de la République ».

Pour étay­er ces sujets, Michel Onfray annonce s’entourer d’auteurs à sen­si­bil­ité sou­verain­iste, de gauche comme de droite, issus de dif­férents corps de la société, par­mi lesquels on pour­ra retrou­ver « d’anciens élus, des gilets jaunes, des enseignants, des juristes, des jour­nal­istes, des démo­graphes… ».

Le secret étant pour le moment bien gardé, les noms des par­tic­i­pants ne seront dévoilés qu’au compte-goutte dans les jours qui vien­nent. Seule la chroniqueuse et essay­iste Céline Pina, col­lab­o­ra­trice du Figaro, Causeur ou encore Mar­i­anne, sem­ble indi­quer sa par­tic­i­pa­tion à ce pro­jet par un tweet du 13 avril.

Stéphane Simon à la manœuvre

Aux côtés de Michel Onfray, l’autre grand pro­mo­teur de ce pro­jet est Stéphane Simon, qui col­la­bore avec le philosophe depuis main­tenant quelques années. Cet ancien jour­nal­iste passé par Pèlerin mag­a­zine, Libéra­tion ou encore France Soir a égale­ment été pro­duc­teur d’émission de télévi­sion, en créant la société Télé­paris, dans laque­lle étaient notam­ment asso­ciés Éric Brunet ou Thier­ry Ardis­son et à qui l’on doit des émis­sions comme “Paris Dernière” ou “93, faubourg Saint-Hon­oré”.

Depuis 2015, il s’est lancé dans les WebTV et a créé en 2016 le site web de Michel Onfray pour met­tre en avant ses réflex­ions. En 2017, il lançait la WebTV de Nat­acha Polony puis en 2019 celle d’Aymeric Caron, mais surtout REAC­n­ROLL, en parte­nar­i­at avec Causeur et qui se présente comme « la WebTV des mécon­tem­po­rains ». Par­mi les inter­venant réguliers de ce média : Élis­a­beth Lévy, Alain Finkielkraut, Bar­bara Lefeb­vre, Math­ieu Bock-Coté, Ivan Rioufol ou encore Régis de Castel­nau. Il est égale­ment le pro­duc­teur de Gold­nadel TV de l’avocat Gilles-William Gold­nadel.

Un équilibre des points de vue ?

Si l’intention de créer une plate­forme de réflex­ion prô­nant une ouver­ture aux penseurs des « deux rives », selon la for­mule con­sacrée par Chevène­ment, est louable, elle sous-tend aus­sitôt une inter­ro­ga­tion sur le futur équili­bre des forces en présence. Sur Twit­ter, l’ancien respon­s­able du FNJ Julien Rochedy n’a d’ailleurs pas man­qué de le faire remar­quer en s’interrogeant notam­ment sur le nom retenu pour ce pro­jet :

Des doutes auquel Michel Onfray tente de répon­dre en dévelop­pant un long argu­men­taire sur le site inter­net de la revue, dans lequel il explique le choix du nom Front Pop­u­laire en oppo­si­tion à un Front pop­uli­cide incar­né par l’État maas­trichtien :

« il faut regarder ce qu’Emmanuel Macron a obtenu avec son élec­tion à la prési­dence de la République: il est par­venu à cristallis­er toutes les forces du Front pop­uli­cide sous son seul nom ».

Il développe égale­ment de manière un peu plus pré­cise son posi­tion­nement poli­tique, arguant que le cli­vage à pren­dre en compte aujourd’hui relève bien plus de l’opposition entre girondins et jacobins que dans la dichotomie droite / gauche, qu’il ne nie pas mais qu’il appelle à dépass­er, et se revendique même du pop­ulisme sans hési­ta­tion.

Repenser le débat d’idées autour d’une nou­velle struc­tura­tion sera-t-il suff­isant pour « rebâtir notre monde » comme le souhaite désor­mais Michel Onfray ? Réponse dans les mois qui vien­nent.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision