Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand Face à l’info fait face à l’adversité

27 octobre 2022

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Quand Face à l’info fait face à l’adversité

Quand Face à l’info fait face à l’adversité

27 octobre 2022

Temps de lecture : 4 minutes

Ce contenu est gratuit. L’Ojim vous informe sur ceux qui vous informent. Son indépendance repose sur les dons de ses lecteurs. Nous avons besoin de 10.000 € pour boucler la fin de l’année. Après déduction fiscale, un don de 50 € revient à 17 €.

Les critiques s’étaient un peu calmées contre l’émission de Christine Kelly mais il eût été naïf de croire que Face à l’info était toléré dans le paysage médiatique. Les réactions à la couverture du décès de la petite Lola par certains chroniqueurs de l’émission en est une nouvelle illustration.

La par­tic­i­pa­tion d’Éric Zem­mour à Face à l’info sur CNews a per­mis à cette émis­sion d’atteindre au fil des mois une audi­ence très impor­tante. Ses inter­ven­tions fougueuses sur des pages de l’histoire de France et ses sail­lies sur l’actualité ont drainé un pub­lic con­sid­érable jusqu’à son entrée en poli­tique fin 2021. À la suite du départ d’Éric Zem­mour de l’émission, Chris­tine Kel­ly a accueil­li de nou­veaux inter­venants comme Math­ieu Bock-Côté et Guil­laume Big­ot. Cela n’a pas fait taire les cri­tiques, tou­jours empressées à taper sur le clou qui dépasse. De farouch­es défenseurs de la lib­erté d’expression ver­sion woke ont con­tin­ué à lancer des appels aux annon­ceurs visant à arrêter la dif­fu­sion de pub­lic­ités sur la chaine. Un mou­ve­ment anti-Bol­loré, le pro­prié­taire de CNews, a vu le jour. Ces ini­tia­tives ont lam­en­ta­ble­ment échoué. Dans les jours qui ont suivi la mort trag­ique de Lola, les cri­tiques con­tre l’émission ont redou­blé. Math­ieu Bock-Côté aurait-il touché juste en analysant les ressorts de l’accusation de « récupération » ?

L’émoi après le décès de Lola

Comme l’OJIM le relatait la semaine dernière, l’émission Face à l’info sur CNews était par­mi les médias cen­traux bien seule à s’attarder le 17 octo­bre sur le décès de Lola et à ten­ter d’en faire une analyse des caus­es sans tabou. A la suite de ses inter­ven­tions sur le sujet dans Face à l’info, Math­ieu Bock-Côté met­tait une nou­velle fois en lumière dans l’édition du 21 octo­bre du Figaro les ressorts de l’accusation en « récupéra­tion » de l’assassinat de Lola, un fait divers dont les car­ac­téris­tiques ont tout du phénomène de société, qu’il faut analyser et traiter comme tel. Ces analy­ses factuelles n’ont pas eu l’heur de plaire à l’animateur de l’émission Quotidien.

L’immigré de CNews

Lors de l’émission Quo­ti­di­en du 19 octo­bre sur TMC, Math­ieu Bock-Côté était à l’honneur, si l’on peut dire. Yann Barthès a ten­té laborieuse­ment de dress­er le por­trait du jour­nal­iste et uni­ver­si­taire cana­di­en : « L’immigré québé­cois de CNews, le chum (petit ami en québé­cois NDLR) de Mon­tréal, qu’a rien à foutre ici, le chum qui se pogne, qui se pogne sur la France, le québé­cois de CNews qui met la France dans la laveuse en jas­ant, celui qui fait une colle sur des affaires qui ne le regar­dent pas, celui qui chi­cane tout le temps, bref, voici la chronique ».

Suit un extrait d’une inter­ven­tion de Math­ieu Bock-Côté sur CNews sur le procès en récupéra­tion fait à cer­tains poli­tiques et médias après la mort de Lola. Yann Barthès con­clut : « Ils ne veu­lent vrai­ment pas le récupér­er à Radio Cana­da ? ». Peut-on tir­er de ce qu’a dit Yann Barthès une règle générale, à savoir, les « immi­grés » doivent se taire sur les affaires de la France qui ne les regar­dent pas ?

Un bon week-end de repos qui ne passe pas

La charge ne s’est pas arrêtée là. Un pré­texte a don­né aux détracteurs de l’émission l’occasion de réagir.

Chris­tine Kel­ly envoie régulière­ment des « posts » sur son compte Twit­ter dans lesquels elle fait part de ses indig­na­tions et de ses coups de cœur. Pas de trace de méchanceté et une fraicheur de bon aloi, à laque­lle elle nous a habitué sur CNews. Le 21 octo­bre, après une semaine mar­quée par le décès par­ti­c­ulière­ment hor­ri­ble de la jeune Lola, l’animatrice joignait une pho­to de l’équipe de Face à l’info pour trans­met­tre un mes­sage frater­nel : « Nous avons tous été très émus cette semaine avec #lola nous vous souhaitons un week-end de repos ». Cer­tains ont remer­cié Chris­tine Kel­ly pour ce mes­sage. D’autres, à qui le mes­sage a forte­ment déplu, n’ont pas man­qué de le faire savoir verte­ment sur Twit­ter. La civil­ité qui sied à des rela­tions respectueuses d’idées et d’expression que l’on ne partage pas est bien sou­vent absente de cer­taines réactions.

La nausée sans les mains sales…

Un maitre de con­férence à Reims y va de son « La télévi­sion des charog­nards ». Bruno Gac­cio se livre à un exer­ci­ce d’introspection appro­fon­di : « Vous êtes tous laids. Dehors dedans autour partout vous êtes laids ». Alex­is Poulin, que l’on a con­nu plus inspiré : « C’est abject. Sourire, pho­to, bon week-end, repos, emo­ji cœur. Émo­tion. Notre époque est une poubelle de la dig­nité ». Celui qui se présente sur Twit­ter comme un heureux pro­duc­teur de spec­ta­cles et pro­prié­taire de Bobi­no, du Théâtre Antoine, du Théâtre Libre, du Point-Vir­gule, du Grand Point, du Sen­tier des Halles et Prési­dent des Molières (reprenez votre souf­fle) mon­tre qu’il a des références littéraires :

« La NAUSÉE. Ils posent fringants et pré­ten­dent avoir été émus par #lola Et Zem­mour ce charog­nard qui man­i­feste Ils n’ont aucun respect pour elle aucune décence ». Et pour con­clure Pierre Les­cure,  tout en allu­sion : « Ce qui est un tout petit peu ras­sur­ant, c’est la teneur des com­men­taires… mer­ci à celles et ceux qui les ont rédigé et adressé… tout n’est pas foutu. Ce tweet, ces vis­ages, ces “mines”… je garde cette preuve que, cette semaine, on a (presque) touché le fond … ».

Nous épargnerons aux lecteurs de l’OJIM cer­tains des com­men­taires aux­quels il est fait référence, tant ceux-ci tien­nent sou­vent plus du lan­gage orduri­er que de la cri­tique argu­men­tée. Voilà en tout cas qui en dit long sur un cer­tain cli­mat qui sévit en France dans le milieu du journalisme.

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés