Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | L’Instant M de Sonia Devillers sur France Inter, l’entre soi idéologique
L’Instant M de Sonia Devillers sur France Inter, l’entre soi idéologique

9 juillet 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | L’Instant M de Sonia Devillers sur France Inter, l’entre soi idéologique

L’Instant M de Sonia Devillers sur France Inter, l’entre soi idéologique

L’Instant M de Sonia Devillers sur France Inter, l’entre soi idéologique

Nous sommes revenus, émission par émission, sur les 182 émissions de l’Instant M de Sonia Devillers entre le 1er septembre 2020 et le 11 mai 2021. Parfaite illustration du Confort intellectuel cher à Marcel Aymé, l’entre-soi règne partout.

Un classement du Camp du Bien

Si cer­tains invités de l’actualité numérique et du monde médi­a­tique ne sont pas directe­ment poli­tiques, pour les sujets dits de société ou plus poli­tiques l’entre-soi est de mise. Si 83 invités sont inclass­ables (non poli­tiques ou incon­nus), le reste du pan­el est éclairant sur la véri­ta­ble couleur idéologique de l’émission.

Nous nous sommes astreints (voir notre annexe en infra) à class­er un par un chaque invité par caté­gorie. Hormis les 83 inclass­ables, nous avons retenu sept caté­gories. Extrême-gauche, gauche clas­sique, libéraux macro­nistes et mem­bres du gou­verne­ment, cen­tristes divers, droite libérale, droite con­ser­va­trice, extrême-droite nation­al­iste. Il peut y avoir plusieurs invités par émis­sion, le total des invités est donc supérieur au total des émissions.

Les résultats sont les suivants en nombre d’invités

Extrême gauche19
Gauche clas­sique37
Libéraux/macronistes43
Cen­tristes6
Droite libérale1
Droite con­ser­va­triceø
Extrême droiteø

On pour­rait chipot­er sur quelques classe­ments, par exem­ple où met­tre Thier­ry Ardis­son ? Faute de mieux nous avons classé par défaut « cen­triste » ce monar­chiste de gauche, on aurait pu aus­si le met­tre en « inclass­able ». Ces cor­rec­tions à la marge ne vien­nent pas obér­er le sens général de l’émission, libérale lib­er­taire bon teint avec une franche répul­sion pour tout ce qui pour­rait être classé en vrac comme pop­uliste, con­ser­va­teur, de droite ou patriote.

Quelques exemples

Rien à dire sur le fait de recevoir dans une émis­sion sur les médias,  les anciens ou futurs patrons de la presse d’Etat ou du secteur min­istériel cor­re­spon­dant  : Math­ieu Gal­let (ancien patron de Radio France), Estelle Cognacq (Direc­trice de la rédac­tion de France Info), Sybille Veil (actuelle dirigeante de Radio France), Del­phine Ernotte (France Télévi­sions) Cédric O (secré­taire d’État au numérique) ou encore Sophie Cluzel.

L’invité le plus à droite est Bernard de La Vil­lardière, qu’on pour­rait ranger grossière­ment dans la droite libérale. Inutile de dire qu’il n’est passé à l’antenne qu’une seule  fois, con­traire­ment à Tris­tan Mendès France, invité trois fois pour par­ler du « com­plo­tisme » des pro-Trump et de ses « ram­i­fi­ca­tions » en Europe, de « l’appel à l’insurrection » des Trump­istes sur les réseaux Soci­aux, ou encore, pour chang­er, du com­plo­tisme pen­dant les élec­tions améri­caines de 2020. Au fur et à mesure que les émis­sions s’enchaînent, la liste du milieu parisien  bien-pen­sant ne cesse de s’enrichir : Jacques Attali, Arthur, Léa Salamé, Lau­rence Haïm.

Sonia Dev­illers et son équipe font preuve d’ouverture d’esprit envers l’extrême gauche. Comme quand ils reçoivent Lat­i­fa Oulkhouir et Mohamed Hami­di (fon­da­teur du Bondy Blog), Pierre Has­ki (Fon­da­teur de Rue89), Geof­frey Le Guilch­er (Médi­a­part, Street Press, Le Canard Enchainé), et même les activistes anonymes de Sleep­ing Giants reçus avec complaisance.

Enfin, l’équipe de L’Instant M se pique, pour ses audi­teurs, de désign­er les per­son­nal­ités « dan­gereuses » en faisant une liste de prêt-à-penser, prenant quelques lib­ertés avec la déon­tolo­gie du jour­nal­isme. Au total rien que de très nor­mal sur France Inter.

Voir en annexe la liste des invités et leur classe­ment (fichi­er .xlsx).

Publicité

Le Néo-féminisme à l'assaut d'Internet

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».