Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
XXI et 6Mois, deux “mooks” à succès en crise

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

23 juin 2022

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | XXI et 6Mois, deux “mooks” à succès en crise

XXI et 6Mois, deux “mooks” à succès en crise

Temps de lecture : 2 minutes

XXL c’est du grand modèle en prêt-à-porter. Avec Revue XXI, nous sommes davantage dans le prêt-à-penser et malgré son succès, la revue voit ses équipes malmenées après un changement d’actionnaires.

Naufrage de l’Ebdo, Revue XXI change de mains

On a déjà oublié l’Ebdo, dis­paru en moins de trois mois et onze numéros en 2018. La chute du fugace heb­do­madaire avait entraîné celle des édi­tions Rollin qui édi­taient à la fois la revue et les mooks (hybride de livre et de mag­a­zine) à suc­cès Revue XXI et 6Mois.

Lau­rent Bec­ca­ria (édi­tions Les Arènes) avait per­du alors le con­trôle des deux mooks qu’il avait créé avec Patrick de Saint-Exupéry. Deux pro­jets s’affrontaient : une reprise par l’ex secré­taire d’État sous François Hol­lande, Thier­ry Man­don (ancien directeur de la pub­li­ca­tion) et celui d’Hugues Jal­lon (Le Seuil), asso­cié à la Revue dess­inée, de Franck Bour­geon et Syl­vain Ricard. C’est le deux­ième pro­jet qui l’avait emporté, reprenant une douzaine de salariés sur 63.

Voir aus­si : Le mag­a­zine Ebdo en ces­sa­tion de paiement en moins de trois mois : la lourde fac­ture de l’amateurisme

Cure d’amaigrissement

De douze salariés, le repre­neur est passé assez vite à six, dont seule­ment qua­tre jour­nal­istes. Les revues, qui per­dent de l’argent dans un pre­mier temps, sem­bleraient plus ou moins dans un équili­bre pré­caire plus récem­ment. Puis, une reprise en mains par David Ser­ve­nay, ancien de RFI et de Rue89, entraîne le départ de la rédac­trice en chef. Ser­ve­nay, soutenu par les action­naires, mène son équipe de manière plus direc­tive entraî­nant départs et mis­es en con­gé mal­adie. Signe des temps, une annonce de recrute­ment pour un poste de jour­nal­iste (source Libéra­tion) aurait per­mis de recevoir 500 CV. La pré­cari­sa­tion du méti­er de jour­nal­iste n’est pas un vain mot.

Voir aus­si : Le ter­ror­iste de Notre-Dame avait tra­vail­lé comme jour­nal­iste pour Rue89