Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Un numéro de Causeur sur le grand changement de la population française : ces vérités si difficiles à dire

21 septembre 2021

Temps de lecture : 3 minutes

Accueil | Veille médias | Un numéro de Causeur sur le grand changement de la population française : ces vérités si difficiles à dire

Un numéro de Causeur sur le grand changement de la population française : ces vérités si difficiles à dire

Accueil | Veille médias | Un numéro de Causeur sur le grand changement de la population française : ces vérités si difficiles à dire

Un numéro de Causeur sur le grand changement de la population française : ces vérités si difficiles à dire

21 septembre 2021

La revue mensuelle Causeur consacre dans son numéro de septembre 2021 un dossier au changement de population en France. Plus que le contenu des articles, la couverture du journal a provoqué des réactions outrées d’une partie de la classe politique et médiatique. Mais ne serait-ce pas une nouvelle diversion pour éviter de parler du fond de la question, l’immigration massive que subissent les Français ?

Avant d’évoquer la con­tro­verse sur la cou­ver­ture du numéro de sep­tem­bre de Causeur, qui est somme toute assez dérisoire, il appa­rait plus impor­tant de s’attarder sur quelques-uns des arti­cles fort intéres­sants sur le change­ment de la pop­u­la­tion française sous l’effet de l’immigration, présents dans la dernière livrai­son du men­su­el dirigé par Élis­a­beth Lévy.

Le basculement de la population française en cartes et en chiffres

Dans le dossier que Causeur con­sacre à l’immigration, l’article de l’Observatoire de l’immigration et de la démo­gra­phie apporte des élé­ments de poids.

À par­tir d’informations mis­es en ligne sur le site de France stratégie, un organ­isme rat­taché au Pre­mier min­istre, sur « la ségré­ga­tion rési­den­tielle en France » parues en 2020, on y con­state que la pro­por­tion des jeunes de moins de 18 ans nés de par­ents extra-européens dans la pop­u­la­tion urbaine explose dans tout le pays. Des mono­gra­phies com­para­nt la sit­u­a­tion entre 1990 et 2017 en Seine Saint Denis, à Orléans, Poitiers et Nîmes en don­nent une illus­tra­tion d’autant plus sai­sis­sante que l’étude de France stratégie sous-estimerait les don­nées de l’INSEE mobil­isées. L’étude com­plète sur ce que nous appren­nent les cartes de France Stratégie est disponible sur le site de l’OID.

L’auteur de « Islam­o­pho­bie, intox­i­ca­tion idéologique », Philippe d’Iribarne, un ancien directeur de recherche au CNRS, s’attarde sur un phénomène peu étudié par les sci­ences sociales en France, celui de l’exode de la pop­u­la­tion de souche sous l’effet d’une immi­gra­tion extra-européenne mas­sive. Philippe d’Iribarne souligne notam­ment les con­tra­dic­tions du dis­cours offi­ciel sur l’assimilation, qui à bien des égards ne fonc­tionne plus.

Dans un arti­cle con­sacré à la honte d’être français, le pro­fesseur de philoso­phie Vin­cent Cous­sidière fait un his­torique de cette afflic­tion dont Jean Paul Sartre serait l’un des initiateurs.

Il souligne que l’idéologie migra­toire qui sacralise l’étranger est encore défendue par cette gauche qui con­sid­ère qu’être français n’est pas une identité.

L’ancien préfet Michel Aubouin illus­tre dans arti­cle sur « l’échange iné­gal » l’exportation par la France de jeunes diplômés et « l’importation de familles sous qual­i­fiées aux mœurs rétro­grades ». Un sujet dont beau­coup pressen­tent la réal­ité et qui est enfin décrit de façon argu­men­tée. L’auteur de l’article con­clut de cette poli­tique délétère du gou­verne­ment français qu’elle provo­quera à court terme « un durable appau­vrisse­ment du pays ». N’est-ce pas déjà le cas, seront-on ten­té de lui répondre…

Erwan Seznec démon­tre dans un arti­cle inti­t­ulé « Les retraites, moteur de l’immigrationnisme », l’illusion du recours à l’immigration pour résoudre le prob­lème du manque de coti­sants pour financer les retraites. Il égratigne au pas­sage les lead­ers syn­di­caux qui pra­tiquent une omer­ta sur la supercherie de l’immigrationnisme.

La couverture, objet unique de la polémique

Mais ce ne sont pas les con­tri­bu­tions de qual­ité au dossier sur l’immigration de Causeur qui ont sus­cité des réac­tions à gauche, mais la cou­ver­ture représen­tant des bébés sous le titre : « souriez, vous êtes grand rem­placés ! ».

Il n’en fal­lait pas plus que la fine fleur de la gauche morale s’enflamme. La « Min­istre déléguée auprès du Pre­mier min­istre chargée de l’É­gal­ité entre les femmes et les hommes, de la Diver­sité et de l’É­gal­ité des chances » (vous pou­vez repren­dre votre souf­fle) indique sur Twit­ter le 17 septembre :

« La “une” de #Causeur, que je ne pub­lierai pas, est abjecte. Soyons clairs : der­rière la théorie com­plo­tiste du “grand rem­place­ment” fondée sur la couleur de peau ou l’o­rig­ine eth­nique se cache du racisme décom­plexé. La @DILCRAH ( Délé­ga­tion Inter­min­istérielle à la Lutte Con­tre le Racisme, l’An­tisémitisme et la Haine anti-LGBT (NDLR) l’a sig­nalée au Pro­cureur de la République ».

Le site de revue de presse Fdes­ouche a con­sacré une page aux autres réac­tions out­rées : Christophe Cas­tan­er, Aude Lancelin, Thomas Portes, etc.

Que retenir de cette séquence d’emballement aus­si soudain que dérisoire ? Alors que la pub­lic­ité et le CSA (dit Cen­sure sous Astreinte) ne cessent de pro­mou­voir la représen­ta­tion de la « diver­sité » de la pop­u­la­tion en don­nant à voir des per­son­nes de dif­férentes orig­ines, le faire pour évo­quer le change­ment de pop­u­la­tion en cours serait répréhen­si­ble, voire pour­rait être assim­ilé à du racisme.

La gauche morale entend con­serv­er le mono­pole des représen­ta­tions sym­bol­iques, afin de ne don­ner qu’une ver­sion, for­cé­ment pos­i­tive, de l’immigration dans la société française. À ce stade, on peut bien par­ler d’un débat inter­dit, à tout le moins ren­du extrême­ment dif­fi­cile sous le poids d’une nomen­klatu­ra qui tient les leviers du pou­voir et des insti­tu­tions. La suite de cette affaire risque bien de relever de la chronique judi­ci­aire. Une de plus.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés