L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les médias américains, Pravda de la CIA et des agences de renseignement ?

8 août 2021

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Les médias américains, Pravda de la CIA et des agences de renseignement ?

Les médias américains, Pravda de la CIA et des agences de renseignement ?

8 août 2021

Temps de lecture : 4 minutes

Red­if­fu­sion esti­vale. Pre­mière dif­fu­sion le 8 mai 2021

La liberté de la presse est (était) chose sérieuse aux États-Unis et la presse est la seule industrie qui soit protégée par la constitution des États-Unis. Cela tient au fait que « les pères fondateurs de la République » (commerçants réfractaires aux impôts ou grands propriétaires de plantations, esclaves inclus) voulaient assurer un contrepoids face à l’État central, dont ils ignoraient si un jour celui-ci tomberait en de mauvaises mains, par exemple celles des banques. Ceci entraina de très nombreuse disputes entre Thomas Jefferson (qui pensait à la souveraineté du pays face à la finance de Londres) et Alexander Hamilton (qui au contraire admirait le modèle bancaire britannique, source de prospérité).

Snowden/2013, point d’inflexion

Autre exem­ple de « mau­vais­es mains », dans ce cas à géométrie vari­able, celles de la « sécu­rité nationale » : la presse, pen­dant longtemps en effet, avait su con­fron­ter l’appareil de l’État pro­fond, atti­tude qui cul­mi­na dans l’affaire des Pen­ta­gon Papers, dans les années 70, et ce avec le plein sou­tien de la Cour Suprême des États-Unis. Mais c’est à par­tir de l’affaire Snow­den (qui divul­gua en 2013 des infor­ma­tions secrètes aux jour­nal­istes Glenn Green­wald et Lau­ra Poitras) que la galax­ie de la sécu­rité nationale a mon­tré les dents. Cette évo­lu­tion a été d’autant plus facile que les jour­nal­istes, payés par des entre­pris­es de presse au cap­i­tal social de plus en plus con­cen­tré, sont pro­gres­sive­ment devenus des dis­trib­u­teurs de nou­velles prérédigées par l’establishment des agences de presse. Bref, l’intrusion du « Big Busi­ness » comme du « Big Gov­ern­ment », ren­for­cée par la cul­ture de l’instantané en con­tinu, ont ain­si asphyx­ié l’essence même du journalisme.

La CIA comme booster de carrière pour certains journalistes

Il existe cepen­dant des voix dis­so­nantes qui se con­cen­trent sur un sujet par­ti­c­uli­er : la con­t­a­m­i­na­tion de l’information par la kyrielle d’agences améri­caines de ren­seigne­ment et de désta­bil­i­sa­tion. Ain­si, en avril 2021, du Cato Insti­tute, qui a repro­duit un arti­cle sur les manip­u­la­tions de la presse par la CIA. Ce qui ajoute une bonne dose de crédi­bil­ité au récent brûlot de Glenn Green­wald, qui affirme qu’être con­ciliant avec la CIA serait un excel­lent moyen pour les jour­nal­istes d’assurer leur car­rière. Green­wald dénonce la cor­rup­trice con­san­guinité qui s’est ain­si répan­due entre jour­nal­isme et CIA en citant un cer­tain nom­bre ce cas con­crets par­tant de la fausse guerre en Irak à aujourd’hui, sans oubli­er le soi-dis­ant Russiagate.

Son ver­dict est clair : « Pour bien com­pren­dre com­ment les grands médias fonc­tion­nent, il faut faire sien l’axiome suiv­ant: ceux qui ser­vent de pro­pa­gan­distes au com­plexe éta­tique de la sécu­rité nationale n’auront jamais de comptes à ren­dre. Bien au con­traire, plus ils répan­dront, agres­sive­ment et imprudem­ment, les argu­men­taires et manip­u­la­tions pro-guerre de la CIA, plus ils seront récom­pen­sés par le com­plexe ».

L’exemple Jeffrey Goldberg

Glenn Green­wald, com­mence par cibler le jour­nal­iste Jef­frey Gold­berg, réputé pour sa cam­pagne visant à assim­i­l­er Sad­dam Hus­sein à Al-Qae­da, en préal­able à l’anéantissement de l’Irak.  Il cite ses arti­cles ou inter­views, qui provo­quèrent les com­pli­ments de la presse, jusqu’à lui val­oir de nom­breux prix, ain­si que son CV en fait état. Depuis, la car­rière de Gold­berg n’a fait que croître. Bra­con­né en 2017 sur les ter­res du New York­er par The Atlantic, Gold­berg a naturelle­ment embrayé dans la cam­pagne de change­ment de régime visant à détru­ire Trump, insulte vivante à l’arrogance tran­quille du par­ti unique de Washington.

