Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France Télévisions : Delphine Ernotte ouvre la chasse aux mâles blancs et veut supprimer 1000 postes

6 février 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | France Télévisions : Delphine Ernotte ouvre la chasse aux mâles blancs et veut supprimer 1000 postes

France Télévisions : Delphine Ernotte ouvre la chasse aux mâles blancs et veut supprimer 1000 postes

France Télévisions a annoncé un grand projet de rupture conventionnelle collective – le groupe espère ainsi rayer de la carte 10% de ses effectifs avec 1000 suppressions de postes sur la base du volontariat d’ici 2022 – 2000 départs et 1000 embauches. Il s’agit de participer aussi à l’effort d’économie (400 millions d’euros) demandé par l’État. Une occasion pour Delphine Ernotte d’ouvrir la chasse au « mâle blanc de plus de 50 ans » comme elle le déclarait à Europe 1 en septembre 2015.

Chèques de départ

Le groupe avait déjà réduit ses effec­tifs de 700 postes depuis 2012 et annon­cé précédem­ment la sup­pres­sion de 180 postes. Qua­tre syn­di­cats (CGT, CFDT, FO et SNJ) se sont opposés à l’accord en l’état, le SNJ le qual­i­fi­ant même de « dou­ble chan­tage ». Le syn­di­cat dénonce notam­ment un plan au rabais par rap­port au plan de départs volon­taires de 2014 (400 postes) et des promess­es non tenues.

Ain­si la direc­tion fait miroi­ter jusqu’à 160.000 € de chèque : « dans la lim­ite de 17 mois de salaire pour 42 ans d’ancienneté d’entreprise. Un pla­fond acces­si­ble à quelques cadres dirigeants, pla­fond inci­tatif moins juteux que les 240 000 € de la vague précé­dente » (détail des indem­nités) Par ailleurs le SNJ dénonce la volon­té de la rédac­tion d’imposer la poly­va­lence aux jour­nal­istes, qui seraient aus­si reporters d’images (JRI) et mon­teurs.

« En agi­tant l’appât de la prime au départ pour les plus anciens et l’appât d’un CDI poten­tiel pour les pré­caires réguliers, la direc­tion exerce un dou­ble chan­tage sur tous les autres salariés. », dénonce le syn­di­cat, qui affirme aus­si que l’accord col­lec­tif du 28 mai 2013 sur les RTT et l’ancienneté sera remis en cause par la suite.

FO défavorable

FO de son côté con­sid­ère que « les salariés en capac­ité de par­tir à la retraite sont favorisés et ciblés dans ce plan de recom­po­si­tion des effec­tifs, leurs indem­nités sont dou­blées par rap­port à un départ à la retraite con­ven­tion­nelle…. Ces indem­nités sont très net­te­ment inférieures à ce qui est pro­posé dans notre con­ven­tion col­lec­tive ».

Par ailleurs, le syn­di­cat con­sid­ère aus­si que « le pro­jet pro­posé actuelle­ment [de rup­ture con­ven­tion­nelle col­lec­tive] risque fort de se faire reto­quer par le Direc­tion du Tra­vail … Et craint les « con­séquences de cette RCC notam­ment sur les ter­ri­toires. Nous craignons un déséquili­bre des bassins d’emplois. Des ser­vices pour­raient être entière­ment décimés ».

Inversion de la pyramide des âges ?

Pour ce qui est de la divi­sion entre généra­tions, la direc­tion de France Télévi­sions a en effet imprudem­ment avancé la thèse de « l’inversion de la pyra­mide des âges » puisque à France Télévi­sions, les moins de 30 ans… représen­teraient 3% des effec­tifs seule­ment. L’on savait déjà que la prési­dente de France Télévi­sions Del­phine Ernotte était fâchée (voir supra) avec les « mâles blancs de plus de cinquante ans » qui cumu­lent les divers défauts d’être sou­vent bien instal­lés dans l’entreprise, sol­idaires, syn­diqués – ou alors très grasse­ment payés, voire tout cela en même temps, et peu enclins à exé­cuter les qua­tre volon­tés de la cheffe. Et blancs par dessus le marché.

La CGT de son côté a dénon­cé avec vigueur « une red­outable ingénierie anti sociale : 1000 sup­pres­sions de postes à rai­son d’1 rem­place­ment pour 2 départs d’i­ci 2022, ce sont 2000 départs pro­gram­més de seniors, près du quart des effec­tifs per­ma­nents de l’entreprise ! Del­phine Ernotte, qui a per­du la bataille du finance­ment de FTV, pense-t-elle réelle­ment faire pay­er la fac­ture aux salariés ?… A moins qu’il ne s’agisse d’accélérer la réduc­tion du périmètre de l’entreprise ? ». Le syn­di­cat a annon­cé le 15 jan­vi­er qu’il quit­tait la négo­ci­a­tion sur ce plan de départs et a demandé son retrait comme préal­able pour revenir aux négo­ci­a­tions.

Et selon cer­tains, les départs volon­taires ne le seraient pas tant que ça. La CGC-Médias affirme ain­si qu’au « ser­vice des Sports, cir­cule une liste noire d’une demi-douzaine de noms, tous des seniors confirmés…pas des volon­taires bien enten­du mais des col­lab­o­ra­teurs sur lesquels la pres­sion va aller gran­dis­sante pour qu’ils se tirent ».

Bâton et carotte

Là où il y a le bâton, il y a aus­si la carotte : tou­jours selon la CGC-Médias, les salariés qui voulaient par­tir, mais étaient refroidis par la petitesse du chèque pro­posé « ont eu droit à une nou­velle offre proche de deux fois la précé­dente… une négo à la tête du client en quelque sorte ». Il se trou­ve que le temps presse : la direc­tion a fixé le délai de fin de négo­ci­a­tion au… 15 mars 2019.

La direc­tion a aus­si lancé un recense­ment des CDD réguliers (CDD de droit com­mun, pigistes, inter­mit­tents du spec­ta­cle), afin de les pri­oris­er sur les postes créés. Il s’agit des « des inter­mit­tents, cachetiers, pigistes ayant effec­tué 120 jours tra­vail­lés sur cha­cune des 3 années 2015 à 2017 ou 500 tra­vail­lés sur la péri­ode 2013/2017 en ayant tra­vail­lé au cours du sec­ond semes­tre 2017 ; les CDD de droit com­mun ayant effec­tué 210 jours payés sur cha­cune des 3 années 2015 à 2017 ou 900 jours payés sur la péri­ode 2013/2017 en ayant tra­vail­lé au cours du sec­ond trimestre 2017 ; tous les col­lab­o­ra­teurs pou­vant attester de plus de 1000 jours payés avec France Télévi­sions au 1er sep­tem­bre 2018 et ayant tra­vail­lé avec France Télévi­sions au cours du 1er semes­tre 2018 ».

Cepen­dant FO, con­sid­éré comme plus proche de la direc­tion actuelle, indique que tous les salariés con­cernés n’ont pas reçu ce cour­ri­er. « Mal­gré nos deman­des d’explications et nos relances, ni les DRH locales, ni la direc­tion générale n’apportent de répons­es cohérentes. Y aurait-il eu une sélec­tion par­mi les CDD ? ». A suiv­re.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.