Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Glenn Greenwald

2 mars 2015

Temps de lecture : 9 minutes
Accueil | Portraits | Glenn Greenwald

Glenn Greenwald

Au cœur de la nébuleuse des lanceurs d’alerte

« Le jour­nal­isme, c’est pub­li­er quelque chose que quelqu’un ne veut pas voir pub­lié. Tout le reste relève des rela­tions publiques », George Orwell.

Ancien avocat d’affaires, par la suite spécialisé dans les litiges civiques et constitutionnels, Glenn Greenwald est depuis près de 20 ans entièrement dédié à la défense littérale et intransigeante de la constitution américaine et de ses garanties en matière de libertés individuelles.

Passé du droit au jour­nal­isme à l’oc­ca­sion des dérives lib­er­ti­cides des années Bush, Glenn Green­wald, qui se présente comme incor­rupt­ible, a fait de la trans­parence absolue son cheval de bataille. Exilé au Brésil depuis 2005, il con­tribue à la fuite de secrets d’État améri­cains dans le sil­lage de l’af­faire Snow­den, qu’il a cha­peauté, notam­ment en fon­dant une pub­li­ca­tion en ligne spé­cial­isée dans le jour­nal­isme de don­nées sen­si­bles, The Inter­cept.

De par son exer­ci­ce passé du droit et son goût pronon­cé pour la con­tra­dic­tion, Glenn Green­wald dis­pose d’une vision pos­i­tiviste de la vie civique et médi­a­tique. Col­lab­o­ra­teur priv­ilégié des lanceurs d’alerte, il démon­tre au cours de sa car­rière un grand attache­ment à l’idéal lib­er­tarien améri­cain.

État civil, formation

Glenn Green­wald est né le 6 mars 1967 à New York. Il grandit cepen­dant à Fort Laud­erdale, en Floride. Issu d’une famille mod­este, il admire son grand-père, Louis Green­wald, qu’il définit comme un « vieux juif social­iste ». Alors qu’il n’est âgé que de 17 ans, il tente de briguer un siège au con­seil munic­i­pal.

À par­tir de 1985, il est étu­di­ant en Philoso­phie à l’U­ni­ver­sité George Wash­ing­ton, qui forme de très nom­breux cadres poli­tiques améri­cains. Parce qu’il passe son temps à par­ticiper aux clubs de débats au lieu d’é­tudi­er, il met­tra cinq ans à être diplômé d’un Bach­e­lor of Arts (équiv­a­lent français de la licence). Il entame par la suite un cur­sus en Droit à l’U­ni­ver­sité de New York. Durant ces années, Glenn Green­wald est un activiste homo­sex­uel, une posi­tion qu’il explique par la volon­té de met­tre à l’épreuve la répu­ta­tion pro­gres­siste de l’U­ni­ver­sité de New York. Il obtient son Juris Doc­tor (doc­tor­at pro­fes­sion­nel en droit) en 1994.

Faits notoires

Glenn Green­wald com­mence sa car­rière d’av­o­cat dans un cab­i­net d’af­faires. Il défend de grandes entre­pris­es comme Bank of Amer­i­ca, AT&T ou JP Mor­gan. Il a du mal à s’adapter à cet univers monot­o­ne, qui lui demande très sou­vent de se com­pro­met­tre morale­ment.

Après avoir cofondé son cab­i­net d’av­o­cats en 1996, il s’oc­cupe de con­tentieux con­sti­tu­tion­nels et civiques. Ain­si, n’hésite-il pas à défendre le néo-nazi Matthew F. Hale, en ver­tu du Pre­mier Amende­ment de la Con­sti­tu­tion améri­caine, qui garan­tit la lib­erté d’ex­pres­sion. A ce sujet, Glenn Green­wald a con­fié fin 2013 au mag­a­zine Rolling Stones : « Pour moi, l’héroïsme, c’est d’être entière­ment dédié à un principe que vous appliquez quand ce n’est pas facile. Pas seule­ment quand il va dans le sens de vos pro­pres posi­tions, ou quand il pro­tège les per­son­nes que vous appré­ciez, mais quand il défend et pro­tège les per­son­nes que vous détestez. »

Glenn Green­wald reste néan­moins frus­tré par l’is­sue de la majorité de ses procès, et le car­ac­tère injuste, selon lui, du sys­tème judi­ci­aire améri­cain. Il fréquente beau­coup les forums nais­sants de l’époque, et débat avec des con­ser­va­teurs anti-avorte­ments sur inter­net. De là naît son engoue­ment pour cet espace de lib­erté totale, qui lui per­met d’ex­ercer son goût du débat hétéro­doxe.

Il con­state que le régime judi­ci­aire améri­cain post-11 sep­tem­bre se veut de plus en plus lib­er­ti­cide. Il s’ex­pa­trie au Brésil en 2005, où il réside encore aujour­d’hui. Cepen­dant, il est dans l’im­pos­si­bil­ité de pra­ti­quer son méti­er d’av­o­cat dans ce pays, et com­mence alors un blog poli­tique, Unclaimed Ter­ri­to­ry, qui s’in­téresse aux dérives lib­er­ti­cides du gou­verne­ment Bush de l’Amérique post 11 sep­tem­bre. À cette péri­ode, le New York Times détient d’ores et déjà des infor­ma­tions sur les écoutes mas­sives de la NSA sur les citoyens améri­cains. Le célèbre quo­ti­di­en améri­cain atten­dra néan­moins la réélec­tion de George W. Bush pour divulguer ces infor­ma­tions à la fin de l’an­née 2005. Cette réten­tion d’in­for­ma­tions scan­dalise Green­wald qui y voit là un dys­fonc­tion­nement majeur des insti­tu­tions jour­nal­is­tiques améri­caines.

Green­wald con­tin­ue à bloguer jusqu’à la mi-2012, date à laque­lle intè­gre le vénérable quo­ti­di­en bri­tan­nique The Guardian en tant que chroniqueur indépen­dant. En mai 2013, il ren­con­tre Edward Snow­den, un jeune ana­lyste de la NSA avec qui il entrete­nait un con­tact depuis 2012, et qui détient des infor­ma­tions classées por­tant sur des écoutes illé­gales de l’a­gence de ren­seigne­ment améri­caine. Ils déci­dent d’orchestr­er la révéla­tion publique de ces don­nées, sous la super­vi­sion de l’an­tenne améri­caine du Guardian. Ce vaste sys­tème d’es­pi­onnage, qui met illé­gale­ment sur écoutes au moins 120 mil­lions d’améri­cains, est révélé con­join­te­ment par le Wash­ing­ton Post et le Guardian en juin 2013. De nom­breuses révéla­tions sont faites dans les semaines suiv­antes : la mise sur écoute de mis­sions diplo­ma­tiques européennes, ou le pro­gramme PRISM, qui col­lecte les emails, tex­tos et autres don­nées de citoyens améri­cains et étrangers, avec le con­cours de Yahoo, Google et Apple. Ces révéla­tions ont un impact poli­tique et médi­a­tique majeur à tra­vers le monde, et entachent con­sid­érable­ment l’im­age des États-Unis. À l’été 2013, le prési­dent Oba­ma va même jusqu’à promet­tre de réformer les pra­tiques de l’a­gence de ren­seigne­ment, bien qu’il juge la sur­veil­lance en ques­tion légitime et néces­saire.
En févri­er 2014, Glenn Green­wald devient le directeur de pub­li­ca­tion du nou­velle­ment fondé The Inter­cept. Ce site d’ac­tu­al­ité se spé­cialise dans les affaires liées aux mesures lib­er­ti­cides et d’es­pi­onnage mis­es en œuvre par les États-Unis à tra­vers le monde. Il fait avant tout la part belle aux enquêtes por­tant sur la sur­veil­lance glob­ale, l’at­teinte aux lib­ertés civiques ou la cor­rup­tion finan­cière et poli­tique. Le site est hébergé sur la plate­forme First Look, financée par Pierre Omid­yar, fon­da­teur d’E­bay, qui y a investi 250 mil­lions de dol­lars (183 mil­lions d’eu­ros). Cette prox­im­ité entre un richissime homme d’af­faires et un site qui s’in­téresse aux affaires de cor­rup­tion avait sus­cité les cri­tiques de cer­tains médias alter­nat­ifs améri­cains. Glenn Green­wald a cepen­dant assuré que l’indépen­dance édi­to­ri­ale de la nou­velle plate­forme n’é­tait pas mise en cause par l’o­rig­ine des fonds qui lui étaient alloués. Dans les retombées médi­a­tiques suiv­ant la fon­da­tion de cette nou­velle pub­li­ca­tion, Glenn Green­wald a beau­coup été cri­tiqué par ses con­frères améri­cains, qui font sou­vent l’ob­jet de ses attaques.

