Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
États-Unis : comment les médias de gauche ont menti sur l’état de santé de Biden

8 juillet 2024

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | États-Unis : comment les médias de gauche ont menti sur l’état de santé de Biden

États-Unis : comment les médias de gauche ont menti sur l’état de santé de Biden

Temps de lecture : 4 minutes

Vous connaissez l’adage, on peut mentir tout le temps à quelqu’un, une fois à tout le monde, mais il est difficile de mentir tout le temps à tout le monde. C’est pourtant ce qu’on fait les médias de gauche américains – et européens – depuis l’élection de sleeping Joe Robinette Biden depuis 2020 au sujet de son état de santé.

2020, une élection dans un contexte très particulier

Rap­pelons les faits, 2020 nous sommes en pleine crise du Covid, on se déplace peu, on com­mu­nique de préférence par voie numérique plutôt que face à face, on ne par­le que de morts, de vac­cins, on ment à tout va, on s’inquiète.

On l’a oublié, mais Joe Robi­nette n’a tenu aucun meet­ing ouvert à un large pub­lic en 2020.Il était cloîtré dans sa mai­son du Delaware et sa com­mu­ni­ca­tion était fil­trée par les experts du par­ti démoc­rate qui le lais­saient par­ler en direct le moins pos­si­ble. Pas­sons sur les résul­tats, fraude ou pas fraude nous ne tran­chons pas, mais l’élection s’est tenue dans un envi­ron­nement où Sleep­ing Joe était cor­naqué de près pour s’exprimer en atmo­sphère con­trôlée. N’oublions pas non plus que les frasques de son fils Hunter, drogue, déten­tion d’arme non autorisée, tripotages busi­ness avec l’Ukraine etc…ont été soigneuse­ment cen­surés par la grande presse avec le sou­tien des ser­vices américains.

Après 2020, Joe doit quand même parler un peu, si peu

Pas trop mais un peu. Alors que Oba­ma a tenu 163 con­férences de presse pen­dant sa prési­dence, Trump 88, sleep­ing Joe n’en a tenu que 33 (source Uni­ver­sité de San­ta Bar­bara via Le Monde). Autrement dit son entourage craig­nait à tout moment un déra­page dû à une sénil­ité dev­enue trop voyante.

Voir aus­si : Cen­sure aux USA : l’administration Biden inter­dite de con­tacts avec les médias sociaux

La contrition du Monde et du NYT

Dans un arti­cle du 4 juil­let 2024, éton­nant de con­tri­tion, le cor­re­spon­dant du Monde aux États-Unis Arnaud Lep­ar­men­tier (son por­trait ici) analyse la poli­tique d’omerta des médias pro­gres­sistes améri­cains. Citons-le :

« Les Améri­cains sont furieux, ayant le sen­ti­ment d’avoir été bernés par la Mai­son Blanche et les médias. Le mil­liar­daire Bill Ack­man, suivi par 1,3 mil­lion d’internautes, sonne l’hallali et accuse les médias de com­plai­sance : « “60 min­utes” [émis­sion sur la chaîne CBS] savait ; CNN savait ; MSNBC savait, les médias de gauche avaient un accès com­plet au prési­dent, ses équipes et son admin­is­tra­tion. Ils savaient tous, mais ils vous ont dit le con­traire. Ils vous ont men­ti éhon­té­ment. » 

Un peu plus loin, le New York Times en prend pour son grade, citons de nouveau :

« Le 21 juin, le New York Times dénonçait les vidéos met­tant en scène le vieil­lisse­ment de Joe Biden. « Com­ment les vidéos trompeuses traque­nt Biden, alors qu’il lutte con­tre les doutes liés à son âge », titrait le quo­ti­di­en new-yorkais, dénonçant, à juste titre, « une série de clips récents, dont beau­coup ont été édités ou man­quent de con­texte ». C’était avant le 27 juin, jour du calami­teux débat de Joe Biden face à Don­ald Trump, qui a mis en évi­dence les faib­less­es du prési­dent sor­tant. Le 2 juil­let, avec le zèle de ceux qui ont longtemps nié, le quo­ti­di­en mène l’enquête. « Les défail­lances de Biden seraient de plus en plus fréquentes et inquié­tantes », titre un nou­v­el article ».

Le reste est à l’avenant, l’agence Asso­ci­at­ed Press, CNN, MSBBC, CBS, Inter­cept, savaient et ne dis­aient rien. Seul le Wall Street Jour­nal réputé proche des répub­li­cains avait pub­lié début juin 2024 une longue enquête sur l’état de san­té de Biden. L’article avait été vilipendé par les médias cités plus tôt : par­ti­san, majo­rant les trou­bles de Biden qui a son âge certes mais qui est en bonne forme, pure dés­in­for­ma­tion etc…Nancy Pelosi, anci­enne speak­er démoc­rate de la cham­bre des représen­tants van­tait sans rire en par­lant de Joe Biden « sa sagesse, son expéri­ence et sa pen­sée stratégique ».

Le retour au réel le 27 juin

Jusqu’au débat du 27 juin où tout s’effondre. Joe Biden a des absences, il ne finit pas ses phras­es, il accuse ses 81 ans alors que son adver­saire qui a 78 ans sem­ble en pleine forme. Depuis le NYT, MSNBC, CBS et même Nan­cy Pelosi appel­lent à son retrait. Tous les médias démoc­rates vont à l’hallali et lynchent le mal­heureux Joe après avoir sci­em­ment men­ti pen­dant 4 ans. Moral­ité : on ment le plus longtemps pos­si­ble jusqu’au moment où ce n’est vrai­ment, mais vrai­ment plus ten­able. Tout rap­proche­ment avec la cam­pagne élec­torale des élec­tions lég­isla­tives en France où le RN a été mas­sacré par les jour­nal­istes serait pure­ment fortuit.

Voir aus­si : Com­pren­dre le débat Biden-Trump du 27 juin, foire aux questions