Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
L’immigration, épouvantail et catalyseur des législatives anticipées dans les médias

30 juin 2024

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | L’immigration, épouvantail et catalyseur des législatives anticipées dans les médias

L’immigration, épouvantail et catalyseur des législatives anticipées dans les médias

Temps de lecture : 5 minutes

Que ce soit pour l’accélérer (Le Front Populaire), la relativiser (Ensemble et LR chapeaux à plumes) ou pour l’accuser de nombreux maux (RN et LR canal Ciotti), l’immigration est un sujet de plus en plus déterminant dans les scrutins ces dernières années. Bien qu’un peu éclipsée par le pouvoir d’achat, elle est largement débattue à l’occasion de la campagne des législatives.

Le thème favori de l’extrême-droite et haï des médias

Les médias n’aiment pas par­ler d’immigration. Alors, quand le Rassem­ble­ment Nation­al les y oblige, ils par­lent d’obsession ou de marotte. Ain­si en est-il Midi Libre, qui déplore que « comme à chaque élec­tion, les thèmes de la sécu­rité et ceux de l’immigration envahissent les débats sur les plateaux télé », ou de France Cul­ture, qui rap­pelle en des ter­mes sem­blables à ceux de France 24 que l’immigration est « un thème mis en avant depuis tou­jours par l’ex­trême droite », « qui en a fait depuis longtemps la matrice de tous les maux et qui a imposé le thème aux autres for­ma­tions poli­tiques au risque sou­vent de dif­fuser beau­coup d’idées fauss­es sur le sujet ». En effet, le sujet char­ri­erait actuelle­ment « bon nom­bre de clichés ». RCF recon­naît qu’il s’agit d’un « thème impor­tant pour l’extrême droite », et Sud-Ouest par­le d’un « pas­sage obligé dans toute cam­pagne élec­torale depuis une ving­taine d’années ».

L’immigration, un thème illégitime ?

RCF note qu’avant les élec­tions européennes, « l’immigration arrivait seule­ment en 7e posi­tion en ter­mes de préoc­cu­pa­tion pour les Européens », une place que l’on retrou­vait à l’échelle française. De quoi s’étonner que ce thème occupe pour­tant « une place impor­tante dans cer­tains pro­grammes ». Même son de cloche du côté de Ouest-France, qui pré­cise que dans la Sarthe « la ques­tion de l’immigration comptera lors des élec­tions lég­isla­tives » alors que « le vivre ensem­ble se passe plutôt bien. » Autrement dit, le média s’étonne que des Français qui ne ren­con­trent pas (encore) de prob­lèmes avec les migrants veuil­lent mal­gré tout les éloign­er de chez eux. Le reportage s’attarde à décrire une « terre d’accueil » aux « 40 com­mu­nautés » avec « le taux de chô­mage le plus bas du départe­ment », soit 5,5%, et une délin­quance « pas plus impor­tante qu’ailleurs en Sarthe. » C’est pour­tant une terre où les habi­tants ont l’impression de voir de plus en plus d’étrangers, et s’en plaig­nent. Ou bien ne souhait­ent pas être envahis à l’avenir, même avec le sourire.

Renaissance, une politique migratoire qui attire l’extrême-droite ?

Plusieurs médias s’étonnent égale­ment des pris­es de posi­tion de la majorité con­cer­nant l’immigration. Ain­si, Emmanuel Macron a qual­i­fié le pro­gramme du Nou­veau Front pop­u­laire sur ce sujet de « totale­ment immi­gra­tionniste », ce qui per­met à France info de sig­naler que le Prési­dent reprend ain­si « les ter­mes de l’extrême droite. » RCF, tout comme France 24, rap­porte des « mesures sus­cep­ti­bles de plaire aux électeurs RN », avec l’expulsion des délin­quants et rad­i­cal­isés étrangers et l’ouverture de cen­tres de réten­tion de migrants à l’extérieur des fron­tières européennes. Il faut dire que, sur l’immigration, le « en même temps » a fait son temps. France 24 rap­pelle ain­si les « indig­na­tions » et RCF le « séisme » causés par la loi immi­gra­tion au sein de la majorité, séisme qui expli­querait que « l’ancienne majorité prési­den­tielle se mon­tre plus dis­crète », quant à son pro­gramme migra­toire. France 24 regrette aus­si le dis­cours de la majorité qui flat­te l’électorat RN « notam­ment en faisant un lien entre immi­gra­tion et insécu­rité. » Un regret partagé par TF1.

Certains médias tentent de décrédibiliser le programme RN

Le Monde, comme à son habi­tude, est loin d’être ten­dre avec le Rassem­ble­ment Nation­al en général, et avec Jor­dan Bardel­la en par­ti­c­uli­er. Après le débat qui l’a opposé à Manuel Bom­pard et Gabriel Attal, Le Monde pub­lie un arti­cle à charge, notant notam­ment « des con­tre-vérités et des dif­fi­cultés juridiques » dans sa poli­tique migra­toire. L’une de ces con­tre-vérités con­cerne le droit du sol : Jor­dan Bardel­la a affir­mé qu’il avait été sup­primé à May­otte, alors qu’il n’a été que restreint. Il s’agit plus d’une approx­i­ma­tion que d’une con­tre-vérité. Quant aux dif­fi­cultés juridiques, elles sont prin­ci­pale­ment liées au Con­seil Con­sti­tu­tion­nel, acquis au PS, qui retoque régulière­ment les ten­ta­tives de restric­tion de l’immigration.

Le programme du Nouveau Front populaire présenté comme humain et digne

Entre le pro­gramme du RN, qui aurait été écrit en écoutant des bruits de bottes, et celui de Renais­sance, con­sid­éré trop proche des idées d’extrême-droite, cer­tains médias avaient besoin d’un pro­gramme à louer. Ce sera celui du Nou­veau Front pop­u­laire, que France 24 présente comme « défen­dant notam­ment un accueil digne des migrants et la nat­u­ral­i­sa­tion des tra­vailleurs sans papiers. »

Le Camp des Saints de retour

Le pro­gramme du Nou­veau Front Pop­u­laire ne fait pas pour autant l’unanimité. Ain­si, Le Figaro pré­cise que « cer­tains obser­va­teurs red­outent une accéléra­tion des flux migra­toires », due notam­ment à la créa­tion du statut de déplacé cli­ma­tique. Nous avions con­nu les exilés poli­tiques ou économiques, le NFP accueillera les hordes d’exilés cli­ma­tiques, ren­dant rai­son à Jean Ras­pail dans le Camp des Saints, pub­lié en 1973, plus de 50 ans plus tôt et dont la relec­ture évoque une étrange actualité.

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés