Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le patron du CSA Roch-Olivier Maistre au micro d’Europe 1, la double pensée en action

17 novembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le patron du CSA Roch-Olivier Maistre au micro d’Europe 1, la double pensée en action

Le patron du CSA Roch-Olivier Maistre au micro d’Europe 1, la double pensée en action

Le 13 novembre 2019 sur Europe 1 en milieu de matinée, Philippe Vandel recevait Roch-Olivier Maistre, (ROM pour les intimes) nouveau patron du CSA « orléaniste à l’échine souple », dont nous avions dressé le portrait début 2019.

CSA+ HADOPI = ARCOM

Franck Riester, min­istre de la cul­ture l’avait annon­cé en sep­tem­bre, la loi sur l’audiovisuel de 1986 (qui avait créé le CSA) sera rem­placée par une nou­velle loi débattue au Par­lement début 2020. ROM a con­fir­mé les dires du min­istre, les com­pé­tences du CSA (gen­darme des médias) et de l’HADOPI (gen­darme d’internet) seront regroupées au sein de l’ARCOM (Autorité de Régu­la­tion de la Com­mu­ni­ca­tion Audio­vi­suelle et Numérique), atten­tion à bien orthogra­phi­er la con­sonne ini­tiale du dernier mot.

Cette trans­for­ma­tion n’est qu’au fond que la trans­po­si­tion d’une direc­tive européenne. L’objectif offi­ciel est d’adapter le ser­vice pub­lic à la con­cur­rence, de défendre le droit d’auteur, de con­forter les oblig­a­tions de créa­tion (quo­tas d’œuvres européennes sur les cat­a­logues de Net­flix et autres Dis­ney+), de tra­quer le piratage.

La succession à France Télévisions

Le man­dat de Del­phine Ernotte (celle qui veut « chas­s­er les mâles blancs » de la télévi­sion publique) se ter­mine en août 2020. Le CSA et son nou­v­el avatar vont per­dre le pou­voir de nom­mer les prési­dents de chaînes publiques, mais cette nou­velle dis­po­si­tion ne sera pas en place en août 2020.

Le CSA dans sa forme actuelle va lancer un appel à can­di­da­ture en mars 2020, stat­uer en juin pour nom­mer un nou­veau prési­dent (ou prési­dente) en août… qui ne sera là que pour quelques mois, en atten­dant la nom­i­na­tion par le gou­verne­ment du prési­dent de la hold­ing regroupant l’audiovisuel pub­lic, ce prési­dent choi­sis­sant ses équipes ensuite.

Double pensée et police de la pensée

Depuis 1984 de George Orwell on con­nait le mécan­isme de « dou­ble pen­sée », « la lib­erté c’est l’esclavage », « l’amour c’est la haine ». ROM est un excel­lent spé­cial­iste en la matière. Il refuse le titre de « police de la pen­sée » et affirme son attache­ment à la lib­erté d’expression.

Tout en faisant le con­traire, bien évidem­ment, c’est la base même du mécan­isme. Le nou­v­el ARCOM sera chargé de faire appli­quer la lib­er­ti­cide loi Avia dont nous avons par­lé ici et égale­ment là. Après l’intervention d’Eric Zem­mour à la con­ven­tion de la droite (dif­fusée en direct sur LCI) ROM a fait inter­venir le CSA de deux manières. Les respon­s­ables de LCI ont été con­vo­qués, ser­mon­nés et ont dû faire amende hon­or­able, on ne les y repren­dra plus. Et le CSA a saisi le pro­cureur de la République au nom de l’article 40 de procé­dure pénale.

L’article 40 stip­ule « Toute autorité con­sti­tuée, tout offici­er pub­lic ou fonc­tion­naire qui, dans l’exercice de ses fonc­tions, acquiert la con­nais­sance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en don­ner avis sans délai au pro­cureur de la République et de trans­met­tre à ce mag­is­trat tous les ren­seigne­ments, procès-ver­baux et actes qui y sont relat­ifs ». Les ter­mes employés par Eric Zem­mour sont donc con­sid­érés par ROM comme « un crime ou un délit ». Ce que ROM dénomme « appel à la respon­s­abil­ité des médias » porte un autre nom, celui de cen­sure. Cha­cun jugera à son aune de la qual­ité de tels pro­tecteurs des lib­ertés publiques. Et des intérêts qu’ils ser­vent avec zèle.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.