Glenn Green­wald col­la­bore aujour­d’hui à de très nom­breuses pub­li­ca­tions. Par­mi elles, le New York Times, le Los Ange­les Times, ou encore le jour­nal brésilien O Globo etle quo­ti­di­en indi­en The Hin­du.

Publications

Seul le dernier ouvrage de Glenn Green­wald, paru en 2014 et por­tant sur les couliss­es de l’af­faire Snow­den, a fait l’ob­jet d’une tra­duc­tion française : Nulle part où se cacher, JC Lat­tès, 2014.

Les autres livres ne sont pas traduits en français :

  • How would a patri­ot act ? Defend­ing Amer­i­can Val­ues from a Pres­i­dent run Amok. Work­ing Assets Pub­lish­ing, 2006.
  • A Trag­ic Lega­cy : How a Good vs. Evil Men­tal­i­ty Destroyed the Bush pres­i­den­cy, Broad­way Books, 2008.
  • Great Amer­i­can Hyp­ocrites : Top­pling the Big Myths of Repub­li­can Poli­tics, Broad­way Books, 2008.
  • With Lib­er­ty and Jus­tice for Some: How the Law Is Used to Destroy Equal­i­ty and Pro­tect the Pow­er­ful, Pic­a­dor, 2012.

Distinctions

  • Pre­mier prix Izzy, dans la caté­gorie « jour­nal­isme indépen­dant » en 2009.
  • Prix du jour­nal­isme en ligne de la Online news asso­ci­a­tion, caté­gorie Blog, en 2010.

Sa nébuleuse

Edward Snow­den, Bradley Man­ning, Eric Bates, Lau­ra Poitras, Pierre Omid­yar.

Ce qu’il gagne

Durant son exer­ci­ce du droit com­mer­cial, Glenn Green­wald affirme s’être enrichi con­sid­érable­ment, en gag­nant 200 000 dol­lars par an en début de car­rière.

Il l’a dit

« La chose la plus impor­tante que mon grand-père m’a apprise, c’est que la façon la plus noble d’u­tilis­er ses com­pé­tences, son intel­li­gence et son énergie, est de défendre ceux qui sont mar­gin­al­isés, face à ceux qui déti­en­nent les pou­voirs les plus impor­tants, et qu’en retour l’an­i­mosité de ces puis­sants doit être arborée comme une médaille d’hon­neur », Rolling Stones, 4 décem­bre 2013.

« En bref, les doc­u­ments que Man­ning est accusé d’avoir divul­gué ont révélé d’énormes manip­u­la­tions, et une cor­rup­tion en vigueur chez les acteurs poli­tiques les plus puis­sants de ce monde. Et c’est pour cette rai­son qu’il a été traité aus­si dure­ment. Le Prési­dent Oba­ma, qui plaide pour une admin­is­tra­tion trans­par­ente, est pour­tant obsédé par la pour­suite judi­ci­aire des lanceurs d’alerte. Son départe­ment judi­ci­aire en a beau­coup plus pour­suivi, sous le chef d’ac­cu­sa­tion d’es­pi­onnage, que toutes les précé­dentes admin­is­tra­tions réu­nies. Le traite­ment coerci­tif réservé à Man­ning a pour but de créer un cli­mat de peur, d’en­voy­er un sig­nal à ceux qui, dans le futur, décou­vri­raient des infor­ma­tions rel­a­tives aux agisse­ments occultes des Etats-Unis. L’ex­em­ple de Man­ning per­me­t­tra de les en dis­suad­er. Les véri­ta­bles crimes révélés par cet épisode sont ceux com­mis par les plaig­nants, non par l’ac­cusé. Pour ce qu’il a don­né au monde, Man­ning mérite notre grat­i­tude, et une médaille. Pas une vie en prison », The Guardian, 14 décem­bre 2011

Sur son ado­les­cence en tant qu’ho­mo­sex­uel ayant gran­di dans les années 1980 : « J’avais décidé de men­er une guerre con­tre ce sys­tème et ses relais insti­tu­tion­nels, qui essayaient de me rejeter, de me con­damn­er. En gros c’é­tait : allez vous faire foutre ! Plutôt que d’être jugé par vous, je vais, moi, vous juger, car je n’ac­cepte pas le fait que vous soyez en posi­tion d’émet­tre des juge­ments sur moi », Rolling Stones, 4 décem­bre 2013.