Ken Dilanian, de la CIA à NBC

Autre fig­ure emblé­ma­tique, Ken Dilan­ian. Green­wald note que ce jour­nal­iste du Los Ange­les Timescol­laboré avec la CIA, dif­fu­sant la ver­sion de son ex-directeur John Bren­nan sur l’absence de vic­times inno­centes lors de cer­tains bom­barde­ments, ou bien a tout sim­ple­ment soumis avant pub­li­ca­tion cer­tains de ses textes à l’agence, selon une enquête du site The Inter­cept. Naturelle­ment , la car­rière de Dilan­ian a rapi­de­ment pro­gressé, d’abord au sein de l’agence Asso­ci­at­ed Press, puis chez NBC, où ce « cor­re­spon­dant à la Sécu­rité Nationale » a large­ment pro­mu la cam­pagne du Rus­si­a­gate (dont nous avons ample­ment par­lé dans ces colonnes), avec un accent tout par­ti­c­uli­er sur Don­ald Trump Junior, accusé à tort d’avoir reçu d’avance cer­tains élé­ments de Wik­ileaks. Une infor­ma­tion que Dilan­ian affir­mait avoir véri­fié auprès de sources indépen­dantes. Cepen­dant que CNN se rétrac­tait sur le même sujet peu de temps après.

Natasha Bertrand, élève de Goldberg, promue

Quant à CNN, la chaine vient de recruter une jour­nal­iste bril­lante de Politi­co , autre organe porté par les vents du sens de l’histoire impéri­ale améri­caine. Il s’agit, nous dit Green­wald, de Natasha Bertrand, ini­tiale­ment recrutée par The Busi­ness Insid­er, puis par Jef­frey Gold­berg pour The Atlantic, avant de rejoin­dre Rachel Mad­dow chez NBC. Bertrand, spé­cial­iste du Dossier Steele, fait généra­teur du coup d’État semi-légal raté con­tre Don­ald Trump (nous en avions par­lé ici et ici), va désor­mais cou­vrir les sujets de sécu­rité nationale. Il est à not­er que Si Natasha Bertrand a été récom­pen­sée par son acces­sion à CNN, ayant par­ticipé  à la cam­pagne d’extinction du scan­dale Hunter Biden en faisant usage de l’habituel argu­ment de la dés­in­for­ma­tion russe, Green­wald, lui, a été puni : voulant enquêter sur les révéla­tions du New York Post parues sur le fils de Joe Biden avant l’élection, celui-ci a été for­cé à sa démis­sion du médi­um qu’il avait lui-même fondé.

Coup d’État rampant

Pour con­clure, nous avions à plusieurs repris­es sig­nalé à nos lecteurs que les États-Unis ont été le théâtre d’un coup d’État ram­pant depuis l’élection de Don­ald Trump à la prési­dence, jusqu’à son sec­ond impeach­ment, posthume et ciné­ma­tique, des­tiné à crim­i­nalis­er morale­ment ses 75 mil­lions de par­ti­sans. La manœu­vre com­mença au sein des rouages de l’État per­ma­nent, pour se démul­ti­pli­er par une pri­vati­sa­tion de la cen­sure con­fiée aux géants du tout numérique et des médias soci­aux. Elle se pour­suit aujourd’hui par une guerre acharnée con­tre tout ce qui de près ou de loin peut ressem­bler au Trump­isme, nous en avions par­lé en novem­bre 2020. Et nous aurons en temps utile l’occasion de faire un point sur cette nou­velle Révo­lu­tion Améri­caine qui a l’honnêteté de se présen­ter comme telle. Avec l’appui des agences de ren­seigne­ment, du min­istère de la Jus­tice, ain­si que des médias écrits, télévi­suels ou numériques qui, sans nul doute, pré­par­ent les prochaines lég­isla­tives en démoral­isant ou intim­i­dant une par­tie de l’électorat. Cepen­dant que les idiots utiles, les chefs de clans répub­li­cains se divis­eront pour espér­er être Khan à la place du Khan.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés