Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Bernard de la Villardière s’attaque au Réel !

29 janvier 2023

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Bernard de la Villardière s’attaque au Réel !

Bernard de la Villardière s’attaque au Réel !

Temps de lecture : 3 minutes

Le célèbre journaliste et entrepreneur Bernard de la Villardière lance un nouveau projet médiatique. Après avoir quitté Neo.tv qu’il avait cofondé, il est sur le point de lancer « Réel », un média dont la vocation sera de refléter la réalité face à un paysage médiatique considéré comme un peu trop aseptisé.

La fin de l’aventure Neo pour la Villardière

Vendeur de ses parts dans Neo.tv en décem­bre 2022, Bernard de la Vil­lardière a quit­té un pro­jet qui fêtait ses deux ans et ren­con­tre un suc­cès cer­tain. Un désac­cord stratégique avec ses asso­ciés (Stéphane Simon, Sami Bia­soni, Louis Per­rin et Anne-Hen­ri de Ges­tas) l’aurait poussé à se diriger vers d’autres cieux. Ses parts ont été ven­dues à un fonds entré au cap­i­tal, tout comme celles de trois de ses proches — dont son frère François.

Insa­tiable entre­pre­neur, il avait par­ticipé au lance­ment de Neo en 2020 en s’appuyant sur le mod­èle de Brut et Kon­bi­ni mais dans une ver­sion plus enrac­inée.

Le suc­cès de ce média jouant à la fois sur des belles his­toires et la décou­verte de savoir-faire et de tra­di­tions a, sem­ble-t-il, encour­agé l’actionnaire et fon­da­teur Bernard de la Vil­lardière à se lancer dans une nou­velle aven­ture. De son côté, Néo devrait prof­iter en décem­bre d’une lev­ée de fonds de 2 mil­lions d’euros pour lancer un média féminin, atten­du au pre­mier semes­tre de cette année.

(Encore) un nouveau projet !

Par­ti de Néo, Bernard de la Vil­lardière, 64 print­emps, ne part pas à la retraite, loin s’en faut !

Le 25 jan­vi­er, La Let­tre A annonçait déjà un autre pro­jet en cours de lance­ment : Réel. Bâtis­seur de média, l’ancien du Cel­sa égale­ment diplômé en droit a fait ses armes à la radio, débu­tant même avec Philippe de Vil­liers à Alou­ette FM en 1983. Il a aus­si par­ticipé au lance­ment de France Info en 1987 et été jour­nal­iste pour de nom­breux médias français tant radio­phoniques que télévisés. Engagé dans de nom­breuses asso­ci­a­tions et clubs il dis­pose, en plus, d’un car­net d’adresses, un savoir-faire et une véri­ta­ble exper­tise. Pour son nou­veau pro­jet Réel, un média vidéo tou­jours dans la même veine que Néo, avec lequel il dis­pose d’une clause de non-con­cur­rence, il s’est entouré de proches.

La Vil­lardière détiendrait 60% des parts de Réel, 30% reviendrait à l’ancien rédac­teur en chef et directeur exé­cu­tif de Neo.tv, Arnaud Delomel qui se trou­ve être égale­ment rédac­teur-en-chef de la société de pro­duc­tion de Bernard la Vil­lardière fondé en 2003 : Ligne de front. Enfin le troisième homme détiendrait 10 % : il s’agit de Stéphane Mon­mar­son rompu aux postes de com­mer­ci­aux dans la sphère des starts-up.

Réel devrait, comme son nom l’indique, se plac­er en rup­ture avec les autres médias, perçus comme asep­tisés. Pour ali­menter cette nou­velle plate­forme, les archives accu­mulés par Ligne de front devraient être libres à con­tri­bu­tion. Les émis­sions pro­duites par Bernard de la Vil­lardière étant sou­vent des suc­cès, le séquençage d’extraits croustil­lants devrait assur­er rapi­de­ment une cer­taine visibilité.

Pho­to : cap­ture d’écran vidéo Livre Noir