Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Incorrect, 5 questions à Romaric Sangars, rédacteur en chef des pages Culture

9 janvier 2018

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | not_global | L’Incorrect, 5 questions à Romaric Sangars, rédacteur en chef des pages Culture

L’Incorrect, 5 questions à Romaric Sangars, rédacteur en chef des pages Culture

Entretien : cinq questions à Romaric Sangars, rédacteur en chef des pages Culture du magazine L’Incorrect.

Obser­va­toire du jour­nal­isme : Romar­ic San­gars, com­ment devient-on rédac­teur en chef Cul­ture du nou­veau men­su­el L’Incorrect qui sort son cinquième numéro ?

Mon expéri­ence dans le milieu cul­turel est déjà anci­enne, puisque j’ai com­mencé d’écrire pour le mag­a­zine Chronic’art en 2003, époque où sévis­saient plusieurs revues, par­fois dev­enues mythiques, depuis, comme Immé­di­ate­ment, ou Can­cer ! De ces trois revues très dif­férentes, mais toutes épinglées comme « anars de droite » par Philippe Nas­sif en ce début de mil­lé­naire où la chas­se au réac’ était déjà un sport nation­al, provi­en­nent, par exem­ple, quelques uns des col­lab­o­ra­teurs de l’actuel Incor­rect. Son rédac­teur en chef, Jacques de Guille­bon, s’il est con­nu comme un fougueux essay­iste, est égale­ment un ancien d’Immé­di­ate­ment. Par ailleurs, j’ai fondé, en 2011, avec l’excellent écrivain et excel­lent ami, Olivi­er Maulin, le Cer­cle Cosaque. Nous avons reçu, au sein de ce « cabaret lit­téraire », tout ce qui nous sem­blait vrai­ment vivant dans la lit­téra­ture de notre époque (François Tail­landi­er, Richard Mil­let, Gabriel Matzn­eff, Syl­vain Tes­son, Mau­rice Dan­tec, entre autres…). Lorsque Jacques, devenu entre temps un intime, a été sol­lic­ité pour pren­dre la rédac­tion en chef de L’Incorrect, au print­emps dernier, il m’a aus­sitôt demandé de m’occuper de la rubrique cul­ture. Tout s’est ensuite déployé comme une évi­dence.

Com­ment jus­ti­fiez vous votre titre inso­lent L’Incorrect dans les pages cul­turelles du jour­nal ?

Notre avan­tage prin­ci­pal par rap­port à la plu­part des pub­li­ca­tions cul­turelles, c’est que nous avons mau­vaise répu­ta­tion. Nous sommes dis­pen­sés d’en entretenir une bonne, et donc libres de tir­er à volon­té – et il est vrai avec une cer­taine com­plai­sance -, sur tout ce qui nous sem­ble médiocre et sur­ven­du par un sys­tème médi­ati­co-cul­turel dont la plu­part de ceux qui l’ont approché con­nais­sent le degré de cor­rup­tion. En quelques numéros nous avons déjà un pal­marès de descentes dont aucun autre mag­a­zine cul­turel ne peut aujourd’hui se tar­guer, par­mi quoi l’écrivain norvégien Knaus­gaard que tout le monde s’est cru obligé d’acclamer à la ren­trée, mais aus­si deux prix Nobel — Le Clézio et Modi­ano. En revanche, nous avons défendu des livres dont très peu de jour­nal­istes ont par­lé parce qu’ils étaient trop exigeants (Pag­nier), trop gros (Jung), trop sub­tils (Bass­mann) ou l’œuvre de pro­scrits (Mil­let). Pour ne par­ler que du domaine lit­téraire. Je crois que l’on ne peut nous reprocher de gal­vaud­er l’épithète.

Qui sont vos col­lab­o­ra­teurs ?

Des écrivains, des essay­istes, des poètes, des dessi­na­teurs, des musi­ciens, des uni­ver­si­taires, des jour­nal­istes. La plu­part ont déjà une impor­tante expéri­ence de cri­tique, soit en revues, soit dans des médias main­stream (Rock’n’Folk, Cit­i­zen K., Paris Pre­mière). Cer­tains écrivent égale­ment dans Causeur, le mag­a­zine d’Élis­a­beth Lévy, où nous sommes nom­breux à avoir fait nos armes – comme Pierre Lamalat­tie, par exem­ple, qui nous a don­né un arti­cle pour le numéro de jan­vi­er. Ce peut être un ami écrivain, comme Olivi­er Maulin, qui nous a offert un très beau texte de défense de la pipe, en novem­bre, à l’occasion du mois sans tabac. Ce peut être l’écrivain fran­co-suisse Samuel Brus­sell, qui a édité Gomez Davi­la au Rocher, et nous a traduit un arti­cle jubi­la­toire d’un réal­isa­teur ital­ien dans le numéro de jan­vi­er. Ce peut être encore Patrick Eude­line, grande fig­ure nationale de l’underground et du rock, qui pré­pare un long papi­er pour févri­er. Ce peut être aus­si un tal­entueux auto­di­dacte comme notre « Mon­sieur Ciné­ma », Arthur de Watri­g­ant. Ce peut être, enfin, une flingueuse red­outable comme Marie Di Meco, qui sem­ble jouer un rôle impor­tant dans le milieu cul­turel parisien, mais dont per­son­ne, pas même nous, ne parvient à percer l’identité véri­ta­ble. Ain­si, s’il y a une énergie d’assaillants de notre côté, qui stim­ule cer­taines qual­ités juvéniles, la rédac­tion est pour­tant com­posée de nom­breuses per­son­nes d’expérience, même si venues de milieux par­fois très éloignés. On notera une évi­dente sur­représen­ta­tion d’écrivains, mais un bel exem­ple de diver­sité et d’écrire-ensemble.

Quel est le dossier cen­tral de votre numéro de jan­vi­er 2018 ?

Nous attaquons l’année sur la ques­tion de Dieu. D’abord, parce que nous n’avons pas peur d’aborder les grandes ques­tions, ensuite, parce que nous avons, je crois, les moyens de le faire dif­férem­ment des autres. Par l’espace, d’abord, que nous con­sacrons à un grand entre­tien sur le sujet entre deux intel­lectuels de haute alti­tude : Rémi Brague et Pierre Manent, lequel con­stitue le cœur du dossier. Par la per­spec­tive, enfin, parce que nous sor­tons des oppo­si­tions laï­cards vs obscu­ran­tistes, ou cathos fachos vs musul­mans vic­times, qui lim­i­tent en général le débat français sur la ques­tion religieuse, en prenant au sérieux autant le besoin de sacré que les réelles dif­fi­cultés de cohab­i­ta­tion ou les sin­gu­lar­ités religieuses.

Ce thème sem­ble cor­re­spon­dre égale­ment à des aspi­ra­tions per­son­nelles, c’est un peu le sujet de votre sec­ond roman qui vient de sor­tir chez Léo Schreer ?

Tout à fait. Mais je crois que ce thème, comme l’avait annon­cé Mal­raux, sera le thème essen­tiel du siè­cle à venir. Con­ver­sion ressor­tit plutôt au réc­it auto­bi­ographique, et relate, en effet, la dou­ble quête ini­ti­a­tique qui fut la mienne, en tant qu’homme et en tant qu’artiste, me menant, pour déploy­er le verbe pro­fane et assumer ma voca­tion lit­téraire, à me ral­li­er au Verbe divin et Son incar­na­tion. Cette con­fes­sion intime pos­sède néan­moins une véri­ta­ble dimen­sion généra­tionnelle, ou plus large­ment col­lec­tive, dans le sens que le dépasse­ment du nihilisme et de la fail­lite de tous les idéaux dits « mod­ernes », n’est pos­si­ble, à mon sens, qu’à con­di­tion de nous resituer dans le cadre de l’option fon­da­men­tale. Ma con­fronta­tion à une crise per­son­nelle se dou­blait naturelle­ment d’une con­fronta­tion à notre crise civil­i­sa­tion­nelle. Voilà en tout cas, com­ment, pour ma part, j’ai tra­ver­sé ces crises : par la Lumière qui luit dans les ténèbres et que les ténèbres n’ont pas saisie.

Crédit pho­to : © Ben­jamin de Dies­bach

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).