« Mon approche du jour­nal­isme est celle d’un pro­cureur. Les gens dis­ent quelque chose, je pars du principe qu’ils mentent, et je com­mence alors les recherch­es pour le prou­ver », The New York Times, 6 juin 2013

« Nous sommes cen­sés tout savoir à pro­pos des agisse­ments du gou­verne­ment. C’est pour cela qu’on les appelle servi­teurs publics. Eux par con­tre, ne sont sup­posés rien savoir de ce que nous faisons, c’est pourquoi nous sommes appelés indi­vidus privés », No Place to Hide.

« Les jour­nal­istes améri­cains, pen­dant des années, ont déclamé leur amour à Barack Oba­ma. Les voilà qui main­tenant, par­lent com­muné­ment de lui comme d’une sorte de grave men­ace à la lib­erté de la presse, comme le leader le plus répres­sif en la matière depuis Richard Nixon. Une volte-face con­sid­érable pour un politi­cien qui a accédé au pou­voir en promet­tant d’établir l’ad­min­is­tra­tion la plus trans­par­ente de l’his­toire des États-Unis », No Place to Hide.

Ils l’ont dit

« Glenn a sa façon d’ap­procher le jour­nal­isme. Il est très direct et trans­par­ent, et les gens qui tra­vail­lent pour lui le font parce qu’ils appré­cient et qu’ils admirent cela. Il est intéres­sant de con­stater qu’il n’y a pra­tique­ment pas eu de cri­tiques de bonne foi de la légitim­ité de Glenn en tant que jour­nal­iste. Il a eu tout juste. Il a révélé un des plus grands scoops de notre époque, alors qu’il était sous une pres­sion colos­sale », Eric Bates au Dai­ly Beast, 10 févri­er 2014

« Glenn Green­wald, en ce qui le con­cerne, n’a jamais tort. Et parce qu’il croit qu’il n’a jamais tort, il est un jour­nal­iste médiocre […] Le fait est que Green­wald a inex­tri­ca­ble­ment lié ses idées poli­tiques à sa pra­tique du jour­nal­isme, et c’est pourquoi il a dégradé à ce point cette dernière. Il veut telle­ment s’as­sur­er que les con­clu­sions qu’il tire sont néces­saires, juste­ment parce qu’il y croit fer­me­ment, qu’il applique une nar­ra­tion pré­fab­riquée à tous les objets aux­quels il s’in­téresse, même s’il doit pour cela forcer les choses pour qu’elles col­lent. Quand il est inca­pable de faire cela, alors il utilise tout sim­ple­ment le dou­ble lan­gage, la dém­a­gogie, l’hy­per­bole et les cam­ou­flages pour créer l’il­lu­sion de la rigueur », The Dai­ly Ban­ter, 11 févri­er 2014

« Son approche du jour­nal­isme est dif­férente. Au lieu d’es­say­er (ou de pré­ten­dre) d’être objec­tif, il est trans­par­ent au sujet de ses opin­ions, et défend explicite­ment leur valid­ité. Il cri­tique ses con­frères jour­nal­istes pour leur manque d’e­sprit de con­tra­dic­tion. A l’in­verse de la plu­part des jour­nal­istes offi­ciant dans les grands médias, il mon­tre une cer­taine aver­sion pour les représen­tants offi­ciels améri­cains. Et quand il estime qu’ils ont enfreint la loi, il ne se prive pas d’ap­pel­er à des pour­suites judi­ci­aires con­tre eux, et au fait qu’ils soient empris­on­nés pour leurs crimes. […] Le Pre­mier Amende­ment et ses garanties en matière de lib­erté de la presse a été insti­tué pré­cisé­ment pour pro­téger les cri­tiques délibérées du gou­verne­ment, ou les révéla­tions sur des infrac­tions à la loi de ce dernier, comme les doc­u­ments qui chang­eraient le débat pub­lic en infor­mant les citoyens. Il n’y a aucun moyen de crim­i­nalis­er le tra­vail de Green­wald sur la NSA sans à la fois s’at­ta­quer à sa pro­tec­tion con­sti­tu­tion­nelle élé­men­taire. Ce qui nous amène à penser qu’il est de l’in­térêt de chaque citoyen améri­cain de pren­dre sa défense », The Atlantic, 6 févri­er 2014

« Snow­den, Green­wald, et Assange ne parta­gent que de loin les mêmes con­vic­tions, et dif­fèrent dans leur degré de sophis­ti­ca­tion. Cha­cun d’en­tre eux a, à un moment don­né, tenu des pro­pos excen­triques et ouverte­ment con­tra­dic­toires. Mais de ce courant d’idées inco­hérent a émergé une per­spec­tive com­mune. Cette dernière n’est ni une doc­trine claire­ment définie, ou une philoso­phie, mais quelque chose qui se rap­proche d’une impul­sion poli­tique […] pou­vant être décrite comme la para­noïa lib­er­tari­enne. Quand les libéraux, de droite par exem­ple, ont décrit ces lanceurs d’alerte comme des cama­rades déten­teurs de la vérité, dont le but n’é­tait que de pro­téger la Con­sti­tu­tion et l’E­tat de per­son­nes mal­faisantes et autori­taires, ils se sont trompés. En réal­ité, les lanceurs d’alerte méprisent l’E­tat mod­erne et libéral et pro­gres­siste, et ils veu­lent l’en­dom­mager » New Repub­lic, 19 jan­vi­er 2014.

« Sur cer­taines thé­ma­tiques, sa verve (de Green­wald, NDLR), est rem­plie de dis­posi­tifs droitiers. Par exem­ple au sujet de l’im­mi­gra­tion, Green­wald a tenu des pro­pos très durs. […] Il a ain­si écrit en 2005, que “l’im­mi­gra­tion illé­gale provoque un désor­dre économique, social et cul­turel, et exerce une moquerie per­ma­nente de la loi. Elle est dom­mage­able sur le sim­ple plan de la jus­tice.” […] Sur ce point donc, Green­wald se trou­ve dans une zone indéfinie du spec­tre poli­tique, où l’ex­trême-gauche se con­fond avec l’ex­trême-droite, sou­vent sous le pré­texte de l’idéolo­gie lib­er­tari­enne. Cela l’a amené à défendre des posi­tions qui ont pu attir­er ces deux extrêmes de la scène poli­tique. Par exem­ple en attaquant la poli­tique étrangère des Etats-Unis, en la qual­i­fi­ant d’im­péri­ale des deux côtés du bipar­tisme. Dans ses écrits transparaît une cri­tique des Etats-Unis à l’é­tranger, qui résonne autant avec les iso­la­tion­nistes de la droite antédilu­vi­enne, que de la nou­velle post-gauche anti-impéri­al­iste. Son libéral­isme social flat­te aus­si les pen­chants indi­vid­u­al­istes des lib­er­tariens de droite, et des activistes de gauche. Green­wald envis­age de rap­procher ces groupes, de dis­soudre la ligne habituelle de loy­auté poli­tique et d’u­nir les anti-impéri­al­istes, et défenseurs des droits civiques de gauche, et les con­ser­va­teurs lib­er­tariens de droite, favor­ables à un marché ouvert, dans un front pop­u­laire con­tre l’al­liance établie entre les libéraux de cen­tre gauche et les néo­con­ser­va­teurs », New Repub­lic, 19 jan­vi­er 2014.

« La vin­dicte de Green­wald nuit à la qual­ité de son argu­men­taire général, sou­vent excel­lent. Green­wald est un très bon jour­nal­iste, qui fait un tra­vail impor­tant. Mais il se lim­ite tout seul en se com­por­tant comme un petit sur­doué suff­isant », The Dai­ly Ban­ter, 5 décem­bre 2012

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo Fox News (DR)

Voir aussi

Related Posts

Censure dans les médias et sur les réseaux sociaux

L'étau se resserre chaque semaine sur la liberté d'opinion et d'expression. Pour combattre la censure il faut déjà l'identifier.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).