Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le patron du CSA Roch-Olivier Maistre au micro d’Europe 1, la double pensée en action

17 novembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Le patron du CSA Roch-Olivier Maistre au micro d’Europe 1, la double pensée en action

Le patron du CSA Roch-Olivier Maistre au micro d’Europe 1, la double pensée en action

Accueil | Veille médias | Le patron du CSA Roch-Olivier Maistre au micro d’Europe 1, la double pensée en action

Le patron du CSA Roch-Olivier Maistre au micro d’Europe 1, la double pensée en action

17 novembre 2019

Le 13 novembre 2019 sur Europe 1 en milieu de matinée, Philippe Vandel recevait Roch-Olivier Maistre, (ROM pour les intimes) nouveau patron du CSA « orléaniste à l’échine souple », dont nous avions dressé le portrait début 2019.

CSA+ HADOPI = ARCOM

Franck Riester, min­istre de la cul­ture l’avait annon­cé en sep­tem­bre, la loi sur l’audiovisuel de 1986 (qui avait créé le CSA) sera rem­placée par une nou­velle loi débattue au Par­lement début 2020. ROM a con­fir­mé les dires du min­istre, les com­pé­tences du CSA (gen­darme des médias) et de l’HADOPI (gen­darme d’internet) seront regroupées au sein de l’ARCOM (Autorité de Régu­la­tion de la Com­mu­ni­ca­tion Audio­vi­suelle et Numérique), atten­tion à bien orthogra­phi­er la con­sonne ini­tiale du dernier mot.

Cette trans­for­ma­tion n’est qu’au fond que la trans­po­si­tion d’une direc­tive européenne. L’objectif offi­ciel est d’adapter le ser­vice pub­lic à la con­cur­rence, de défendre le droit d’auteur, de con­forter les oblig­a­tions de créa­tion (quo­tas d’œuvres européennes sur les cat­a­logues de Net­flix et autres Dis­ney+), de tra­quer le piratage.

La succession à France Télévisions

Le man­dat de Del­phine Ernotte (celle qui veut « chas­s­er les mâles blancs » de la télévi­sion publique) se ter­mine en août 2020. Le CSA et son nou­v­el avatar vont per­dre le pou­voir de nom­mer les prési­dents de chaînes publiques, mais cette nou­velle dis­po­si­tion ne sera pas en place en août 2020.

Le CSA dans sa forme actuelle va lancer un appel à can­di­da­ture en mars 2020, stat­uer en juin pour nom­mer un nou­veau prési­dent (ou prési­dente) en août… qui ne sera là que pour quelques mois, en atten­dant la nom­i­na­tion par le gou­verne­ment du prési­dent de la hold­ing regroupant l’audiovisuel pub­lic, ce prési­dent choi­sis­sant ses équipes ensuite.

Double pensée et police de la pensée

Depuis 1984 de George Orwell on con­nait le mécan­isme de « dou­ble pen­sée », « la lib­erté c’est l’esclavage », « l’amour c’est la haine ». ROM est un excel­lent spé­cial­iste en la matière. Il refuse le titre de « police de la pen­sée » et affirme son attache­ment à la lib­erté d’expression.

Tout en faisant le con­traire, bien évidem­ment, c’est la base même du mécan­isme. Le nou­v­el ARCOM sera chargé de faire appli­quer la lib­er­ti­cide loi Avia dont nous avons par­lé ici et égale­ment là. Après l’intervention d’Eric Zem­mour à la con­ven­tion de la droite (dif­fusée en direct sur LCI) ROM a fait inter­venir le CSA de deux manières. Les respon­s­ables de LCI ont été con­vo­qués, ser­mon­nés et ont dû faire amende hon­or­able, on ne les y repren­dra plus. Et le CSA a saisi le pro­cureur de la République au nom de l’article 40 de procé­dure pénale.

L’article 40 stip­ule « Toute autorité con­sti­tuée, tout offici­er pub­lic ou fonc­tion­naire qui, dans l’exercice de ses fonc­tions, acquiert la con­nais­sance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en don­ner avis sans délai au pro­cureur de la République et de trans­met­tre à ce mag­is­trat tous les ren­seigne­ments, procès-ver­baux et actes qui y sont relat­ifs ». Les ter­mes employés par Eric Zem­mour sont donc con­sid­érés par ROM comme « un crime ou un délit ». Ce que ROM dénomme « appel à la respon­s­abil­ité des médias » porte un autre nom, celui de cen­sure. Cha­cun jugera à son aune de la qual­ité de tels pro­tecteurs des lib­ertés publiques. Et des intérêts qu’ils ser­vent avec zèle.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés